• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Battez-vous, mais ne vous faites pas mal !

Battez-vous, mais ne vous faites pas mal !

Chroniques de la guerre des langues. Quelques nouvelles en vrac, en excluant les problèmes de la Belgique que les journaux relatent déjà abondamment.

Le français et le catalan :
(communiqué de presse de l’ambassade, jeudi 10 avril 2008)
Aujourd’hui, jeudi 10 avril, MM. Bruno Delaye, ambassadeur de France en Espagne, et Ernest Maragall, "conseiller" d’Éducation de la Generalitat de Catalunya, signeront un accord de coopération linguistique et éducative entre la France et la Catalogne.

Au-delà des commentaires sur le développement du tourisme et de l’économie transfrontalière, cet accord nous montre une évidence que les médias n’ont pas relevée : les pays ne respectent que les langues qui se défendent ! Celles qui luttent pour vivre au quotidien : imagine-t-on que si le catalan n’était pas aussi vivace (première langue de la Catalogne espagnole), la France aurait signé un tel accord ? Non, elle aurait signé avec l’Espagne pour le développement de l’enseignement de l’espagnol et du français. Moralité : une langue qui veut vivre doit se défendre. A méditer...

Autre exemple de défense :
"Le président russe, Dmitri Medvedev, a milité mercredi pour l’attribution à la Russie d’un nom de domaine internet en alphabet cyrillique afin de promouvoir la langue russe dans le monde."

L’allemand fait une percée en Albanie : un accord a été signé pour l’ouverture de sections bilingues dans quelques établissements de Tirana.

Un regain d’intérêt pour les langues locales ?
Dans divers pays où la langue dominante, employée dans l’enseignement, est d’une autre origine, on assiste à un retour vers l’utilisation de la langue locale.
Madagascar :
"Poussée par la Banque mondiale, Madagascar a décidé de revoir de fond en comble son système d’éducation au niveau du primaire. A une extension de la durée de l’enseignement, vient s’ajouter le retour du malgache comme médium d’enseignement. Ce changement de politique entraîne une série de réformes, de la recherche académique pour harmoniser les terminologies malgaches à la formation des enseignants."

Lettonie
"Du temps du pouvoir soviétique, les langues d’enseignement étaient le letton et le russe. Le russe était une matière obligatoire dans les écoles lettones, mais le letton n’était pas obligatoire dans les écoles russes. Suite à l’indépendance lettone, des écoles minoritaires ont été rouvertes comme lors de la première période de l’indépendance lettone, pendant laquelle les langues minoritaires étaient permises dans les écoles. (...) Pourtant, le nombre d’élèves fréquentant les écoles russes est en train de baisser."

Le doublage des films :
L’Ukraine veut imposer le doublage des films en ukrainien, ce qui paraît naturel, mais la communauté russophone importante à l’est du pays peut le regretter, car autrefois tous les films étaient doublés en russe :

L’UE refuse que d’autres langues modifient l’écriture de l’euro, qui convient telle quelle en français, en anglais et en allemand, je crois, mais pose problème dans certaines langues :
"Euro doit s’écrire euro. La Lituanie, la Lettonie, la Slovénie et la Hongrie souhaitaient écrire l’euro différemment pour en faciliter la prononciation dans leur langue. Mais les ministres des Finances européens ont décrété que, pour des raisons de clarté et d’unité, l’euro devait être orthographié de la même manière dans tous les pays de l’UE, à l’exception de la Grèce dont l’alphabet n’est pas latin."
Source : rassemblement des Français de l’étranger

"Parce que la population hispanophone est en constante croissance dans la région des Bois-Francs, la ville de Victoriaville (Québec, Canada) a décidé d’outiller adéquatement ses répartiteurs 911 pour faire face à d’éventuels appels d’urgence en espagnol."

Après le chinois, le hindi devient fait une percée aux Etats-Unis.

Qui croit encore que l’anglais sera la langue mondiale ? Il sera ce qu’il est, une des dix langues à diffusion internationale.

Après la Suède, la Norvège, d’autres pays se rendent petit à petit compte des dommages que peut causer à leur langue un usage trop grand de l’anglais à l’université. Voici un témoignage de Tchéquie :
"Il nous vient des mots que personne ne cherche plus à traduire en tchèque. Il faut tenir compte du fait que les étudiants écriront de plus en plus souvent leurs articles, leurs essais et leurs comptes-rendus en anglais. C’est en anglais qu’on rédige des demandes de moyens financiers et de subventions. Tout finit par être exprimé en anglais. Peut-être un jour regretterons-nous d’avoir perdu la langue de spécialité tchèque." (Helena Illnerová, ancienne présidente de l’Académie des sciences tchèques).

Et l’espéranto ? Il progresse à son rythme, qui s’est accéléré ces dernières années, en partie grâce à internet et à l’explosion de la communication mondiale.
Le site du "Forum social mondial" s’affichera bientôt également en espéranto (langues déjà utilisées : portugais, anglais, français, castillan), les traductions sont en cours. Certains groupes étaient présents dès la naissance du FSM. Et son usage comme langue-pont facilitera certainement la traduction vers d’autres langues.
En octobre 2002, la proposition de traduction avait été refusée. L’année suivante, la question de la démocratie linguistique a trouvé davantage d’écho.
(source : Libera folio ; Monda Socia Forumo)

Le Forum social européen affiche déjà une version Eo :

Depuis quelques mois, les bateaux-mouches de Strasbourg proposent aussi l’espéranto pour la visite guidée par les canaux de la ville.

Finissons sur une note optimiste et réjouissante :
"Brésil - A 101 ans, il sait enfin lire et écrire
Ce retraité brésilien recevra son certificat d’alphabétisation cette semaine. Il a su profiter d’un programme scolaire mis en place dans sa région", France soir.

Conclusion

Dans ce monde cruel, il faut se défendre. La vie des langues vivantes n’est pas un long fleuve tranquille ; celles qui veulent un futur doivent se battre, défendre leur place et leur rang dans l’UE et, surtout, vivre au quotidien, avoir des locuteurs, car la survie artificielle d’une langue qui serait en quelque sorte placée en réanimation est quasiment vouée à l’échec. Ce principe est également valable pour les grandes langues qui, certes, ne sont pas menacées de disparition, mais dont l’influence peut diminuer très vite...


Moyenne des avis sur cet article :  4.05/5   (42 votes)




Réagissez à l'article

31 réactions à cet article    


  • Gargamel Gargamel 20 août 2008 14:45

    Krokodilo je pense que ton article a pour la première fois dépassé largement les 50% d’information pertinentes !

    Moi je suis d’accord, c’est bien que les catalans défendent leur langue s’ils l’aiment. Evidement on parle pas d’une cinquantaine de catalans qui hurlent avec leur mégaphone "le catalan c’est trop bien, c’est supérieur, tout le monde parle déjà catalan mais vous le savez pas encore !", je parle d’une *vraie* majorité de catalans.
    A côté de ça les catalans jouent le jeu, ils parlent le madrilène (et contrairement à ce qu’on dit n’envoient plus les gens chier quand on leur parle en madrilène), et apprennent au moins encore une autre langue.

    Pour la Suède, la Norvège et la république Tchèque ils ont vraiment fait les cons. Je suis pour l’apprentissage de l’anglais mais je pense qu’il faut soigneusement le garder dans son contexte international. Moi-même je suis bilingue mais je fais attention à utiliser le moins possible d’anglicisme quand je m’exprime en français.

    J’ai bien rigolé en lisant "l’anglais ? langue internatinale ? Non non c’est une langue comme une autre". Tu vis vraiment déconnecté du monde à un tel point que je sais plus comment te l’expliquer. Alors tu vas faire une expérience, tu vas sortir dans la rue et arrêter les gens, et à tous (donc pas aux gens de ta secte espérantiste) tu vas demander "c’est quoi la langue internationale ?"
    Fais-le aussi longtemps qu’il faut pour te convaincre (je pense qu’au bout de la 500eme personne qui te répond ’l’anglais’ tu peux t’avouer vaincu).
    Après on sait pas quelle sera la langue internationale encore après. Peut-être l’espagnol. A ce moment là il faudra s’adapter (sauf toi qui diras "l’espagnol c’est mal ! Ce n’est même pas une vraie langue ! Apprenez l’espéranto !" évidement)

    Donc selon toi la survie artificielle d’une langue serait vouée à l’échec ? Mince alors... Parceque moi je connais des type qui font tout pour donner un semblant d’existence à une langue bredouillée par moins de deux millions de personnes dans le monde (le nombre de vrais locuteurs est inconnu). 

    Alors ils démarchent les organisateurs de forums pour qu’il y ait des stands d’esperanto, ils font des articles sans arrêt pour rappeller que ça existe, ils ont même passé des dizaines de milliers d’articles de wikipedia au traducteur automatique pour faire apparaître leur langue dans la liste de celles référencées (heureusement pour eux que seul le nombre d’article compte et pas le nombre de visiteurs ensuite).
    Mais tous ces efforts ça bouge pas, ils ont beau se contraguler que grâce à internet leur langue subit un vrai boum tout le monde continue désespérément de s’en foutre (contrairement au catalan dont on parlait).

    On est donc d’accord qu’ils sont mal barrés n’est-ce pas ?


    • Krokodilo Krokodilo 21 août 2008 09:48

      "Krokodilo je pense que ton article a pour la première fois dépassé largement les 50% d’information pertinentes" !

      Savoir déguiser une vacherie en faux compliment est un talent qui peut être utile…

      "J’ai bien rigolé en lisant "l’anglais ? langue internatinale ? Non non c’est une langue comme une autre"."

      Quand on met des guillemets, il faut au moins que ce soit réellement une citation, même si le sens est ici respecté. Un truc : il suffit de faire copier puis coller, avec une espèce de souris sans pattes posée à droite en général.

      " Alors ils démarchent les organisateurs de forums pour qu’il y ait des stands d’esperanto, ils font des articles sans arrêt pour rappeller que ça existe,"

      Bien sûr, ça s’appelle du militantisme, et un moyen de passer outre le boycottage des grands médias qui se croient chargés de dire à leurs lecteurs ce qui est digne d’eux ou pas. Et ça marche, l’info commence à passer normalement dans la presse régionale :
      http://www.letelegramme.com/gratuit/generales/regions/cotesarmor/plouezec-vivre-lheure-de-lesperanto-20080818-3641288_1429633.php

      Toi-même, depuis que tu suis à la trace la moindre allusion à l’espéranto, tu commences à en connaître un rayon sur le sujet !

      "(…)tout le monde continue désespérément de s’en foutre (contrairement au catalan dont on parlait)."

      Beaucoup se sont foutus de la gueule de René Dumont, un des premiers écolos français, et maintenant, chaque gouvernement se dit écolo… Ce sera pareil avec l’Eo.

      " On est donc d’accord qu’ils sont mal barrés n’est-ce pas ?"

      Procédé sémantique déloyal qui consiste à mettre dans la bouche des autres des paroles qu’ils n’ont pas du tout prononcées, d’autant plus que tu sais parfaitement que je ne suis pas d’accord avec ta conclusion.
      Mais rassure-toi, tu auras encore l’occasion de débiner l’Eo après un prochain article ! Ca te manquerait !



    • Libera menso Libera menso 21 août 2008 15:08

      Il existe des catalans qui ne partagent pas la condescendance goguenarde de Gargamel vis-à-vis de l’espéranto. Pour eux, la défense d’une culture locale et l’usage d’une langue internationale anationale sont complémentaires. C’est notamment le cas de l’équipe de KISTV (Kataluna InformServo TeleVida) qui diffuse sur Youtube des vidéos en catalan et en espéranto : http://fr.youtube.com/user/kistv
      C’était aussi le cas de certains républicains catalans qui durant la guerre civile publiaient en espéranto des appels à la solidarité internationale contre le fachisme (voir le site des archives du ministère de la culture espagnol : http://pares.mcu.es/cartelesGC/servlets/visorServlet?cartel=518&page=11&from=catalogo ) 


    • tomper 20 août 2008 18:47

      Moi, jaime bien le prix de la carpette anglaise qu’on decerne chaque année. Peut être que Kouchner, qui a prononcé avant hier un discours à l’Otant dans un Anglais de niveau Lycée, sera un candidat cette année ?

      Je respecte aussi le combat du club de défense de la langue française.

      Je voudraisdire enfin que selon mon ressenti, je trouve que la défense de la langue française dans le monde fait pitié comparé avec ce que font les allemands, notamment via les goethe institut.


      • tomper 20 août 2008 19:24

        otan pardon


      • Krokodilo Krokodilo 21 août 2008 09:54

        Nous avons aussi nos insitituts, appelés Alliance française, mais ils sont peut-être bien en manque de fonds ces temps-ci...

        Quant au prix de la carpette anglaise, il sera très disputé cette année tant les candidats sont nombreux et tous plus étonnants les uns que les autres, personnellement mon favori c’est valérie Pecresse et son soutien au processus de Bologne d’intégration de l’enseignement supérieur, une sorte d’université européenne où les étudiants étrangers passeraient d’une fac à l’autre, mais toujours en anglais !


      • skirlet 21 août 2008 12:53

        Oh, la Crissine Lagarde n’est pas mal non plus smiley


      • judel.66 20 août 2008 23:13

        nous catalans sommes moins cons que les basques ou les corses ...... nous sommes européens...actuellement les histoires d’indépendance sont ridicules.....on est bien en France et on est bien en Espagne et bien sur on est bien en Catalogne....on bouffe a tous les rateliers et merde aux indépendantistes autonomistes dépassés


        • Krokodilo Krokodilo 21 août 2008 09:57

          C’est d’ailleurs pour ça que les indépendantistes corses sont peu nombreux.


        • krikri 21 août 2008 07:56

          ***la ville de Victoriaville (Québec, Canada) a décidé d’outiller adéquatement ses répartiteurs 911 pour faire face à d’éventuels appels d’urgence***
           
          Ok, c’est hors sujet mais je suis pliee en quatre. En cas de catastrophe, appelez le 11 septembre... 
          Chapeau, il n’y a que les Quebecois pour me faire rire comme ca. 


          • Krokodilo Krokodilo 21 août 2008 09:33

            Bien vu, je n’avais pas remarqué l’humour noir involontaire... je suppose qu’ils ont depuis longtemps ce numéro d’urgence.


          • Mescalina Mescalina 21 août 2008 10:49

            Hey le CROCO smiley

            "Dans ce monde cruel, il faut se défendre. La vie des langues vivantes n’est pas un long fleuve tranquille ; celles qui veulent un futur doivent se battre"........................................

            Bah................... c’est pas faux................c’est pas nouveau................ mais c’est pas faux........

            P$^%*£¨$qu’il est mauvais cet article, première fois que je n’ai RIEN à dire tellement y’à rien à dire à cela....

            Reprends toi CROCO.... S’il te plaît......

            Allez, un petit "L’anglais ravage tout sur son passage et sa chute est imminente" des familles, classique.... STP....... smiley


            • Krokodilo Krokodilo 21 août 2008 11:10

              Il t’aura sans doute échappé que ce n’est pas vraiment un article, mais plutôt des nouvelles (des news pour les anglomaniaques !) qui illustrent dans divers pays le thème -certes connu- de la défense des langues.


            • skirlet 21 août 2008 12:54

              Mescalina, un grand sage Kozma Proutkov a dit : "Si tu as une fontaine, bouche-là : même la fontaine doit se reposer de temps en temps."


            • skirlet 21 août 2008 14:00

              Aspinou retombe dans les insultes... Relisez les paroles de ce sage, ça vous fera du bien.


            • Wlad Wlad 22 août 2008 11:19

              Mmmmmmh, je ne vois nulle part d’intervention d’Asp, ni d’insultes. N’affabulerais-tu point, amikino bolcheviko ?


            • Mescalina Mescalina 22 août 2008 15:44

              Aaaaaaaaaa.... j’ai eu peur smiley


            • skirlet 22 août 2008 16:15

              "N’affabulerais-tu point, amikino bolcheviko ?"

              Tambova lupo estas via amikino smiley


            • Gargamel Gargamel 21 août 2008 20:44

              "Savoir déguiser une vacherie en faux compliment est un talent qui peut être utile… " C’est vrai. Mais je dois dire qu’il y avait quand même une part de sincérité, j’ai vraiment le sentiment que tes articles sont de plus en plus empreints de réalité. Si tu continues comme ça tu quitteras le camps des fanatiques espérantistes aveugles aux réalité et tu entreras dans celui des amateurs de l’espéranto souhaitant partager leur passion.

              " Quand on met des guillemets, il faut au moins que ce soit réellement une citation, même si le sens est ici respecté"

              Tu as raison, désolé je la refait :
              "
              Qui croit encore que l’anglais sera la langue mondiale ? Il sera ce qu’il est, une des dix langues à diffusion internationale."
              Autrement dit : "l’anglais ? langue internatinale ? Non non c’est une langue comme une autre" ? Suite dans ma première réponse. Tu as fait la petite expérience que je t’ai conseillé ?

              Je ne n’achète pas une seconde la thèse du blackout des médias. S’ils n’en parlent pas c’est que tout le monde s’en fout, ça n’a rien d’une volonté délibérée. Ce n’est pas un sujet d’actualité, pas un truc émergant qui a du potentiel. Si les médias parlaient de l’espéranto ils devraient aussi parler du fax et du minitel, bref de tous les trucs qui auraient pu changer les choses à une époque ou ils étaient utiles mais qui on étés dépassés (avant même d’avoir décollé dans le cas de l’espéranto).

              En fait je connaissais l’espéranto bien avant de lire mon premier article de Masson, figure toi que ça m’avait interressé et que je pensais étudier ça un jour, pas dans l’espoir d’une application pratique mais parceque c’était intérressant et l’idée était touchante. Je l’avais mis sur ma liste après le japonnais, l’italien et le langage des signes.
              Le seul truc que j’aie appris dans nos disputes c’est lle nombre de locuteurs de l’espéranto, puisqu’on vous le ressort à chaque fois que vous commencez à prétendre que c’est une langue utile par le nombre de locuteurs.
              Je persiste à dire que même si vous avez raison de vouloir proposer votre passion, vos méthodes sectaires et vos discours d’allumés vous desservent plus qu’autre chose. Moi quand j’ai entendu parler de l’espéranto à la tv le type a jamais prétendu que ce serait réelement utile dans la vie de tous les jours ou en voyage, il a juste raconté l’idée, expliqué le concept de langues artificielle, etc. Bref il a obtenu de meilleurs résultat en parlant en douceur qu’en braillant.

              La comparaison avec l’écologie est intérressante mais elle est inexacte. Le problème d’incompréhension entre les langues était bien connu à l’époque de Zamenhof, c’est juste qu’il n’a pas réussi à faire accepter sa solution jusqu’à une langue internationale, l’anglais, commence à s’établir pour de vrai. De nos jours laisser tomber l’anglais au profit de l’espéranto reviendrait à laisser tomber l’informatique comme on la connait pour adopter un nouveau système de traitement de l’information. Reconvertir toutes les données, les programmes, Internet, et y former les gens, juste parceque l’autre est sensiblement plus facile à prendre en main.

              Je ne met pas de mots dans ta bouche je te demande si tu es d’accord avec moi, compte-tenu du fait que (probablement dans un moment d’absence) tu as précisé dans ton article qu’il était quasiment vain d’essayer de ranimer une langue morte, qui n’avais presque plus de locuteurs.
               Pour une langue "presque plus de locuteur" ça veut dire dans les 5 millions de locuteurs réguliers. L’espéranto compte deux millions de personnes qui connaissent vaguement la langue, et probablement dans les 100 000 à converser régulièrement le soir sur internet ! 
              D’après le rapport de causalité que tu as toi même exprimé on peut décement admettre que les chances d’arriver à avoir un espéranto réelement vivant sont presques nulles, et s’amenuisent au fur et à mesure que l’anglais se répand dans les pays du globe (donc tous les jours).

              Pour la promotion de la langue française je le dis et répète, nous manquons de produits de culture exportable. Nos chansons sont musicalement moyennes, toute l’attention va aux paroles. Nos humouristes ont un humour qui s’exporte assez mal, beaucoup de nos films ne parlent qu’à nous. Si les gens apprennent le français c’est parcequ’ils sont touchés par notre culture, un Amélie Poulain vaut toutes les alliances françaises qu’on peut imaginer.

              Maintenant un sujet qui me tient à coeur, OU est passé le post ou ASP me décerne ma médaille du mérite bashmassonique ?


              • Krokodilo Krokodilo 22 août 2008 10:45

                "Je ne n’achète pas une seconde la thèse du blackout des médias. S’ils n’en parlent pas c’est que tout le monde s’en fout, ça n’a rien d’une volonté délibérée. Ce n’est pas un sujet d’actualité, pas un truc émergant qui a du potentiel."

                Mais si, ils en parlent, du moins la presse régionale et un peu sur Internet :

                http://www.saint-brieuc.maville.com/L-esperanto-une-langue-d-ici-et-d-ailleurs-/re/actudet/actu_dep-689872------_actu.html

                Quoi que tu en penses, il y a bien un boycottage obstiné de l’espéranto de la part des médias nationaux. Il ne s’agit pas de dire qu’il faut trois pages chaque semaine (encore qu’un dossier sur la communication en Europe serait d’actualité), mais de rapporter certaines infos comme la ville de Montpellier où l’Eo est une des 8 langues du site officiel, les bateaux mouches de Strasbourg (cf. l’article), le soutien par des députés européens et un prix Nobel d’économie, etc., tous ces éléments méritent amplement d’être mentionnés de quelques lignes dans la rubrique culture ou affaires européennes. La lente croissance d’une langue construite jusqu’à ce niveau est même un fait culturel et historique sans précédent ! Décider de ne pas en informer leurs lecteurs est bel et bien un boycottage au nom de dieu sait quelle prétention intellectuelle, de préjugés, de craintes irrationnelles pour la francophonie alors que ces mêmes journaux sont muets sur la place grandissante de l’anglais dans les institutions européennes.

                Autre exemple, le journal Le Monde de l’éducation n’a jamais rapporté ni fait le bilan de l’essai d’enseignement de l’Eo à une classe de primaire en France (dans les locaux, hors temps scolaire, par Dechy, un prof de maths à la retraite), alors même qu’ils sont prêts à consacrer tout une page à une anecdotique représentation théâtrale en latin dans un pays d’Europe centrale (j’ai oublié lequel) par quelques étudiants, ou une enseignante qui fait de l’initiation à divers alphabets. Si ce n’est pas un boycottage, je me demande ce que ce mot veut dire !

                Encore un petit exemple pour la route ? Le site APLV (profs de langues), qui mentionne tout un tas d’articles sur des sujets divers liés aux langues, ne donne AUCUNE info sur l’espéranto, et ce depuis des années… contrairement à un site destiné aux traducteurs qui, lui, signale indifféremment tout ce qui se rapporte à leur métier. J’oubliais le journal le Monde, capable de faire un dossier sur la guerre des langues ou la communication dans l’UE sans ne serait-ce que citer la possibilité d’une lingua franca autre que l’anglais…

                "De nos jours laisser tomber l’anglais au profit de l’espéranto reviendrait à laisser tomber l’informatique comme on la connaît pour adopter un nouveau système de traitement de l’information. Reconvertir toutes les données, les programmes, Internet, et y former les gens, juste parce que l’autre est sensiblement plus facile à prendre en main."

                En voilà un drôle d’argument ! L’informatique n’arrête pas d’obliger les gens à s’adapter à toutes sortes de changement, à cause de la vitesse de son évolution : à peine se débrouille-t-on avec un logiciel qu’il faut acheter la version suivante, ma maintenance me dit que mon fenêtre 98 est une antiquité… et ils ont carrément arrêté le support technique ! Et les disquettes, les CD, DVD, disque dur externe, clé USB, ça change tout le temps !

                Il ne s’agirait pas d’exiger que demain matin toute l’UE parle espéranto, mais simplement de le soutenir, de le favoriser progressivement en l’espace de dix ans, voire d’une génération s’il le faut, comme langue auxiliaire commune aux Européens, ce qui n’empêcherait nullement ceux qui ont un besoin professionnel de l’anglais de continuer. Le plurilinguisme oui, mais lequel ? C’est ça la vraie question de l’UE.


                "Nos chansons sont musicalement moyennes, toute l’attention va aux paroles. Nos humouristes ont un humour qui s’exporte assez mal, beaucoup de nos films ne parlent qu’à nous."

                Masochisme actuel des Français : les tubes de jacques Brel ont fait le tour du monde, en anglais et en VO, idem pour Michel Legrand, Mireille Mathieu, Barbara et plein d’autres ; maintenant, l’idée s’est répandue qu’il faut chanter en anglais… Quant à l’humour qui s’exporterait mal, c’est vrai que certaines formes d"humour s’exportent mal, c’est vrai dans le monde entier, mais "les Visiteurs" ou les comédies de Francis Veber sont compris partout et ont eu un succès mondial. Seuls les Etasuniens réfractaires à toute culture étrangère exigent de tourner des "remakes" au lieu de voir la VO doublée.

                "Maintenant un sujet qui me tient à coeur, OU est passé le post ou ASP me décerne ma médaille du mérite bashmassonique ?"

                Aucune idée, je ne réponds plus aux messages d’Asp pour cause de grossièreté, seulement à certains de ses clones. Probablement que quelqu’un l’a signalé aux modérateurs, il me semble qu’il contenait encore une allusion à son obsession personnelle. J’aurais pu le signaler moi-même mais je ne le fais qu’en cas d’insultes.



              • Jorgos 22 août 2008 01:28

                Gargamel, "Tu as fait la petite expérience que je t’ai conseillé ?"

                = " As-tu fait la petite expérience que je t’avais conseillée ? " !

                Js.

                P.S. : les gens répondent avec leur imaginaire ; et dans l’imaginaire du Français moyen, l’apprentissage de l’anglais, la fabrication d’armes, l’industrie chimique (engrais, pharmacie, fard, production de matières plastiques, etc.), et quelques autres choses dangereuses pourraient leur rapporter gros, alors ils foncent ou se soumettent, collaborent plus ou moins activement ...mais la roue tourne : certains Grands hommes se lèvent, d’autres soutiennent, la réalité évolue.

                Pour l’écologie, René DUMONT a été le seul, à son époque, à accepter la proposition (faite par G.K.) de "se mettre en avant" dans une campagne présidentielle, et lui n’a pas craint les menaces de mort. D’autres soutiennent, argumentent mais on ne leur laissera jamais le pouvoir. Alors, il faut que la réalité s’impose : puisque la planète étouffe, on "doit" faire de l’Ecologie !

                Pour la guerre, on la fait faire aux autres, donc ça continue à rapporter, et puis ça fait du spectacle pour vendre les journaux ...des marchands d’armes (!), le peuple, lui, applaudit, sauf quand c’est le beau-frère qui était militaire en Afganistan (combien de morts afgans pour dix français ?). A quand un Ministère de la Paix ! L’O.N.U. ? ...dirigée par des chefs d’Etats guerriers ! Ce sont donc les religions qui "travaillent" l’imaginaire, fabriquent des collabos et vendent du papier ...en promettant la Paix !

                Pour l’anglais, c’est déjà foutu, puisqu’il y en a tant (Oxford, Ouachingue-tonne, Side-neille, Délit, globiche, bazik, brauqueune haine-gliche et j’en passe ...les avions en tombent, comme les bras ou la langue des désillusionnés) ! Tous les sportifs français battus à Pékin vous diront qu’ils ont appris l’anglais pour rien avant d’y aller. La prochaine charte de l’Haut-lympisme sera ré-écrite en mandarin.

                Pour les insuccès relatifs de l’Esperanto, rappelons que c’est la France qui a mis son veto à la S.D.N., alors que les petits Français avaient encore le droit d’apprendre différentes langues étrangères voisines.
                En 1 957, le Ministère de l’envoûtement de nos chères petites têtes blondes a décidé de moins enseigner l’italien en Sud-Est, l’espagnol-castillan en Sud-Ouest et l’allemand en Nord-Est afin d’encourager un illusoire bilinguisme (français-anglais) mondial, ce à quoi nos voisins ont répondu par réciprocité en enseignant moins la langue de Voltaire.

                Le besoin de communication mondiale, non seulement existe encore, mais aussi se développe encore, alors rien n’est joué.
                L’Esperanto fonctionne très bien pour ceux qui ont "fait le pas", cette langue, en tant que telle, comme toutes les autres, n’a pas de marché à gagner.
                Nombreux sont ceux, parmi ses locuteurs, qui ont intérêt à se qu’elle se développe pour avoir de meilleurs services ...mais pas trop, pour garder un côté chaleureux, rassurant de "club".
                L’idéal qui la soutend est tellement élevé qu’il n’est pas directement accessible à "la masse", donc seuls des individus peuvent être "touchés par la grâce" ...la tache d’huile a encore besoin d’un peu de temps.
                Si l’Esperanto est un trésor, caché par une secte, il faudra bien qu’un jour le Monde s’en empare ! Faites sauter le coffre-fort, ça ne vous fera pas de mal.

                Et ce n’était qu’un "P.S." ! (voir signature juste au-dessus)


                • Xebeche 27 août 2008 17:05

                  "Qui peut croire que l’anglais sera la langue mondiale ?"

                  Les imbéciles qui ne savent pas qu’elle l’est déjà ?

                  Oh bien sur, on peut pinailler sur des détails sémantiques pour parvenir à la conclusion qu’il faudrait dire "langue de communication mondiale " ou "lingua franca" parce que les autres acceptions de "langue mondiale" sont purement irréalistes.

                  Néanmoins, l’anglais est et restera la langue mondiale pour encore quelques décennies, voire quart de siècles...

                  C’est un fait, et on passe plus facilement pour un zozo qu’on ne gagne en crédibilité quand on nie les faits, qui sont têtus...

                  TYPHON


                  • Hermes esperantulo 29 août 2008 14:44

                    Mon typhon, toujours à dire des demis vérité, l’anglais est une langue internationale DANS LE MONDE DES AFFAIRES. L’anglais en pratique pour le commun des mortels soit 75% du globe une langue inconue et dans ceux qui le maitrise 15% ne connaisent que l’angalis basic soit seulement dire un café , toilettes et quelques bribes de conversation. Un exemple tout recent tu connait la Chine on vient d’y faire des jeux olimpique et bien dans la ville olimpique les chinois sont nul en anglais, cela a été diffusé dans de nombreux journaux dans divers pays, et m^me un journaliste qui a fait un reportage sur les à cotés des JO avait besoin d’un interprete et de petits bouts de papiers prés ecrit en chinois pour se faire comprendre


                  • Τυφῶν בעל Perkele borntofrag 30 août 2008 23:46

                    Cher ami aimable mais malcomprenant, apprenez le français comme je vous le conseille :

                    Oh bien sur, on peut pinailler sur des détails sémantiques pour parvenir à la conclusion qu’il faudrait dire "langue de communication mondiale " ou "lingua franca"

                    Qu’est ce qu’une lingua franca ? C’est une langue qui est parlée par une minoritée, mais par la minorité qui effectue la quasi-totalité des échanges internationaux. C’est ce qu’est l’anglais au niveau mondial, comme vous le reconnaissez obligemment dans votre consternant dernier message. Le seul sens de la locution "langue mondiale" qui soit acceptable est "lingua franca", car tout les autres sens potentiels de cette expression sont irréalistes.

                    Typhon, qui se répète...


                  • Hermes esperantulo 31 août 2008 09:00

                    pour l’anglais selon moi lingua franca est trop vague, je dirait plutot langue de l’économie mondiale, alors oui c’est plus long mais au mions c’est clair et ca la place ou elle est actuellement.

                    Au passage j’ai bien lu ce que vous avez ecrit et j’y est tout simplement repondu en precisant


                  • Τυφῶν בעל Perkele borntofrag 31 août 2008 16:46

                    lingua franca est trop vague,

                    Vous savez, si je définis un terme de façon précise, ce n’est pas pour que racontiez des imbécillités ensuite.

                    Si le terme de lingua franca correspond précisément à ce que vous dites de la situation actuelle de l’anglais, y a pas à tortiller du cul et à pinailler sur des détails sémantiques, et si vous étiez un peu moins mongolien vous auriez compris dpuis longtemps que vous êtes d’accord avec moi, à ceci près que vous refusez de tirer les conséquences de vos propres déclarations, parce que cela remettrait vos certitudes en cause.

                    Typhon


                  • Hermes esperantulo 31 août 2008 21:10

                    non monsieur, une difference notable existe pour le commun des mortels une langue de communication internationale ou approchant c’est une langue qui permettent de discuter au delà de la barriere linguistique, donc pour le commun des mortels la langue de communication intervient dans les affaires, le tourisme, la literrature, l"information, ect.

                    ce qui est bien dommage dans votre discourts, c’est que vos usez d’un vocabulaire abaissant à la fin de vos paragraphes à mon encontre alors qu’il s’avere que vous avez tord et que vous recommencez souvent sans vous remettre en question. Alors que j’essaie d’être courtoie ;

                    Donc vous qui disiez ne pas apprecier certains procedées d’attaque personnelle vous le faite vous même, je pense qu’il n’est plus neccessaire que nous poursuivions de discution entre nous.


                  • Τυφῶν בעל Perkele borntofrag 1er septembre 2008 00:50

                    vous n’avez pas besoin de moi pour vous rabaisser, chacune de vos interventions est plus humiliantes pour vous que la précédente : ce dernier message par exemple, est tellement mal écrit que même vous ne seriez pas capable de le comprendre. Quand je vois comment vous écrivez "courtois", je me dit que je suis encore bien trop gentil avec vous.

                    Typhon


                  • Hermes esperantulo 1er septembre 2008 11:31

                    de la part de quelqu’un qui s’est fait expulser deux fois d’avox, je pense être loin de vous battre


                  • Τυφῶν בעל Perkele borntofrag 1er septembre 2008 12:57

                    kamoulox !

                    kakamou kakamou kakamoulox !

                    Typhon


                  • Hermes esperantulo 1er septembre 2008 17:52

                    mais bien sur aller encore plus loin et tu te refait banir, aller je te soutiens tu va y arriver

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès