• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > « Cabaret » avec Emmanuel Moire au Marigny

« Cabaret » avec Emmanuel Moire au Marigny

En passant des Folies-Bergère au Marigny, le musical de Broadway « Cabaret » fait sa mue, du Music-Hall au Théâtre.

En effet, si durant deux années à partir de 2006, la célèbre salle du French-cancan s’était transformée, pour la cause… avec 6 nominations aux Molières, en un immense night club, faisant disparaître ses rangées de fauteuils au profit de guéridons et autres chaises de salon, en revanche pour cette reprise, Pierre Lescure a préféré que le spectacle reste exclusivement sur scène, en privilégiant, de fait, la théâtralité plutôt que le décorum.

La puissance dramatique s’en trouve recentrée sur son fil rouge, à savoir la montée insidieuse du nazisme au cœur de l’Allemagne des années trente, symbolisée en l’occurrence par le show du Kit Kat Klub où se joue tous les soirs, la parodie du monde.

La fiction décadente devenant en quelque sorte le signe avant-coureur des dérives éthiques alors en gestation, c’est par le regard d’un romancier américain de passage à Berlin, Cliff Bradshaw, que le spectateur observe, confronté à des sensations paradoxales, la jubilation artistique du travestissement en même temps que l’effroi de ses déviances réalistes, sous l’effet de gangrène.

L’arbitraire, l’abus de pouvoir et la ségrégation se trouvant notamment dans l’œil du cyclone universel, la mise en scène de Sam Mendes en focalise leur croissance destructrice, dans la caricature fallacieusement distanciée des protagonistes du show berlinois.

Ainsi, le défoulement chorégraphique, la métaphore comportementale, le délire rhétorique servent-ils, avec pertinence, de support à la schizophrénie ambiante rampant comme autant de métastases sournoises dans la nuit de cristal.

Sur les planches du Marigny, la quarantaine d’artistes, dont une quinzaine constituant l’orchestre en mezzanine face public, déploie un véritable trésor de ressources ludiques, sensuelles, lubriques et festives pour ensorceler les clients du Kit Kat Klub alors qu’en coulisses se trament des pressions et menaces qu’il fallait taire au public allemand de l’époque mais dont est témoin privilégié aujourd’hui, celui du Marigny.

D’un cabaret l’autre, Catherine Arditi et Pierre Reggiani continuent d’être, avec justesse et retenue, ces médiateurs emblématiques, terrassés par le pressentiment criminel.

En meneurs de jeux certifiés sous les feux de la rampe, le rôle de Sally Bowles demeure l’apanage de Claire Pérot, de même celui de Fräulein Fritzie Kost tenu par Delphine Grandsart alors qu’Emmanuel Moire reprend celui d’Emcee avec aisance et détermination fort convaincantes.

Qualités d’expression artistique et extrême professionnalisme signent donc cette reprise parisienne qui, en première exceptionnelle, sera suivie, début 2012, d’une grande tournée à travers la France.

 © Stage Entertainment France – Photo : Brinkhoff / Mögenburg  

CABARET - ***. Theothea.com - de Joe Masteroff - mise en scène : Sam Mendes - avec Catherine Arditi, Delphine Grandsart, Geoffroy Guerrier, Patrick Mazet, Emmanuel Moire, Claire Pérot, Pierre Reggiani, Jocelyne Sand & Patrice Bouret... - Théâtre Marigny


Moyenne des avis sur cet article :  3.29/5   (7 votes)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires