• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Au secours ! Nous mourons !

Au secours ! Nous mourons !

 Michel Tarrier a dû battre un record en publiant sur Agoravox 62 articles depuis septembre 2011 !

Il a fondu sur AV avec la promptitude d’un aigle du désert avide d’enlever les pauvres souris que nous sommes à nos illusions terre à terre !

Son but : nous faire prendre de la hauteur, nous ouvrir les yeux, nous faire découvrir la réalité de ce monde dévasté, surpeuplé, promis à une fin prochaine.

 

Certes, le sujet n’est pas gai et il y a tant de sujets de désolation en ce bas-monde que certains n’ont pas aimé entendre ce message.

L’Evangile selon Tarrier a été accueilli avec prudence , énervement et parfois fureur.

Les plus raisonnables, dans certains domaines, lorsqu’il s’agissait d’aborder ces problèmes en étaient ulcérés et le traitaient d’eco-terroriste, pire de malthusien, comme si la surpopulation et surtout la surpopulation d’une population gourmande qui bouffe de la planète avec voracité n’était pas une réalité dont nous entendons parler tous les jours. 

 

Certes Michel Tarrier n’est pas un doux.

C’est un désespéré.

Un de ces fous de vérité qui tiennent des propos aussi violents qu’un alcool russe. Certains encore, presque acquis à ses causes, trouvaient sa violence contre-productive. Il fallait dire aux gens, calmement : « Vous êtes en train de crever. » Imaginer que tout n’est pas si grave. Qu’il suffit de tourner un peu le gouvernail à gauche quand il n’y a plus de gouvernail et que l’on flotte sur un océan de déchets. Mais qu’on en jette tous les jours encore.

 

Je ne sais pas si Cassandre, du temps de ses prédictions, était quelqu’un de calme qui se promenait au bord de l’eau en chantant : « Attention aux chevaux de bois woua woua woua… !!! », tout en faisant le geste des socialistes : « Le changement c’est maintenant » , en brassant de l’air avec ses bras ! 

 

Michel Tarrier le kamikaze, ce qui signifie, « vent divin », vient de sortir un livre au titre clair :

Les orphelins de Gaïa.

Il aurait pu aussi l’intituler ;

Nos enfants n’hériteront de rien…

 Ou bien :

Un futur sans avenir ou un avenir sans futur ?

 

On reconnaît son style. Que nous dit-il ?

 

«  Nous pourrons toujours voter Hollande, Joly, Bayrou, Le Pen, Mélenchon ou garder Sarko, de toute façon nos enfants n’hériteront de rien. Sauf peut-être d’un cancer.

S’il est admis qu’un enfant doit préparer son avenir personnel et qu’il soit dirigé en ce sens, (éducation, scolarité, diplômes…), c’est un paradoxe ordinaire de constater que nos sociétés ne se soucient que trop peu de l’avenir commun. Nos enfants préparent donc un avenir… qui manque de futur."

 

Il aborde dans ce livre l’écologie comme un thème universel, en qualité de cause majeure et d’enjeu primordial de notre humanité.

Simplement parce que la Nature a toujours raison.

C’est aussi un manifeste d’écorésistance, laquelle a pour objectif de damer le pion au productivisme, notamment sous sa forme dangereusement masquée d’économie verte, verdie, reverdie, et ce, par des propositions radicales, lucides, indépendantes et pour la plupart dissidentes de l’écologisme électoral.

L’écorésistance en appelle à Gaïa, à Pachamama, à la Terre-mère.

 

Une crise écologique se manifeste lorsque le milieu de vie d’une espèce ou d’une population évolue sur un mode défavorable à sa survie… Quand la moitié d’une humanité surnuméraire de 7 milliards d’âmes se rend volontairement malade par excès de nutrition, et que l’autre moitié souffre d’une malnutrition par défaut, on comprend bien que ça ne peut plus durer.

Bâtir sans détruire n’aura pas été un défi : déforestation, mort biologique des sols, désertification, sixième crise de la vie et extinction massive d´espèces, pollutions, réchauffement du climat, fonte des glaces, montée des océans, tarissement accéléré de toutes les ressources non renouvelables, nous entrons de plain-pied dans un monde à l´avenir barré. La Terre vue du ciel : bientôt un cimetière, une fosse commune. Notre humanité est en voie de se faire à elle-même le coup des dinosaures d’il y a 65 millions d’années. Ce que nous voyons encore aujourd’hui, nos enfants ne le verront pas demain. Ce déshéritement n’est-il pas le plus intolérable des crimes ?

« Merci de laisser la planète dans l’état où vous l’avez trouvée en entrant » : nous n’avions pas cru bon placarder cet avertissement sur notre belle Maison du Quaternaire.

Derrière la porte verte, il n’y a plus rien, juste un dernier battement d’aile. De quoi avoir mal à la Terre, vraiment.

 

J’ai lu ce livre et je me permets de vous le recommander car il aide, avec passion, un combat juste et nécessaire. Le productivisme est notre ennemi. Un ennemi mortel et il faudra tout de même le vaincre si nous voulons survivre.

 

Les Orphelins de Gaïa, de Michel Tarrier, 228 pages, Presses du Midi

 

Ce manifeste est dédié à Libertero, une voix unifiée, libre et indépendante pour la Terre : http://www.libertero.net

Bientôt en librairie, on peut déjà le commander au chez Amazon :

http://www.amazon.fr/orphelins-Ga%C3%AFa-Tarrier-Michel/dp/281270313X


Moyenne des avis sur cet article :  3.19/5   (73 votes)




Réagissez à l'article

105 réactions à cet article    


  • Gabriel Gabriel 31 janvier 2012 15:07

    Bonjour Ariane,

    Michel à tendance à forcer le trait, cela est du sans doute au pessimisme qu’il cultive. Cependant plusieurs de ses remarques sont loin d’êtres stupides ou dénuées de sens. Pour régler les problèmes d’un avenir très proche tel que : l’énergie, l’eau, l’alimentation, la pollution etc… si nous n’agissons pas sur le seul et unique facteur responsable de ces pénuries en devenir qu’est la surpopulation alors, Michel aura raison, nous courrons à un cataclysme certain et à un choc de civilisations terrible. La terre est faite pour nourrir peut-être dix milliards d’hommes et non cinq fois plus. A force de détruire notre environnement, d’empoisonner notre écosystème, la nature qui peut se passer de nous reprendra ses droits.


    • Ariane Walter Ariane Walter 31 janvier 2012 15:12

      je te remercie, ange Gabriel, de venir battre des ailes sur un fil qui parle d’espoir ! (Je suis lyrique ce matin !)


    • dawei dawei 31 janvier 2012 18:35

      LA plupart des pays le splus gourmands en ernergie se depeuplent sans meme faire de politique nataliste (à part la Chine).
      Il est absurde de croire que l’evolution de la population humaine soit une droite, voire une exponentielle. L’Homme s’autorégule, meme sans guerre ni famine ni epidemie. Quand il prospere, il fait moins de 2 enfants, car le taux de mortalité infantile est quasi nulle, et qu’il peut subvenir à ses besoins jusqu’à la fin de sa vie sans l’aide de sa progeniture ... lorsque l’Homme est pauvre, il en fait plus, car il a besoin d’un coup de main, et quand il sera usé et malade, plus tot que le riche bien sur, il passera le relai à sa progéniture, ou du moins à celle qui a survécu. Donc, ça peut paraitre surprenant, mais les choses sont bien faite :
      - les pauvres font plus d’enfants, mais ne sont pas gourmands en energie.
      - les riches font moins d’enfants, mais sont plus gourmands en energie.
      Globallemnt, ça se tient, il faut juste chercher à ce que les pauvre prosperent , deja parcequ’on ne peut vivre heureux entouré de tant de misère ... mais aussi car ils feront moins d’enfants automatiquement, et il faut que les riches changent de modelent consumeristes, car quand les pauvres deviendront plus prosperes, c’est entre autre du modele consumeriste des riches qu’ils s’inspireront.
      Bref, le pessimisme n’apporte rien. Et meme si la connerie humaine n’a pas de limite, ça capacité à résoudre des problème non plus .


    • Croa Croa 31 janvier 2012 19:27

      à Dawei, écolo anti-Tarrier (aussi bisonours que tarrier est fataliste.)

      C’est surtout la connerie des foules qui n’a pas de limite et la capacité de propagande de l’autorité pareillement. Autorité fondée à penser qu’un changement sera sa perte à elle. 


    • dawei dawei 1er février 2012 10:10

      la connerie illimitée de la foule est generallement à son abrutissment organisé ... typique des société obscurantistes totalitaires ... mais le totalitarisme n’est pas une fatalité, c’est pourquoi il faut décentraliser toute forme de pouvoir.


    • appoline appoline 1er février 2012 13:08

      Si le pessimisme n’apporte rien, il ne faut pas se montrer optimiste non plus car si vous n’expliquez pas crûment aux diverses populations, l’avenir de notre planète, ils vous rigolent au nez en pensant que nous avons grandement le temps de nous préoccuper de cette dernière.


      La planète va mal, très mal et nous sommes en surpopulation depuis de nombreuses années, en France nous avons encore nos médias qui glorifient les françaises d’être les meilleures pondeuses d’europe, ridicule. Il aurait fallu inverser le processus il y a déjà longtemps.

    • JL JL1 31 janvier 2012 15:35

      Bonjour Ariane,

      et bravo pour ce bel éloge à ce livre qui complète à n’en pas douter, celui d’Hervé Kempf : « Comment les riches détruisent la planète ».

      Le productivisme c’est l’ennemi, oui, et doublement : parce que l’autre face de la médaille, c’est la disparition de tout ce qui était gratuit, propre, généreux, et cette raréfaction des choses naturelles nous aliène encore plus sûrement que cette abondance d’objets qui sortent des machines, aussi pimpants qu’artificiels et déjà mort-nés mais dont nous ne savons plus nous passer.

      Pour mettre fin à ce cataclysme qui se déroule sous nos yeux, je crains qu’il ne soit trop tard. Mais s’il y a un espoir, c’est quand-même du coté de la gauche non productiviste que nous devons regarder. Trop longtemps, les travailleurs ont été les alliés objectifs du patronat : peut-être que les lignes pourraient bouger aussi de ce coté ; si au moins les écologistes savaient virer leurs brebis galeuses, je parle des politiciens, bien entendu.


      • Ariane Walter Ariane Walter 31 janvier 2012 16:02

        Bonjour JL,

        En lisant ton post je pense à l’impossibilité qu’il y a à l’heure actuelle de couper des arbres et de prendre des pierres, du sable pour construire une maison. Tu dois passer par Leroy-Merlin ou autres et sortir ta carte. Ainsi l’ingéniosité a les pattes coupées. L’éducation forme des consommateurs et non des créateurs.
        J’ai apprécié que, dans son discours de Metz, Mélenchon parle de ce productivisme qui nous tue à petits feux et dont personne ne veut sortir.

        Le vent se lève, il faut tenter de vivre...
        Que ce soit le vent de la conscience universelle retrouvée.
        Bonne journée à toi !


      • Croa Croa 31 janvier 2012 19:40

        « gauche non productiviste »

        Bel oxymore !  smiley

        (ça marche aussi avec « droite », évidemment.)

        Politiquement, la solution est à l’Alliance qui propose au peuple la seule voie de salut !

        Le clivage droite-gauche est là pour diviser le peuple et l’empêcher de penser. Les politiciens dit de droite ou de gauche ne sont que des pantins et des leurres médiatiques.


      • JL JL1 1er février 2012 13:45

        Croa,

        je ne vois pas en quoi « gauche non productiviste » serait un oxymore ? Ni un pléonasme, d’ailleurs.

        Pendant des décennies, le PC - la gauche, hein ? -, était allié objectif du patronat : rappelez vous de la guéguerre stakhanovisme vs taylorisme, aussi productivistes l’un que l’autre.

        Par gauche non productiviste, j’entends la partie de la gauche qui prône le refus de la croissance démesurée et inégalitariste - j’en suis -, et ça comprend aussi les écologistes de gauche, évidemment.


      • kéké02360 1er février 2012 14:24

        << Le vent se lève, il faut tenter de vivre... >>

        ou

         le temps se lève, il faut se vanter de vivre ......... smiley


      • SATURNE SATURNE 31 janvier 2012 15:58

        Bonjour l’auteuse, comme dirait l’autre...

        1/ Vous nous dites que Michel Tarrier a pondu 62 articles ici même en quelques mois, et pourtant, je ne l’avais jamais lu, ni méme enregistré de façon subliminale. Comme quoi, prolixité n’est pas visibilité

        2/ Le titre m’a bien plu, j’ai cru que vous alliez nous inviter à fumer, à boire, à rouler à 220 sur les autoroutes désertes, à manger des andouillettes AAA avec des frites bien grasses, à relire Céline et Cioran, à faire des clins d’oeil aux jolies filles dans la rue, quitte à ramasser un soufflet sur la joue droite, puisqu’en effet on va crever, on le sait, et c’est du reste ce qui constitutif de l’homme par rapport à la bête.
        Et j’attendais, en toute logique, la conséquence : haltes aux papelards récurrents sur Mélenchon, Hollande, Sarko, la Sécurité Sociale, la TVA, puisqu’ en effet, tout cela n’empéchera nullement notre trépas, pour certains dans des souffrances torquémadesques.

        Or rien de tout cela, que nenni.J’ai lu le « CV » du Monsieur.
        Rien de philosophique. Nan nan, de la tambouille alternative bien classique : une pincée d’écologie, un zeste de boudhisme, d’altermondialisme, d’eugénisme soft.
        Bref, courir embrasser campanules, genièvres, écureuils et autres hôtes de nos bois...

        Bon, du classique finalement. De la branchouille. Je passe mon chemin.

        PS : dites Ariane, vous disparaissez plusieurs mois, sans rien dire. Vous nous laissez au désespoir. Et pis tout à coup, vous réapparaissez pour nous vendre ce livre. Des accointances avec l’éditeur ? L’auteur ?
        La question n’a rien de mal intentionnée. On a le droit, si c’est le cas, de dire du bien de ses amis. C’est juste pour la transparence.
        Bonne journée.


        • Ariane Walter Ariane Walter 31 janvier 2012 16:08

          Cher Saturne,

          Rv cette semaine pour un papier sur Mélenchon. Vous allez pouvoir vitupérer et mitrailler !!!

          Quant aux raisons de cet article, c’est que j’apprécie l’engagement désespéré de Michel Tarrier et que lui donner un coup de pouce (léger) pour faire connaître son livre ne m’a pas paru malhonnête.Ca vous va ?

          Quant aux raisons de mon silence ; j’ai écrit une pièce inspirée par DSK et les Indignés et un théâtre parisien est intéressé. J’en suis aux modifs pour le metteur en scène. Cela doit être joué en septembre. Mais d’ici là...On verra bien...


        • SATURNE SATURNE 31 janvier 2012 16:34

          Mais oui Ariane, ca me va. Tout me va, puisqu’on va crever...
          Alors donc, si je comprends bien, pas un mot ou un article pour dire « vivons heureux en attendant la mort », comme disait Desproges. Mangeons du saucisson si ça nous chante.
          Buvons des Cotes de Nuit, puisque nous allons à la nuit.
          Lisons les auteurs toxiques.
          Non, toujours pas ?

          Finalement, vous étes une belle âme. Vous voyez à 500 ans. Vous vous préoccupez des grand équilibres etrre/ eau / oxygène/ PIB pendant que les asticots nous auront nettoyé depuis longtemps.
          J’avoue ne pas voir si loin ni avoir l’âme si belle.
          Tenter d’aider quelques inconnus sur la route, hic et nunc, me suffit.
          Voir les larmes d’un ami sur son lit d’hopital, lui faire un clin d’oeil, peut étre le dernier et garder ce secret pur comme le diamant, vous avez raison, je ne vois pas plus loin.

          PS : je le dis pas méchamment, Ariane, car blesser est aussi inutile que petit.
           Mais quand méme : dans quel monde vivez-vous ?


        • Ariane Walter Ariane Walter 31 janvier 2012 22:22

          Dans le nôtre...


        • Pelletier Jean Pelletier Jean 1er février 2012 14:32

          @Saturne,
          Merci pour ce moment de pure élégance spirituelle, avec beaucoup de simplicité vous nous rappelez  que, si la voix des cassandres doit se faire entendre, ils nous reste tout à faire au présent et que nous aurions tort d’oublier les petits gestes de solidarité et de complicité avec ceux qui souffrent et manquent de tout.

          http://jmpelletier52.over-blog.com/


        • kéké02360 1er février 2012 14:34

          Saturne

          me fait penser à des proches qui avancent la tête dans le sable sans voir qu’ils laissent derrière eux un sillon !!!

          alors avec ces proches il est formellement déconseillé d’aborder en famille les problèmes de société devant les enfants , dixit : << faut pas leur casser le moral, faut leur laisser de l’espoir ......... >>  !!!!!!!! smiley  smiley

          Faudrait quand même pas prendre nos enfants pour des cons smiley


        • Michel Tarrier Michel Tarrier 31 janvier 2012 16:00

          Merci Ariane, je suis confus.
          Tiens, Chasse-Pêche-Nature ou un truc du genre développe un projet si « exemplaire » en matière de conscience universelle que Sarkosy se dispute le bout de gras... Tous ces gens qui veulent gouverner, c-a-d faire main basse sur la ville, ne sont que des mercenaires, dans le plus abject sens du terme :
          http://unautreregardsurlemondetarrier.wordpress.com/2012/01/31/un-assassin-voudrait-500-signatures/


          • Ariane Walter Ariane Walter 31 janvier 2012 16:12

            Michel,
            Ne soyez pas confus. Je suis fière d’aider à faire connaître des idées essentielles à notre survie. C’est quand même la moindre des choses !
            Et bonne chance pour votre bouteille à la mer !
            Quoique cette image suggère des étendues vierges et pures ce qui n’est plus guère le cas !
            Il n’y a plus de mer. il n’y a plus que des bouteilles !


          • Croa Croa 31 janvier 2012 19:58

            Hélas oui, ce monsieur va récupérer sans problème ses 500 parrainages auprès des petits maires ruraux avec lesquels les chasseurs sont très bien en cours. 

            Jean-Marc Governatori, qui représente tout le contraire et qui voudrait défendre la vie, dans sa qualité et sa pérennité est bien mal parti par contre... smiley

            Si vous êtes bien vu de votre maire parlez-lui plutôt de ce Monsieur, parce que les médias ne le feront pas !


          • Aldous Aldous 1er février 2012 11:17

            Malheureusement, Ariane Michel Tarrier est un des pires avocats de la cause écologiste.


            Un véritable épouvantail bien dans la ligne des ecolofascistes de 10:10 qui rêvent ouvertement d’exploser ceux qu’ils ne parviennent pas a convaincre.

            Avec des tels amis, la planète n’a pas besoin d’ennemis.


          • Ariane Walter Ariane Walter 1er février 2012 11:28

            Aldous,

            J’apprécie bcp vos articles mais sur ce sujet nous ne sommes pas d’accord. Vous permettez ? C’est vous que je juge excessif.


          • Aldous Aldous 1er février 2012 12:04

            Et j’en suis désolé.


            Mais vous finirez par cerner l’intolérance du personnage.

          • zadig 31 janvier 2012 16:03

            Bonjour,

            Les discours me semblent superflus.
            (un de mes vieux commentaires)

            Nous sommes dans un monde aux ressources finis.
            Nous avons déjà dépassés le point d’équilibre.
            Les pénuries se manifesteront d’abord de façon ponctuelle.
            Les choses pourront durer des années.
            Et puis d’un seul coup un évènement catalyseur provoquera la panique.

            Nous entrerons alors dans le chaos et la décroissance brutale.
            Cela durera des années avec des millions (milliards ?) de morts.

            Comme pour les populations animales les choses se stabiliseront
            à l’atteinte d’un nouveau point d’équilibre.

            Le monde sera alors méconnaissable.

            Bonne soirée.


            • Ariane Walter Ariane Walter 31 janvier 2012 16:13

              La nuit tombe bien vite chez vous, Zadig !! Vous êtes au pôle ????
              Bonne journée encore pour moi !


            • Michel Tarrier Michel Tarrier 31 janvier 2012 16:20

              C’est une bouteille à la Terre...
              J’ajoute ceci, pour répondre d’avance aux misérables railleries de ceux qui pensent que tout va bien et que la terre est toujours plate :
              Nous sommes spécifiquement imbus, nous nous croyons immortels, supérieurs, ignifugés, cuirassés par un gigantesque ego et non menacés par la lente décrépitude de notre cadre de vie qui annonce un avenir de plus en plus incertain. Comme si notre instinct de conservation était intrinsèque à notre grandeur, que rien ne pouvait nous atteindre. L’homme qui a su dominer un monde de providence imagine pouvoir dominer un monde vidé de sa substance.


              • Ariane Walter Ariane Walter 31 janvier 2012 16:26

                Tellement bien dit...


              • Gabriel Gabriel 31 janvier 2012 17:29

                Michel, il est dans la nature de l’homme de se croire supérieur aux autres espèces et c’est ce qui sera sa perte. Sans un changement de paradigme qui passe obligatoirement par un réel  changement d’attitude et de pensé, la fin est programmée par l’arme qu’il s’est mis sur la tempe. Il ne faut plus dire « JE » mais « NOUS » penser global et agir local. Notre survie, c’est l’autre et comme vous le savez, il y a du chemin à faire. Laisser de côté le paraître et l’avoir, devenir aidant plutôt que possédant, en clair, finalement et tout simplement, se comporter en homme...


              • R-sistons R-sistons 31 janvier 2012 19:23

                Tellement mal dit.. quelle suffisance, ce Tarrier ! Quelle violence ! Quel mépris envers ceux qui ne pensent pas comme lui ! Je fuis vite ce post ... eva


              • Croa Croa 31 janvier 2012 20:12

                C’est faux, l’homme sait bien qu’il est mortel. Sa cécité est plutôt dans la confiance qu’il accorde à l’autorité et à ses dieux. Par ailleurs il ne domine rien mais subit son destin comme les autres créatures.


              • Michel Tarrier Michel Tarrier 1er février 2012 08:52

                “Je fuis vite ce post ... eva”
                Mieux vaut se faire accompagner d’un psychiatre pour lire cette délirante réaction empreinte de schizophrénie très ordinaire de la part d’une femelle de l’espèce Homo sapiens demens.
                La porteuse de rose décapitée et qui maintenant me descend en flèche a passé le plus clair de son temps de blogueuse hystérique à copier-coller, et ce sans mon agrément, tous mes billets d’une écologie radicale dont elle se gargarisait.
                La ménopause suppose l’absence des sautes d’humeurs dues aux périodes menstruelles, il ne peut donc s’agir que d’un cas avéré de multipolarité.
                Pour lire mes articles qu’elle déteste, il n’est donc que de consulter son bordellique blog. Chercher l’erreur…
                Et j’en passe !
                http://sos-crise.over-blog.com/article-civilisation-de-la-destruction-michel-tarrier-63038895.html
                http://sos-crise.over-blog.com/article-vos-ancetres-les-gaulois-michel-tarrier-et-le-racisme-de-nos-ancetres-60996973.html
                http://sos-crise.over-blog.com/article-critique-de-la-surpopulation-par-l-ecologiste-urgentiste-michel-tarrier-65107121.html


              • Aldous Aldous 1er février 2012 11:25


                La ménopause suppose l’absence des sautes d’humeurs dues aux périodes menstruelles, il ne peut donc s’agir que d’un cas avéré de multipolarité


                Poète en plus ?

                Quel classe ce Tarrier !

                Quelle élégance smiley

                Franchement Ariane, vous me décevez de vous rallier a ce gourou a la diarée verbale nauseabonde.


              • Jonathan Moadab L’Incorruptible 1er février 2012 12:13

                Je ne comprend pas le génie de Michel Tarrier... De grandes phrases pour insulter, ça me paraît un peu surfait. 


              • appoline appoline 1er février 2012 13:11

                @ Croa,


                Allez dans les hospitaux et vous verrez que médecins et malades ne le savent pas ; ils s’accrochent et dépensent sans compter pour prolonger une vie perdue de quelques heures, quelques jours. Ca aussi, c’est non seulement ridicule, mais c’est un crime de laisser penser à un patient que tout est possible.

              • bernard bernard 1er février 2012 17:08

                « Mieux vaut se faire accompagner d’un psychiatre pour lire cette délirante réaction empreinte de schizophrénie très ordinaire de la part d’une femelle de l’espèce Homo sapiens demens. » (Sic)

                Quelle classe...
                Vraiment !


              • Ariane Walter Ariane Walter 1er février 2012 18:04

                J’apprécie les thèses de Michel Tarrier mais pas ses posts insultants. Qui ne peuvent que lui nuire. C’est évident.


              • Berran 31 janvier 2012 16:39

                Et pendant ce temps des chercheurs français touchent du doigt le secret de la jeunesse éternelle :
                http://www.lepoint.fr/chroniqueurs-du-point/anne-jeanblanc/l-homme-qui-rajeunit-les-cellules-05-11-2011-1392886_57.php

                http://www.rfi.fr/france/20111101-scientifiques-francais-touchent-doigt-le-secret-jeunesse-eternelle

                 "Repousser des ans l’outrage, ce vieux rêve de l’Humanité semble un peu moins inaccessible. Des chercheurs français sont en effet parvenus à rajeunir des cellules d’individus très âgés, certains ayant dépassé le siècle, en les reprogrammant au stade de cellules souches, faisant ainsi la démonstration que le processus du vieillissement peut s’inverser. "


                • zadig 31 janvier 2012 16:44

                  A Michel Tarrier,

                  Je pense que la sixième grande extinction est en cours.

                  Sa vitesse est à l’échelle géologique donc pas très rapide pour nous

                  Parmi les candidats à notre succession.

                   

                  Les fourmis d’Argentine colonisent la planète !

                  la fameuse noosphère dont parlait Teilhard de Chardin et bien je crois
                  que ces bestioles en sont proches

                  Salutations


                  • Aldous Aldous 1er février 2012 13:58

                    Je pense que la sixième grande extinction est en cours.


                    Oui et c’est l’extinction des lumières.

                    Je laisse 5 mn aux gentlemen pour tenter de comprendre l’allusion... 

                  • zadig 1er février 2012 14:47

                    A Aldous,

                    Le commentaire est sibyllin.
                    Je crois comprendre l’allusion
                    Mais dans quel sens ?

                    Salutations

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès