• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Avi Mograbi au Festival international du film de La Rochelle

Avi Mograbi au Festival international du film de La Rochelle

JPEG - 5.9 ko
AviMograbi
Image tirée du film « Pour un seul de mes deux yeux »

Ce festival fort apprécié du public (une programmation variée, un bon accueil, pas de prix et pas de stress) a permis de découvrir des nouveautés, de voir ou revoir des classiques et de rencontrer de nombreux réalisateurs. Parmi eux, Avi Mograbi et son film Pour un seul de mes deux yeux.

Pour un seul de mes deux yeux (Nekam achat mishtey eynay) - 2005 - 100 mn de Avi Mograbi (né en 1956 à Tel Aviv)

Samson s’adresse au Seigneur et lui dit : « Ô Seigneur Dieu, daigne te souvenir de moi et me rendre assez fort, rien que cette fois, que je me venge des Philistins pour un seul de mes deux yeux ». Qu’est-ce qu’il demande ? A qui s’adresse-t-il et que demande-t-il ? Samson demande à Dieu de lui donner de la force bien qu’il ne soit plus consacré et de le rendre fort une dernière fois pour se venger des Philistins. Synopsis Les mythes de Samson et de Massada enseignent aux jeunes générations israéliennes que la mort est préférable à la domination. Aujourd’hui, alors que la seconde Intifada bat son plein, les Palestiniens subissent quotidiennement les humiliations de l’armée israélienne : les paysans ne peuvent librement labourer leurs champs, les enfants sont bloqués des heures aux checkpoints au retour de l’école, une vieille femme ne peut pas rentrer chez elle. Exténuée, cette population, comme hier les Juifs face aux Romains ou Samson face aux Philistins, crie sa colère et son désespoir. Avi Mograbi, cinéaste israélien, croit dans la force du dialogue, avec les Palestiniens assiégés et avec l’armée israélienne omniprésente. (http://www.festival-larochelle.org et http://www.festival-cannes.fr)

Ce film documentaire qui devrait bénéficier prochainement d’une sortie nationale montre en parallèle trois situations. D’une part, l’enseignement aux adolescents sur les hauteurs de Massada (http://www.herodote.net/histoire05020.htm) du suicide collectif en 73 des Zélotes alors encerclés par les Romains, d’autre part la situation ubuesque et dramatique de confrontation entre les populations palestiniennes et les soldats de Tsahal. Enfin en scène lui-même, le réalisateur au téléphone avec une relation palestinienne.

Les premières minutes du film laissent présager un documentaire à charge, totalement manichéen. Heureusement vite les doutes s’estompent. Avi Mograbi ne prononce aucune morale, il montre, c’est tout. Et donne de sa personne. Sur le terrain, il sait qu’en tant qu’Israélien et muni des autorisations nécessaires, il peut filmer qui il veut. Les militaires s’énervent, le réalisateur aussi et la tension grimpe d’un cran, les discours à Massada ne sont plus historiques mais réellement politiques et la violence sourd des conversations téléphoniques entre Mograbi et son correspondant palestinien au bout du rouleau.

On en ressort sonné, par tant de détresse et d’absurdité, de peur et de violence des deux côtés de la barrière. La pauvreté, la colère, la sécurité, des jeunes à peine majeur que l’on arme pour protéger le pays, Avi Mograbi dépeint son pays sans concession, comme il l’a fait dans ses précédents films. Ce n’est pas un film qui prête à polémique, si l’on veut bien être honnête. Il ne nie rien. Ne professe rien si ce n’est la rage de vivre cette vie là.

« Il faut bien voir qu’on nous a toujours appris, à nous Israéliens, à considérer les Zélotes comme des héros et des combattants de la liberté et à les prendre comme modèles. (...) Mais c’est l’historien Flavius Josèphe qui, dans son livre »La Guerre des Juifs« , en a révélé une toute autre version : les Zélotes de Massada y sont décrits comme des assassins et des nationalistes extrémistes. C’est alors que je me suis dit qu’il était important de raconter l’histoire de Massada dans une perspective nouvelle. D’ailleurs, le fait même que les Zélotes se soient suicidés renvoie également aux auteurs d’attentats suicides palestiniens d’aujourd’hui. » Avi Mograbi


Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (2 votes)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Auteur de l'article

Luc Brou


Voir ses articles







Palmarès