• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > « Birdman ». Un Oscar pas volé

« Birdman ». Un Oscar pas volé

Riggan a connu son heure de gloire dans les années 90 en interprétant le super-héros Birdman, mais depuis cette époque il est devenu un acteur has been. Afin de (se) prouverqu’il n’est pas fini, et surtout qu’il est un véritable artiste, il essaye de monter une pièce de théâtre intello à Broadway.

On découvre ici l’envers du décor. Riggan est confronté à toutes sortes de difficultés pour mener à bien son projet . Il doit gérer les conflits entre les acteurs, les relations avec la presse, avec son producteur et aussi ses problèmes personnels, notamment avec sa fille et sa maîtresse.

« Birdman » est une critique acerbe de la célébrité, de l’ambition démesuré, de l’ego surdimensionné des acteurs qui sont prêts à tout sacrifier pour leur carrière.

Les critiques, le public, mais aussi les réseaux sociaux, tous sont à un moment égratignés au passage.

La réalisation, à la fois originale et élégante d’Alejandro González Iñárritu, est l’une des grandes forces du film. C’est filmé de telle manière qu’on a le sentiment d’un plan-séquence de deux heures, ce qui donne un rythme extrêmement soutenu au film.

téléchargement

Keaton est époustouflant du début à la fin, il obtient ici le rôle de sa carrière.Il y a d’ailleurs beaucoup de similitudes entre son parcours d’acteur et celui de Riggan. Tous les deux ont incarné des héros de Blockbusters avant de disparaître plus ou moins des écrans. Quant à Edward Norton, il est lui aussi en tout point remarquable dans son rôle de grande vedette du théâtre insupportable.

Les autres acteurs, à l’image d’Emma Stone et Naomi Watts, sont tous au diapason.

Ajoutons à l’ensemble des dialogues savoureux, et vous avez la panoplie parfaite de l’excellent film.

Birdman a reçu 4 Oscars dont meilleur film, meilleur réalisateur, meilleur scénario original ainsi que la meilleure photographie.

images (1)

Il n’est pas simple de passionner le grand public avec les états d’âme du monde du théâtre ou du cinéma, et Birdman y réussit avec intelligence, humour et talent.

Mais d’autres films ont abordé le sujet bien avant……

« Sunset Boulevard » (1950) de Billy Wilder .

Jeune scénariste sans travail et sans argent, Joe Gillis est poursuivi par deux redoutables créanciers. Il réussit à se cacher dans la villa de Norma Desmond, grande star du cinéma muet, à présent âgée, mais qui rêve toujours des feux de la rampe…

« Les feux de la rampe » (1952) de Charles Chaplin.

Dans ce film, le clown Calvero est désormais un homme vieillissant qui noie sa déprime dans l’alcool. Mais un jour, en rentrant chez lui, il sauve de la mort sa jeune voisine qui tentait de se suicider…..

« Les Ensorcelés » (1952) de Vincente Minnelli.

Jonathan Shields, autrefois l’un des plus brillants producteurs d’Hollywood, est au bord de la ruine. Harry Pebbel, son ancien collaborateur, réunit le réalisateur Fred Amiel, l’actrice Georgia Lorrison et le scénariste James Lee Bartlow, aujourd’hui célèbres, et qui doivent tous leur gloire à Shields.

« Eve »( 1950) de Joseph L Mankiewicz .

Eve Harrington s’apprête à recevoir la plus haute distinction pour une interprétation théâtrale. Sur cette première image de réussite éclatante, Mankiewicz greffe une question : comment cette débutante en est-elle arrivée là, quelques mois seulement après avoir été engagée comme secrétaire par la grande comédienne Margo Channing ?

« Le dernier métro » (1980) de François Truffaut

A Paris, en 1942, Lucas Steiner, un metteur en scène juif, s’est officiellement réfugié en Amérique, laissant la direction du Théâtre Montmartre à son épouse, Marion, une comédienne. En réalité, il vit dans les caves de l’établissement, qu’il n’a pas pu se résoudre à abandonner. Marion lui rend visite tous les soirs et recueille ses directives.

 

Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • Whackangel Whackangel 4 mars 2015 15:38

    J’ai vu le film hier soir... Autant le dire tout de suite, ce n’est pas pour tout le monde ! Un excellent morceau, mais différent de ce à quoi on pourrait s’attendre. Je suis également très surpris que Keaton n’ai pas eu droit à sa statuette, de la même manière que, si celle du meilleure réal est justifiée, celle du meilleur film est audacieuse. Les aspects très « arts et essai » du film prennent très souvent le dessus sur le coté « divertissement » d’Hollywood, on y trouve une vraie critique de la critique, des acteurs fabuleux et à fond dans leurs personnages, une maitrise bluffante du plan-séquence (qu’on veut nous faire croire ininterrompu pendant 98% du film, mais qui l’est par de subtils procédés)... Clairement une belle surprise, et un louable retour de Keaton qui devrait être appelé à d’autres rôles dans les prochaines années...


    • fatizo fatizo 4 mars 2015 20:41

      @Whackangel
      Honnêtement, je m’attendais à un film plus difficile d’accès, à un truc plus intello. J’ai été agréablement surpris par le rythme, l’humour, le ton du film en général.

      Dommage que la bande -annonce ne rende pas du tout compte de ce qu’est Birdman.
      D’accord avec vous sur la performance de Keaton, elle méritait l’Oscar.

    • orage mécanique orage mécanique 5 mars 2015 10:43

      J’ai un avis complétement inverse sur le film. Je précise quand même que Inarritu est un de mes cinéastes préférés.

      Birdman est pour moi le film le plus inintéressant d’Inarritu enfilant les scènes déjà vues (le film à travers la répétition de la pièce de théâtre qui tournent au cauchemar, le gars qui se retrouve en slip dans la rue hohohoho uber lol....).

      un scenario très faible et oubliant des personnages au cours de l’histoire (fallait bien meubler pour passer le temps et arriver au final à gros sabot qu’on a attendu pendant les 3/4 du film.) . Alors que le cinéma d’Inarritu c’est tout l’inverse, chaque personnage prendra sa place dans le film parce que chaque destin est lié.

      Et ce rythme ! Insupportable, vite, vite..... Faut donner au spectateur son shoot et montrer qu’on sait manier une caméra. On enléve l’âme du film en faisant un film de technicien.

      Bref un film formaté pour l’international, histoire de prendre un ou deux prix au passage en vendant son âme.

      Mais rien d’étonnant dans tout ça, Wes Anderson nous a fait le même coup et rafle au passage quelques prix avec son film le plus inintéressant ou l’histoire disparait juste pour montrer un savoir faire.

      Dans les deux cas tu sorts du cinéma en te demandant à quoi ça sert de faire des films pareils, sans âme, juste avec un savoir faire en supprimant l’histoire. Bah ouais en fait l’histoire ça fait chier, des fois ça déplait alors les spectateurs vont pas voir le film. Alors flattons l’œil et laissons tomber l’histoire.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès