• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Bouteille Tempête ou Baromètre de FitzRoy

Bouteille Tempête ou Baromètre de FitzRoy

Présentation :

La bouteille tempête se présente sous la forme d'un cylindre de verre transparent hermétiquement clos. Elle est munie d'une ou de plusieurs brides permettant sa fixation contre une paroi. A l'intérieur du tube en verre, un liquide occupant généralement les 4/5ème du volume, le reste étant laissé libre pour permettre au liquide de se dilater sans briser le verre en cas d'augmentation de température.

Origine et histoire :

L'appellation de baromètre est injustifiée en ce sens que l'objet, en verre hermétiquement clos, est totalement insensible à la pression barométrique. L'appellation bouteille tempête, traduite de l'anglais « Stormglass » est plus juste. Selon la majorité des sources, la bouteille tempête serait l'invention du vice-amiral Robert FitzRoy (1805 - 1865) également connu pour avoir été le capitaine du HMS Beagle sur lequel voyagea Charles Darwin. FitzRoy, un des premiers météorologues, auteur de « Weather Book, Remarks on New Zealand » fût nommé directeur du « Meteorological Departement ». D'autres sources attribuent l'invention à un marin italien et même à Torricelli ! Pour ma part je serais tenté d'attribuer l'invention aux alchimistes et ceci pour plusieurs raisons :

  1. FitzRoy embarque sur le Beagle 22 chronomètres de marine et 5 exemplaires du Sympiesomètre, un baromètre à air défendu par lui comme donnant des résultats d'une précision compatible avec celle demandée par le Ministère de la Marine, mais aucune bouteille tempête contrairement à ce qui est prétendu sur certains sites. Je n'ose imaginer que le vice amiral FitzRoy se soit mis à une table sur le Beagle en se disant : « Aujourd'hui je vais inventer un nouvel objet capable de prévoir l'évolution de la météo » avant de mélanger au hasard des produits dont par ailleurs il n'est pas certain qu'ils se soient trouvés à bord.
  2. La façon dont se présente l'objet : hermétiquement clos, à l'image de la science hermétique ou alchimie. Utilisation d'eau distillée, laquelle réputée pure constitue avec la rosée un des ingrédients liquides à connotation magique pour les alchimistes.
  3. La composition chimique : l'acide chlorhydrique, appelé esprit de sel ou acidum salis par les alchimistes et était presque exclusivement utilisé par eux principalement pour la fabrication d'eau régale, un mélange d'acide chlorhydrique et d'acide nitrique permettant de dissoudre l'or, technique utilisée dans la quête de la pierre philosophale. Ce n'est qu'en 1863 que la production d'acide chlorhydrique se développa de façon industrielle. 
  4. FitzRoy n'a laissé aucun document affirmant être l'inventeur de la bouteille tempête. 
    Si le nom de FitzRoy est attaché à cet objet, c'est à mon sens parce qu'il l'a popularisé en faisant équiper les services portuaires et les navires anglais de ces bouteilles tempêtes. La passion pour la météorologie et les instruments météorologiques de FitzRoy étant connue, il n'est pas impensable qu'il découvre lors de la révolution circumterrestre du Beagle, dans un des nombreux ports visités, un objet qui l'intrigue sur un bateau étranger. Il en demande l’utilisation et la composition, reproduit l'objet et le teste sur le Beagle. Sa relative facilité de fabrication, son coût réduit et son efficacité auront alors convaincu le vice-amiral, une fois de retour dans son pays, d'en étendre l'utilisation à la marine anglaise toute entière. Son emploi sera rendu obligatoire en Angleterre en 1859 suite à de violents orages.

 

Composition :

Certains auteurs indiquent, sans les nommer, que 18 produits entrent dans la composition du liquide. La recette de base est la suivante :

  • 2,5 g de nitrate de potassium (salpêtre)
  • 2,5 g de chlorure d’ammonium (ammoniac + acide chlorhydrique
  • 33 ml d’eau distillée
  • 40 ml d’éthanol (alcool pur ou alcool éthylique)
  • 10 g de camphre

Principe de fonctionnement :

Il se forme différents types de cristaux à l'intérieur de la bouteille lesquels à nouveau se dissolvent au gré des conditions météorologiques à venir. Les principes physiques régissant l’existence ou la non-existence de cristaux selon des conditions autres que la seule température du milieu, semble largement méconnus, peu d'études leurs ayant été consacrées. De façon générale les phénomènes extérieurs pouvant avoir une influence sur le comportement du mélange sont : la température, le rayonnement lumineux, le rayonnement électromagnétique, le rayonnement cosmique et le magnétisme terrestre. Il convient de retirer de la liste des rayonnements, ceux, tels les UV, dont le spectre ne permet pas de traverser le verre. Il convient également d'éliminer le magnétisme terrestre, aucune correspondance entre les lentes variations de celui-ci et l’existence de cristaux ne pouvant être trouvée. Il convient encore d'éliminer la pression atmosphérique, le tube étant étanche et pour la même raison, les phénomènes de teneur hygrométrique ou de composition de l'atmosphère. D'un point de vue purement chimique, le phénomène observable, la précipitation d'un solide dans un liquide, ainsi que la dissolution du même solide, sont dépendantes de la concentration du solide dans le liquide, de la température du mélange et de la pression à laquelle il est soumis. L'expérience la plus simple que l'on puisse faire pour comprendre ce mécanisme, consiste à dissoudre du sel de cuisine dans un verre d'eau. A faible quantitée le sel se dissout aisément, mais au-delà d'une certaine proportion, il ne se dissout plus. On dit que le mélange est saturé. Si l'on s'en tient à une quantité de sel juste inférieure à la saturation, l'on pourra faire se précipiter une partie du sel dissout en chauffant l'eau, puis laisser se dissoudre à nouveau le sel en abaissant la température. La formation des cristaux indique par conséquent une saturation du mélange. La bouteille tempête étant fermée de façon hermétique, les proportions restent invariable et seules la température et la pression régnant à l'intérieur du tube, laquelle pression augmente par la dilatation du liquide avec la température, peuvent chimiquement être considérés comme causes de la précipitation. Cependant toutes les observations prouvent qu'à des températures différentes des formations cristallines identiques peuvent apparaître ou disparaître ce qui invalide la thèse purement chimique de la température et de la pression comme seules causes.

Les rayonnements électromagnétiques atmosphériques, parfois aussi appelés « Sferic », dans les pays anglo-saxons, varient largement tant en fréquence qu'en intensité au gré des conditions météorologiques, ce qui amène à suggérer une incidence de ces dernières sur les réactions physico-chimiques observées. Découvertes au début du XXème siècle par les perturbations générées dans les transmissions radios, elle ne sont réellement étudiées qu'à partir des années 1980. Leur fréquence se situe entre 3 et 150 Khz, la durée d'une impulsion est courte, généralement comprise entre 35 et 250 µs. Elles prennent naissance dans la troposphère9 de façon constante, ainsi que par le frottement des masses d'air. Les orages constituent une importante source de sferics. D'autres phénomènes météos telles que les tornades provoquent également des sferics. Chaque type de phénomène météo engendre des sferics distincts par la fréquence, la durée, la polarité, etc. La portée des sferics varie de 100 Km, pour ceux issus d'un orage à 1 000 Km pour ceux issus des frottements de masses d'air. Cependant les sferic à eux seuls ne peuvent être tenus pour responsable du fonctionnement de la bouteille tempête, car placée à l'intérieur d'un habitat elle voit sa capacité de cristallisation disparaître presque entièrement alors que ces rayonnements se propagent parfaitement au travers de celui-ci. Au-dessus de 40°C les cristaux se dissolvent alors que selon l'hypothèse chimique le phénomène devrait être inverse. Lors d’une baisse de température, ils apparaissent parfois en plus grand nombre qu’auparavant. Un froid intense augmente également leur nombre. Plusieurs effets concourants à un même résultat seraient-ils en cause ? Se pourrait-il que la température en faisant varier le point de précipitation favorise ou inhibe d'autres processus et que l'équation de ces processus, constitue l'explication ultime des cristaux ? La paroi en verre du récipient intervient t-elle dans le processus ? Un effet quantique encore inconnu à ce jour participerait-il ? Le lecteur comprendra la difficulté rencontrée à vouloir expliquer le phénomène observé. Il devient par ainsi très improbable que l'objet ait été conçue pour la fonction qui est la sienne : prévoir l'évolution météorologique. Car dans ce cas le concepteur aurait du connaître préalablement les causes physico-chimiques qui génèrent les précipitations pour concevoir sa bouteille tempête, ces causes que nous-mêmes ignorons, malgré tout le savoir accumulé depuis sa conception, tel celui sur le rayonnement électromagnétique totalement inconnu au milieu du XVIIème siècle. Mais si cet appareil n'a pas été initialement conçu pour sa fonction actuelle, pour laquelle a t-il été conçu ? Se pourrait-il que la conception soit la résultante d'une expérience hermétique exécutée par un alchimiste inconnu à la recherche de la pierre philosophale ? Une invention fortuite ? Dans ce cas, ce serait au fils du temps, en observant les changements se produisant dans sa fiole, que l'alchimiste aurait découvert qu'il venait de créer un nouvel appareil de prédiction météorologique ? Il aurait ensuite vendu son invention à un capitaine de navire ?

Mode d’emploi :

Placez la bouteille tempête à l'extérieur, à l'abri du soleil, de préférence au Nord. Voici quelques indications météorologiques sur le comportement du liquide :

  • Si le liquide est limpide, le temps sera lumineux et dégagé.
  • Si le liquide est trouble, le temps sera nuageux, éventuellement accompagné de précipitations.
  • Si l'on observe de petits points dans le liquide, le temps sera humide ou brumeux.
  • Un liquide trouble accompagné de petites étoiles indique un orage.
  • Si le liquide contient de petites étoiles pendant des jours d'hiver ensoleillés, de la neige est à venir.
  • Si l'on observe de gros flocons dans le liquide, le temps sera couvert pendant les saisons tempérées et neigeux durant l'hiver.
  • Des cristaux au fond du récipient sont des indicateurs de gel.
  • Si l'on observe des filaments dans la partie supérieure, le temps sera venteux. 

Claude Sitt


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

1 réactions à cet article    


  • Neosysteme Neosysteme 12 juin 2011 14:55

    Très intéressant, merci pour cet article instructif !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès


Derniers commentaires