• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Critique Ciné : Prometheus

Critique Ciné : Prometheus

Quand on sort de la projection de Prometheus on se pose pas mal de questions. Pourquoi a-t-on perdu une bonne centaines d'heures à baver sur les images du film sur tout les blogs ciné du net ? Si on aurait pas mieux fait d'aller revoir Avengers ? Est-ce que vraiment, après tout ce char, Prometheus, c'était mauvais ?! Et si, oui, c'était mauvais, quelle est ma propre part de responsabilité dans tout ça ? Parce que dieu sait qu'on l'a attendu ce satané film, et maintenant, comme des cons, on est tout déçu parce qu'on pensait vivre une espèce d'expérience mystique. Ça m'apprendra à faire la fangirl au lieu de réviser mes exas, merci Ridley Scott, j'ai foiré anthropo pour rien à cause de toi.

JPEG - 102.9 ko

Admettons donc : c'est de ma faute, je n'aurais pas dû m'attendre au retour du messie. Une fois la pilule avalée pourtant, plus j'y pense, plus le film me déçoit. Attention, il n'est pas minable non plus, mais c'est un peu la bombe que tu connais que sur facebook et qui s'avère mesurer 1m30 quand tu la vois. Bien habillée, avec des yeux magnifiques et très amusante par moment , mais 1m30 tout de même, et mal écrite par dessus le marché ! Avec une amorce à deux balles, des personnages insipides et des incohérences de script en plus de ça ! (ouais, j'arrête l'analogie avec la gonzesse sur facebook. Keep up).

Sur l'aspect visuel, il n'y a pas à tergiverser : c'est splendide. Un très gros point fort, aucune discussion là-dessus. Micheal Fassbender (Shame) est tip top, comme toujours. Mais c'est problématique quand le personnage auquel on peut le plus s'identifier est un robot plutôt qu'un humain. David (le robot humanoïde interprété par Fassbender) est une autre force du film, on sent l'amorce d'une histoire personnelle pleine de promesses qui ne resteront, pour finir, rien d'autre que des promesses, nous laissant en compagnie d'un personnage plus incomplet qu'énigmatique, dont on ne comprend jamais réellement les motivations, comme c'est le cas pour tout les autres d'ailleurs.

Il s'agit en effet, comme dans le Schéma Alien classique (parce que, oui - mega scoop - Prometheus est définitivement un prequel d'Alien), d'une équipe de scientifiques confinés dans un vaisseau, en route pour une mission dont l'objectif est de rencontrer une forme de vie extra-terrestre (la grande idée dePrometheus étant la recherche des origines de la vie humaine auprès de "créateurs" extra-terrestres). L'équipe débarque sur la planète tel et tel. Un alien s'infilre dans le vaisseau (en s'infiltrant préalablement dans l'anatomie de l'un des membres de l'équipe). l'Alien zigouille les membres de l'équipe. Problème : si dans Alien chaque personnage avait un rôle bien défini (et était intéressant), ici, on ne sait jamais trop qui est qui, ni qui fait quoi. On nous dit qu'ils sont tous scientifiques mais on doit nous mentir parce que ce sont les plus gros demeurés de la planète... Si vous voulez mon avis, rien de ce qu'ils font n'a de sens, alors qu'ils ne viennent pas s'étonner quand ils se feront charcuter par les petits hommes verts. Mais là encore, pas de problème, dans ce film personne ne s'étonne. Qu'il s'agisse de découvrir, pour la première fois de l'histoire, une vie extra-terrestre, ou de voir tous ses collègues se faire massacrer, tout le monde semble s'en foutre comme de l'an quarante. Le capitaine du vaisseau par exemple : Il est ghetto le capitaine, parce que c'est le noir du film donc, même si c'est certainement un ingénieur de l'espace ou un astro-physicien de génie, il est ghetto. Quand la moitié de la team se retrouve bloquée en territoire Alien, il va se faire un café et leur dit de "chiller-out" jusqu'au lendemain, il les recontactera. Peace. Après il choppe Charlize Theron (hors caméra qui plus est). Chalize Theron elle, elle fait la gueule en permanence, mais on sait jamais trop pourquoi.

Malgré certaines grandes qualités dont je n'ai probablement pas suffisamment parlé ici (l'héroïne sympatoche interprétée par Noomi Rapace notamment), Prometheus n'est pas le miracle que l'on attendait. Je ne prend pas trop de risques en disant ça. Il est cependant d'autant plus décevant pour ceux qui, comme moi, l'ont tant attendu. Pardonnez donc ma critique si sévère, je suis en colère ; contre Riddley Scott, pour avoir osé être moins génial que d'habitude ; contre le plouc qui a écrit le script pour avoir foiré Cowboys VS Aliens et maintenant ça ; mais, pour avoir aimé ce film avant de le voir, surtout contre moi.


Moyenne des avis sur cet article :  3.92/5   (26 votes)




Réagissez à l'article

63 réactions à cet article    


  • King Al Batar King Al Batar 31 mai 2012 10:24

    Bonjour Beatrice et merci pour votre avis.
    Nous avons déjà parlé sur votre article sur Avenger, et je vous avoue avoir adore ce film (comme vous) et donc accorder du crédit à vos critiques.
    Cette fois ci, je vous avoue m’y attendre un peu. A l’inverse de vous, je ne sais pas pourquoi mais je sens que Prometheus sera un peu pourri, alors peut être qu’en allant le voir je serais agréablement surpris smiley.
    Les légendaires films de SF de M Scott datent maintenant de plusieurs décénies, je pense surtout à Alien et Blade Runner. Ensuite il a réalisé des bons films, mais pour moi son dernier film « exceptionnel » c’est Gladiator.
    Donc dans la mesure ou je m’attends à un bon film, mais certainement un peu pourri par des nouveaux standarts de la SF (qui n’existait pas dans les années 80), je n’ai pas grand espoir pour ce film.
    Je reviendrais vous voir quand je l’aurais fini smiley



    • 0fred 31 mai 2012 10:58

      Tout à fait d’accord...film moyen sans plus.
      Visuellement beau mais pauvre scénario mal ficelé qui donne un sentiment d’incohérence et de travail bâclé.
      Dommage d’avoir dépensé 150 millions de $ pour ce faible résultat.

      Au fait Béatrice inutile d’utiliser des anglicismes pour faire plus branché (ou « hype » dans ton style) smiley on comprend très bien ton excellente critique sans...


      • Wendigo Wendigo 3 juin 2012 07:28


        Quoi ? 150 million de $ ??? ça a augmenté tant que ça la place de ciné ?


      • easy easy 31 mai 2012 11:07

        «  »«  on est tout déçu parce qu’on pensait vivre une espèce d’expérience mystique »« 

        En effet.
         Il s’agit bien de cette quête pour beaucoup d’entre nous (Ce beaucoup ayant été réveillé-révélé, dans le cas de Prometheus, par le buzz)

        Et c’est tout à fait comparable, en termes de ressorts, avec ce qui s’était produit dans les époques antérieures »Ah, je vais passer quelques années dans un monastère, je vais y vivre une expérience mystique«  »Ah, je vais aller dans le désert de Syrie, je vais y vivre une aventure mystique«  »Ah je vais partir à Katmandu« Etc.


        La nouveauté éventuelle c’est que depuis le Grand Bleu, l’aventure consiste concrètement à s’installer devant un écran.


        Mais laissons ces détails de forme.

        Vous dites avoir sacrifié vos révisions pour vous préparer à cette révélation.
        Oui, je crois, et ce n’est certainement pas nouveau ni lié à une quelconque crise tant il y en a déjà eu, que quand on est jeune surtout, on a souvent et très clairement à l’esprit ce choix à faire entre les études théoriques (où l’on revit éventuellement les pensées de Voltaire mais par procuration alors) et une expérience réelle à accomplir au détriment des études. Vraiment au détriment des études, il faut qu’il en soit ainsi, il faut ce sacrifice pour que ça marche.

        (Tout ça c’est de l’auto suggestion mais ce n’est pas à railler)

        Il est arrivé à chacun d’être traversé par une fulgurante envie de désobéir aux devoirs et études pour tenter une expérience réelle dont on est alors convaincu qu’elle nous rendra plus riche »J’ai raté mon doctorat mais je sais parler aux dauphins (ou méduses, selon affinités)« 

        Je me demande s’il existe une seule personne n’ayant jamais cédé à cette aspiration au mysticisme.
        Car enfin, peut-on aller voir l’Aveu, le Che, 7 ans au Tibet, Laurence d’Arabie, Apocalypse Now, Danse avec les loups, La leçon de Piano, Microcosmos, Alien, sans se dire préalablement qu’on va en sortir enrichi ?
        Et le sacrifice qu’on est alors prêt à consentir pour vivre cette expérience n’est pas borné au seul prix du ticket de cinéma ou de train. Il nous faut sacrifier quelque chose de plus lourd qui figure dans l’ordre et la routine.


        Enormément de jeunes ont envie de sacrifier leurs études pour cette quête plus personnelle donc mystique. Mais la plupart d’entre nous, bridés par les parents, attendent d’avoir décroché le diplôme pour partir sur la route. Tel Alexander Mc Candless ou Jack Kerouac.



        Pour en revenir au film, il se pourrait bien qu’il devienne, sur ce sujet de l’aventure mystique, le film le plus décevant de tous.

        Car le Grand Bleu (certains avaient payé 80 fois leur place pour le revoir encore et encore) ne promettait aucune Lune. Il ne prétendait que raconter une aventure extraordinaire.
        Chaque spectateur disposait, en le voyant, d’un expace de rêverie intact »P’tet qu’il serait possible de parler aux dauphins et de tenir 10 minutes sous l’eau"
        Idem avec l’Odyssée de l’Espace.
        Idem avec Rencontre du troisième type.
        Ces films laissent un espace de rêve énorme et intact.

        Tandis que Prometheus nous ayant carrément annoncé une révélation majeure et ayant trop prétendu expliciter Le Mystère, il nous coincerait par son encadrement. 
        On sortirait de ce film en ayant l’impression d’avoir fait une visite guidée à la Dysneyland.



        • Thorgal 31 mai 2012 11:41

          Ce genre de film est avant tout fait pour les Nord-Americains. Qu’est-ce que tu veux donc esperer ?


          • emphyrio 31 mai 2012 11:55

            Le battage promotionnel fait toujours autant de dégâts et ce n’est pas sans analogie avec l’offre politique en période électorale...


            • LE CHAT LE CHAT 31 mai 2012 12:56

              j’ai été voir hier soir avec mon fils , de belles images , 2 bonnes heures de détente avec de bons effets spéciaux , mais pas un chef d’oeuvre absolu , c’est pas mal quand même de se poser la question des armes biologiques et manipulations génétiques , et que les extraterrestres ne seraient pas forcement bienveillants à notre égard .............
              c’était une bonne soirée suivée d’un bonne binouze après le film , y’avait rien à la téloche hier soir .................


              • LE CHAT LE CHAT 31 mai 2012 16:21

                salut Stabilobos ,
                il a 19 ans celui là , j’enmènerais pas un mineur dans les troquets , quand même ! smiley

                je crois que c’était juste interdit au moins de 12 ans


              • appoline appoline 31 mai 2012 19:05

                Vous me faites rire tous les deux et cela fait du bien.


                @ L’auteur,

                Quand notre belle jeunesse se met en rogne, ça pète de tous les côtés et c’est bien. Ne loupez pas vos exams, vous n’en serez que plus précieuse.

              • King Al Batar King Al Batar 31 mai 2012 14:41

                enfin autant pour Spielberg et Cameron, je vous rejoins un peu, parce que c’est vrai que Avatar, comparé à Aliens, T2 ou Predator (dont la qualité de ce dernir peut être discuté, mais pas par moi), ben ca vaut pas grand chose. Spielberg, je ne regarde plus depuis bien longtemps.
                Mais Ridley Scott, a quand même initialement placé la barre très très très haute. Alien (dont, on ne le sait pas assez, mais l’environnement et l’univers ont été co-concu par feu Moebius), Blade Runner ou Gladiator, sont quand même légendaire. Dans quelques domaine que ce soit, art comme sport, vous constaterez qu’il est extrèmement difficile d’être constant dans l’excellence...
                Disons que je trouve votre terme descente aux enfers un peu sévère quand on connait le talent du Monsieur. Disons qu’il y a une baisse de niveau. Il fait aujourd’hui de bons films quand auparavant il réalisait des merveilles.


              • François51 François51 31 mai 2012 14:31

                vu la bande annonce, on dirait du Alien avec des effets spéciaux très superieur. il est vrai que le réalisateur, avait moins de moyen en 1979 et le numérique n’existait pas.


                • chapoutier 31 mai 2012 14:32

                  exactement comme pour DUNE en 84, on l’attendais depuis des années ce film, et patatras, la déception à l’état pure, le sentiment qu’on s’est fait prendre pour une bille  smiley


                  • chapoutier 31 mai 2012 14:33

                    .....on l’attendait ......


                  • King Al Batar King Al Batar 31 mai 2012 15:06

                    Les gouts et les couleurs....
                    Si vous parlez du film de David lynch, pour ma part je le trouve très très bon !


                  • chapoutier 31 mai 2012 16:56

                    étiez vous accroc à la série des livres consacrés à Dune ?

                    la grande majorité de ceux là ont eu le sentiment d’etre trahis


                  • chapoutier 31 mai 2012 16:58

                    j’ai ma réponse : 33 ans ! donc pas la même générations que les fondus de Dune. smiley


                  • King Al Batar King Al Batar 31 mai 2012 17:02

                    Exact M Chapoutier, vous avez eu la réponse à votre question.
                    Et non je n’ai pas lu les romans...


                  • chria chria 31 mai 2012 18:21

                    J’ai lu tous les Dune, et j’aime beaucoup le film, pour son esthétisme et ses répliques cultes.


                  • Robert Biloute Robert Biloute 31 mai 2012 19:56

                    pas lu les bouquins non plus, le film de lynch m’a semblé vraiment bien, mais arrive un moment où tout s’accélère, comme si le réal se rend soudain compte qu’il pourra pas tout mettre dans un film. Et là, même sans avoir lu la série, on sent trop les bouquins derrière. ça a l’air vachement dur d’adapter un livre... De ce point de vue la le seigneur des anneaux c’est assez exceptionnel je trouve.


                  • cathy30 cathy30 31 mai 2012 14:50

                    Je ne suis pas encore allée le voir, mais je lui pardonne par avance sachant que ce ne sont plus les réalisateurs qui font les films mais les producteurs.


                    • Vilain petit canard Vilain petit canard 31 mai 2012 15:14

                      Je l’ai vu hier soir, je pense pareil : deux heures d’effets spéciaux hyper-bien foutus, d’une photographie d’enfer, sans scénario, avec des personnages sommaires et pas crédibles, le tout entrecoupés de bondieuseries américaines (le robot « n’a pas d’âme », on parle de rencontrer son créateur toutes les 5 minutes, etc.).

                      En plus, ils auraient dû engager un conseiller en crédibilité scientifique, pas forcément un docteur en astrophysique, hein, un niveau BEPC aurait suffi.

                      Un exemple : les deux savants (dont Noomi Rapace, une archéologue biologiste et pourquoi pas astrophysicienne) examinent la tête de l’ET, qui a plein de boutons noirâtres sur le crâne. Les deux hochent la tête d’un air entendu et l’’une se tourne vers l’autre : « tu vois ce que je vois ? - oui, ce dirait bien que ce sont des cellules qui mutent ». Fermez le ban.


                      • MaxF 1er juin 2012 13:18

                        Quel est le problème de la crédibilité scientifique avec les « cellules qui mutent » ? Lorsqu’il y a des mutations aboutissant à un cancer de la peau, on finit bien par voir les amas de cellules cancéreuses dans la peau, non ? Ou alors c’est l’expression « cellule qui mutent » qui vous gène ? Muter = avoir été soumis à une mutation génétique. C’est l’ADN qui est physiquement touché, mais il en résulte une cellule mutante, soumise à une ou des mutations génétiques. L’expression « cellules qui mutent » est tout-à-fait appropriée


                      • Vilain petit canard Vilain petit canard 4 juin 2012 10:49

                        Vous avez l’air de vous y connaître, vous...


                      • King Al Batar King Al Batar 31 mai 2012 15:15

                        Je ne sais pas quelle est la moyenne d’age des posteurs sur ce site, en ce qui me concerne j’ai 33 ans. Je fais donc partie de la génération jeux vidéo.
                        Et bien je dois vous avouer, mais alors sans hésiter, que si le cinéma de science fiction des années 70/80 était absolument démentiel, de nos jours, les chefs d’oeuvre de la SF sont clairement vidéoludiques...
                        Je pense notamment à Mass Effect, un space opéra en 3 épisodes, d’a peu près 70 heures chacuns, qui sont magnifiques, traumatisant, et véritablement bluffant, tant visuelement que scenaristiquement...
                        Si certains si s’ont frotté, ils savent de quoi je parle.
                        Et c’est dans bien des cas, assez récurent.
                        Dans le domaine de l’épouvante, c’est assez similaire. Jamais un film d’épouvante, même le plus flippant qui soit (l’exorcisme d’Emily Rose pour moi est un des plus marquant) ne pourra procurer l’angoisse et le stress d’un survival horror, ou pir encore d’un bon Silent Hill.
                        Si Avatar ne m’a pas bluffé visuellement, c’est parce que j’ai fini plusieurs Final Fantasy et, entre nous, s’il s’agit d’en prendre plein la vue pour en prendre plein la vu, un final fantay vaut largement 1000 avatars...

                        Il reste toutefois d’excellentissimes films qui sortent encore aujourd’hui, je pense par exemple à Bienvenu à Gattaca, qui ne date pas d’aujourd’hui, mais qui est scenaristiquement et artistiquement, de très haut vol. L’armée des 12 singes aussi.

                        En revanche, je pense que ce Prometheus n’est en rien comparable avec Mass Effect, et pourtant en lisant les topic de l’un et de l’autre, les histoires seraient finalement assez proche.

                        http://fr.wikipedia.org/wiki/Mass_Effect_(s%C3%A9rie)


                        • Qaspard Delanuit Gaspard Delanuit 31 mai 2012 16:30

                          « Chalize Theron elle, elle fait la gueule en permanence, mais on sait jamais trop pourquoi. »


                          Cela est très réaliste. Dans la réalité, un grand nombre de femmes font la gueule en permanence sans qu’on comprenne pourquoi. C’est un mystère que de nombreux cinéastes ont mis en scène sans pouvoir en donner la solution. 

                          • mortelune mortelune 31 mai 2012 16:39

                            Oh ! qu’il est méchant smiley


                          • King Al Batar King Al Batar 31 mai 2012 19:35

                            Moi depuis qu’elle s’est foutu de la gueule de Thierry Henry lors du tirage au sort des poules de la dernière elle m’enerve de toute facon celle la !


                          • mortelune mortelune 31 mai 2012 16:38

                            L’espoir est directement proportionnel au désespoir et inversement. En clair, plus l’on espère quelque chose plus on prend le risque d’être déçu. Je comprend ton sentiment, tu dois rager.

                            Je n’ai pas vu le film et je n’ai aucun intérêt pour les films à gros budget marketing. Ainsi je suis certaine de ne pas être déçue et il est bien possible que je trouve ce film plutôt bien.
                            Merci Béatrice pour tes critiques cinématographiques. 

                            • mortelune mortelune 31 mai 2012 16:53

                              En lisant vos commentaires je me demande si je vais pas ’juste’ le télécharger 

                              Peut-être que le « Prometheus » saison 5 sera meilleur, on ne sait jamais ;o)) 

                            • chria chria 31 mai 2012 18:23

                              Seul le format série peut convenir aux space-op.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Beatrice Thomas

Beatrice Thomas
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès