• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Cluny, Manhattan, Yan Pei-Ming, Rome et rêveries...

Cluny, Manhattan, Yan Pei-Ming, Rome et rêveries...

Il est très symbolique qu’aux écuries de Saint Hugues, à Cluny, ce Manhattan de l’An 1000, on ait pu visiter l’exposition de peinture de Yan Pei-Ming : de gigantesques dollars peints de sable et d’argent, dont la trame se mêle à la représentation de chefs de cadavres avancés, de même émail.. La jeune femme, à l’accueil, renseigne : l’Homme se perd qui persiste en sa course à l’argent. Un avertissement à Wall Street ? Yan Pei-Ming à la stature internationale qui permet de le penser. Cluny 2010, commémorant la création de l’Ordre, il y a 1100 ans, sera une manifestation à l’échelle de l’Europe. Du monde peut-être, si le projet de conférence inter-religions parvient à se réaliser.

Cluny samedi J’étais parti pour Vincennes, à pied. J’avais quitté mon grenier germanopratin tôt le matin. Equipé de solides chaussures de marche, sac au dos, d’excellente humeur, je longeai le fleuve, par le Quai Saint-Bernard. A la hauteur du Pont d’Austerlitz, aller savoir pourquoi, la formule d’un de mes bons amis, « Cluny, ce Manhattan de l’An 1000 » me traversa l’esprit. Mû par une inspiration soudaine, j’enjambai la Seine et interrogeai le guichet du Chemin de Fer de la Gare de Lyon. Tous les chemins mènent à Cluny. A 10 H sonnantes, je me retrouvai sur la terrasse de la Brasserie « Au Nord », attablé devant café et croissants, au milieu de la foule des jours de marché, bon-enfant, venue aussi bien des villages voisins que des lieux les plus lointains. Cluny Babel ? Sur la place, d’étal en étal, il me fut bien facile de composer un déjeuner aux couleurs locales : pain frais artisanal, fromages de chèvres secs fermiers, à la croûte bosselée et odorante, que les règlements sanitaires européens n’ont encore pas interdits, fruits et vins de pays, miel enfin, aussi parfumé que ceux du Midi, mais pas au même prix.. Pour quelques fifrelins supplémentaires, le marché vous offre le linge et les équipements complémentaires que la balade pour Vincennes ne rendait pas nécessaire. Aucune difficulté à s’assurer le gîte et le couvert pour le soir, même sans avoir réservé, tant Cluny regorge de bonnes pensions. L’intendance étant sommairement satisfaite, et avant de passer à la découverte érudite de l’Abbaye, du Musée, en passant par le palais abbatial, promenade en la ville.. Une première impression, recueillie en traversant un groupe de touristes en grappe autour de leur guide, contemplant en silence la vaste nef, ou ce qu’il en reste, c’est à dire proche de Ground zero : Cluny n’a, dans la matérialité, rien de spectaculaire à offrir. Mais Bachelard est témoin, l’imagination trouve plus de réalité à ce qui se cache qu’à ce qui se montre. Il en faut une bonne dose, de l’imagination, pour se représenter la Grande Abbaye telle qu’elle pouvait être lorsqu’elle était debout, rivale de Rome en la temporalité, emplie des parfums et des chants de la chrétienté, dans la lumière tamisée des hauts vitraux. Reste plutôt un chicot d’Abbaye, des ruines.. J’entends déjà les goguenardes remarques de certains qui, séduit par le début de mon récit, décideraient d’embarquer pour Cluny le temps d’un samedi.. Whoops ! rien à voir, bled perdu, rien à faire, on retourne chez Disney, Marne-la-Vallée. Je me souvins d’une visite au Petit Julien, Menneke Pis, à Bruxelles, rituelle.. Une américaine, au milieu de son groupe de touristes caricaturaux s’était exclamée : « j’ai payé 4000 dollars pour venir voir ça.. 4000 pour ça ! ». Un Belge, plein de finesse sous un fort accent flamand, s’était alors penché sur elle et lui avait soufflé : « Sais-tu Madame !.. En Belgique, tu nous donnes un p’tit bout minuscule et nous, on te reconstruit le monde autour.. Et on te le fait rêver en plus ! ». C’était au temps où Bruxelles rêvait.. Cluny serait-elle une ville pour amateurs de revenants ?.. Ou pour observateurs des esprits tranquillement occupés à refaire le monde, à le ré-ancrer dans la spiritualité depuis plus de mille ans. A propos de Ground zero.. Cluny a perdu elle aussi deux grandes tours. Bonne nouvelle pour les théoriciens de tous bords, ceux du complot fomenté par Al Quaida comme ceux du complot fomenté par la CIA : à Cluny, aucun doute, C’est bien les Français qui ont effondré la tour centrale, comme celle du transept de gauche. Au hasard de la balade, entrez donc chez Nicole Nicolas, qui vend des livres anciens, ou chez l’antiquaire Valentin.. Admirez aussi les nombreuses maisons médiévales, comme celle qui abrite l’école de musique, près du puits des Pénitents.

Cluny Fantôme ? Cluny Esprit vivant ? Ad Nutum.

Yan Pei-Ming

L’exposition Yan Pei-Ming, dans les vastes Ecuries de Saint Hugues à Cluny, illustre parfaitement la qualité de la programmation culturelle que la petite ville a su concevoir et réaliser, pour le bonheur de ses habitants comme pour celui des étrangers, nombreux, qui l’ont choisie comme lieu de villégiature ou de passage. De grands noms, sinon de grands talents, ont précédé Yan Pei-Ming : Niki de Saint Phalle, Buren, César.. De l’extérieur, vues de la terrasse du « Nord », les écuries de Saint Hugues présentent leur haute façade de pierre brute, barrées de lignes de petites ouvertures borgnes et de niches d’où les corneilles ou les freux, en nombre impressionnant parfois, prennent leur envol en croassant. En face, le grand ensemble néo-gothique qui abrite l’Ecole Nationale des Arts et Métiers. Ambiance propre quelques endroits au monde, Cracovie, Stare Miasto, les Vieilles Villes.. L’intérieur des Ecuries est brut lui aussi, pierres, bois épais des plafonds à sept ou huit mètres de haut, dalles énormes au sol. Sans le concours de quelques lumières artificielles, l’espace serait plongé dans la pénombre. Les chevaux, anciens locataires du lieu, devaient s’y trouver très-bien. Une table à l’entrée, jonchée d’ouvrages et de documentations, et un ensemble de hauts panneaux de bois disposés en ligne au centre, auxquels s’accrochent les gigantesques peintures de l’artiste, sont les seuls éléments mobiliers. Yan Pei-Ming est un peintre chinois de renommée internationale, un beau personnage. Fils du Peuple, né à Shanghai, il a passé une partie de sa jeunesse au milieu du chaos de la guerre civile déclenchée par Mao, dans le cadre de la « Révolution culturelle », avant d’arriver en France en 1980. Sa peinture, qui fait une large part aux thèmes de la mort et de la violence, invite à méditer sur la condition humaine et sur les fins dernières de l’homme. En ce sens, il s’inscrit assez naturellement, lui l’artiste d’extrême Orient, dans la tradition occidentale des gisants et des vanités, une forme d’art sacré. Une secrète correspondance semble relier Yan Pei-Ming à Cluny, à son univers métaphysique. Il s’exprime cependant, à propos de son œuvre, en termes prudents et pragmatiques, laissant à celui qui contemple le soin de nourrir sa propre herméneutique. A la question « Etes-vous un peintre expressionniste ? », il répond qu’il ne peint pas avec ses tripes, que dans son ventre il n’y a que du riz.. (on lui pardonnera aisément de n’avoir pas encore remplacé, dans sa métaphore, le riz par le jambon persillé et le fromage fort). L’ombre du Grand Guide plane sur son œuvre. L’esprit des grands abbés qui hantent encore les vastes bâtisses médiévales de Cluny ne doivent pas être plus surpris d’y trouver Yan Pei-Ming que Niki de Saint Phalle, César ou Buren, qui seraient l’expression d’une époque dite moderne, mais déjà dépassée. Au plan des techniques picturales, le moins sensible des visiteurs sera étonné par les grands formats, comme on dirait les grands espaces, l’utilisation du noir et du blanc, sable et argent, qui prévalent, la vigueur du geste qui passe la brosse ou le pinceau, l’habilité des compositions, la force qui exécute. « Quand on me demande comment je peins, je réponds comme si je faisais la guerre, de manière violente et énergique ».

A lire : YANN PEI-MING EXECUTION, un ouvrage édité aux presses du réel, qui couvre l’exposition présentée au Musée d’art moderne de Saint-Etienne. A visiter : « Au bord de l’eau, 108 brigands », exposition jusqu’au 12 octobre 2009 dans la salle des Etats généraux du Château royal de Blois. A rechercher : les traces de l’exposition « Faces from – 21 portraits of children » - 1996.

Cluny et Cluny 2010

Sous la conduite de ses fondateurs et de ses grands abbés, Guillaume d’Aquitaine, Bernon, Odon, Aimar, Mayeul, Odilon, Hugues, Pons de Melgueil, Pierre le Vénérable… l’Ordre de Cluny va constituer la plus grande organisation monastique de son temps, un véritable empire de 1200 prieurés, et ne cessera plus de rayonner sur l’ensemble du monde médiéval européen. Il est consacré à Pierre et à Paul, donc assigné à la puissance. « Pierre et Paul », comme tant d’autres entités, tant d’autres grandes églises du monde chrétien au cours de l’histoire… « l’Église qui est à Jérusalem, l’Église qui est à Antioche, à Éphèse, à Philippes, à Athènes et surtout à Rome puisque l’Église à Rome, après l’Église de Jérusalem, est l’Église-mère de toutes les Églises ». Des églises, mais des cathédrales aussi, Saints Pierre et Paul, partout dans le monde, jusqu’au fin fond de la Sainte Russie, telle la cathédrale Saints Pierre et Paul de Petrodvorets, et celle de Petersbourg. Cluny, sous le signe de Pierre et Paul, a donc gardé les clefs en ses armoiries, s’assurant ainsi un surcroît de destin. Dans le mode de vie clunisien, la première préoccupation est accordée à l’Office divin, à la beauté de la liturgie. Saint Benoit, mais Saint Augustin aussi, la Cité de Dieu sur terre… L’Ordre sut allier les impératifs d’une exigeante spiritualité chrétienne aux activités temporelles qui lui assureront richesses et prospérité. Puissance temporelle et puissance spirituelle sont indissolublement associées dans l’histoire de Cluny. « La richesse d’un homme est la rançon de son âme. » a rappelé le généreux donateur Guillaume, qui a pensé qu’il était sage, voire nécessaire, de mettre au profit de cette âme une petite partie des (considérables) biens temporels qui lui avaient été accordés… L’architecture et les proportions de la Grande Abbaye témoignent encore aujourd’hui du sens de la grandeur de ceux qui en avaient la charge et qui traitaient d’égal à égal avec Rome. Aucune des grandes questions du Moyen-âge ne seront étrangères aux Clunisiens : réforme grégorienne, Querelles des investitures, trêve de Dieu, famille, culture de la terre, élevage… Mais cette œuvre spirituelle et ces richesses temporelles, après le déclin amorcé dés le début du XIIIe siècle, considérablement affaiblies à la Renaissance, définitivement détruites à la fin de l’ancien régime, ne devaient laisser que peu de traces en dehors du monde érudit. Les pierres de l’Abbaye, détruite et vendue à l’encan après la Révolution, se retrouvent mêlées aux pierres sauvages des murs de fermes du voisinage. Cluny, la ville, appuyé par la fédérations des sites clunisiens répartis sur l’Europe entière, est à la tête d’initiatives multiples qui, tout au long de l’année 2010, tenteront de faire revivre la vision des grands abbés, de la faire partager et de lui redonner l’élan spirituel capable d’inspirer un monde qui attend et cherche d’autres voies que celle de la toute-puissante matérialité.

Le grand projet Cluny 2010 contribuera-t-il à refonder la spiritualité et la paix ? Le grand projet Cluny 2010 sera-t-il le lieu d’un nouveau dialogue interreligieux ?

Le train de retour arrive à Paris, le dimanche, à 16H07.

S’intéresser à : la Conférence mondiale des Religions pour la Paix à Louvain en 74. La déclaration pacificatrice adopté par la délégation arabe et adoptée à l’unanimité par la World Conference on Religion and Peace (W.C.R.P.).

 

Liens

http://www.adocumenta.org/index.php...

http://fr.wikiquote.org/wiki/Gaston...

http://fr.wikipedia.org/wiki/Mannek...

http://www.cluny2010.eu

http://www.cluny201.org

http://www.sitesclunisiens.org

http://fr.wikipedia.org/wiki/Ordre_...

http://www.andrechouraqui.com/indexn.htm


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • Pierre de Vienne Pierre de Vienne 23 septembre 2009 11:18

    Belle promenade, style Trés Grande Vitesse, pour parler d’un lieu et d’un projet qui nous parle depuis mille années maintenant.

    Comme vous, je trouve les vanités peintes par Yan Pei Ming assez bluffantes, capables de dialoguer avec l’architecture de ce lieu. Merci pour les liens.

    • BRUDEL BRUDEL 23 septembre 2009 14:12

      Chapeau,
      Parler avec autant d’érudition, d’intelligence, de subtilité,avec un texte aussi long avec parfois un brin de sourir et d’ironie du « Ground zéro » de Cluny et bien la preuve de l’intelligence des clunisois qui avec plus rien on réussi le rayonnement de leur ville !Chapeau bas les gars, on devrait parler de vous dans les EGC ou autres HEC et doter la reussite de vos stratégies d’un nom digne d’exemple qui parcourerait le monde : « Le Clunisisme » 
      Bravo aussi pour le travail du narrateur un texte comme ça , sa ne se trouve pas sous le sabot d’un.....Ch’val


      • Maximus 23 septembre 2009 20:39

        Je suis allé à Cluny en 2007 et en ai gardé un très bon souvenir. J’avais trouvé la petite ville d’un charme assez discret et reposante. Le musée m’avait bien plu, et j’ai quand même apprécié de voir ce qu’il reste de Cluny, vu que l’on peut voir de ces yeux la hauteur des voûtes, impressionnantes pour un édifice roman.

        C’est là où je suis d’accord avec vous, cet endroit dégageait bien pour moi quelque chose.


        • mascaret 5 décembre 2009 19:05

          Madame, monsieur,
          Habitant de Cluny, je découvre votre texte et plus singulièrement : « Cluny ce Manattan de l’an mille » et « contemplant en silence la vaste nef ou ce qu’il en reste, c’est à dire, proche de Ground Zéro » et plus loin :« Cluny a perdu, elle aussi, ses 2 grandes tours »
          Alors là, quel rapprochement improbable, tellement improbable que je vous livre cette information qui n’apparait pas dans votre texte :
          L’ABBAYE de CLUNY a été fondée le 11 SEPTEMBRE 909 ou 910
          (les historiens sont d’accord sur le jour mais pas sur l’année)


          • Montagnais Montagnais 8 décembre 2009 10:10

            Les tours abolies.. Communauté de destin entre NY & Cluny ? Mais étrange inversion de sens : fondé le 11septembre pour l’une, effondrée le 11 septembre pour l’autre. Merci pour votre troublante information. D’autres correspondances sont encore à mettre à jour.


            • KROICHVILI 26 janvier 2010 14:41

              suite à l’article Cluny, Manhattan de l’an 1000

              un extrait de mon blog au sujet de 

              l’exposition de Baume les messieurs

               »Une présence absente« du 24/06/2009

              http://paquetdart.over-blog.com/article-33037186.html


               »Me voilà à me souvenir…

               de l’exposition « ce qui reste d’humanité » en 2002 Galerie Gérard Chomarat à Lyon et les deux tours reconstituées avec 1200 figures de ces bonshommes,

               des journées du patrimoine en 2001 annulées après le 11 septembre,

              d’un autre 11 septembre en 2005 où j’accrochais 1461 bonshommes comme autant de jours de ces quatre ans passés après que l’on m’eut proposé d’exposer dans les tours… du prieuré de Manthes (site clunisien).

              Nous voilà 8 ans plus tard, quelle n’est pas ma surprise de voir sur Internet que ce sera ce 11 septembre le jour de inauguration des commémorations de la fondation de Cluny comme en 1910, il y 100 ans, une programmation sur 3 jours. J’étais résolu à les exposer,(ces bonshommes) sans savoir pourquoi mais tant de corrélations font signe. » Agnan KROICHVILI


              • Montagnais Montagnais 16 mai 2010 23:04

                Bonsoir Agnan KROICHVILI,

                Je viens de prendre connaissance de votre message. J’ai parcouru votre blog, vu certaines présences sur le réseau. ’Tant de corrélations font signe’.

                Jetez un coup d’oeil à http://www.cluny2010.org , http://www.cluny2010.com

                http://www.cluny2010.net ..

                Dites moi si nous pouvons échanger des liens, nous aider..

                Bien à vous. Merci pour la musique interprétée par Cécilia Bartoli.


                • Vincent Verschoore Vincent Verschoore 25 mars 2011 22:37

                  Super cet article, je n’avais pas vu !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès