• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Concert de Björk aux arènes de Nîmes

Concert de Björk aux arènes de Nîmes

Le 23 août, l’artiste islandaise enflamme pour la deuxième fois les arènes millénaires, véritable écrin d’un époustouflant son et lumière entre la rave techno et le récital intimiste.

C’est sous un ciel étoilé et une lune aux trois quarts pleine que la gladiatrice et son armée de télétubbies-danseurs-choristes-cuivres investissent la scène des antiques arènes.

Vêtue d’une robe-poncho bariolée entre le ara et la tequila sunrise, l’elfe islandaise virevolte, sautille dans tous les sens, semant parfois la poursuite de lumière, dans un plaisir primal toujours intact et éminemment communicatif.

En plus de vingt ans de carrière et une dizaine d’albums, cet incontesté génie de l’électro ex-punkette a de la ressource pour ravir ses fans de la première heure de réorchestrations de ses tubes planétaires à base de cuivres, percus et clavecin électro.
On redécouvre ainsi les sublimes Army of me, Hunter, Hyperballad, Joga, I miss You , Play Dead et apprécie les morceaux moins accessibles de son dernier né Volta, en partie grâce à une mise en scène modeste mais tout de même spectaculaire de flammes, rayons laser verts, jet de toile spidermanesque, pluie de confettis et autres jeux de lumière multicolores.

Entre ambiance feutrée boréale et puissance volcanique de sa terre natale, rythmes africains, sonorités extrême-orientales, cette citoyenne du monde qui nous exhorte à déclarer notre indépendance a su créer et porter fièrement les couleurs de son propre drapeau.

La surprise réside indubitablement dans la simplicité, la générosité et l’humour de ce petit bout de femme surexcitée pourtant star internationale primée à Cannes.
On l’imagine (à tort) en diva paranoïaque barrée sur une autre planète, coupée de de la réalité. Or, ce qui ressort en premier lieu de cette heure et demie de concert c’est que lady Björk s’éclate réellement avec sa troupe, avec son public en extase lorsqu’elle exécute le moindre maladroit hoola hoop avec un anneau en plastique fluo, nous fait chanter Joyeux anniversaire pour un de ses musiciens et remercie d’une voix de petite fille timide d’un “merci bien mademoiselle Nîmes” auquel on ne peut que répondre humblement “nos respects, mademoiselle Björk et merci”.


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • biztoback 27 août 2007 11:20

    Etant tout nouveau fan de Björk, je ne peux qu’apprécier ton article et jalouser le fait que tu l’ai vu en live... smiley


    • Gasty Gasty 27 août 2007 13:07

      Magnifique Björk et actrice de talent.

      Inoubliable interprétation dans « Dancer in the dark »


      • Sébastien Marie Zarathustra 27 août 2007 23:14

        Pour l’avoir vue hier à Rock en seine, je ne peux que confirmer cet article.

        En revanche, il y a beaucoup d’anniversaires de musiciens je trouve puisque c’était également le cas pour deux d’entre eux hier soir !! L’un des deux a eu droit à deux anniversaires si je comprends bien !

        Bref, sans l’avoir vue en live, j’étais estomaqué par cette artiste absolument hors normes, mais ce qui m’a stupéfait, c’est bien cette capacité à faire coexister, comme il est si bien dit « la rave techno et le récital intimiste »... dont la meilleure illustration est sans conteste Hyperballad

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Melanie Duwat


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires