• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Complexe d’infériorité littéraire

Complexe d’infériorité littéraire

J'ai remarqué que lorsqu'un scientifique ou présumé tel parle de son domaine, ou un quelconque philosophe improvisé et que parfois il en tire des conclusions délirantes n'ayant plus rien à voir avec un raisonnement équilibre, la plupart des gens se taisent respectueusement et écoutent. Voire mettent en pratique les recommandations dudit penseur. Ils s'inclinent. Lorsqu'un « littéraire » parle de littérature, l'attitude change, elle est alors beaucoup plus agressive. Les interlocuteurs sont alors sur la défensive, prêts à mordre comme si leurs manques de culture allaient en devenir criants et exposés sur la place publique. Cela ne les empêche pas dans le même temps, sans qu'ils n'y voient de contradiction, de proclamer l'inutilité de la littérature comme savoir...

On en vient dans 90% des cas à ressortir le lieu commun éculé de « l'école de la vie » qui serait infiniment supérieure à toutes les autres....

D'aussi loin qu'il m'en souvienne j'ai toujours aimé les livres. J'ai appris à lire avec ma mère avant le CP avec une méthode réputée « paternaliste » en 2017 mais qui avait fait ses preuves. C'est à partir de là que j'ai commencé à me plonger dans les livres. Je ne voyais rien d'original ou de particulièrement brillant à cela. Pour moi c'était on ne peut plus naturel, quand on sait lire, on lit. La lecture permet de développer son imagination, de s'ouvrir à d'autres manières de voir, de rêver d'autres contrées, parfois réelles, parfois non. Je ne me suis jamais interdit aucunes découvertes bien que parfois elles soient arrivées trop tôt, par exemple « le Voyage au bout de la nui » de Céline.

Avant même d'y aller, beaucoup plus tard, j'ai entre autres endroits rêvé du Proche Orient, du désert, des rivages de la Méditerranée. J'ai voyagé avec le capitaine Némo à travers les mers. Je suis monté en ballon, j'ai fait le tour du monde avec Lavarède. J'ai été un acteur minable mais héros grandiose comme le Capitaine Fracasse. J'ai visité « Niourk » l'ancienne mégapole à moitié détruite du livre de Stefan Wul. Je me suis ému pour « les enfants rois » aussi et j'ai écouté à la fin du collège Hadrien me raconter sa vie par l'entremise de Marguerite Yourcenar.

Tout le long de ma scolarité, je ne me suis jamais heurté à ce rejet des « intellos » qui sévit en ce moment. Il est vrai que je faisais partie de ceux qui aimaient bien s'amuser à l'école. Là aussi je ne voyais pas en quoi cela pouvait être antinomique, la culture n'est pas seulement le fait de bons élèves, ce que j'étais malgré tout, au moins dans les matières que j'aimais. Je ne verserai pas non plus dans le cliché du cancre forcément génie méconnu par ses professeurs, esprit libre et rejeté par l'institution. J'avais de très bons rapports avec eux sans que cela n'induise il est vrai une hiérarchie.

Il m'arrivait de les mépriser, tel ce professeur de Lettres de Premières qui manifestement n'avait lu ni Ionesco ni Maupassant au sujet desquels il était censé enseigner.

Les jalousies que je rencontrais venaient surtout de grandes personnes. « C'est pas normal qu'il se réfugie autant dans la lecture, ça cache quelque chose ». Il y avait aussi ces adultes qui montraient leur agacement à m'entendre parler de livres ce que j'ai cessé de faire à partir de la fin de l'adolescence comprenant que cela excitait un peu plus leur ressentiment. Mais contre qui ? Car personne ne les empêchait de lire et se cultiver autrement par eux-mêmes, sauf si bien sûr ils sont trop englués dans le conformisme télévisuel. Il n'y a jamais de véritable excuse valable à cette carence. Certains invoqueront le manque de temps, d'autres leur insouciance, aucuns ne dira que c'est juste qu'ils n'en avaient pas le goût, par paresse intellectuelle qui on s'en aperçoit ne fait que croître et embellir ensuite.

En 2017 la lecture est redevenue une activité parée d'élitisme et que l'on doit justifier par des études de Lettres ou une fonction quelconque en rapport avec celles-ci afin de calmer les suspicions de l'entourage. Lire devient un acte presque transgressif, qui éloigne de la dynamique sociale. C'est presque un geste d' « insociabilité ». Ce n'est pas très « normal ». Cela cache sans doute un vice. Ce que l'on pensait il y a plusieurs décennies revient à la mode. Le lecteur a des choses à cacher, et il ne veut pas s'intégrer aux mêmes cadres que les autres. A moins qu'il ne soit tout simplement qu'un prétentieux se haussant du col...

 

La chair est faible et j'ai lu tous les livres...

Sic Transit Gloria Mundi, Amen

Amaury


Moyenne des avis sur cet article :  1.84/5   (25 votes)




Réagissez à l'article

38 réactions à cet article    


  • JL JL 13 février 11:27

    Et une nouvelle séance - publique svp - sur le divan, une !

     
     Amaury ne se refuse rien !
     
     smiley

    • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 13 février 11:29

      @JL
      Vous par contre vous devez faire un peu dé rétention anale ?
      Je m’inquiète je n’ironise pas.
       smiley


    • JL JL 13 février 11:42

      @Amaury Grandgil
       

       puisque c’est votre séance d’analyse, je vous ferais remarquer que dans votre post ci-dessus, il y a un indice de votre pathologie ; cherchez bien.

    • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 13 février 11:49

      @JL
       smiley
      C’est tellement facile avec vous...
       smiley


    • JL JL 13 février 12:04

      @Amaury Grandgil
       

       se vanter de prévoir les comportements d’autrui est un autre indice de votre pathologie. Cherchez encore.
       
       En fait, non : la psychanalyse ne peut rien contre la pathologie qui vous affecte ; les seules pathologies qui puissent se soigner sur le divan sont celles dont le patient veut se défaire, ce qui n’est clairement pas votre cas. Bien au contraire.
       
       C’est pourquoi vous n’avez rien à faire sur ce divan. Et c’est sans doute pourquoi vous avez déjà été éjecté deux fois.

    • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 13 février 17:55

      @JL
      Je ne prévois rien du tout mais il est tellement facile de vous charrier tellement vous vous prenez au sérieux...

      Je n’ai pas été éjecté du tout.
      Je suis parti car j’en avais ras le bol de me faire injurier constamment, d’avoir des commentateurs souvent diffamatoires, pseudo antisionistes, j’en passe et des meilleurs.
      De Causeur, j’ai été évincé par la direction commerciale, pas par la rédaction, à cause de salopards qui ont eu ma peau car contredisant leurs certitudes absconses. Ils ont poussé certains lecteurs donateurs à se désabonner...


    • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 13 février 17:57

      @JL
      PS : Quant au salopards, pas vous ?, qui m’ont évincé de Causeur, je sais qu’ils me lisent et commentent pour certains également ici, ils ne perdent rien pour attendre. ils risquent d’avoir quelques surprises.


    • Xenozoid Xenozoid 13 février 18:01

      @Amaury Grandgil

      une victime,ils sont légions en ce moment, ça doit êtres les zélections et ses avatars

    • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 13 février 18:09

      @Xenozoid
      Non, smiley ceux qui m’ont éjecté de Causeur l’ont fait principalement car mes articles étaient plus commentés et plus « partagés » que les leurs. C’est plutôt un bon point pour moi.

      Mais j’y pense, c’est la saint Valentin demain c’est pour ça ce commentaire désagréable mon chéri ? T’inquiète pas j’ai tout prévu


    • Xenozoid Xenozoid 13 février 18:12

      @Amaury Grandgil

      j’y penserais après demain

    • JL JL 13 février 18:33

      @Amaury W alias G,

       
       est-ce que se raconter c’est se prendre à la légère ?

    • foufouille foufouille 13 février 11:38

      c’est valable quand le « scientifique » a en face de lui aussi nul, à moins qu’il dise que c’est une théorie.
      sinon la science demande des faits et une reproductibilité des faits.
      donc c’est assez subjectif. cela dépend aussi du charisme.
      c’était quand que lire beaucoup de livres était bien vu ?
      en dehors du bibliothècaire qui te fournit ta nourriture.
       


      • kalachnikov lermontov 13 février 11:38

        "J’ai appris à lire avec ma mère avant le CP avec une méthode réputée « paternaliste » en 2017 mais qui avait fait ses preuves. C’est à partir de là que j’ai commencé à me plonger dans les livres. Je ne voyais rien d’original ou de particulièrement brillant à cela. Pour moi c’était on ne peut plus naturel, quand on sait lire, on lit.« 

         »Car personne ne les empêchait de lire et se cultiver autrement par eux-mêmes, sauf si bien sûr ils sont trop englués dans le conformisme télévisuel. Il n’y a jamais de véritable excuse valable à cette carence. Certains invoqueront le manque de temps, d’autres leur insouciance, aucuns ne dira que c’est juste qu’ils n’en avaient pas le goût, par paresse intellectuelle qui on s’en aperçoit ne fait que croître et embellir ensuite."

        Deux erreurs : croire que l’on doit les choses à soi-même ; et de là, croire qu’on vaut mieux que les autres.


        • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 13 février 12:03

          @lermontov
          Tu te goures...
          Je dois mon goût pour la lecture à ma mère.
          Et je le dis dans mon texte, il n’y a rien d’extraordinaire à lire, je ne suis pas mieux que les autres...
           smiley


        • kalachnikov lermontov 13 février 12:14

          @ Amaury Grandgil

          Tu dis tout et son contraire, confondant par exemple le goût de lire et la faculté de lire. Ainsi, dans le texte, elle t’a appris à lire (la faculté de lire) et ici, dans cette réponse, le goût de lire.
          Pour le reste tu reproches aux autres une tare qui n’existe pas, la paresse. parce qu’il s’agit très simplement d’un conditionnement.
          Et très simplement, je me demande pour quelle raison il faudrait placer la lecture comme supérieure au visionnage de la télévision.


        • foufouille foufouille 13 février 17:06

          @lermontov
          moi, j’ai appris à lire tout seul avant six ans.
          sans maternelle inexistante.


        • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 13 février 17:48

          @lermontov
          Le conditionnement a bon dos, peut-être alors au sens instinct grégaire. Ma mère a commencé à bosser à 15 ans, elle vendait des rubans aux bourgeoises du faubourg saint Honoré. Elle a toujours lu. elle m’a appris à lire et transmis le goût de lire. Cela va de pair.


        • foufouille foufouille 13 février 18:58

          @lermontov
          "Et très simplement, je me demande pour quelle raison il faudrait placer la lecture comme supérieure au visionnage de la télévision."
          heu ???
          comment dire .... faut ****** débile pour ne pas comprendre la différence


        • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 13 février 20:17

          @foufouille
          bon sens encore


        • kalachnikov lermontov 13 février 23:26

          @Amaury Grandgil
           
          La notion de conditionnement est peut-être excessive ; celle d’habitus est plus adéquate, peut-être. La question du niveau social n’a rien à voir. C’est lié au mimétisme, la plus grande part de la transmission de la culture (même déplaisante à tes yeux qui aiment juger en fonction de ’je’, genre l’’idolâtrie de la téloche) s’effectue via le mimétisme. Il n’y a aucune volonté de l’individu là-dedans, stimulus réaction, et donc pas de paresse (si terme employé dans un sens moral).


        • kalachnikov lermontov 13 février 23:28

          @ foufouille

          Eh bien, je suis débile.


        • foufouille foufouille 14 février 09:44

          @lermontov
          je viens de comprendre !!!!
          tu penses qu’il n’existe que des bandes dessinées !!!!!!!!!!


        • kalachnikov lermontov 14 février 12:23

          @ foufouille

          Je pense juste qu’entendre, c’est autre chose que lire.


        • baldis30 15 février 09:35

          @foufouille

          bonjour,
          tout dépend de quelle télévision on parle ! parce qu’il y a à boire et à manger : cela va du brochet au beurre blanc arrosé d’un chenin, au pâté frelaté humecté de vinaigre...

          et pour la lecture il en est de même ....

          le problème de l’éducation n’est pas l’instruction ( au sens de l’instruction publique bien plus valable que l’éducation nationale) mais le choix et l’alternance du choix.... et cela est familial, ou du moins de la proximité permanente.


        • rogal 13 février 12:37

          La littérature : en y mettant quelles frontières ?
          Passons sur la « science » comme offrant des guides de vie.
          Pas de philosophie ?


          • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 13 février 17:51

            @rogal
            Vous n’avez pas lu l’article ou compris de travers.
            La littérature, besoin de frontières ? C’est un vaste territoire ?


          • JC_Lavau JC_Lavau 13 février 16:54

            Mallarmé était un écrivain consternant, et en plus tu le cites à l’envers.


            • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 13 février 17:52

              @JC_Lavau
              Mallarmé consternant ? Développe...


            • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 13 février 18:10

              @JC_Lavau
              J’ai tourné Mallarmé à ma sauce et alors ?

              « Brise marine. La chair est triste, hélas ! et j’ai lu tous les livres. Fuir ! là-bas fuir ! »


            • JC_Lavau JC_Lavau 13 février 18:16

              @Amaury Grandgil.

              C’était dans le recueil de classe de première. Superficiel, égoïste, infantile, et même la versification est à vomir.

            • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 13 février 18:23

              @JC_Lavau
              Mon erreur de citation vient d’une chronique de la haine ordinaire où Desproges fait la même erreur que j’écoutais en rédigeant mon texte.


            • baldis30 15 février 09:37

              @JC_Lavau

              bonjour,

              et vous n’avez pas lu le Nicomède de Corneille ... dont je cherche une affiche pour l’installer dans un coin discret pour suppléer un désordre physiologique !


            • Rincevent Rincevent 13 février 18:25

              Tiens, on partage au moins une chose : avoir lu le voyage trop tôt. « L’amour, c’est l’infini mis à la portée des caniches et j’ai ma dignité, moi ». A 16 ans, ça n’aide pas…


              • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 14 février 10:34

                @Rincevent
                Non, et ça vient trop tôt


              • sleeping-zombie 15 février 09:35

                Hello,

                J’ai remarqué que lorsqu’un scientifique ou présumé tel (...) en tire des conclusions délirantes n’ayant plus rien à voir avec un raisonnement équilibre, la plupart des gens se taisent respectueusement et écoutent

                ... Ah ?
                J’ai plutôt remarqué que la plupart des gens haussent les épaules et passent leur chemins. Un peu comme quand un témoin de jéhovah t’aborde à la sortie d’une station de RER.

                Lorsqu’un « littéraire » parle de littérature, l’attitude change, elle est alors beaucoup plus agressive.

                ...Ah ?
                Décidément, toi et moi ne vivons pas dans le même monde. C’est la vérité ou une simple distorsion de la réalité une interprétation erronée de l’un de nous deux ?
                Il faudrait un tiers de confiance pour trancher :)


                • baldis30 15 février 09:39

                  @sleeping-zombie
                  bonjour,

                  j’ai préféré ne pas relever parce que j’eus été plus virulent


                • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 15 février 10:01

                  @sleeping-zombie
                  Je rajouterai aussi que quelqu’un qui évoque tout cela provoque des réactions violentes de tout ceux qui sont généralement culturellement carencés. Car même si les Lettres sont considérées très péjorativement, ne pas avoir cette culture est vécu comme un complexe extrêmement pénible.


                • sleeping-zombie 15 février 18:23

                  @Amaury Grandgil
                  est-ce toi qui as un complexe de supériorité, ou les autres qui ont un complexe d’infériorité ?
                  dans un cas comme dans l’autre, ça rend les interactions pénibles.

                  C’est compliqué la communication humaine :D

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès