• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Chouette, Marjane ne se prend pas les pieds dans le... Satrapi (...)

Chouette, Marjane ne se prend pas les pieds dans le... Satrapi !

Alors, bien sûr, comme moult personnes, j’avais beaucoup aimé la BD en quatre tomes Persepolis de Marjane Satrapi (dans le prolongement, d’ailleurs, d’un véritable chef-d’œuvre de la littérature graphique, Maus d’Art Spiegelman, façon la petite histoire qui vient rejoindre la grande Histoire) et je craignais donc sa transposition au cinéma. Fort heureusement, notre mélancolico-frondeuse Marjane ne se prend pas les pieds dans le Satrapi, ouf !

Bien sûr, on pourrait s’étendre ici sur la simplicité du trait (graphisme très stylisé au crayon noir et à l’encre de Chine, théâtre d’ombres chinoises, dégradés somptueux de noir & blanc...) qui vient épouser la pudeur du propos évitant ainsi la pompe lacrymale ou encore parler longuement de l’ancrage de l’Histoire dans la bio (la révolution islamique en Iran, la chute du chah, l’Iran de Khomeyni et des islamistes, la guerre Iran-Irak, l’exil) mais, ce qui m’a le plus intéressé dans ce récit patchwork, c’est justement l’autofiction, le côté autobio-filmique de l’affaire qui évite le gros truc pédagogo style la République des Mollahs expliquée aux petits de 7 à 77 ans. Tintin ! Ici, c’est en partant de l’ultra-local (la petite histoire) et notamment des affres de sa vie d’ado work in progress que Satrapi atteint l’universel. Marjane ne se la joue pas historienne ou sociologue, elle ne se fait pas passer pour une « enfant de guerre », d’ailleurs il y a un passage magnifique dans le film lorsqu’elle recroise le pauvre Kia, amputé lors de la guerre contre Saddam Hussein, et qui sait rire de son propre sort. Séquence émotion qui remet les pendules à l’heure. Elle sait se faire humble grâce à la subjectivité de son regard se focalisant sur des détails en apparence insignifiants pour ainsi éviter les généralités et les stigmatisations qui feraient de son film un pensum lourdingue. Alors oui, parfois, la sauce humaniste est un peu lourde et répétitive (voix off) mais, heureusement, il y a un humour féroce (notamment scato !) qui vient constamment désamorcer l’émotion brute.

Dans cette histoire de bulles persanes éclatées plein écran perçant, c’est justement son côté saynètes assumées (souci des détails) qui m’a touché, car tout le monde peut s’y reconnaître. Par exemple, comment ne pas kiffer sur sa grand-mère et ses conseils pour préserver ses nichons (« 10 minutes chacun dans un bol d’eau glacée ») ou pour sentir bon (« Je cueille des fleurs de jasmin, chaque matin, que je glisse dans mon soutien-gorge ») ?! J’ai kiffé aussi sur un monde vu à 8 (Téhéran 1978) ou 10 ans et... plus si affinités. Un monde d’une Zazie aux 400 coups où l’on croise pêle-mêle Karl Marx, Dieu, Rocky, Godzilla, l’inspecteur Derrick, Terminator, Bruce Lee, les Bee Gees, Pink Floyd et même des « Iron Maiden » ou des « Michael Jackson » vendus par des dealers sous le manteau comme étant de la came pop hautement subversive ! Dans ce monde fou, triste et drôle, à la fois personnel et ô combien universel, on croise aussi, à côté des diktats locaux et de son cortège d’horreurs (le racisme, le foulard imposé, le mensonge, la peur, la guerre, la torture), les premières amours et les rébellions ados de Marjane, puis des punks nihilistes - limite ridicules occidentaux - se sursaturant l’ouïe avec du punk à donf (!),des fêtes épicuriennes gâchées par des barbus intégristes ou encore des bouteilles d’alcool vidées rapido dans les chiottes. Grandeur et misère de l’existence.

Ouais, dans ce vrai film de cinéma, on y croise la vie dans sa célébration et dans sa lâcheté ("l’humain trop humain", donc), et l’on s’aperçoit aussi que c’est souvent dans ses plaisirs minuscules, voire anodins (la poésie du quotidien transcendé par l’imagination, le souvenir et les mythologies personnelles), que la vie prend tout son sel. Bref, qu’il est bon de manger à la table festival de Vincent (Paronnaud) et de Marjane qui nous rappellent, non sans douleur, que l’humour est certainement une des meilleures façons de supporter la cruauté de la vie, bravo à eux !


Moyenne des avis sur cet article :  4.93/5   (58 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • caramico 13 août 2007 11:38

    J’ai bien aimé également ce film qui vous balance avec équilibre, de la tristesse à la gaîté.

    Il m’est venu cependant une pensée sombre :

    Et si les inadaptés dans tout ça étaient tous ceux qui se sont laissés mourir pour un idéal ?

    Et si le plus intelligent n’était pas le "laveur de carreaux, capable de surfer d’une idéologie à une autre, histoire de survivre ?


    • RemiZ 13 août 2007 16:26

      Quelqu’un a deja eu cette pensee avant vous ;)

      « Mourir pour des ideés d’accord, mais de mort lente, d’accord mais de mort lente »


    • Romain Baudry 13 août 2007 16:21

      L’article est éloquent et intéressant, mais je me serais bien passé du jeu de mots atroce du titre. Si cette coutume continue à se répandre chez les rédacteurs, la page d’accueil d’AVox va finir par ressembler à celle du site de Libé.


      • Plus robert que Redford 13 août 2007 21:35

        Moi aussi, j’ai aimé le film, bien que n’ayant vu que quelques planches de la BD éponyme, j’ai trouvé l’adaptation tout à fait réussie, particulièrement le choix des voix ! Marjane petite et Mamy sont vraiment craquantes...

        Ce que j’en ai retenu, c’est, après le passage sur la guerre, combien nous ici qui avons vécu à cette période, avons été indifférents... Après tout, ça n’étaient que des « arabes » qui se foutaient sur la gueule entre eux, sauf qu’on a vendu des armes aux deux côtés... Et puis, un million de morts, c’est quand même pas une paille !


        • Vilain petit canard Vilain petit canard 16 août 2007 14:21

          J’ai vu le film hier soir et j’ai beaucoup apprécié, pour les mêmes raisons que l’auteur. Le film ajoute plastiquement quelque chose à la BD (déjà excellente), sans la dénaturer. Seul bémol : Deneuve double la mère dans une espèce de jeu froid et décalé assez brechtien qui la fait ressembler à un réfrigérateur parlant. Mais bravo à Danièle Darrieux, visiblement toute joyeuse de dire des gros mots...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès