• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Chabrol sort de table

Chabrol sort de table

Sale temps pour le cinéma français : après Alain Corneau, c’est Chabrol qui part en retraite définitive, au moment même où Claude Lelouch sort un nouveau film. Pas facile de garder l’appétit.

Bon, évidemment, 80 ans, c’est un moment, quand même, presque normal, limite convenu pour se retirer. C’est pas la fleur de l’âge, ou alors bien fanée, ou alors chrysanthème. Chabrol aura quand même pris le temps, père peinard, d’écrire 50 ans d’histoire du cinéma avant de couper. On l’en remercie, pour ça aussi. Pour ce faux air malicieux, aussi, ce regard presque pervers, toujours amusé, qu’il avait face à la caméra, cet air de toujours en penser beaucoup sans en dire trop. Chabrol semblait saliver en permanence, saliver et réfléchir, réfléchir à comment raconter une histoire des histoires, un drame des petits drames, comment rendre romanesque les petites bassesses politiques, ou sociales, d’ailleurs c’est la même chose. C’était le spécialiste, tout le monde le dira, et tout le monde, parfois, a raison, des travers de la petite bourgeoisie, qui fait la grande, bien sûr. Cette petite bourgeoisie, ces notables provinciaux, ces potentats ruraux, ces empires de sable, entre la Creuse et la Dordogne, la Corrèze et le Gers, le Loiret ou les Yvelines, ces petits riens d’endroit qui sont toute la France sauf Paris, et sous les jupes desquels le sexe mais pas seulement baigne dans tout. Aujourd’hui, comme on disait avant, d’un village en bisbille, c’est Clochemerle, on dit d’une affaire de mœurs de province qu’elle est chabrolienne, ou plutôt que « c’est du Chabrol ». Monsieur Claude a dépeint comme jamais cette bourgeoisie là, pas Liliane pour deux sous, non, pas François Marie, loin s’en faut, plutôt du Patrick, mais avec les poules autour, et les poulets aussi, et du vinaigre, bien sûr. L’inspecteur Lavardin Poiret, fallait le voir touiller ses œufs sur le comptoir de son affaire, ça sentait presque l’œuf mollet dans la salle de cinéma, ça sentait l’appétit, surtout, l’art de la table, et ce qu’on met dans les assiettes. Chabrol aimait bouffer, racontait ceux qui le faisaient à tous les râteliers. Il dépeignait comme personne la salope grande bourgeoise qui crève de blé mais ne baise plus, et la fille de rien sans sou qui baise à tout va pour niquer le ménage de la grande bourgeoise. Il soulevait les jupes avec délectation, comme il aurait rajouté du sel, un peu, ou juste beaucoup.

C’était jamais chiant, un Chabrol, à défaut d’être ce que les dégarnis de la critique appelleront des chef d’œuvre, c’était jamais chiant, jamais pénible. Pas le genre à vous raconter une histoire de mort de fantôme avec un singe aux yeux rouges et des kilomètres de pellicule gâchés dans l’ennui pour rafler une palme. Son cinéma n’avait rien de spectaculaire ou d’introspectif, il décapait les êtres, fouillant sous leurs vêtements, sous leurs couches de peau, sous leurs troubles, derrière leur âme. Il aimait les gros, comme les maigres, les lubriques et les impuissants. En eux, il cherchait la faille, le travers, la faiblesse. Bon vivant, généreux sans doute dans le coup de fourchette, il nous parlait à tous, en filmant ainsi. Ses films, alors, auraient sans doute faits d’excellents romans. Balzac, oui, pourquoi pas, notre Président bien aimé ne se rait pour une fois pas trompé dans son hommage. Balzac, ma foi. Même si nul doute que Chabrol ne se voyait pas pareille ambition, l’homme n’était pas des grands discours, des grande théories, ni ne portait de grande attention sur ce qu’on pensait de son œuvre. Il avançait, il filmait, il avait peut-être tout juste l’impression d’être une sorte de monstre, plus ou moins sacré, qui s’épatait encore, dernièrement, d’avoir tourné avec Depardieu, dernier ogre. C’était un gaulois, si tant est que les gaulois tiennent de la gauloiserie. Il faisait faire la cuisine à Pauline Lafont avec un tablier, juste un tablier, et des fesses qui annonçaient un repas de joie, comme on dirait d’une fille,  un banquet de fin d’album, tient justement, avec le barde prié de fermer sa gueule. Selon son ami Mocky, il s’atterrait de la connerie de la télé réalité, des émissions en général, de la façon dont tout ce système prenait les gens pour des débiles, à l’infini, et comment ça fonctionnait. Mocky, tiens, un autre encore à disparaître, sans doute, bientôt. Chabrol, c’était Mocky, en mieux, dira-t-on, en moins éparpillé, en moins obstinément politique. Un Mocky qui n’aurait pas oublié le cinéma, au passage…Chabrol n’était pas bio, ne voulait pas sauver la planète, aurait bien vu l’hélicoptère de Yann Arthus Bertrand s’écraser enfin, il n’était pas des modes, d’aucune, du trop de sel, du trop d’alcool, du trop de sexe, des restos du cœur, du pas assez de roms. Aurait-il vécu trente ans de plus qu’il aurait continué ses films noirs, ou gris, amers et humains avec ses personnages ni blancs ni noirs, sans se soucier d’une quelconque modernité. Toujours les mêmes films, diront certains. Mais la vie elle même ne fait-elle pas que repasser les plats, entrée, résistance, dessert, à l’infini. Il était de tous les plats. Etait-il moderne ? De droite ? De gauche ? De la nouvelle vague ? En tout cas, il n’est plus à table.


Moyenne des avis sur cet article :  3.2/5   (20 votes)




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • Fergus Fergus 13 septembre 2010 10:50

    Bonjour, Lilian, et d’accord avec cet hommage mérité pour un homme qui a bien servi le cinéma français, certes sans génie, mais le plus souvent avec talent. Pour notre plaisir.


    • Deneb Deneb 13 septembre 2010 11:31

      Fergus : « certes sans génie »

      C’est le temps qui décidera. On disait pareil pour Simenon.


    • Fergus Fergus 13 septembre 2010 11:58

      Bonjour, Deneb.

      La temps ne changera rien à l’affaire car cet avis est personnel et n’engage évidemment que moi.


    • Deneb Deneb 13 septembre 2010 11:28

      Merci @ l’auteure pour ce bel hommage. Je reverrais avec plaisir sa filmographie.


      • friedrich 13 septembre 2010 11:40

        Tiens Massoulier, ça faisait longtemps. Alors, ce procès que kassowitz vous a mis sur le dos pour l’ avoir traîté d’ adepte de Goebbels, ça avance ?


        • JL JL 13 septembre 2010 11:53

          Bel hommage. Bien vu, le rapprochement avec Mocky, mais je déplore la façon, désolé.

          Quant au supposé manque de génie, je serais plus nuancé que Fergus.


          • voxagora voxagora 13 septembre 2010 12:49

            Quand j’ai vu l’introduction, j’ai cru que quelqu’un regrettait un vieux,

            et puis non, l’indécrottable formatage de la pensée se rattrape 
            dès les premiers mots :
            Chabrol ayant 80 ans, il avait l’âge de « se retirer » !
            Longue vie à l’auteur !

            • Vilatte 13 septembre 2010 13:30

              C’est quoi le génie ?
              C’est faire des films auquels on ne comprend rien mais qu’une « élite » de pseudos intellos fait semblant de comprendre pour se différencier de la plèbe ?
              Le cinema n’est pas un art (voir l’abondante litterature sur la question) C’est un divertissement, moi quand je vais voir un film je ne veux pas m’ennuyer mais je ne veux pas non plus qu’on me prenne pour un con, à ce propos, le destin des« chtis » me laisse encore perplexe !
              Chabrol lui, était intelligent, ses films aussi, et on en sortait un peu plus intelligent qu’on ne l’était en entrant.


              • friedrich 13 septembre 2010 18:37

                Si c’ est de l’ art, comme la photo ou la littérature. 2001 par exemple, c’ est de l’ art, en plus d’ être de la philo. Pour les chtis on bien est d’ accord...


              • Fergus Fergus 13 septembre 2010 19:58

                @ Vilatte.

                Un chef d’oeuvre n’est pas forcément chiant ni spécialement intello (au sens prise de tête). Je pense à des films comme La règle du jeu, Les enfants du Paradis, M le Maudit, Casablanca, Orange mécanique et bien d’autres encore...

                Bonne soirée.


              • kitamissa kitamissa 13 septembre 2010 16:10

                bel article .....


                Chabrol,c’est celui qui écarte les rideaux,qui soulève le tapis du salon pour y voir la saloperie accumulée,qui entr’ ouvre les portes des belles maisons bourgeoises,qui gratte le vernis de la bourgeoisie bien pensante,qui sublime les cocus et les salopes,qui soulève le couvercle juste assez pour y montrer la merde qui se cache sous les bouquet de roses ....

                Chabrol,c’était ce gars qui aimait les acteurs,qui le lui rendaient bien ...

                tous les acteurs ayant tourné avec Chabrol on été plus que criants de vérité dans leurs rôles,un film de Chabrol,on savait à l’avance qu’on allait forcément aimer !

                y aura-t-il quelqu’un pour la relève ? 

                • ZEN ZEN 19 septembre 2010 09:54

                  Bonjour
                  Plus à table, mais pour longtemps encore dans nos mémoires..

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès