• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > « César, Fanny, Marius » de Marcel Pagnol avec Francis Huster & Jacques (...)

« César, Fanny, Marius » de Marcel Pagnol avec Francis Huster & Jacques Weber au Théâtre Antoine

Retrouvailles d’anthologie au sommet de deux carrières initiées ensemble dès le conservatoire à la fin des années soixante : Voici donc que Francis Huster met en scène Jacques Weber, tout en lui rendant la réplique dans des scènes cultes de Marcel Pagnol dédiées, avec un même bonheur, autant au 7ème Art qu’au spectacle vivant.

Le théâtre Antoine accueille donc ces deux monstres sacrés avec la légitimité d’une salle qui, sous l’égide du couple Daniel Dares & Héléna Bossis, disparue peu après ce choix de programmation inspiré par la passion, possède la volonté d’inscrire en lettres de feu, la création théâtrale.

Entourés par une distribution d’emblée mémorable où de jeunes révélations, Hafsia Herzi (Fanny), et Stanley Weber (Marius), fils de Jacques, côtoient des valeurs sûres de la comédie comme Charlotte Kay, Urbain Cancelier & Eric Laugérias, le duo Weber-Huster, ayant donc fait table rase de mésententes caduques, prend possession du fameux bar de la marine durant trois heures pour une fabuleuse régalade méditerranéenne.

L’interprétation de Jacques Weber pourrait aisément reléguer au rang d’esquisse tous les « Césars » qui ont précédé sa présente prise de rôle, mais assurément, une telle compétition ne correspondrait pas à l’ambition patrimoniale d’une direction d’acteurs que Francis Huster a pris soin d’adapter pour les planches avec un point de vue d’intense cinéphilie.

C’est ainsi qu’au sein d’une alternative prolongée entre champ et contrechamp, le merveilleux décor de Thierry Flamand épouse successivement l’intérieur du bistrot et par la suite sa terrasse avec, dans ces deux phases fort colorées, le port de Marseille en perspective... Atmosphère, atmosphère !...

Que ce soit donc, au cours de la célèbre partie de cartes, ou durant le conciliabule nuptial lié à la « grossesse » de Fanny, les voix et les accents portent haut le folklore social de la nostalgie en remake de cette époque de bonhomie.

Si le ton bourru de Jacques se glisse à merveille dans sa charpente corporelle, ajoutant aux inflexions du phrasé, celles de circonvolutions gestuelles synchrones avec son humour latent, la composition de Panisse par Francis pourrait manquer de quelque distanciation, en raison des contraintes objectives du metteur en scène livrant l’acteur à un jeu trop proche du premier degré dans la colère récurrente.

A cette réserve près qu’il lui sera possible d’effacer en s’abandonnant à ses nuances à fleur de peau, Francis Huster signe une véritable soirée d’euphorie où chacun de ses partenaires prend un voluptueux plaisir à se fondre dans la candeur du sentiment, suscitant d’ores et déjà pour tous, un fabuleux souvenir de Théâtre.
 
Photo © Benoît Jeannot
 
CESAR, FANNY, MARIUS - **** Theothea.com - de Marcel Pagnol - mise en scène : Francis Huster - avec Francis Huster, Jacques Weber, Hafsia Herzi, Stanley Weber, Urbain Cancelier, Charlotte Kady, Eric Laugérias, Jean-Pierre Bernard, Arnaud Charrin, Lisa Masker, Benjamin Nissen, Fabrice Darzens, Serge Esposito & Serge Spira - Théâtre Antoine -
 


Moyenne des avis sur cet article :  3.67/5   (3 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • sisyphe sisyphe 21 février 2009 11:36

    L’interprétation de Jacques Weber pourrait aisément reléguer au rang d’esquisse tous les « Césars » qui ont précédé sa présente prise de rôle,

     smiley smiley smiley

    Rien qu’à lire une telle énormité, en sachant que le rôle a été créé par l’immense Raimu, on a tout de suite compris la compétence de l’auteur de l’article ! smiley

    Et comme il n’y a pas de signature "d’auteur", on aura bien compris qu’on essaie de prendre les gens pour des imbéciles, en faisant passer une publicité auto-promotionnelle pour une critique !
     
    Dommage pour Weber-Huster : décrédibilisés !


    • Theothea.com Theothea.com 21 février 2009 15:16

      " Theothea " est ma signature autant que la votre est " Sisyphe ".

      Pendant que vous poussez inlassablement votre rocher sur la montagne, j’ai, à ce jour, publié 350 critiques théâtrales sur Agoravox et 1195 sur EN COULISSE Theothea.com.

      Certes, cela ne prouve pas la " compétence " mais rend fort dérisoire votre considération promotionnelle.

      Un conseil, Sisyphe, renseignez-vous avant d’émettre un jugement fort lapidaire.

      En effet " César, Fanny, Marius " est LA PIECE de la saison 08-09.

      Le rôle de César est sans doute celui de l’apothéose pour Jacques Weber.

      Cette appréciation de Theothea n’est pas très originale, car l’ensemble de la critique parisienne est dithyrambique.

      Cordialement

      JM / Theothea.com


    • sisyphe sisyphe 21 février 2009 15:39

      Monsieur,

      Je vous félicite pour votre carrière ! smiley

      Mais je suis désolé de vous renvoyer à votre phrase qui enfonce les portes du ridicule, que celà vous plaise ou non.

      Parler de "rang d’equisse tous les Cesar qui ont précédé" témoigne de la plus parfaite méconnaissance et incompétence, quand on sait que le rôle fut créé par Raimu ; un des plus grands acteurs du XXème siècle, reconnu internationalement, et qui aura donné au personnage une densité, une profondeur, une vérité, dont le pauvre Jacques Weber se reconnaitrait lui-même bien incapable, tout talentueux qu’il puisse être. 

      Mais bon ; allez vous rassurer avec vos collègues parisiens, en vous auto-congratulant mutuellement ; si celà peut vous donner le sentiment d’être compétent, ma foi, grand bien vous fasse. 

      Et encore bravo pour votre carrière !
       smiley




    • Theothea.com Theothea.com 21 février 2009 16:28

      Dont acte de votre judicieux commentaire, cher Sisyphe
      JM / Theothea.com


    • maxim maxim 21 février 2009 13:12

      ce matin j’avais simplement posté que rien ne valait l’original ,je ne comprends pas pourquoi on l’a supprimé ..

      alors je récidive en affirmant que rien ne vaut et ne vaudra l’original lorsqu’il s’agit d’une oeuvre majeure ,surtout lorsque l’on à affaire à la trilogie de Pagnol entre autres !


      • Theothea.com Theothea.com 21 février 2009 15:26

        Maxim, votre a priori est légitime.

        Mais sachez que la mise en scène de Francis Huster, le décor de Thierry Flamand et la faconde de Jacques Weber y sont au mieux avec le texte de Marcel Pagnol.

        Cordialement

        JM / Theothea.com


      • maxim maxim 21 février 2009 18:32

        bien sûr ,mais là ,ils s’attelent à du lourd dans le sens noble du terme .....

        un Raimu ,un Charpin ,une Orane Demazis ,un Pierre Fresnay ....et ceux que j’oublie dans la trilogie ont tellement imprimé leur empreinte qu’il est difficile de faire aussi bien ...

        et puis quand même ,de sacrées pointures !

        rien qu’entre Weber et Raimu ......

        c’est un peu comparer le chauffaillon du Dimanche et Fangio !

        tout était là dans l’original ,l’atmosphère des années 30 ,l’ambiance particulière qui donne du cachet au film ....

        bon ,ceci dit ,si Huster & Weber veulent reprendre les scènes d’anthologie ,qu’ils essaient ,pourquoi pas !

        mais je crains qu’ils ne soient obligés de surjouer ,pour jouer tout simplement ...

        je leur souhaite bon courage !


        • sisyphe sisyphe 22 février 2009 02:31

          Entièrement d’accord avec Maxim. L’authenticité de la trilogie de Pagnol a été définitivement inscrite dans l’histoire du théâtre et du cinéma, par une série d’acteurs hors pair, et une vérité qu’il ne sera plus jamais possible de recréer. Alors, que la pièce ait du succès, je ne peux que m’en réjouir ; tant de navets ont succédé à la version originale. Mais l’essentiel vient, évidemment, de Pagnol. Un thème de tragédie grecque (comme souvent, chez Pagnol), parfaitement adapté à l’époque, des dialogues inoubliables d’authenticité, et d’un humour jamais égalé depuis, une "montée en puissance" tragique, traitée avec une finesse d’esprit incomparable ; même écrite, la pièce (les pièces) sont des pièces d’anthologie du théâtre français. De là à ne serait-ce qu’approcher la perfection des versions originales, à l’impossible, nul n’est tenu. Il n’y a qu’un Raimu, par siècle ; comme un Jouvet ; Charpin fut un des plus grands acteurs également de son époque ; la direction d’acteurs de tout le reste de la troupe, un modèle de justesse. Je n’ai rien contre Weber et Huster qui sont d’honnêtes comédiens, et des gens plutôt sympathiques ; de là à les comparer à Raimu, Charpin, Fresnay, ou Delmont, eux-mêmes en seraient légitimement dissuasifs ; du moins, je l’espère pour eux...


          • Theothea.com Theothea.com 22 février 2009 12:34

             
            A l’intention de Sisyphe, Maxim et les autres :

            Et si en fait, nous étions d’accord ?

            Car sous la signature de Theothea, j’ai effectivement écrit dans ma chronique :
            L’interprétation de Jacques Weber pourrait aisément reléguer au rang d’esquisse tous les " Césars " qui ont précédé sa présente prise de rôle "
            mais cette proposition conditionnelle se prolonge ainsi :
            mais assurément, une telle compétition ne correspondrait pas à l’ambition patrimoniale d’une direction d’acteurs que Francis Huster a pris soin d’adapter pour les planches avec un point de vue d’intense cinéphilie. "

            Ce qui, me semble, atteste parfaitement du profond respect à l’égard du patrimoine culturel que la création théâtrale de Huster-Weber a, de toutes évidences, pour objectif exclusif d’honorer... à sa manière flamboyante !... 

            Donc, merci & encore bravo Monsieur Pagnol !...

            cordialement à tous

            JM / Theothea.com

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès