• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > « Chomsky et Cie », un documentaire de salut public

« Chomsky et Cie », un documentaire de salut public

Grâce à une certaine promptitude, nous avons eu l’immense privilège ce samedi 6 décembre, en fin d’après-midi, de pouvoir assister à la projection organisée par le cinéma l’Atalante, situé à Bayonne, du redoutable documentaire « Chomsky et Cie », en présence de Daniel Mermet co-réalisateur de ce travail avec Olivier Azam. La salle était comble de spectateurs trépignant d’impatience devant pareille aubaine, le tout baigné dans une atmosphère extrêmement chaleureuse. La projection de cet objet cinématographique unique s’est déroulée dans un recueillement pétri de concentration, tous buvant avec ferveur ces images enrichies par une pensée souvent fulgurante, mais non absconse, distillées par celui que le New York Times a un jour qualifié de plus grand penseur vivant, ce que Noam Chomsky [1] réfute par ailleurs bien volontiers du haut de son humilité naturelle.

Mais reprenons la genèse de ce film qui a pu voir le jour grâce à un mode de production parfaitement alternatif, puisque son financement aura été bouclé grâce à la générosité d’une multitude de donateurs que Daniel Mermet appelle affectueusement les Souscripteurs Modestes et Géniaux (SMG), soit l’indépendance à tout prix pour un pari réussi. Pas de pré-vente, ni avance sur recette, et encore moins la présence d’une chaîne de télévision comme partenaire financier, non, juste le soutien institutionnel du Centre National de la Cinématographie.

Ainsi, l’objet est aujourd’hui bel et bien vivant, soutenu et distribué par la coopérative « les Mutins de Pangée », visible dans plus de 120 salles de cinéma, avec comme support publicitaire l’indispensable bouche à oreille. AL-TER-NA-TIF, le mot prend ici toute sa dimension tant ce projet mené à bien par Daniel Mermet et Olivier Azam (derrière la caméra) aura réussi à défier un univers impitoyable où le retour sur investissement vaut parole d’évangile. Ce travail se situe donc aux antipodes du consumérisme dominant, cet ogre qui dévore aussi les biens culturels pour produire au final une pensée en forme de bouillie sans queue ni tête.

Mais là n’est pas le seul tour de force réalisé par nos trublions, puisque le sujet central du documentaire n’est autre que la pensée de Noam Chomsky, et son prolongement militant dont la notion centrale réside dans ce qu’il dénomme « l’éducation populaire », concept simple à digérer que Daniel Mermet sait faire vivre au quotidien avec une maestria certaine fort généreuse.

D’ailleurs, on retrouve ici tout son style, sobre et efficace, au service d’une réflexion qui se veut toujours ancrée dans la réalité de cette humanité qui fait que ce monde demeure diablement vivant, à la fois triste et risible, mais si profondément humain.

Dés lors, le documentaire déroule son fil d’Ariane tout du long, centré sur l’interview du grand penseur, parfois commenté et explicité par d’autres penseurs ; souvent entrecoupé d’images d’archives exhumées afin d’étayer par la force de l’exemple une démonstration toujours implacable.

Le thème de la liberté de parole est illustré par un radio trottoir où défilent une à une tout ce que la France compte de sommités journalistiques qui affirment sans ambages combien ils sont libres dans l’exercice quotidien de leur profession, oubliant qu’ils œuvrent en fait sous le haut patronage d’une auto-censure permanente. D’ailleurs, Noam Chomsky d’abonder dans ce sens, affirmant avec raison qu’il n’y a plus envahissement du politique dans quelque ligne éditoriale que ce soit puisqu’il en est nul besoin, la machine bien huilée sachant aller de l’avant sans qu’il soit nécessaire de lui indiquer le bon chemin. Il n’y a pas de théorie du complot qui vaille [2] selon le chercheur au MIT (Massachusetts Institute of Technologie), l’alliance tacite se suffit à elle-même, agissant comme un liant invisible, naturel, qui coule de source. « La fabrique du consentement » [3] est une mécanique imparable qui déroule toute sa puissance de feu en s’auto-alimentant, tout simplement. Telle est la règle du jeu, et tous les joueurs y adhèrent au risque de se voir exclus plus ou moins définitivement s’ils enfreignaient les dites règles.

Au détour de ce sujet, Mermet et Azam n’auront pas éludé la question du soi-disant soutien apporté par Noam Chomsky à Robert Faurisson, profitant de l’occasion pour clore définitivement une polémique soigneusement entretenue par certains de nos « penseurs » médiatiques pétris du levain de la mauvaise foi la plus abjecte. Qu’on se le dise une bonne fois pour toute, Noam Chomsky n’est pas un négationniste, il n’a pas préfacé le torchon de cet universitaire diabolique, il défend simplement l’idée d’une liberté d’expression absolue, dont la seule limite serait l’appel au meurtre. Il y a juste ici un fossé culturel qui sépare l’Europe des États-Unis, et nous n’avons pas de premier amendement qui affirme cette façon de voir.

Autre thème abordé, tout aussi cher à Noam Chomsky, celui du deux poids, deux mesures. Il illustre sa pensée par la mise en rapport de la mort de deux hommes d’église, assassinés pareillement pour leur engagement respectif. Mais, alors que l’un fera l’objet d’un traitement médiatique plus que généreux (l’assassinat du père Popieluszko), l’autre ne fera même pas illusion dans les médias (l’assassinat de Mgr Romero). Ici, le documentaire rétablira une certaine justice en incluant des images d’archives douloureuses et poignantes.

Ce thème sera encore illustré par l’exemple du Timor oriental qui vivra en même temps que le Cambobge un drame épouvantable mais dans l’indifférence la plus générale. D’un côté le régime indonésien était soutenu par nombre de nos démocraties, alors qu’il fallait souligner toute l’ignominie (indiscutable) du régime communiste des Khmers rouges dont on oublie pourtant de dire qu’il a tiré toute sa force du fait que son peuple croulait sous un tapis furieux et indécent de bombes américaines. Les exemples dans ce sens sont légions, le traitement de l’information au quotidien étant parsemé de telles dérives. C’est aussi cela le militantisme de Chomsky, rétablir une certaine équité dans notre rapport aux événements historiques.

Ce sont là les thématiques essentielles que développe ce travail qui souhaite avant tout démontrer combien le simple citoyen, acteur du quotidien, faiseur de ce monde qui ne tourne pas vraiment rond malgré lui, peut émettre sa propre pensée, bien loin des diktats du politiquement correcte, tout en étant détaché de cet intellectualisme pervers auto centré. C’est ici la leçon ultime de Noam Chomsky qui affirme avec force qu’il n’est surtout pas nécessaire de penser comme lui, mais encore, qu’il est vital pour toute pensée de s’inscrire avant tout dans l’agir.

Enfin, la projection se prolongera d’un débat sans bla bla, Daniel Mermet donnant volontiers de sa simple personne, au plus proche d’un auditoire, cette fois présent physiquement, qui ne manquera pas de le saluer par une salve d’applaudissements chaleureusement sincères, mais surtout bien mérités.

Alors agissez citoyens, déplacez-vous en nombre pour voir ce documentaire de salut public, et puis réfléchissez ensemble au monde de demain qu’il nous faut bâtir, non pas sans coup férir.

 

[1] Site internet de Noam Chomsky

[2] Cahiers de l’Herne, Paris 2007.

[3] La fabrique du consentement, Noam Chomsky et Edward Herman, éditions Agone, 2008


Moyenne des avis sur cet article :  4.46/5   (37 votes)




Réagissez à l'article

34 réactions à cet article    


  • Le péripate Le péripate 8 décembre 2008 10:38

    Un film documentaire qui bénéficie de l’aide du CNC. Le CNC soutient le documentaire de création. Les décisions sont prises par un collège composé à moitié de représentants des producteurs et moitié de représentants des techniciens. Ce collège ne motive pas ses décisions. Il attribue une aide proportionnelle au budget présenté, sans jamais vérifier que ce budget est tenu. Ce qui permet fréquemment de faire un film en sous-payant le personnel, genre moitié ou quart des minimums syndicaux. 

    C’était purement informatif, et n’a bien sûr rien à voir avec le sujet.


    • Traroth Traroth 8 décembre 2008 12:23

      Comme vous disiez sur un autre article, et je cite : "Blablabla..."


    • Le péripate Le péripate 8 décembre 2008 12:30

       Je vois que j’ai des admirateurs.... Merci. smiley


    • Traroth Traroth 8 décembre 2008 13:49

      Si vous prenez ça pour un compliment, c’est votre droit... smiley


    • snoopy86 8 décembre 2008 16:16

      @ Péripate

      Lorsque sera connu le nombre d’entrées payantes de "Chomsky et la 7éme compagnie" , il sera enfin possible de répondre à cette obsédante question :

      Chomsky combien de divisions ?


    • hans lefebvre hans lefebvre 8 décembre 2008 18:13

      @lepéripate,
      Je constate que vos connaissances des rouages du CNC sont immenses, heureusement que votre puit de savoir est partagé avec le plus grand nombre.


    • Le péripate Le péripate 8 décembre 2008 18:56

       Il se trouve que, en théorie, je suis éligible à faire partie de cette commission. Mais il y a peu de chance que je sois appelé dans cette réunion de "petits copains". 
      Il se trouve aussi que j’ai fait déjà quelques films "militants", et que je connais ce modèle économique dit "alternatif", qui consiste à ne pas payer les gens. 
      Mais je souhaite tout le succès possible à cette entreprise, et surtout une bonne rentabilité. Vu le modèle économique retenu, ce ne devrait pas être trop difficile.


    • ASINUS 8 décembre 2008 10:44

      tssss pas bien peripate de critiquer les grande messes ou de nouveaux messies diffuse la bonne parole

      une pointe d envie et de jalousie dans vos propos ? a que se leve un nouveau heraut du liberalisme


      • Le péripate Le péripate 8 décembre 2008 10:48

         smiley C’est assez drôle, je trouve, de souligner que les spectateurs de "Bienvenue chez les Chtis" ont financé un documentaire de "création".....


      • norbert gabriel norbert gabriel 23 décembre 2008 16:50

        c’est comme une sorte d’antidote ? ou d’anti-dot ??? Quant aux systèmes associatifs qui ne payent pas ou peu les gens, c’est inhérent au système, c’est pas très nouveau, et ça risque de continuer. sauf avec la téléréalité façon TF1 qui a vu requalifier ses "invités" à l’ile de la tentation en intermittents du spectacle. Rigolo ; non ?
        Pendant ce temps, les vrais artistes intermittents rament de plus en plus longtemps....


      • JL JL 8 décembre 2008 10:55

        Merci Hans Lefebvre pour ce reportage et ces liens.

        Je suis un fervent lecteur des ouvrages de Chomsky et il n’a pas besoin que je dise tout le bien que je pense de ses travaux.

        Permettez moi de faire des remarques de détail. Vous écrivez : ""Noam Chomsky (…) défend simplement l’idée d’une liberté d’expression absolue. Il y a juste ici un fossé culturel qui sépare l’Europe des États-Unis, et nous n’avons pas de premier amendement qui affirme cette façon de voir.""

        A ce sujet, il est pertinent de rappeler je crois, l’aventure de Monsieur De Philippis.

        Je lis : "" C’est ici la leçon ultime de Noam Chomsky qui affirme avec force qu’il n’est surtout pas nécessaire de penser comme lui, mais encore, qu’il est vital pour toute pensée de s’inscrire avant tout dans l’agir.""

        J’ajouterai : Penser universellement, agir localement.


        • hans lefebvre hans lefebvre 8 décembre 2008 18:10

          Parfaitement JL, toutes vos précisions sont les bienvenues. De plus, au-delà de M. Chomsky, la rencontre avec Daniel Mermet fut très sympathique, il reste un homme chaleureux et simple, en parfaite congruence avec ses dires, ce qui ne gâche rien au plaisir.


        • JoëlP JoëlP 8 décembre 2008 11:16

          J’irais sans doute voir ce documentaire si l’occassion se présente mais j’avoue que ce ne sera pas à grâce à cet article idolâtre dont le ton me fait penser à Nadine Morano commentant un meeting politique du grand, modeste et génial leader Nicolaï Sarkozy.


          • hans lefebvre hans lefebvre 8 décembre 2008 18:43

            nadine morano et NS, rien de moins, je vous remercie pour la comparaison judicieuse et parfaitement évocatrice. Merci au grand reporter citoyen que vous êtes....


          • pissefroid pissefroid 8 décembre 2008 11:58

            Noam Chomsky est absolument à découvrir pour ceux qui ne le connaissent pas.
            Il faut commencer avec "comprendre le pouvoir".
            Et là, on a la révélation de ce qu’est un analyste politique, ça nous change des notres (français).


            • ZEN ZEN 8 décembre 2008 12:25

              Ne pas manquer non plus  :

              De la guerre....


              • ASINUS 8 décembre 2008 14:46

                @ zen je suivrais volontier votre conseil , toutefois je prendrais garde a ne pas etre victime tel un autre intervenant d une " revelation" le dubitatif que je suis en ayant eu son compte


              • sheeldon 8 décembre 2008 12:37

                bonjour

                Chomsky après zémour le contraste est saisissant smiley

                cordialement



                • hans lefebvre hans lefebvre 8 décembre 2008 18:31

                  Effectivement, mais peut encore parler de contraste tant la distance qui les sépare est sidérale !


                • finael finael 8 décembre 2008 19:04

                  Merci pour cet article.

                   J’avoue, pour la plus grande peine de certains ici, que je suis un lecteur assidu de Noam Chomsky et que je conseillerais de commencer sa lecture par "Manufacturing Consent’ traduit en français d’abord sous le titre de "La fabrique de l’opinion publique" avant d’être réédité récemment sous le titre plus approprié de "La fabrique du consentement" qui décrit l’histoire de l’évolution des médias durant la seconde moitié du XXème siècle.

                   La comparaison du traitement médiatique de l’assassinat de Mgr Popieluszko par les "méchants" et de celui de Mgr Romero par des milices para-militaires que nous soutenions, est tiré d’un autre de ses ouvrages (une série d’entretiens si je me souviens bien). Comme l’est aussi la différence des "analyses’ des génocides du Timor Oriental et de celui du peuple Khmer.

                   Mon bled paumé ne diffusant pas ce genre de films j’espère qu’il sortira en DVD (à la différence d’un autre documentaire qui n’a été vendu qu’aux U.S.A).

                   Il est bon de rappeler que Noam Chomsky est considéré à peu près partout dans le monde comme le plus grand intellectuel vivant ... à l’exception de la France qui doit considérer qu’elle possède le monopole dans ce domaine.

                   Et pour répondre à l’un des intervenants à propos de la façon dont le professeur Chomsky considère qu’il doit être lu, je citerai pour finir cette sentence chinoise :

                   "Suivre la voie d’un maître ce n’est pas mettre ses pas dans les pas de celui-ci, mais faire comme lui : trouver sa voie".


                  • hans lefebvre hans lefebvre 8 décembre 2008 22:33

                    La citation retenue résume parfaitement Noam Chomsky, vous êtes un fin connaisseur.
                    Merci pour votre commentaire.


                  • ASINUS 8 décembre 2008 20:11

                    @finael

                    yep zen plus vous il faudra décidément que je me jette a l eau et lise Chomsky je n ai plus qu a prier pour qu il ne me soit trop abscon


                    • Véronique Anger-de Friberg Véronique Anger-de Friberg 8 décembre 2008 22:46

                      Merci pour ce reportage. Je suis une fan de Chomsky. Beaucoup le citent ou lâchent des jugements péremptoires sans jamais l’avoir lu... Chomsky n’est pas très populaire en France et c’est bien dommage.
                      Je retiendrai cette phrase de votre article : "C’est aussi cela le militantisme de Chomsky, rétablir une certaine équité dans notre rapport aux événements historiques.". C’est un pari quasi impossible à tenir, tant nous sommes les produits de notre éducation, de notre culture et donc emplis d’a priori et de partis pris... J’ai hâte de voir ce documentaire.


                      • Le péripate Le péripate 8 décembre 2008 23:09

                         A propos de Mgr Romero... En 82 ou 83 (c’est un peu loin, je ne suis plus sûr de la date exacte), jeune technicien je travaillais sur un film britannique intitulé "the front line" sur la guerre au Salvador. Le film a été primé au festival d’Houston. On y parlait longuement de Romero assassiné. Pour un silence, c’était plutôt bruyant. Mais peut-être que Chomsky n’a pas vu le film.


                        • hans lefebvre hans lefebvre 9 décembre 2008 13:48

                           Vous trouverez un lien dans le billet.


                        • bourin 9 décembre 2008 01:18

                          Merci pour ce facétieux exercice de flagornerie. Même si les ficelles sont un peu grosse et l’ensemble un peu laborieux, il y a là l’étoffe qui permettrait à l’auteur d’ écrire bientôt dans le Figaro de Monsieur Dassault ou le JDD de Monsieur Askolovitch. Mais attention, la compétition est rude, les lèche-culs sont mille fois plus nombreux que leur cible.

                          Mais encore Bravo !

                          Daniel Mermet et l’équipe du film « Chomsky et Cie »


                          • bourin 9 décembre 2008 01:21

                            Merci pour ce facétieux exercice de flagornerie. Même si les ficelles sont un peu grosse et l’ensemble un peu laborieux, il y a là l’étoffe qui permettrait à l’auteur d’ écrire bientôt dans le Figaro de Monsieur Dassault ou le JDD de Monsieur Askolovitch. Mais attention, la compétition est rude, les lèche-culs sont mille fois plus nombreux que leur cible.

                            Mais encore Bravo !

                            Daniel Mermet et l’équipe du film « Chomsky et Cie »


                            • hans lefebvre hans lefebvre 9 décembre 2008 13:56

                               N’est pas "bourin" qui veut ! Il faut plus de talent qu’il n’y paraît. Par contre, évitez les répitions intempestives et contre-productives, vous gagnerez en lisibilité. En attendant votre premier billet d’équidé...


                            • bluerider bluerider 10 décembre 2008 11:25

                              "Suivre la voie d’un maître ce n’est pas mettre ses pas dans les pas de celui-ci, mais faire comme lui : trouver sa voie".

                              J’ai été extrêmement déçu et ne pouvait que l’être de ce film mielleux et hagiographique. Chomsky en France, c’est ou bien l’oubli, ou bien le Panthéon. mais l’activation de sa pensée ici est en plan. Il en sera de même de Naomi Klein. L’inconfort des journalistes français à interviewer ces personnages laisse rêveur devant les béances de leur ignorance.

                              Ce film est désespérément plat, avec un trou béant dans l’emploi du temps de ce grand penseur pour l’année 2001. Précisément le 11 Septembre, date fondatrice du nouvel ordre sécuritaire mondial. C’est que si Chomsky a bien signé le 7 Février 2007, le pétition (demande d’accès à des documents classifiés) d’une partie du 911 Steering Comittee, emmené cette fois par Corie Van Aucken, l’une des Jersey Girls veuve du 11/9, il n’en demeure pas moins absolument indifférent à l’analyse en profondeur de cet événement, sur lequel comme chacun sait désormais, une contre enquête citoyenne sur le sol états-unien, menée par une 50aine de chercheurs, a mis en évidence à ce jour suffisamment de questions et contradictions entre les faits, les témoignages, les indices à creuser, et les 4 enquêtes officielles (JOINT INQUIRY, 911CR, FEMA et NIST) pour en faire un cas d’école pour ce grand intellectuel. Or là : Rien. Silence. Pas important, circulez il n’y a rien à voir... Comme Hamilton le vice président de la commission du 11/9 qui n’a pas entendu parler du E4B qui survolait le Pentagone à 9H59, ou qui a oublié l’heure d’arrivée de Mineta dans le bunker de Cheney, circulez, ou John Gross du NIST qui n’a pas entendu parler des flaques de métal en fusion dans les fondations des tours, circulez, ou Thomas Kean président de la commission qui lui n’a pas jugé utile d’étudier les mouvements financiers autour du 11/9 car ce ne sont pas des sommes significatives, ou Rice qui n’est pas au courant de la présence du général pakistanais Mahmoud Ahmad à NY ce jour là circulez etc.

                              Chomsky fait donc partie lui aussi de cette intelligentsia mondiale négationniste, qui refuse d’ouvrir les yeux sur la progression patente de cette contre-enquête citoyenne, et qui lui nie tout droit d’expression honnête dans les medias alignés. Sans parler de son analyse de la dérive sécuritaire de nos démocraties, très à la mode en France ces temps-ci, et qui elle aussi fait l’impasse sur le 11/9. Est-il lui aussi convaincu "qu’il fallait que cela arrive" ? Que c’est "normal" ? Que "la justice suit son cours" quelque part entre le Moyen Orient et Guantanamo via la Pologne, la Roumanie ou le Portugal, avec un gros mystère sur l’Angleterre ?... Que nos démocraties et notre médiacratie ont bien enquêté sur ce sujet ?

                              Patience, les citoyens partisans d’une enquête internationale ne désarmeront pas. 16 nations sont concernées, et les preuves irréfutables manquent pour désigner OBL et ses sbires, rendant de facto les guerres d’Afghanistan et d’Irak illégales. La continuité bipartisane qui s’annonce à la Maison Blanche ne fait que les stimuler....


                              • hans lefebvre hans lefebvre 10 décembre 2008 12:36

                                Que les guerres en Irak et en Afghanistan soient ILLÉGITIMES, ABJECTES, INSUPPORTABLES, BARBARES, j’en conviens ABSOLUMENT cher monsieur. Que les USA se soient appuyés sur les événements du 11/09 pour justifier leurs attaques et alimenter une industrie de la guerre est aujourd’hui un truisme pour toute personne douée d’un minimum d’esprit critique. Par contre, qu’ils soient à l’origine de ce complot relève de la volonté (parfois inconsciente) obscurantiste et ne fait qu’apporter de l’eau au moulin de la théorie du complot, véritable mythologie humaine ! Comme s’il était besoin de RAJOUTER AUX TURPITUDES DE CE MONDE, ne pensez-vous pas que la réalité demeure suffisament abjecte ?
                                Mais bon, je cesse ici la polémique, chacun ses croyances, libre à vous d’imaginer et d’adhérer au système de pensée qui vous conforte. Quant à la caution scientifique, sachez la relativiser dans quelque sens qu’il soit, suivez le conseil de Chomsky, apprenez à penser par vous même ! Quant aux versions officielles, je n’en ai pas pris connaissance, l’évidence est ici suffisante.


                              • hans lefebvre hans lefebvre 10 décembre 2008 12:45

                                PS : Les coupables du 11 septembre sont l’arrogance, la suffisance, le sentiment de supèriorité de l’administration Bush ! Il n’y a pas de choc des civilisations qui tienne, il y a la volonté de dominer le monde.


                              • Halman Halman 14 décembre 2008 12:47

                                Au début de trouvais Chomsky interressant, il faisait parler même dans le landernau de l’intelligence artificielle, mais depuis quelque temps il est enuyeux comme les petites annonces d’un journal qui tache les doigts.


                                • Bergame Bergame 14 décembre 2008 20:19

                                  "Il faisait parler même dans le landernau de l’intelligence artificielle", c’est amusant, cela. Chomsky est d’abord l’un des grands scientifiques du XXe s., le fondateur de l’un des deux grands paradigmes des sciences cognitives.
                                  C’est d’ailleurs bien la seule raison pour laquelle il a acquis un peu d’audience malgré l’ostracisme que ses prises de position lui ont valu aux Etats-Unis...


                                • hans lefebvre hans lefebvre 14 décembre 2008 21:30

                                  Merci de rappeler cela à hal man qui semble quelque peu désabusé à mauvais escient.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires