• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Avec James Ellroy, « Au bout de la nuit » du polar américain

Avec James Ellroy, « Au bout de la nuit » du polar américain

Je veux bien aller Au bout de la nuit californienne avec Keanu et Forest forever. Rien que de voir Keanu Reeves, bien étoffé depuis Point Break et Speed (légèrement bodybuildé même !), en train de siphonner des mignonnettes de vodka à tire-larigot dans ce polar poisseux peut suffire à mon bonheur purement scopique. Sacré savoir-faire de David Ayer (Training Day, Bad Times, S.W.A.T. Unité d’élite) pour infiltrer et nous plonger illico presto dans l’Ad Vice, unité spécialisée de la Police de Los Angeles (LAPD) dont un de ses flics (le détective solitaire Tom Ludlow) est accusé à tort du meurtre d’un collègue noir.

La scène de gros durs Blacks, cagoulés et armés jusqu’aux dents, canardant sec dans une supérette style grindhouse, est impressionnante au niveau balistique : on en prend plein la tronche, à fond les manettes - avec son quadrillage de caméras de vidéosurveillance, on se croirait dans un jeu vidéo hyperréaliste style Grand Theft Auto 4. Ambiance dark side à souhait, c’est la vie d’un flic actuel à Los Angeles, aux méthodes expéditives, qui nous est montrée cash, sur fond de total western, de rues glauques, de flics ripoux, d’assassinats sanglants, de gangs, de culture tribale, de racisme affiché plein pot et de communautés (wasp, blacks, asiates, latinos) emmaillotées dans les tréfonds de l’âme humaine – par exemple, il suffit de voir comment, au début, Tom Ludlow dézingue à toute berzingue, sans peur ni reproche, un repaire de malfrats asiatiques bardés d’armes à feu, ça dépote sec ! On sent bien que ce film ténébreux, tendu et ultra-nerveux est travaillé par les tensions communautaires exacerbées par le Los Angeles post-émeutes de 1992. Dans cette plongée à la noirceur absolue dans le malaise de l’Amérique d’aujourd’hui, on reconnaît bien là la patte sombre du James Ellroy de Dark Blue, dieu vivant du roman noir, grand amateur d’air vicié et de ville moite gangrenée de l’intérieur.

Avec Au bout de la nuit (2008), notre maître du polar crépusculaire (né en 1948 à L.A.) s’essaie pour la première fois à l’écriture de scénario, à partir d’une idée originale. Comme d’habitude, c’est « l’humain trop humain » qu’il nous montre ici, en n’oubliant point que « L’homme est un loup pour l’homme » (Hobbes), et les basses bourdonnantes de la bande-son (Graeme Revell) vrombissant comme un moteur - ou du (gros) son (qui tue) considéré comme une arme - participent grandement de ce désenchantement généralisé. Alors, Los Angeles brûle-t-il ? En tout cas, le moins que l’on puisse dire, c’est que ça dégaine facile. Des lampes torches aveuglantes, voire humiliantes, dévisagent et tracent non-stop les oiseaux de nuit bling-bling, des fusils mitrailleurs pétaradent en plein L.A.(W ?), du côté des quartiers malfamés de Downtown. L.A, la Cité des Anges devenant plutôt celle des fantômes et des démons, avec, à la clé, système corrompu à fond la caisse au boulevard de la mort : "L.A., vous y venez en vacances, vous y repartez en liberté conditionnelle" (Ellroy, Crimes en série, Rivages/Noir). Au bout de la nuit, on ne sait plus qui double qui, mais ce que l’on sait à coup sûr c’est que, dans cet Etat policier à l’extrême (ça ne vous rappelle rien ?), tout le monde, gonflé à bloc, se tient par la barbichette via affaires de police, de drogue, de mœurs, de magouilles, de mises en scène, etc. Pressé par une enquête interne menée par le big capitaine Biggs (Hugh Laurie), un gros poisson nommé Wandler (le classieux capitaine Forest Whitaker) ferme les yeux sur les procédés hors limites de son petit protégé, le speedé Reeves/Tom Ludlow, qu’il qualifie fièrement de « missile téléguidé qui se verrouille ». Celui-ci, brut de décoffrage donc, exerce un maintien de l’ordre, hors normes, absolument bouffé par l’ivresse du pouvoir, du fric et par le côté obscur de la force. « Donner à quelqu’un la possibilité de prendre une vie humaine est un pouvoir incroyable, qui n’est pas sans conséquences psychologiques » (David Ayer). La catchline de l’affiche du film est d’ailleurs parlante : « Jusqu’où un flic peut-il imposer ses propres règles ?  »

Son poulain Tom Ludlow est un flic U$ violent, baraqué, menteur, limite raciste et imbibé d’alcool, du soir au matin. Addict à 200 %. Désabusé. Dantesque. Aux méthodes de voyou. En roue libre. Ses gunfights freestyle, qui ne sont pas sans rappeler le non politiquement correct Dirty Harry, font ô combien jaser ses collègues, dont certains infiltrés, un max, dans la matrice nébuleuse du Mal. On a tous nos secrets (de légitime) défense. Ellroyien à souhait, « le Mal engendre le Mal », « tout ce que j’approche meurt », « on est tous des méchants y compris les cops », ça ne fait pas dans la dentelle, certes on connaît cette chanson du Dog par cœur (Cop, L.A. Confidential, Black Dahlia…), mais ce polar urbain est suffisamment bien troussé et mené à un rythme d’enfer (des coups d’accélérations formelles et narratives assez réjouissants, sur fond de rap, de tambours battants et de hip-hop qui cognent) pour nous faire dire qu’un polar américain Black&White, avec des stars de gros calibre (Forest Whitaker & Keanu Reeves), eh bien ça fait vraiment son effet (spécial) : haut les cœurs et… les flingues, quoi ! Ça fera du 2 étoiles (de shérif !) sur 4 pour moi. On a de l’humour aussi : à un moment, un gaillard Black, à moitié endormi, verse sa canette de bière dans ses corn-flakes du matin, éclat de rire général de la salle UGC Odéon (Paris) - j’aime ça, un certain flegme dans le cinéma américain contemporain. Ouais, par Toutatis, ça nous change grave de L’Inspecteur Derrick germanique (je sais, facile) ainsi que, chez nous, de Maigret et des cuirs vintage à la papa d’Olivier Marchal !

Documents joints à cet article

Avec James Ellroy, « Au bout de la nuit » du polar américain Avec James Ellroy, « Au bout de la nuit » du polar américain Avec James Ellroy, « Au bout de la nuit » du polar américain

Moyenne des avis sur cet article :  4.75/5   (65 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • morice morice 11 juillet 2008 11:33

    ça c’est du commentaire de film :" La scène de gros durs Blacks, cagoulés et armés jusqu’aux dents, canardant sec dans une supérette style grindhouse, est impressionnante au niveau balistique  : on en prend plein la tronche, à fond les manettes - avec son quadrillage de caméras de vidéosurveillance, on se croirait dans un jeu vidéo hyperréaliste style Grand Theft Auto 4."

    Mon cousin de 14 ans fait la même chose a peur près... à propos de n’importe quel... jeu vidéo. Dites-moi, cher collègue, vous êtes certain d’aller dans des salles de cinéma ?  Ou vous "Emulez votre film en streaming à donf sur votre Play ???"


    • Vincent Delaury Vincent Delaury 11 juillet 2008 12:03

      Le Furtif : " La rage torrentueuses du début vire aux ratiocinations . Maintenant Ellroy : Bofffff.... "

      Pas faux, mais c’est aussi, cette obsession autour du Mal, ce qui fait le charme du personnage.


      • GreenGarden GreenGarden 12 juillet 2008 08:23

        @L’auteur,

        article bien ficelé, malgré les références très djeunz  !

        G.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires