• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Bioshock Infinite, une touche de fraîcheur à la série

Bioshock Infinite, une touche de fraîcheur à la série

Développé par l'équipe d'Irrational Games, Bioshock Infinite est le troisième volet de la série BioShock. Actuellement entre les mains du célèbre directeur créatif Ken Levine et de son équipe qui a également travaillé sur le premier opus, le dernier né de la saga n'en finit plus de faire attendre les fans avec plusieurs dates de sortie repoussées.

Complètement différent de ses prédécesseurs, BioShock Infinite voit son système de jeu remanié avec au final, très peu de points communs avec ce que l'équipe d'Irrational Games nous avait habitué.

Le scénario nous plonge en 1912 à Columbia, une magnifique cité en apesenteur au sein de laquelle la paix et surtout la religion prennent une place prédominante dans la vie en société. Par ailleurs, cette ville aurait été créee par le gouvernement Américain dans le but de montrer sa supériorité au monde.
 
 
Vous incarnez Booker DeWitt, un ancien agent devenu détective. Un mystérieux commanditaire décide de vous contacter afin de libérer Elizabeth, une femme disparue depuis 15 ans, prisonnière de Columbia.
 
Au niveau du gameplay, l'innovation majeure reste la possibilité de combiner ses propres pouvoirs avec ceux d'Elizabeth, laissant très peu de chances à vos ennemis d'en sortir vivants, tant ils sont dévastateurs. Bien entendu, on retrouvera également dans cette opus les fameux pouvoirs plasmidiques de notre héros ainsi qu'un arsenal d'armes nouvelles que les développeurs n'a pas encore communiqué.
 
 
On note également que l'avancement du scénario et l'intéraction du héros avec les autres personnages seront grandement influencés par les choix que vous ferez au fur et à mesure de l'aventure. De même que la relation entre Booker DeWitt et Elizabeth reposera en partie sur Songbird, un étrange oiseau de fer qui prétend être le protecteur de celle-ci et qui souhaite empêcher notre héros de la faire sortir de la ville : tout indique que la tension qui règnera entre les personnages pendant l'aventure aura une grande importance dans vos choix mais aussi dans le déroulement du jeu.
 
Bioshock Infinite est très certainement le titre qui amènera de la fraîcheur à la série. En effet, les développeurs ont su mettre en place un environnement poignant, immersif et très riche, le tout agrémenté d'une bonne couche de mystère. Au-dela du simple jeu, l'équipe d'Irrational Games invite le joueur à poser un regard assez critique sur le thème de la religion, de la politique et sur le comportement humain en général.
 
Prévu sur xbox 360, pc et ps3 pour le 26 mars 2013, je vous invite à visionner les 5 premières minutes du jeu en vidéo disponible ici.
 

Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

16 réactions à cet article    


  • amipb amipb 5 janvier 2013 10:57

    Quelle formidable créativité, en effet. Encore un énième avatar de jeu où il faut tirer sur son prochain.

    Et ce, alors même que toutes les études sérieuses sur le sujet démontrent un fort lien entre pratique de jeux vidéos violents et agressivité.

    A quand des jeux vidéo pour apprendre à aimer ?


    • Aristoto Aristoto 5 janvier 2013 15:46

      Hé mec faut bien s’entrainer pour la marche à venir contre Bruxelles !!!

       


    • cob 5 janvier 2013 17:18

      Vous voulez dire les études sérieuses de TF1 et France Télévision ?

      Je pouffe.

      Voilà ce que disent les études sérieuses, justement :

    • amipb amipb 6 janvier 2013 09:52

      Désolé, je n’ai pas de télévision et je peux vous garantir que TF1 procède de la même lobotomie que la majorité des jeux modernes (http://bouillaud.wordpress.com/2011/02/19/michel-desmurget-tv-lobotomie-la-verite-scientifique-sur-les-effets-de-la-television/).

      Sinon, pour quelques études sérieuses, menées par des scientifiques qui ne vont pas tous faire le paon aux TED talks :
      http://www.telegraph.co.uk/technology/video-games/9593188/Violent-video-games-make-teenagers-more-aggressive-study-finds.html
      http://www.cerveauetpsycho.fr/ewb_pages/f/fiche-article-jeux-video-l-ecole-de-la-violence-18785.php
      http://www.internationalnews.fr/article-les-videos-violentes-et-les-jeux-de-tueurs-doivent-etre-interdits-47034689.html
      http://www.cerveauetpsycho.fr/ewb_pages/a/actualite-jeux-video-la-violence-au-coeur-du-cerveau-27207.php

      Et n’allez pas me dire que je n’ai jamais joué à ce genre de jeux, nous avons joué des jours durant à Unreal Tournament, première version et version 2003, avec mes amis. Je connais parfaitement les symptômes qui persistent chez ceux qui ont perdu en fin de partie.

      J’ajouterai que le cerveau apprend par répétition et rétroaction.

      S’adonner ainsi régulièrement à la violence, même virtuelle, est un apprentissage. Tout comme la méditation sur la compassion modèle le cerveau (http://www.pnas.org/content/101/46/16369.full), mais cette fois-ci dans le bon sens, la pratique régulière de la violence transforme profondément ce qui devrait pourtant nous servir à être plus sociables et plus intelligents.


    • cob 6 janvier 2013 12:38

      L’être humain est intrinsèquement violent.

      Et ce n’est pas une « tare » issue du monde moderne, mais la conséquence de millions d’années d’évolution. C’est notre goût et notre talent pour la violence qui ont fait de nous l’espèce dominante sur cette planète. La paix, l’amour et la non-violence sont les privilèges d’individus qui n’ont pas à lutter pour leur subsistance, leurs terres et leurs libertés parce que d’autres exercent déjà cette violence pour eux. 

      Les gens comme vous qui tentent d’altérer la nature humaine échouent systématiquement, voire aboutissent à des conséquences sinistres, comme l’abstinence imposée au clergé catholique et les affaires de pédophilie qui en résultent.

      Un match de Boxe ou une partie d’UT2003 sont des méthodes cathartiques codifiées, des rituels grâce auxquels on exprime sa violence au lieu de la nier.

    • amipb amipb 6 janvier 2013 15:21

      La nature humaine n’est intrinsèquement bonne, ni intrinsèquement mauvaise. La violence peut être évidemment utile, mais uniquement lorsque tous les autres moyens se sont révélés inefficace.

      Par contre, je ne comprends pas votre laïus sur la modification de la « nature humaine ». Cette dernière évolue et est modifiée par l’environnement et la culture. Un homo sapiens moderne n’a plus grand chose à voir avec un homo sapiens d’il y a 10 000 ans.

      Ce que vous ne semblez ou voulez pas comprendre, c’est que les jeux vidéos violents, tout comme les films ou émissions du même acabit, vous orientent vers une voie violente, qui deviendra un automatisme pour la résolution de vos problèmes. Les grands méditants dont je parle plus haut, eux, auront toujours l’approche pacifique, presque toujours plus profitable et durable pour chacun, avant d’en venir à la violence.


    • silversamourai silversamourai 7 janvier 2013 16:52

      « A quand des jeux vidéo pour apprendre à aimer ? »

      ICO


    • slipenfer 5 janvier 2013 12:24

      +
      bonjours l’ambiance des 2 premiers volets j’ai bien aimé malgré quelques
      difficulté à m’immerger au début.
      je signal que l’agressivité n’est pas une maladie,ni une tare.
      mais bon passons.


      • joelim joelim 5 janvier 2013 14:32

        Il faut légiférer pour qu’on puisse jouer à ces jeux sans avoir à tuer (virtuellement), sans que ça empêche ceux que ça amuse de le faire. La liberté de tous serait préservée. Actuellement si on veut jouer sans tuer il reste... Tétris. Plus sérieusement les beaux jeux d’environnement sont tous des jeux de meurtres et on ne peut les jouer qu’en passant par là. C’est dommage.


        • cob 5 janvier 2013 17:43
          C’est ça, et puis moi je revendique le droit de voir une version non-violence, de qualité égale, du dernier James Bond.

        • amipb amipb 6 janvier 2013 09:57

          Toujours cette vindicte agressive des joueurs de jeu vidéo, qui confirme finalement tout ce que l’on peut dire sur le sujet des jeux violents. Pourquoi ne jamais accepter la remise en question, cob ?

          Vous semblez croire, de plus, que lutter contre les jeux vidéos violents c’est passer outre celle présente à la télé et dans les films : or il n’en est rien.

          Dans un monde où la violence nous entoure, ce n’est certainement pas par la violence que nous résoudrons nos problèmes.


        • cob 6 janvier 2013 12:46

          Pourtant c’est vous qui proposez de légiférer — donc d’exercer une violence d’État sur les contrevenants — pas moi. Donc ce serait plutôt moi le non-violent smiley


        • amipb amipb 6 janvier 2013 15:22

          Légiférer ? Dans quel message est-ce que je prononce ce mot ?

          Par ailleurs, légiférer permet également d’éviter la violence. Aimeriez-vous que la France permette les armes comme aux Etats-Unis, avec les résultats que nous connaissons tous ?


        • tinga 5 janvier 2013 17:19

          C’est vrai qu’il est assez pénible de voir tant de moyens techniques et artistiques dans des productions qui restent malgré tout calquées sur le premier doom, mais la faute en incombe grandement au mépris dont le jeu vidéo a été victime, alors qu’il façonne l’imaginaire de nos enfants (surtout mâle). 

          Néanmoins, la série bioshock est assez intéressante avec toute la trame politique et les questions sur le pouvoir, la perversion etc...
          Perso, la série des elderscroll reste la plus intéressante, bien qu’encre inaboutie, mais sans les plus proches pour passer le cap, une sorte de théâtre interactif, avec des tragédies, des comédies, de la psychologie, des interactions infinies dans un univers quasi infini, la fusion entre le jeu vidéo et les réseaux sociaux est proche, toutes ces sociétés de jeux, qui ont démarré avec quelques personnes sont maintenant les créateurs de nos mondes virtuels de demain, ou vie et jeu seront mêlés, des rencontres virtuelles deviendront réelles et vice versa.  

          • tinga 5 janvier 2013 17:22
            lire :« bien que encore inaboutie, mais sans doute les plus proches » 

          • rouge sang 12 janvier 2013 10:06

            j ’ai eu le 2, moyennent accroché, didactitiel trop long, et a l’epoque j’ai acheté dead space en même temps... trop addictif, j’ai laché bioshock

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès