• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > « Coriolan » de William Shakespeare au Théâtre des Amandiers de (...)

« Coriolan » de William Shakespeare au Théâtre des Amandiers de Nanterre

De Nada Strancar au TNP de Villeurbanne jusqu’à Hélène Vincent aux Amandiers de Nanterre, ce "Coriolan" de Shakespeare a su bonifier les deux années depuis sa création par Christian Schiaretti, en récoltant au passage le prix Georges Lerminier (syndicat de la critique) du meilleur spectacle théâtral créé en province, tout en préservant la main de fer dans le gant de velours de Volumnia dont le rôle est ainsi transmis, pour raison de force majeure, d’une immense actrice à l’autre.

Le vaste plateau des Amandiers de Nanterre suffit à peine pour contenir la trentaine de comédiens engagés pour 3h45 de lutte citoyenne dont l’intensité ne pourra parvenir à épuiser les obstacles neutralisant les fondations d’une république romaine en 488 av. J.-C. qu’en tentant d’évacuer leurs sécrétions par une bouche d’égout central.

Des batailles livrées, drapeaux au vent, sur le terrain militaire jusqu’à celles engendrées par le vote démocratique, ce sont les lacunes d’une absence d’éducation à la fonction suprême fortement différenciée qui vont concourir à opposer plébéiens et patriciens par l’intermédiaire de leurs représentants parlementaires, tribuns et sénateurs, tout en suscitant des mésintelligences quasi incompatibles.

Comment, en effet, Coriolan (Wladimir Yordanoff ) s’étant héroïquement distingué à la guerre, avec désormais en étendard les multiples stigmates de ses blessures, pourrait-il soudain se muer en premier consul doué pour la rhétorique flatteuse à l’égard de ses concitoyens ?

Comment passer d’un savoir-faire violent et pragmatique aux circonvolutions diplomatiques des intrigues électives ?

Comment parvenir à transformer les motivations vitales de sauvegarde de la patrie face aux barbares, en une écoute et une adaptabilité disponibles aux desiderata du peuple ?

Caïus Marcius Coriolan aurait, de fait, bien des difficultés à pratiquer ce grand écart puisqu’il le désapprouve jusqu’au plus profond de ses convictions.

Aussi, ne sachant pas et ne voulant pas céder aux conseils de souplesse et de compromis, il sera banni et expulsé de Rome par ceux mêmes qui l’auraient porté en triomphe au Capitole.

Sa mère Volumnia et sa femme Virgilia (Laurence Besson), alors convaincues du grave péril qu’il y aurait à laisser les forces de vengeance faire coalition pour un retour destructeur vers Rome, tenteront in extremis, à la suite d’une vaine mission diplomatique de Ménénius (Roland Bertin), d’ultimes démarches pour empêcher la foudre ennemie de s’abattre et... contre toute attente, réussiront à influencer ce fils et époux rebelle, par leur juste cause.

Cependant tout n’est pas bien qui finira mal, puisque Coriolan deviendra peu après, la victime de sa propre conversion à l’intérêt général.

Au sein de cette grande épopée en lutte sociétale, Christian Schiaretti réussit, ainsi, à interroger la problématique de conquête du pouvoir et de son maintien par les seules ressources de la transparence et de la vérité brute.

Ce spectacle magistral emporte avec lui un souffle que les spectateurs pourront faire fructifier afin d’apprécier à sa juste valeur, toute dialectique liant les vertus de l’engagement politique avec le simulacre de la représentation théâtrale. 
 
Photo © Christian Ganet
 
CORIOLAN - **** Theothea.com - de William Shakespeare - mise en scène : Christian Schiaretti - avec Stéphane Bernard, Roland Bertin, Laurence Besson, Pascal Blivet, Olivier Borle, Mohamed Brikat, Jeanne Brouaye, Armand Chagot, Jérémie Chaplain, Philippe Dusigne, Gilles Fisseau, Julien Gauthier, Jacques Giraud, Nicolas Gonzales, Damien Gouy, Sylvain Guichard, Benjamin Kerautret, Claude Kœner, Aymeric Lecerf, David Mambouch, Clément Morinière, Daniel Pouthier, Loïc Puissant, Jérôme Quintard, Dimitri Rataud, Alain Rimoux, Juliette Rizoud, Julien Tiphaine, Jacques Vadot, Clémentine Verdier, Hélène Vincent, Wladimir Yordanoff - Théâtre des Amandiers / Nanterre -

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.43/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • alberto alberto 9 décembre 2008 16:25

    De nos jours, les tribuns de la plèbe semblent plus conciliants avec leur dictateur...

    Bon, Nanterre c’est pas la porte à côté, mais si t’insistes, je ferais un effort, et puis Shakespeare, ça tient la route.

    Bien à toi.


    • Fergus fergus 10 décembre 2008 09:15

      Dommage, je n’aurai pas l’occasion d’aller voir ce spectacle, et je le regrette, pour Shakespeare bien sûr, mais aussi pour ce formidable acteur qu’est Wladimir Yordanoff.

      Ah, au fait, c’est fait : je suis allé avec mon épouse, mon fils et ma belle-fille voir "Le diable rouge". Un véritable bijou dominé par un Claude Rich habitant véritablement (et avec jubilation) le personnage de Mazarin et une Geneviève Casile toujours impeccable. Un régal !


      • Ocséna 10 mars 2009 12:13
        Shakespeare La grande nouvelle de la journée : Le visage "authentique" de Shakespeare dévoilé (France Info)

        "Un portrait du célèbre dramaturge dormait depuis des siècles dans une famille. Expertise faite, il s’agit du seul portrait réalisé du vivant de l’auteur - six ans avant sa mort, en 1610 précisément."

        Depuis les spéculations les plus hasardeuses vont bon train et tout le monde dit à peu près n’importe quoi ! Ocséna tient à remettre les pendules à l’heure : Au départ, rationnellement, statistiquement, Shakespeare était banal, comme pour la plupart des gens, son père n’était pas un con et sa mère n’était nullement une pute. 

        ................................................

        Les Pensées zaz de l’Ocséna

        Ocséna, Organisation contre le système-ENA et pour la démocratie avancée

        -[-> http://ocsena.ouvaton.org]

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès