• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Arestrup & Dussollier en « Diplomatie » au Madeleine

Arestrup & Dussollier en « Diplomatie » au Madeleine

Deux personnages historiques, deux comédiens tête d’affiche pour un enjeu capital, la destruction ou non de Paris, au petit matin du 25 août 1944.

Si leur duel rhétorique va se dérouler en temps réel sur les planches du Théâtre de La Madeleine, c’est selon les modalités d’une leçon de diplomatie imaginaire où l’auteur entreprend d’opposer l’ordre martial de la hiérarchie militaire d’avec le réalisme géopolitique grâce à un entre-deux paroxystique quoique fictif.

Pour étayer la crédibilité de cette entrevue nocturne, purement spéculative, il fallait la stratégie contextuelle d’une botte secrète :

Un escalier dérobé avec entrée discrète à l’arrière de l’hôtel Meurice, investi en siège international de la Kommandantur, allait fournir à Cyril Gely l’arme décisive de cette rencontre au sommet.

Pour ou contre l’implosion de l’ensemble des ponts de Paris à l’exception d’un seul permettant de s’extraire du centre de Paris submergé par les eaux de la Seine ?

La problématique devra se résoudre, avant l’aube, face à un décor panoramique et depuis une terrasse du palace réquisitionné, surplombant les Tuileries, la Concorde ainsi que les toits de la Ville lumière confiée pour le moment au paisible sommeil de ses habitants !

Fort heureusement, la destinée de Paris ne sera pas celle de Berlin, à quelque temps de là !

L’une sera sauvée in extremis de la folie meurtrière d’une chaîne de commandement en perdition, l’autre sera anéantie sous le feux des bombes alliées au détriment des civils mais aussi de sa richesse architecturale !

Pour l’heure, le défi entre Niels Arestrup et André Dussollier est non seulement de jouer la montre, mais surtout de faire échec et mat à l’adversaire en le ralliant la cause supérieure du partenaire :

Obéissance légitime opposée au libre arbitre.

Dans la pièce de Cyril Gely, c’est la sauvegarde programmée de la famille du Général Dietrich von Cholitz qui constituera l’argument décisif à l’abandon du projet fou.

La main de velours du Consul de Suède Raoul Nordling aurait réussi à rendre raison aux soubresauts ultimes du processus démoniaque engagé.

Il suffirait, dès lors, à André Dussollier de prendre à rebours l’escalier dérobé pour que tombent définitivement les masques du Théâtre et qu’en dernière instance, Paris soit sauvée et, par la suite, libérée !…

photo © Theothea.com 

DIPLOMATIE - ***. Theothea.com - de Cyril Gely - mise en scène : Stephan Meldegg - avec Niels Arestrup, André Dussollier, Roman Kané, Olivier Sabin & Marc Voisin - Théâtre de La Madeleine

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.67/5   (3 votes)




Réagissez à l'article

1 réactions à cet article    


  • 2102kcnarF 9 février 2011 21:27

    Dans la pièce Arestrup/Général Dietrich von Cholitz : « Les français ce peuple de dégénérés ... »

    Je ne discute pas le constat, smiley , mais est-ce le discours qu’a tenu ce général ou une licence du créateur de la pièce ?

    Quant à Arestrup je l’ai trouvé dans l’extrait trés en decà de ce qu’il fut .... peut-^tre une simple impression !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès