• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Approchez-donc un peu

Approchez-donc un peu

Une si vieille histoire, oubliée de tous ...

JPEG Il était une fois …

Approchez-donc, n'ayez ni crainte ni frayeur ni angoisse . La chose ne mord pas même si certains, autrefois, s'en servaient pour régler leurs comptes et déballer le linge sale bien loin de la famille. Manifestement, vous ignorez tout désormais de ce curieux objet, plat comme un écran mais qui s'ouvre et se feuillette. Vous semblez ne plus savoir que ce fut, jadis, la plus belle réalisation de l'homme : fruit d'une formidable conquête sur l'ignorance.

Des humains ont, il y a environ six mille ans, cherché à traduire en signes sur des tablettes d'argile, des objets et des idées, des concepts et des actions. Ils ont inventé des dessins, puis des signes, ont donné une représentation à des sons, ont traduit par quelques modestes signes des discours tout entier.

Tout le savoir et tous les rêves, tous les désirs et tous les espoirs trouvèrent place sur des tablettes, des papyrus et des rouleaux. L'écriture allait porter le savoir loin de son lieu de création. Le partage était la règle et les poètes se sont emparés de cette merveille pour créer des épopées, engendrer des monstres, dépasser nos pauvres limites de mortels.

Le livre était né. Il fut longtemps un privilège, un mystère pour le plus grand nombre. Il fallait, en effet, une longue initiation pour décrypter signes et sens. Les humains, pourtant, ne renoncèrent jamais à étendre cette connaissance. De générations en générations, ils étaient toujours plus nombreux à désirer ce pouvoir miraculeux : lire.

Le livre fut longtemps un objet rare et précieux. Des copistes, moines le plus souvent, reproduisaient interminablement les grands textes. Il fallait de la sueur et du temps, de l'application et de l'amour pour assembler toutes ces feuilles qui devenaient un nouvel exemplaire. Un texte de plus : un pas de plus vers la connaissance.

Puis, c'était avant -hier, de petites lettres mobiles vinrent donner un nouvel essor à ce miracle. L'imprimerie allait multiplier ce qui n'était encore qu'exception. Le livre pouvait s'inviter partout, s'offrir à la curiosité du plus grand nombre. Plus le temps passait, plus il prenait place dans chaque maison, offrant des trésors d'invention et de plaisir à ceux qui lui accordaient un peu d'attention.

Vous ne pouvez vous souvenir de ce temps doré, de cette période qu'on désigna alors sous le curieux vocable de Lumières. Car les ténèbres allaient progressivement s'abattre sur notre Monde. L'écran bouta le livre de son piédestal. Il avait la prétention de le remplacer, de l'anéantir, de l'abolir. Il était si gourmand qu'il se prit d'idée d'avaler tous les ouvrages possibles, de les numériser tous, pour leur ôter à jamais leur redoutable pouvoir de nuisance.

Les écrans envahirent tout. Le livre perdit pied. Il fut sacrifié sur l'autel de la vitesse, de l'instantanéité, de l'universalité. Pour faire bonne mesure, une seule langue s'imposa à toutes les autres. Il ne fallait qu'une seule pensée, qu'une seule vision du Monde et une langue universelle : celle des hérauts d'un système fondé sur l'avoir et la négation de l'être.

Le mouvement fut si rapide que nul ne comprit vraiment ce qui se passait dans ces années ultimes où livre et écran cohabitaient en bonne intelligence, pensait-on. Mais l'ogre était insatiable et bientôt, la nécessité de tout contrôler, de tout passer au tamis de la censure et de la pensée unique fut fatale à ce pauvre livre, vieil objet obsolète qui était condamné à l'oubli.

Voilà, je suis allé bien vite pour tenter de vous expliquer cette curiosité que nous avons découverte par hasard dans ce qu'ils appelaient autrefois une bibliothèque à moins que ce ne fût une librairie. Vous pouvez tourner les pages de ces trésors :c'est à vous de décrypter ces signes, un à un, pour leur attribuer un sens. Ce qui vous demandera beaucoup d'effort et de temps, était autrefois parfaitement naturel à vos ancêtres.

Je vous en prie, faites cette démarche ! Dans des temps reculés, elle était porteuse de liberté et d'émancipation, de révolte et fascination. Jetez vos écrans et vos tablettes, votre penseur acoustique, votre guide spirituel intégré, votre directeur électronique de conscience. Abandonnez cette maudite novlangue, si rudimentaire, qu'elle interdit toute réflexion et tout débat. Retrouvez la langue de vos ancêtres et offrez-vous à nouveau le bonheur ineffable de la lecture.

Livrement vôtre.


Moyenne des avis sur cet article :  4.2/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

61 réactions à cet article    


  • claude-michel claude-michel 9 septembre 2014 14:28

    +++

    L’art rupestre, une première forme d’écriture ? 
    Il y a 40 000 ans, l’homme préhistorique commence à graver, peindre...L’écriture est née il y a 6000 ans dans deux contrées voisines, la Mésopotamie et l’Egypte, de manière presque simultanée mais différenciée. Si les hiéroglyphes égyptiens et les pictogrammes sumériens sont tous les deux formés de petites images, celles-ci sont totalement propres à leur région....Le début d’une longue histoire qui continue de nos jours...


    • C'est Nabum C’est Nabum 9 septembre 2014 17:33

      claude-michel


      Dans l’art pariétal, il y eu des signes et des symboles
      Nous pouvons aussi les qualifier d’écriture en ce sens.

    • Lion vert 9 septembre 2014 14:45

      Je ne suis pas entièrement d’accord avec votre article. je possède plusieurs milliers de volumes dans ma bibliothèque personnelle qui remplissent au moins trois pièces de ma maison. J’adore les livres et ils se sont accumulés naturellement au fil de mon existence car je suis incapable de m’en défaire. C’est peut-être grâce à eux (ou à cause d’eux) que j’ai acheté une grande maison à la campagne destinée à les loger où je suis parfaitement heureux. Par ailleurs, je me targue de ne pratiquer aucune « novlangue » et même, je l’avoue, de m’exprimer avec une certaine distinction, ayant obtenu, dans ma jeunesse, un doctorat en Lettres. Cependant, je ne méprise nullement ni les écrans ni les tablettes. Successivement, j’ai acheté plusieurs liseuses –Sony, Kobo étant les meilleures sur le marché, si je puis me permettre cet aparté- mais dont j’ai expérimenté très vite les limites : peu de luminosité et des blocages résultant d’une indigestion de fichiers ; à l’heure actuelle, je lis sur des tablettes Android 8 pouces (Lg et Assus)qui, à mon avis, constituent un format idéal que l’on peut emmener partout. Avec Calibre installé sur un Pc et un logiciel de lecture comme MoonReaderPlus installé sur la tablette, vous pouvez gérer une masse importante de fichiers epub ; de plus, contrairement aux liseuses, les tablettes permettent de lire correctement des fichiers pdf ; tout cela m’a permis de multiplier mes possibilités de lecture, dans plusieurs langues, à un point que je n’osais imaginer il y a à peine dix ans. Je viens, à titre d’exemple, de terminer Le Royaume, d’Emmanuel Carrère sur ma tablette et j’ai pu ainsi meubler une longue attente chez mon médecin généraliste autrement qu’en compulsant les habituelles revues insipides dont sont abondamment pourvus les cabinets médicaux. Je pense que la technologie ne doit pas faire l’objet d’un ostracisme ; elle est porteuse du meilleur comme du pire ; ce sont les individus qui en font un usage le plus souvent médiocre, faute d’une perception de la réalité et d’une culture (véritable) qui n’ont toujours été que l’apanage d’une minorité. Aussi me semble-t-il vain, tel ces bonimenteurs rabelaisiens qui animaient les tréteaux des rues médiévales en faisant l’apologie de quelque panacée miraculeuse, de faire un éloge appuyé du livre (ce terme désignant hélas simplement un objet dont contenu de plus en plus galvaudé offre trop rarement une consistance roborative). Doit-on vraiment donner des perles aux pourceaux ?



      • Emmanuel Aguéra Emmanuel Aguéra 9 septembre 2014 15:00

        "Doit-on vraiment donner des perles aux pourceaux ?« 
        Pétard de pétard, celle-ci, fallait l’oser.
         »... d’une perception de la réalité et d’une culture (véritable) qui n’ont toujours été que l’apanage d’une minorité."
        Pas mal non plus, remarquez, celle-là.

        A part ça bonjour,
        Je pense que les moines copistes et enlumineurs divers ont dû à quelque chose-près écrire la même chose à Charles Quint après la découverte de ces petites lettres mobiles que vous évoquez, cher Nabum. Les média, figés dans leurs définitions, passent ; la culture au contraire, pétrie d’évolutions, reste.


      • C'est Nabum C’est Nabum 9 septembre 2014 17:35

        Lion vert


        Vous cherchez à argumenter alors que j’entre ici dans le conte en me plaçant en une époque où le livre a disparu.

        Ce n’est qu’une hypothèse et elle ne tient que dans ce contexte de récit fictif.

        Ne cherchons pas trop à justifier telles ou telles pratiques contemporaines.
        merci ! 

      • C'est Nabum C’est Nabum 9 septembre 2014 20:00

         joyeusetés


        Merci pour le compliment.

        Votre lien est parfait. C’est une plaque de marbre pour une vieille imprimerie d’antan !

      • C'est Nabum C’est Nabum 10 septembre 2014 06:34

        Henri Canant


        Rayon papier toilette

      • marmor 9 septembre 2014 22:36

        Je serai bien curieux de savoir, Môssieur le lion vert, qui désignez vous, du fond de votre bibliothèque personnelle aux trois mille volumes, avec la distinction naturelle de votre expression, acquise de votre doctorat es lettres, comme des pourceaux ?
        Serait-ce la valetaille inculte dont l’unique préoccupation, loin de la culture de l’esprit, est la culture de son lopin de terre à des fins nourricières ?


        • Jean Keim Jean Keim 10 septembre 2014 08:39
          Plus le progrès envahit la planète
          Plus nous devenons obsolètes
          Quand le signe a supplanté la mémoire
          Les hommes ont réinventé l’histoire
          Depuis que la fonte a remplacé le copiste
          La part belle est faite aux casuistes
          Si l’ordinateur est greffé dans notre cerveau
          Deviendrons-nous de stupides robots ?
           


          • C'est Nabum C’est Nabum 10 septembre 2014 12:29

            Jean Keim


            Magnifique
            Je partage

          • soi même 10 septembre 2014 09:50

            J’ai appris à lire par obligation.
            j’ai lue par devoir.
            Le devoir ma apprit à l’aimer.
            Aujourd’hui je lis par amour.

            Comme disait dans la préface de « Anna et Mister God »  de FYNN : Il y a des livres qui sont des livres Ha !

            « Il y a de bons livres, des livres quelconques, et de mauvais livres. Parmi les bons, il y en a d’honnêtes, d’inspirants, d’émouvants, de prophétiques, d’édifiants. Mais, dans mon langage, il y a une autre catégorie, celle des livres-ha ! Celui-ci en est un. Les livres-ha ! sont ceux qui déterminent, dans la conscience du lecteur, un changement profond. Ils dilatent sa sensibilité d’une manière telle qu’il se met à regarder les objets les plus familiers, comme s’il les observait pour la première fois. Les livres-ha ! galvanisent. Ils atteignent le centre nerveux de l’être, et le lecteur en reçoit un choc presque physique. Un frisson d’excitation le parcourt de la tête aux pieds. » ,


            • C'est Nabum C’est Nabum 10 septembre 2014 12:32

              soi même


              Il y a le livre qui vous captive, celui qui vous instruit, celui qui vous émeut et cet autre qui vous emporte. Le livre n’est jamais pareil, ne provoque jamais le même sentiment. Il est magnifique ou désolant, formidable ou exaspérant. Il est er c’est très bein ainsi ! 

            • L'enfoiré L’enfoiré 10 septembre 2014 14:00
              Bonjour Nabum,

              Dis-moi ce que tu lis, je te dirai ce dont tu rêves, un des vieux articles sur le sujet. 

              • C'est Nabum C’est Nabum 10 septembre 2014 14:04

                L’enfoiré


                Vous avez toujours article sous la main et en réserve pour illustrer un propos
                Quel talent è

                • L'enfoiré L’enfoiré 10 septembre 2014 15:30

                  Cela fait plus de neuf ans de réflexions du miroir.Un tallent intermittent mai jamais sur le vif. Toujours préparé de longue date.
                  Un seul billet par semaine. Je ne pourrais vous suivre sur cette voie.quotidienne.


                  • C'est Nabum C’est Nabum 10 septembre 2014 15:34

                    L’enfoiré


                    Vos billets sont bien plus denses
                    C’est un tout autre genre

                    Je n’en suis qu’à cinq années et quelques mois.

                    Chapeau bas

                  • L'enfoiré L’enfoiré 10 septembre 2014 15:57

                    Mon cher Nabum,


                     J’apprécie ce que vous écrivez. Quand je dis cela, c’est parce que je ne passe pas sans jeter un coup dans vos parages ;
                     Je ne viens pas du domaine de l’écriture.
                     Des études de sciences et du numérique.
                     Avant 2005, vous ne me trouverez pas sur Internet.
                     Oui, peut-être, uniquement pour des rapports qui n’ont rien à voir avec la littérature.
                     Dans une vie, il faut s’ouvrir à toutes les expériences dans un challenge personnel que personne ne pourra vous imposer..
                     

                  • C'est Nabum C’est Nabum 10 septembre 2014 17:24

                     L’enfoiré


                    Je ne viens d enulle part, c’est je crois, ce qui me pousse à agir ainsi

                    Instituteur de bas de l’ancienne, très ancienne école normale juste après le Bac

                    Mes Universités furent la radio et le sport, les spectacles et les rencontres.
                    Ma culture n’est pas construite, elle est le fruit d’un glanage permanent.

                    Voilà, vous savez tout

                  • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 10 septembre 2014 18:16

                    @ Nabum

                    Vous l’avez fait !!! Je voulais écrire quelque chose sur les « Tablettes d’argile » et sur celles de Windows pour dire tous les extrêmes de humanité, vous m’avez précédé !


                    • C'est Nabum C’est Nabum 10 septembre 2014 18:20

                      Mohammed MADJOUR


                      Ceci est un conte que je dirai en public

                      ÉCRIVEZ UN TEXTE PLUS ÉLABORÉ ET ENVOYEZ-LE MOI 

                    • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 10 septembre 2014 18:39

                      Tiens donc !!! Mais qu’est-ce qu’il a ce Nabum à se réserver des privilèges ?

                      QUAND J’ÉCRIS UN TEXTE, EN GÉNÉRAL JE LE DESTINE AU GENRE HUMAIN !


                    • C'est Nabum C’est Nabum 10 septembre 2014 18:59

                      Mohammed MADJOUR


                      Il doit avoir la grosse tête ...

                      Ne lui en voulez pas, ce n’est pas simple

                      • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 11 septembre 2014 18:59

                        @ Nabum

                        Ai-je une tête à en vouloir à quelqu’un ?


                        • C'est Nabum C’est Nabum 11 septembre 2014 19:00

                          Mohammed MADJOUR


                          Je ne juge jamais la tête ....
                          Elle ne me revient jamais, déplore le bourreau ! 

                        • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 11 septembre 2014 19:16

                          @ Nabum

                          Malgré les milliers de kilomètres qui nous séparent, je suis sûr que vous devinez que j’incline ma tête pour approuver votre réponse...


                          • C'est Nabum C’est Nabum 11 septembre 2014 19:36

                            Mohammed MADJOUR


                            Si l’inclinaison exprime un gout, pourquoi pas
                            Si ce n’est que courbettes et abaissement, je n’en veux point

                            Gardez la tête haute ! 

                            • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 11 septembre 2014 19:52

                              @ Nabum

                              Vous dites bien « courbettes et abaissement » vous me faites tellement honte Nabum que je détourne la tête de tout le Web : Je vais à l’instant me déconnecter ! Je ne sais pas si un jour je vous adresserais la parole, j’ai déjà la tête ailleurs  !


                              • C'est Nabum C’est Nabum 11 septembre 2014 19:59

                                Mohammed MADJOUR


                                N’ayez pas la tête si proche du bonnet, j’expliquais seuelement l’autre définition du mot inclinaison pour ceux qui n’ont pas de tête

                              • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 11 septembre 2014 20:08

                                @ Nabum

                                Des sans têtes ? Quel siècle mon Dieu !!! Des sans-dents c’est déjà terrible ! Il est vrai que les sept têtes, ça ne manque pas ces temps-ci !!!

                                Bon, Nabum ! Laisser moi le temps de voir ... A tête reposée !


                                • C'est Nabum C’est Nabum 11 septembre 2014 20:20

                                  Mohammed MADJOUR


                                  Les dents ont des têtes couronnées ...

                                • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 12 septembre 2014 10:29

                                  @ Nabum

                                  Disons que les têtes faussement couronnées qui sont à la tête du faux « Empire européen » ont des dents plus aiguisées que celle du menu peuple ! Pas besoin de se casser la tête pour savoir quelles broient ce qui revient même aux SDF !


                                  • C'est Nabum C’est Nabum 12 septembre 2014 12:49

                                    Mohammed MADJOUR


                                    La couronne voit le mal partout et refuse de le prendre à la racine.
                                    C’est par manque de tête sans doute

                                    • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 12 septembre 2014 17:58

                                      Oh que non, ce n’est pas « par manque de tête » c’est parce que tous ceux qui sont « à la tête » de leurs pays ne savent plus où « se donner de la tête »  : A leurs affaires personnelles ou pour améliorer la condition des sans dents !


                                      • C'est Nabum C’est Nabum 12 septembre 2014 18:06

                                        Mohammed MADJOUR


                                        Ils ont l’enrichissement en tête, le leur et non pas celui des citoyens

                                        Puisque leurs têtes ne finissent plus sur le billot, ils n’ont pas de raison de se priver. Ils auront droit à un avion privé et un bel exil en cas de débarquement. Rien de plus ; on ne touche jamais aux biens mal acquis

                                      • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 13 septembre 2014 17:54

                                        @ Nabum

                                        C’est bien vrai Nabum, c’est à se prendre la tête avec les deux mains et vomir à volonté !


                                        • C'est Nabum C’est Nabum 13 septembre 2014 22:19

                                          Mohammed MADJOUR


                                          Je rends les armes ce soir la tête me tourne

                                        • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 14 septembre 2014 09:45

                                          @ Nabum

                                          Non, ce n’est pas à moi qu’on raconte ds histoires : Qu’est-ce que vous avez derrière la tête, Nabum ? Allez, reprenez-vous, la tête de peloton ne fait jamais défection !


                                          • C'est Nabum C’est Nabum 14 septembre 2014 10:05

                                            Mohammed MADJOUR


                                            Vous comprendez ce qui m’est arrivé en lisant le billet cause de mes tourments
                                            Un mal de tête qui démarre du pied, allez donc comprendre ! 

                                            Quant au pelonton, voilà un lieu où je n’aime guère être

                                            échappé ou trainard mais jamais dans la masse, fut-ce à sa tête ! 

                                          • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 14 septembre 2014 11:33

                                            @ Nabum

                                             Vous comprenant bien à travers vos écrits, je me rassure moi-même et je ne me casse pas la tête malgré vos supputations... 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires