• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Cat Stevens : le retour

Cat Stevens : le retour

Ses fans ne l’avaient pas revu depuis des années ! On le croyait perdu à jamais, noyé, dans le parjure et le déni d’une vie d’artiste. Certains le tenaient… même pour mort. Devenu la cible de sites convertis dans le racisme, il était de bon ton d’affirmer que Cat Stevens, le « traître », avait troqué la guitare et le piano pour le fondamentalisme musulman. Qu’il était devenu l’ombre de lui même. Que « la prière » avait congédié le chant. Et que la Mecque, symbole de toutes les « forfaitures », avait « colonisé » sa conscience. Au point de financer le terrorisme…d’approuver la fatwa contre Salmam Rushdie, l'écrivain (1) et de vouer la femme occidentale aux gémonies.

Ces laudateurs de la peur se sont encore trompés. Qu’ont-ils vu en lieu et place chez Taddeï ? Un homme porté par la douceur. Un musicien ému. Ému d’être là, de se retrouver au milieu d’un public qui ne connait que le mythe. Initié par les témoignages des anciens. Des passeurs, des mélomanes, trop honorés de faire connaître une voix à « une génération perdue. » Wild World, Sad Liza, Lady d’Arbanville…

Qu’ont-ils vu, ces extrémistes ? Un père de famille aux cheveux grisonnants, bouleversé de remonter le temps et de vivre l’instant présent. Un individu, heureux de chanter, de « danser sa vie. » Le temps a fait son œuvre, certes. 40 ans ont passé depuis… Il ne s’appelle plus Cat Stevens mais Yusuf Islam. Il n’est plus ce chanteur tourmenté dont le chaos constituait les bornes d’une vie, rythmée par les projecteurs, le bruit, l’angoisse, malgré une quête d’absolu, rompue par les plaisirs. Aujourd’hui, il est musulman, dit avoir trouvé la paix…

On sait maintenant que son départ ne s’est pas fait sur un coup de folie. Il se devait, pour survivre, d’émigrer. De mourir quelque part, pour renaître sous une autre forme. Ou être… Il étouffait. Las d’être une icône, un prophète… L’histoire de Cat Stevens est l’histoire – prenons le risque de la résumer ainsi -de l’humanité, d’une révolte. D’un monde qui se cherche, qui s’interroge, qui doute.

La biographie de cet homme, c’est aussi un cortège d’artistes désillusionnés (Jimi Hendricks, Jim Morrison, Frank Zappa, John Lennon…) lesquels constatant leur impuissance à changer le monde, ont tourné le dos au système… dans l’espoir désespéré d’une métamorphose, d’une rencontre ultime… d’une rupture avec la vie. D’un non-retour. Ce qui impliquait, à l’époque, du courage, de l’abnégation. Car il faut savoir partir, renoncer à ce que l’on ne pourra plus jamais connaître. Abandonner des lieux factices, des temples qui vous donnaient le sentiment d’être quelqu’un, d’incarner une autorité, un nom, un visage…

Se libérer du connu. « Meurs et deviens » lança Goethe, un jour. Cat Stevens a pris le poète allemand au mot pour devenir Yusuf Islam. Partir, s’exiler dans la demeure du silence, dans l’intimité des cœurs pour se découvrir… pour marcher seul. Emprunter des chemins de traverse. Mettre sa vie entre parenthèses, devenir quelqu’un d’autre. Errer la nuit, seul, détaché d’un « avant », pour revenir 30 ans après. Et dire qu’on est tout à la fois. Un passé, un présent, un futur. Une juxtaposition de temporalités, d’identités multiples qui fusionnent dans un tout. C’était le sens de son témoignage.

Sa fuite a interrogé des âmes, ébranlé des certitudes et renforcé les convictions contraires, aussi. Certains lui en ont voulu d’avoir disparu. D’autres, percevant l’effondrement d’un temps, ont accepté son choix, son secret… ses failles. Le musicien a engendré des fantasmes, alimenté la suspicion, fait parler des orientalistes… questionné une civilisation sur les notions de sens et de fin. « Tout coule, rien ne s’arrête. » « Se faire mal, l’intransigeance de la pensée est souvent le masque d’une profonde inquiétude qui cherche à s’étourdir. » C’est le mouvement, plus que la capitulation, qui a porté l’auteur, justifié la quête.

Avancer, rechercher l’ivresse du dépassement, pour ne jamais rester le même. Et refuser les déterminismes. Le prix à payer pour ressentir le manque d’avoir été.

Voir les vidéos  :

 

 

 

 

(1) Propos qu’il n’a jamais tenus. 


Moyenne des avis sur cet article :  2.89/5   (36 votes)




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • avshareli avshareli 20 avril 2011 12:27

    Cat Stevens, Yusuf islam, quel que soit ton nom, quelle que soit ta religion , nous t’aimons pour tout ton art et tous tes succès qui nous ont accompagnés.

    Certains ont le poil qui se hérisse dès qu’il entendent le mot Islam : c’est leur problème , qu’ils vivent avec ou qu’ils se soignent.
    Que tu aies changé de religion , ou que tu aies décidé de ne pas en avoir , c’est toi que ça regarde et tes fans t’aiment , aiment ta voix , ta poésie et ta musique. Tu as l’air d’avoir trouvé la sérénité, nous en sommes heureux pour toi, merci Cat , merci Yusuf.

    • Emmanuel Aguéra LeManu 20 avril 2011 13:10

      J’ai été agréablement surpris de retrouver sur CSOJ Cat Stevens, Yusuf islam, quel que soit son nom, sa religion, etc...

      Et désagréablement surpris que comme tant d’autres j’ai été si longtemps la victime de la campagne de désinformation l’ayant concerné. Oui, comme tant d’autres, j’ai gobé toutes sortes d’accusations farfelues d’un fondamentalisme fanatique quelconque dont j’ai appris l’autre jour qu’il ne s’agissait que de décennies de désinformation mercantile de la word gutter press.

      La honte soit sur moi... Wild World... isn’t it ?


      • 65beve 65beve 20 avril 2011 13:18

        Il a quitté la scène comme d’autres artistes ont quitté la vie.
        On compte sur les doigts de la main les génies de cette époque qui continuent de nous enchanter.
        Le Cat a préféré se taire et rester en vie.
        Il ne nous reste que les ritournelles citées dans cet article et c’est très bien.

        cdlt


        • OMAR 20 avril 2011 18:44

          Omar 33

          Merci Paul de nous rappeler et revivre une de nos merveilleuses idoles.
           
          Quand Cat Stevens s’etait converti à l’Islam, notre principale voeu était qu’il ne recontre pas des fondamentalistes religieux...

          Et quand, nombre de ses fans sous l’inflience des médias l’ont voué aux gémonies, nous avons prié pour qu’il puisse trouver toutes les forces pour resister, esperer et continuer son chemin, mais aussi pour qu’il ne soit pas non plus, récuperé par les extrémistes.

          Il a tenu bon, et il nous revient, notre Cat-Youcef, Stevens-Islam aussi génial, aussi mélodieux, aussi agréable qu’il a toujours été... 


          • RogerTroutman RogerTroutman 20 avril 2011 20:03

            Quel gâchis ! C’était un si bel artiste, et maintenant le voilà qui fait du prosélytisme via sa musique, sur scène et sur des plateaux télé pour promouvoir la dangereuse secte dans laquelle il est tombé...


            • velosolex velosolex 20 avril 2011 23:27

              Le disque Foreigner, avec ses accords de piano plaqués comme une ritournelle entêtante, continue de m’enchanter comme au premier jour.
              Il existe une ferveur dans la musique qui ne ment pas, et continue à tenir, au delà des couleurs qui passent ; et attestent de la sincérité d’un artiste.
              Rebonjour monsieur Cat Stevens
              Ravi de vous savoir toujours en vie.
              Le temps vous semble avoir été d’un bon profit.


              • goc goc 21 avril 2011 05:53

                Ce qui m’a le plus impressionné lors du passage à CSOJ, c’est de retrouver cette « voix » qui a marqué ma jeunesse.

                et puis quelqu’un qui compose de telles chansons ne peut être fondamentalement mauvais
                Quand à ses choix religieux, ils sont infiniment plus courageux que ceux qui se découvrent un lointain parent juif ou qui se marient avec des juives pour assurer leur succès. Après cela on est en droit de se demander qui, tel le docteur Faust, signe un pacte avec le diable en échange de la gloire

                @velosolex
                mon album préféré reste « tea for tillerman »


                • Deneb Deneb 21 avril 2011 06:10

                  Il a besoin de thune, il a finalement accepté de se vendre, de refaire partie de l’industrie. Il serait intéressant de savoir quelle est son opinion par rapport au téléchargement, piratage, wikileaks... Vu qu’il y a allah qui lui parle par télépathie, il fait à mon avis sa taqqiya mercantile.


                  • Micka FRENCH Micka FRENCH 21 avril 2011 07:38

                    Des nouvelles de l’Ecossaise et de a pensée (in)humaine en général...

                    Certains commentaires quant à cet article, me font froid dans le dos.
                    Certains lecteurs reprochant à Cat Stevens son inscription au club des Musulmans.

                    Donc, selon certains, tout musulman serait un extrémiste ?????????
                    Surtout s’il est « converti » ???? Woaa, ça pue un peu ici-bas.....

                    Je suis certes d’accord pour affirmer qu’appartenir à une religion est déjà en soi, un aveu d’un mal-vivre évident et que cela peut être soit amusant pour les uns, soit énervant pour les autres.

                    Adepte personnellement de la religion des bas de soie (français) et des porte-jarretelles (britanniques) , cela me trouble beaucoup personnellement de contempler mes contemporains, avides d’une place de choix dans les « stairways to heaven » !!!!

                    Mais alors que vont-ils bien pouvoir penser de ce Robert Allen Zimmzerman, ancien juif de base et de culture, un jour reconverti au Catholicisme ?????

                    Ah oui ! Suis-je gourdasse ! IL N’Y A PAS D’EXTREMISTES CATHOS !!!!!!!

                    C’était la bonne nouvelle « positivante » de la journée par Micka FRENCH sur le Web....
                    Dormez bien sur vos deux oreille, « braves » gens....
                    http://mickafrench.unblog.fr


                    • Micka FRENCH Micka FRENCH 21 avril 2011 07:40

                      « deux oreilleS »... Merci..


                    • Ajax Ajax 21 avril 2011 09:21

                      On massacre à tour de bras au nom de cette belle religion de tolérance, de paix et d’amour qu’est l’Islam... Comment ne pas se méfier de ses prosélytes ? 


                    • DANIEL NAESSENS 21 avril 2011 09:19


                      Le probleme n’est pas que Cat Stevens soit musulman, mais un musulman bien particulier.
                      Voir en particulier son attitude durant l’affaire Rushdie....Une hypocrisie cauteleuse mêlée à une haine violente de soi.

                      LF Céline était un écrivain de génie. Et un salaud...
                      Cat Stevens est un song writer de génie. Pour le reste....

                      Il est toujours surprenant de voir des gens prompts à se saisir des derniéres « arriéres pensées » d’un Pierre Perret ou d’un Zemmour (le dernier punching ball de la connerie bien pensante...Mais il « le vaut bien »...). Ces mêmes gens restant muets d’admiration devant un Cat Stevens ou un Tarik Ramadan. 
                      E





                       

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès