• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Atlantis

Un livre sympa, que je lis actuellement : Atlantis, de David Gibbins - Éditions First.

Tout commence en Égypte. Une équipe d’archéologues découvre par hasard un papyrus sur lequel est écrit un message : Atlantis, le nom de la cité perdue dont parle Platon dans ses écrits. Plus étrange encore : la langue dans laquelle il est écrit ne correspond à aucune de celles connues des plus éminents spécialistes de la Grèce ancienne. Et si celui qui l’avait rédigé était un habitant de l’Atlantide, une cité de la haute Antiquité au peuple très civilisé, engloutie par un raz-de-marée ? Comment déchiffrer le code secret de ce message ?

Au large de l’Abkhasie ?

Bouquin étonnant, ce Atlantis  ! D’abord, il est rédigé par un véritable (et donc honorable !) professeur de Cambridge, docteur en archéologie. David Gibbins écrit ici son premier livre, une sorte de thriller assez brut de décoffrage question style, mais efficace en données historiques de tous ordres. Son propos est, de fait, de nous convaincre de sa théorie sur la situation de l’Atlandide. Pour la proposer, il se lance dans un roman contemporain avec les forces du bien et du mal bien identifiées, trésor, sous-marins, bombes atomiques, terroristes, bagarres et même une petite romance.

Nous avons donc les gentils d’un côté, qui finissent par triompher. Et les méchants, qu’il est difficile de rater, tant ils sont caricaturaux. On pourrait s’arrêter ici et refermer le livre.

Pourtant, c’est truffé d’explications historiques, et ses notes de fin d’ouvrage rendent sa théorie assez plausible. C’est cela qui rend son livre intéressant (et redoutable car il est difficile de le parcourir en diagonale). En gros, David Gibbins situe son Atlantide en Mer Noire, au large de l’Abkhasie, comme Schliemann situait Troie dans un endroit qui faisait se gausser les historiens, avant qu’ils ne découvrent qu’il avait raison. Malheureusement, la zone envisagée par David Gibbins est inaccessible, vu le contexte géopolitique du moment, mais sa théorie se fonde sur pas mal d’éléments. Aussi, pourquoi pas ?

David Gibbins est universitaire à Cambridge et Docteur en histoire. C’est une autorité reconnue dans le domaine des civilisations disparues. Atlantis est son premier roman. Spécialiste de l’archéologie, il utilise avec talent les données scientifiques concernant l’Atlantide et la légende qui entoure la cité perdue pour créer une fiction passionnante et crédible.

Je me prends parfois à rêver et à imaginer que ce docteur pourrait avoir un blog qui lui permette de continuer ses recherches sous forme d’intelligence collective, mettant en réseau les neurones des milliers de lecteurs qui pourraient, peut-être, allons savoir, faire avancer ses recherches... Une chose est certaine, Le DaVinci Code a permis d’ouvrir une nouvelle voie dans le domaine littéraire, qui existe déjà dans le domaine télévisuel (et qui est très loin d’être une réussite...), le docu-fiction. On pourrait ici l’appeler la thèse romancée... un doux mélange de réalité (lieux, faits historiques), de fiction (personnages, etc.) et de croyances...


Moyenne des avis sur cet article :  4.11/5   (9 votes)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON









Palmarès