• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Compartiment pour dames d’Anita Nair

Compartiment pour dames d’Anita Nair

 

Avant d’écrire quoi que ce soit, j’aimerais partager avec vous la note de l’auteure :

« Jusqu’au début de l’année 1998, il existait un guichet réservé aux dames, aux personnes âgées et aux handicapés à la gare du Cantonnement à Bangalore. Et sur la plupart des trains de nuit, on trouvait des compartiments pour dames dans les wagons de seconde classe.

Depuis, le guichet réservé aux femmes a été supprimé dans toutes les gares. Qui plus est, des responsables ferroviaires, notamment des chefs de gare et des contrôleurs, m’ont informée que les compartiments pour dames n’existent plus et que les nouveaux wagons n’en comportent pas. »

Ces quelques mots de l’auteure nous dirigent déjà vers l’un des sujets principaux du roman : la place des femmes dans la société indienne. Ce roman est très moderne par son écriture, le style de l’auteure est très délicieux. On sent une patte féminine, c’est très sensuel. Je me suis délecté comme jamais. C’est tellement reposant à lire, sur un français accessible à tous. Vous l’aurez surement compris, j’ai ADORÉ. 

Compartiment pour dames, un nectar, un si beau breuvage des dieux. Je recommande.

 

Extraits :

« Akhila est de ces femmes-là. Celles qui font ce que l’on attend d’elles et qui rêvent du reste »

« C’était une bonne épouse et une excellente mère. Qu’est-ce qu’un homme pouvait donc vouloir de plus ? Et de quoi pouvait avoir besoin une femme si ce n’est d’un mariage heureux et d’enfants bien portants ? pensait-il en se laissant gagner par le sommeil. »

« Dans l'univers des substances chimiques, l'eau est le solvant universel. Elle dissout la nature de tout ce à quoi elle se mélange. Le fait d'être un élément familier ne me rend pas pour autant anodine. »

« Comment sait-on si l'on aime ou si l'on déteste un homme, ou s'il vous est tout bonnement indifférent ? Comment mesure-t-on ses sentiments ? »

« Voilà donc Akhila. Quarante-cinq ans. Sans lunettes à verres rosés. Sans mari, ni enfants, ni foyer, ni famille. Rêvant d’évasion et d’espace. Avide de vie et d’espérance. Brûlant d’aller à la rencontre des autres. »

 

Le speech  :

Akhila est employée aux impôts. Eternelle célibataire, cette quadragénaire n'a jamais été libre de mener sa vie comme elle l'entendait : toujours la fille, la sœur, la tante de quelqu'un, celle qui fait vivre la famille. Sur un coup de tête, elle prend un aller simple pour Kanyakumari, une petite ville balnéaire du sud de l'Inde. Dans l'intimité du sleeping - le fameux "Compartiment pour dames" - qu’elle partage avec cinq autres compagnes, Akhila ose leur poser la question qui la hante depuis longtemps : une femme a-t-elle vraiment besoin d'un homme pour être heureuse et épanouie ?

Compartiment pour dames est le best-seller qui a révélé Anita Nair. Un roman délicieux, chaleureux, tendre, qui nous ouvre le cœur de ces femmes indiennes dont nous sommes finalement si proches. Un beau voyage à la découverte de soi qui éveillera des résonances en chacun de nous.

 

L’auteur :

Anita Nair, qui vit à Bangalore, est l'auteur de plusieurs romans à succès, dont Quand viennent les cyclones et L'Inconnue de Bangalore parus chez Albin Michel en 2010 et 2013. Elle a également écrit plusieurs recueils d'essais et de nouvelles et a déjà été traduite en vingt-neuf langues. Compartiment pour dames est le roman qui l'a fait connaître en France.

 


Moyenne des avis sur cet article :  1/5   (2 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • Neymare Neymare 8 septembre 2016 15:57

    ça a l’air d’etre un bon livre, merci pour cette présentation.

    « une femme a-t-elle vraiment besoin d’un homme pour être heureuse et épanouie ? »

    A mon sens non, chaque etre est complet, c’est la société qui impose des normes et si on sort de ces normes on n’est pas censé etre heureux. En réalité, il n’y a que quand on sort de toutes les normes et de tous les carcans psychiques qu’on est heureux

    Juste une petite note, il me semble qu’on dit le pitch et non le speech quand il s’agit du résumé d’un livre ou d’un film.


    • sarcastelle 9 septembre 2016 08:25

      la femme a-t-elle vraiment besoin d’un homme pour être heureuse et épanouie ? 

      .
      Je ne sais pas. 
      Je sais en revanche que la formulation : l’homme a-t-il vraiment besoin d’une femme pour être heureux et épanoui classera son auteur parmi les réactionnaires misogynes pour qui la femme n’est qu’un objet de plaisir qu’on jette ensuite. En somme j’ai un peu peur d’ouvrir un tel roman, où je crains de trouver bien du gnan-gnan pour amateurs de pensée à la mode. 


      • Zinzine (---.---.121.219) 9 septembre 2016 15:18

        Auteure ? Pourquoi pas auteuse ou autrice ? smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès