Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile
  • Agoravox TV

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Audrey Azoulay, le sexe et le cinéma

Audrey Azoulay, le sexe et le cinéma

« Le film comporte (…) plusieurs scènes de sexe présentées de façon réaliste, en gros plan, dont l’une en particulier (…) dévoile l’intimité des deux actrices ; que le choix retenu par le réalisateur du film de présenter ces scènes en plan-séquence, sans artifices, ni accompagnement musical, dans le but de leur conférer une plus forte intensité émotionnelle, exclut toute possibilité pour les spectateurs, et notamment les plus jeunes, de distanciation par rapport à ce qui est donné à voir. » (Extrait de l’arrêt du 8 décembre 2015 de la cour administrative d’appel de Paris à propos du film "La vie d’Adèle").

_yartiAzoulay01

Le jeudi 11 février 2016, au dernier remaniement ministériel, Audrey Azoulay a appris sa nomination comme Ministre de la Culture et de la Communication. Elle est un peu l’équivalent à la Culture du Ministre de l’Économie Emmanuel Macron, une personnalité très sympathique, toujours souriante, et très brillante. À 43 ans, fille d’une personnalité très connue, elle sort des coulisses de culture qu’elle a toujours fréquentées.


Le parcours d’Audrey Azoulay

Après d’excellentes études (maîtrise à Dauphine, MBA à Lancaster, IEP Paris et ENA), elle a suivi une carrière d’administratrice civile dans l’audiovisuel public, aussi enseignante et magistrate à la Cour des Comptes. Après plusieurs fonctions de gestion au Centre national du cinéma et de l’image animée (CNC) de 2006 à 2011, elle en est devenue la directrice générale déléguée de 2011 à 2014.

En 2006, elle refusa la proposition de Dominique de Villepin de travailler pour lui à Matignon (elle avait manifesté dix ans plus tôt contre le plan Juppé), et François Hollande a fait sa connaissance grâce à l’ancienne ministre Frédérique Bredin qui est présidente du CNC, et l’a nommée conseillère culture et communication à l’Élysée du 1er septembre 2014 au 11 février 2016 (son précédent conseiller David Kessler, ancien directeur de France Culture, ayant préféré quitter l’Élysée pour rejoindre le groupe Orange).


Sa nomination au gouvernement

Pour certains, François Hollande voulait absolument remercier Fleur Pellerin (condisciple d’Audrey Azoulay à l’ENA) qui n’était pas la plus performante Place de Valois (elle était très compétente à l’économie numérique). Fleur Pellerin a pu faire les frais de la rivalité entre Matignon et l’Élysée, Fleur Pellerin ayant été une protégée de Manuel Valls. Ou alors, une explication pour ceux qui ont de l’humour, elle fut une victime collatérale de l’arrivée au gouvernement de l’écoloarriviste Jean-Vincent Placé (selon l’idée que le quota de ministres d’origine coréenne aurait alors été atteint !). Fleur Pellerin n’a appris sa disgrâce qu’une heure avant l’annonce officielle et en pleurs devant des journalistes (au Sénat où elle s’était rendue pour la séance de questions au gouvernement).



Selon le "Nouvel Obs", François Hollande aurait demandé à sa conseillère de chercher une femme à ce poste, et elle aurait essuyé le refus d’Anne Sinclair, de Laure Adler et de Christiane Taubira. Finalement, c’est elle-même qui a été nommée, et certaines mauvaises langues relatent également l’amitié qui lierait Audrey Azoulay et …Julie Gayet qu’elle aurait souvent côtoyée au CNC.

Qu’importe les conditions de sa nomination, c’est de la responsabilité du Président de la République qui en répond devant les Français, d’autant que c’est une pratique courante (à commencer par De Gaulle qui a nommé son ancien directeur de cabinet à Matignon). L’essentiel est de savoir ce qu’elle fera dans ses responsabilités ministérielles et sa formation, sa personnalité et son expérience peuvent en tout cas plaider pour un préjugé très favorable.


La classification des films : le rapport Mary

Néanmoins, l’une de ses premières décisions pourrait être plutôt choquante. En effet, le lundi 29 février 2016, Jean-François Mary, président de la commission de classification des œuvres cinématographiques, lui a remis un rapport sur "La classification des œuvres cinématographiques relative aux mineurs de 16 à 18 ans" (rapport complet téléchargeable ici).

On peut juste être étonné que cette mission fût confiée à celui qui opère lui-même cette classification, le rendant à la fois juge et partie.

Ce n’était pas de l’initiative d’Audrey Azoulay puisque ce rapport avait été commandé par la ministre Fleur Pellerin le 9 septembre 2015. Toutefois, la ministre semble prête aujourd’hui à suivre les recommandations de ce rapport : « Je vais engager dès aujourd’hui la réforme réglementaire que vous proposez, afin que la classification puisse mieux tenir compte de la singularité des œuvres et de leur impact sur le public. » (29 février 2016).

À noter juste pour l’anecdote qu’a été entre autres auditionnée pour ce rapport la conseillère d’État Sylvie Hubac, actuelle présidente de la Réunion des musées nationaux (RMN), ancienne présidente de la commission de classification et aussi, ancienne directrice de cabinet de François Hollande à l’Élysée.

_yartiAzoulay04


Dans ce rapport, il est question des films qui sont interdits aux moins de 18 ans, de façon automatique quand il y a des "scènes de sexe non simulées" ou de grande violence. Cela ne concerne qu’un très petit nombre de films, un seul a été interdit aux moins de 18 ans sur les 3 900 films classés par la commission entre 2010 et 2013, et 34 films ont été interdits pour les moins de 16 ans, 4 films interdits aux moins de 16 ans avec avertissement.


Quel est l’enjeu ?

Il y en a deux mais opposés.

La classification et éventuellement l’interdiction aux moins de 18 ans répondent à des mesures de protection de la jeunesse et de respect de la dignité humaine.

Mais il y a aussi des enjeux économiques importants car les films qui sont classés avec cette interdiction sont "plombés" : il y a une baisse du nombre de salles prêtes à accueillir ces films et certains distributeurs renoncent même à les projeter. Il y a aussi des conséquences sur la diffusion à la télévision et sur les sorties en DVD, ce qui les prive d’un large public …adulte.

On peut enfin rajouter un enjeu sur la liberté de création, qui va dans le sens des enjeux économiques.

L’une des conséquences est que régulièrement, les décisions de la commission de classification sont contestées soit par les producteurs des films classés, soit par des associations familiales parce que certains films ne sont pas classés. Il y a environ une dizaine de recours devant le juge administratif chaque année. Le dernier en date a concerné le film "La vie d’Adèle" primé au Festival de Cannes et qui a perdu deux ans plus tard son visa ministériel.

Toute la réflexion a été amorcée par la déclaration de Fleur Pellerin le 23 octobre 2015 à la Société civile des auteurs, réalisateurs et producteurs : « Aujourd’hui, les textes prévoient une automaticité de l’interdiction aux moins de 18 ans, qui ne permet pas de tenir compte de l’impact des œuvres sur le public. ».

Donc, l’idée serait d’assouplir les règles d’interdiction pour ne pas compromettre la vie économique des œuvres. On veut donc privilégier la logique économique à la logique éducative et morale.


La législation actuelle

À l’origine, le cinéma était classé dans la catégorie "spectacles de curiosité" visés par la loi des 16 et 24 août 1790 et autorisés seulement par des officiers municipaux. Les premières mesures de classification ont été prises en 1961 et modernisées en 1990.

La modification du code pénal en 1994 a éliminé le principe d’atteinte "aux bonnes mœurs" (ancien article 283), qui ne signifiaient pas grand chose juridiquement (c’était très subjectif), au profit de l’article 227-24 qui interdit la diffusion de messages « à caractère violent, ou pornographique ou de nature à porter gravement atteinte à la dignité humaine » dans le cas où le message est « susceptible d’être vu ou perçu par un mineur ». La loi du 30 décembre 1975 avait créé les films "classés X" qui étaient placés hors du champ du délit d’outrage aux bonnes mœurs car ils étaient relégués dans un réseau d’exploitation spécifique. Ces films n’ont pas la même "destinée" que des films interdits aux moins de 18 ans mais pas classés X.

Depuis 2009, l’article L. 211-1 du code du cinéma et de l’image animée dit que le visa d’exploitation délivré par le Ministre de la Culture ne peut pas être refusé sauf en cas de protection de la jeunesse ou de respect de la dignité humaine, ce qui permet l’exploitation de films pornographiques dès lors qu’ils ne peuvent être regardés par des mineurs (c’était d’ailleurs une adaptation du droit à des pratiques comme le Minitel rose).

Dans le rapport Mary, il y a quelques pépites, comme cette phrase : « L’abstention du Parlement, en particulier, était paradoxale, tant les films pornographiques se reconnaissaient alors, si l’on ose dire, au premier coup d’œil. » et cite par exemple un extrait d’un jugement du tribunal correctionnel de Paris du 5 octobre 1972 : « Le propre de l’ouvrage érotique est de glorifier, tout en le décrivant complaisamment, l’instinct amoureux, la "geste" amoureuse, tandis que les œuvres pornographiques, au contraire, privant les rites de l’amour de tout leur contexte sentimental, en décrivent seulement les mécanismes physiologiques et concourent à dépraver les mœurs s’ils en recherchent les déviations avec une prédilection visible. ».

Le rapport insiste sur la liberté de création : « Comme le dit un philosophe contemporain, la censure commence peut-être quand on prête à l’art une tendance à produire un effet autre que celui de l’art. ».


Le sexe au cinéma : l’assouplir ?

Il est donc question de faire évoluer le droit parce que la société évolue : « Le cinéma des années présentes et futures met en évidence la nécessité d’un régime de classification qui s’adapte aux changements de mœurs et de mentalités, correspondant à une époque définie, dans un lieu déterminé. La classification des films sera toujours le résultat du regard porté par la société des adultes sur les jeunes et ce regard qui traduit aussi une inquiétude évolue. ».

Tout le problème posé dans le rapport Mary est de savoir si une œuvre qui montre des scènes sexuelles explicites est une œuvre artistique ou une œuvre pornographique : « La délimitation aujourd’hui entre ce qui est du domaine de l’art et ce qui n’en relève pas soulève de redoutables questions et l’on ferait jouer au juge pénal un rôle qui n’est pas sans doute pas le sien s’il lui revenait de tracer cette frontière. ».

La considération artistique est donc assez peu fiable comme critère pour interdire ou autoriser la diffusion d’une œuvre aux moins de 18 ans. Une autre piste du rapport propose de se pencher sur l’intention de l’auteur.

_yartiAzoulay05

Le rapport propose de modifier l’article R. 211-12 du code du cinéma sur les critères d’interdiction : « Interdiction de la représentation aux mineurs de 18 ans, lorsque l’œuvre ou le document comporte sans justification de caractère esthétique des scènes de sexe ou grande violence qui sont de nature, en particulier par leur accumulation, à troubler gravement la sensibilité des mineurs, à présenter la violence sous un jour favorable ou à la banaliser. ».

Il propose aussi de créer une nouvelle catégorie laissée à l’appréciation de la commission de la classification, à savoir l’interdiction aux mineurs de 14 ans.

Enfin, il propose de confier le jugement du visa non pas aux tribunaux administratifs, souvent lents et contradictoires, mais au Conseil d’État (éventuellement en première instance au tribunal administratif de Paris).


Un critère très flou

Le critère du "caractère esthétique" est très flou et va être diversement interprété. Il ne constituera donc pas, en lui-même, une frein à l’instabilité judiciaire du film. Il va permettre aussi d’être utilisé à tort et à travers car quel auteur d’œuvre pourrait-il expliquer que les scènes n’auraient aucun caractère esthétique ni artistique ?

Certains commencent donc à s’inquiéter sur la possibilité que l’État autorise la diffusion de films à des moins de 18 ans dont les images, violentes ou pornographiques, pourraient considérablement choquer leur sensibilité.

Mais à l’heure où ces œuvres sont souvent visibles sur des tablettes ou des smarphone en streaming, le principe même de cette classification à l’usage des salles de cinéma paraît déjà hors sol…


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (7 mars 2016)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
Rapport de Jean-François Mary remis le 29 février 2016 (à télécharger).
Aurélie Filippetti.
Fleur Pellerin.
Audrey Azoulay.
Remaniement ministériel.

_yartiAzoulay06


Moyenne des avis sur cet article :  1.39/5   (36 votes)




Réagissez à l'article

21 réactions à cet article    


  • Le p'tit Charles Le p’tit Charles 7 mars 10:58

    Elle est surtout l’amie intime de Julie Gayet...Vous avez dit PISTON... ?


    • bakerstreet bakerstreet 7 mars 13:42

      @Le p’tit Charles
      Ce n’est plus un piston, c’est un réacteur : La preuve que l’énergie française ne va pas si mal qu’on veut le dire. Pour qu’un agent dynamique soit performant et interagisse sur l’ensemble, il suffit surtout qu’il soit placé au bon endroit, qu’importe sa taille.

       Une règle qu’on connait depuis longtemps à la cour de France royaliste, republico-royaliste, et maintenant socialo-royaliste. 
      Quand à cette triste histoire, ses courtisanes introduites faisant chasse d’eau, selon d’autres lois de la physique des fluides et des moeurs, je m’étais déjà exprimé sur le sujet. Fleur Pellerin chez les tontons flingueurs : Clap de fin !

    • agent ananas agent ananas 7 mars 17:33

      @Le p’tit Charles
      Vous avez dit PISTON... ?

      Dans ces histoires de bouts d’zan circoncis, je doute qu’on ait à faire à un piston ... smiley
      La mystique de tout cela m’échappe ... Bon, je m’en retourne à la lecture du « Protocole à l’usage du fion » ... smiley


    • agent ananas agent ananas 7 mars 17:37

      @bakerstreet
      Manifestement, vous confondez « tontons flingueurs » et « tontons tringleurs » ... smiley


    • Ruut Ruut 8 mars 08:21

      @Le p’tit Charles
      Il semble bien fonctionner le PISTON de mon président :)


    • Yvance77 Yvance77 7 mars 12:27

      Ô vous n’en n’avez pas marre sur Avox de tenir le crachoir à ce minable robinet d’eau tiède ?
      .
      Si encore c’était intéressant ! Mais il y a mieux que de diffuser sa parole centriste quotidiennement !


      • bakerstreet bakerstreet 7 mars 13:34

        C’est con c’est vrai, d’étaler le sexe comme du nutella sur la tartine pour attirer les gamins gourmands, et de se faire interdire de distribution par le public que l’on a chercher justement à attirer. 


        C’est comme si Brigitte Bardot vous tombait dessus pour cruauté mentale envers les animaux, pour avoir tenté d’attirer les mouches avec des rubans collants accrochés au plafond. 

        L’art, arrêtons tout de suite....Le principe de l’art justement n’est pas dans la représentation explicite mais dans la sublimation. Est ce que la Joconde nous montre son cul ?...Bien sûr, il ne s’agit pas d’être pudibond, mais nous sommes là dans le même débat lié à toute forme de violence. L’image violente trouble t’elle les spectateurs, surtout quand ils sont jeunes ; bien sûr que oui, ou alors ce n’est plus la peine de parler de l’importance de la psychologie. on ne peut pas faire le grand écart sans cesse, crée des cellules de soin psychologique pour tout et n’importe quoi et laisser la loi du marché laminer l’inconscient et les fantasmes des gamins, rien que pour la loi du marché qui remonte ses jupes pour attirer le chaland ; Ou alors ouvrons des bordels demain pour les gamins. 

        • Abou Antoun Abou Antoun 7 mars 20:24

          @bakerstreet
          Est ce que la Joconde nous montre son cul ?.
          A-t-on jamais essayé de retourner le tableau ?


        • SEPH 7 mars 13:38

          Des bruits de chiotte permanents.

          La dérakotiisation de ce blog serait une bouffée d’oxygène.


          • Trelawney Trelawney 7 mars 16:16

            une personnalité très sympathique, toujours souriante, et très brillante. À 43 ans, fille d’une personnalité très connue, elle sort des coulisses de culture qu’elle a toujours fréquentées.

            A l’auteur qui pense que le lecteur AV est un demeuré, Azoulay est la fille du conseiller du roi du Maroc. Comme ce dernier en avait plus que marre que depuis Sarkozy, les budgets dédiés à la francophonie ne soient plus dans leur entièreté dévolus à son royaume, il a imposé ce personnage comme « ministre de la culture et de la francophonie ». Comme cela tout rentre dans l’ordre.

            On l’avait pourtant bien dit à cette cruche de Fleur Pellerin d’aller voir Lang qui est directeur de l’institut du monde arabe, pour qu’il arrange les billes avec Bougnoule 6. Mais elle n’a rien capté au message. Aussi : la porte et la fille du boss à la place !

            pas la peine d’en faire un article


            • oncle archibald 7 mars 16:24

              Ce qui m’interpelle vraiment c’est cette notion d’interdire la vue d’un film au moins de 18 ans, au moins de 16 ans, ou au moins de 14 ans peut être, et j’en oublie sans doute.

              Suivant le vécu de chaque gamin on va se trouver avec des 16 ans encore tout frais et rêvant d’amour courtois avant de monter dans un lit, ou avec des 10 ans qui ont déjà visionné des films pornos absolument dégueulasses, déjà insensibles ou presque aux scènes de sexe façon marteau piqueur en gros plan, essayant d’imaginer ce qu’on pourrait bien faire d’autre pour pimenter un peu le jeu ...

              Difficile dans ces conditions d’édicter des règles de protection de la jeunesse, et pourtant il le faut bien. Et donc il faut à mon avis que ces règles soient susceptibles de protéger les plus vulnérables puisque pour les autres il n’y a plus grand chose à protéger.


              • bakerstreet bakerstreet 7 mars 17:33

                @oncle archibald
                Vous avez raison, mais c’est une forme d’évidence niée par le marché. Le principe : Les spectateurs, et même évidemment les gamins, sont assez mûrs pour encaisser violence et sexe sans que cela impacte sur leur psychologie. Pourquoi ?..Parce que, éternel chapelet, nous sommes tous capables de faire la différence entre le réel et la réalité...

                Même quand les scènes sont réelles, on nous dit que c’est de la comédie de comédiens, même quand ils sont au garde à vous. 
                 Pas les comédiens, quoique, mais je voulais parler des sexes....
                Tiens ça me rappelle le gag de Devos :« Je zappe » : Raymond Devos - Sketch Je zappe - Humour
                Cette histoire de possibilité magique de faire la différence entre fiction est réalité, est pourtant totalement niée par la publicité...Et par Daesh par exemple qui abreuve d’images obscènes le net, afin d’apater et de potentialiser le pire. Tout cela ne date pas d’hier on le sait, et Hitler avait bien pigé le pouvoir de la propagande et de l’image. 

              • dr lamy 7 mars 19:11

                <<...Certains commencent donc à s’inquiéter sur la possibilité que l’État autorise la diffusion de films à des moins de 18 ans dont les images, violentes ou pornographiques, pourraient considérablement choquer leur sensibilité.

                Mais à l’heure où ces œuvres sont souvent visibles sur des tablettes ou des smarphone en streaming, le principe même de cette classification à l’usage des salles de cinéma paraît déjà hors sol…...>>

                Tout est dit : pas question de « plomber » (J’aime le verbe...) des films comme La Vie d’ Adèle ou L’inconnu du Lac de Guiraudie parce que l’on y voit du sexe réel !!! Pourquoi tant qu’on y est ne pas remettre derrière un rideau L’Origine du Monde de COURBET ! ON N’EST PAS EN IRAN OU EN ARABIE SAOUDITE !!!
                Dr Q 85.

                • bakerstreet bakerstreet 8 mars 02:25

                  @dr lamy
                  Impossible de s’en sortir s’en paraître pour un pudibond. La problématique ce n’est pas le sexe, mais c’est la violence. Et il faut bien l’admettre le sexe explicite est violence. Auriez vous l’idée par exemple de faire l’amour devant votre enfant ?...Non, bien sûr, il existe des codes implicites, qu’il n’a jamais été dans l’histoire de l’humanité besoin d’expliciter. car l’évidence rendant caduque le discours. Nous sommes dans une société folle qui n’a plus la capacité d’assumer des interdits structurants, sous prétexte de liberté. 

                  Déjà dans les années 70 certains allaient faire la promotion de la pédophilie pour les mêmes raisons. Tapez donc par exemple « Tony Duvert », sur le net..... Des bénets bélant n’osaient pas contester ce discours « affranchi », « moderne » et « hédoniste », le nouveau mot. Oui, c’est vrai la pornographie est visible sur le net. Bravo la poésie pour les gamins, le saccage des fleurs. Ceci est un crime. Les vieux vicieux accrochent des sexes à l’étal, ça se vend, donc ça ne se condamne pas. C’est la loi du marché nous dit-on. « Et alors, la vénus de Milo, elle est pas à poils ? »...Les bras m’en tombent aussi....Daesh coupe des têtes aussi, et ces images obscènes en tétanisent certains assez, dans le dépassement des interdits, pour que cela leur donne un gout de sang dans la bouche, l’envie eux aussi de passer à l’acte. 
                  Sommes nous dans le cinéma, dans la réalité ? Certains ne savent plus trop où ils en sont....En tout cas, les enfants de Spielberg et consort croyez moi vont dans les bonnes écoles, sont coupés des réseaux sociaux. Presque élevés comme par des jésuites. J’ai lu un article la dessus. Ces gens là connaissent le monstre qu’ils ont crée, et protègent leur tribu. 

                • chantecler chantecler 8 mars 04:48

                  @bakerstreet
                  Cette dénonciation aveugle de la pédophilie me rend méfiant .
                  Elle peut créer de gros dégâts , en relançant une psychose où les gens se regardent tous de travers .

                  Vous faites allusion à la pédophilie chez certains écrivains :
                  https://fr.wikipedia.org/wiki/Tony_Duvert
                  Je vous ferai remarquer qu’elle a toujours existé : André Gide , Michel Tournier limite , etc, etc ...
                  Et contrairement à une idée reçue , ses adeptes sont (étaient) souvent issus de milieux cathos ,donc il ne s’agit pas du perte de repères mais de perversion .
                  Je pense même que le noyau de la pédophilie se trouve au sein de l’Eglise qui recrute des gens qui fuient ou refusent la sexualité adulte .
                  Des gens au dessus de tout soupçon qui peuvent se permettre d’être en tête à tête avec un enfant, ce que les enseignants ne font pas .

                  Ce qui n’empêche pas certains faux drames :
                  https://www.youtube.com/watch?v=ZSLp0l2-OqQ

                  Mais 68 n’a pas ouvert les vannes contrairement à ce qu’affirment certains courants politiques ...

                  Cette révolte a été en réaction avec une société très bloquée et très hypocrite sur beaucoup de points , véhiculant un ordre moral très vieille France .(ORTF).
                  Et me semble t’ il a fait progresser la société en posant sur la table les problèmes (cachés) et ouvrant les portes à une prophylaxie familiale et sociétale ...

                  Ce n’est pas une Françoise Dolto qui par exemple en écrivant et en s’exprimant sur les ondes a développé l’exploitation sexuelle des enfants .
                  http://www.aureliecapobianco.fr/la-psychotherapie/lenfant-francoise+dolto+psychanalyse+et+pediatrie+un+pas+de+plus+pour+la+psychanalyse+denfants.-63.html

                  Elle se situait bien évidemment et tout au contraire dans la prévention .
                  Et visiblement elle en a dérangé plus d’un ... !
                  Et puis réaliste elle a fait partie d’un courant qui n’idéalisait pas les enfants : ni anges, ni démons .
                  Ce qui est une évidence pour tout éducateur et observateur .

                  L’enfant n’est pas tendre .
                  Pervers polymorphe , en construction , pensait S. Freud .


                • Abou Antoun Abou Antoun 7 mars 20:35

                  Mais à l’heure où ces œuvres sont souvent visibles sur des tablettes ou des smarphone en streaming, le principe même de cette classification à l’usage des salles de cinéma paraît déjà hors sol….
                  C’est sûr :

                   Lien 1 :
                   youwatch 
                   Streaming
                   Lien 2 :
                   allmyvideos 
                   Streaming
                   Lien 3 :
                   video.tt 
                   Streaming
                   Lien 4 :
                   vodlocker 
                   Streaming
                   Lien 5 :
                   streamin 
                   Streaming
                   Lien 6 :
                   vidbull 
                   Streaming
                   Lien 7 :
                   exashare 
                   Streaming
                   Lien 8 :
                    flashx  
                   Streaming
                   Lien 9 :
                   zstream 
                   Streaming
                   Lien 10 :
                    vid.ag 
                   Streaming
                   Lien 11 :
                    uptobox 
                   Téléchargement
                   Lien 12 :
                   powvideo 
                   Streaming
                   Lien 13 :
                    openload.co 
                   Streaming
                   Lien 14 :
                   speedvideo 
                   Streaming
                   Lien 15 :
                   1fichier 
                   Téléchargement
                   Lien 16 :
                    ul.to 
                   TéléchargementL’embarras du choix !
                  Une fois de plus les politiciens montrent qu’ils ne connaissent pas le monde dans lequel ils vivent. Les enfants et les ados eux, connaissent.

                  • vesjem vesjem 9 mars 21:37

                    @Abou Antoun
                    tes liens sont vérolés


                  • vesjem vesjem 7 mars 21:43

                    sylvain , c’est quoi ce torche-cul ?


                    • colere48 colere48 7 mars 21:55

                      L’auteur se complait dans le marécage nauséabond du pouvoir....
                      Encore un zélé affidé de l’immonde gélatine ....

                      Beuurkk !!!


                      • Rmanal 8 mars 09:24

                        Comme quoi l’extrémisme Catho n’a rien a envié en stupidité et en oeillère à l’extrémisme de l’Islam ou n’importe quels autres religions.
                        Le XXIè siècle sera celui de l’ombre avec le retour des religions dans les idées publiques. Espérons pour nos enfants que le XXII sera le retour de l’intelligence et de la réflexion.


                        • Abou Antoun Abou Antoun 8 mars 09:55

                          Le XXIè siècle sera celui de l’ombre avec le retour des religions dans les idées publiques.
                          Et celui du retour au capitalisme sauvage. Le 21-ième siècle ressemble furieusement au 19-ème.
                          En arrière toute !
                          Comme quoi l’extrémisme Catho n’a rien a envié en stupidité et en oeillère à l’extrémisme de l’Islam ou n’importe quels autres religions.
                          Bible-Coran, même combat, ramassis de conneries.

Ajouter une réaction


    Si vous avez un compte AgoraVox, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page (bouton «Connexion»)

    Vous pouvez vous inscrire ici pour en créer un.



FAIRE UN DON

:-) :-)) ;-) :-| :-/ :/-) :-( :-(( :-p :-O :->

(Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Attention : ce forum est un espace de débat civique et civilisé qui a pour but d'enrichir cet article. N'hésitez pas à signaler tout abus en cliquant sur le lien présent en bas de chaque commentaire pour nous indiquer tout contenu diffamatoire, injurieux, commercial, raciste... et qui sera supprimé dans les plus brefs délais.

Sachez également que des informations sur votre connexion (telle que votre adresse IP) seront mémorisées et partiellement affichées avec chaque commentaire posté

Si vous constatez un bug, contactez-nous.







Les thématiques de l'article


Palmarès