• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Critique de Civil War

Critique de Civil War

Avant d’être une star adulée de cinéma, Iron Man était un super-héros clé de l’univers Marvel, pierre angulaire des Vengeurs. Son rôle dans l’univers Marvel est devenu progressivement crucial, avec une réelle ascension avec son omniprésence dans l’arc Civil War, œuvre majeure de la dernière décennie Marvel.

Avant de parler de Civil War en tant que tel, il faut expliquer en deux mots la notion de crossover. Le crossover est un comic (ou une BD en général) dans lequel plusieurs héros possédant chacun sa série se retrouvent. Le premier grand crossover de l’univers Marvel a été les Guerres Secrètes (Secret Wars) en 1984. Comme je pourrais en parler pendant 20 pages, je vous propose d’aller yeuter un petit article sur Wikipedia en attendant un prochain dossier sur ces Guerres Secrètes. Les crossovers Marvel ont connu un grand renouveau au début des années 2000 avec ce que l’on appelle « events » (ou évènements en français). Ces grands events ont été entre autres House of M, World War Hulk…j’en passe (chacun pourrait mériter une critique, si ce n’est un dossier)…et bien évidemment Civil War. Autant le House of M est axé sur les X-Men, autant Civil War est complètement axé sur les Vengeurs (Iron Man, Thor, Captain America, Nick Fury…) & les héros Marvel qui s’y rapportent de près ou de loin (les Fantastic Four, Daredevil, Spider-Man…).

Il est difficile de parler de Civil War sans en révéler ses secrets, on va donc présenter le pitch ainsi que les personnages en jeu. Tout commence quand un groupe de super-héros, les New Warriors vont pour une mission dans la ville de Stamford. Au cours du combat contre une équipe de super-vilains secondaires, un New Warrior, Nitro, se fait exploser et tue près de 600 personnes. Cet évènement sert de déclencheur à une psychose voulant recenser tous les super-héros.

Un clash apparaît alors au sein des super-héros, et même au sein même des Vengeurs. D’un côté, une équipe se crée autour d’un Iron Man favorable au recensement des super-héros par le gouvernement américain (les super-héros devenant alors « fonctionnaires », plus ou moins membres du S.H.I.E.L.D et en tout cas surveillés par ces derniers). Une seconde équipe se constitue autour du charismatique Captain America refusant de se soumettre aux volontés politique. Ce dernier estimant que les super-héros sont souvent venus des bas fonds (Luke Cage, Daredevil…) et doivent rester au-dessus des lois car donnant au quotidien leur vie pour le pays. Comme le prédit Captain America, cette loi amène les super-héros à se battre entre eux, déclenchant une guerre civile (Civil War) violente et n’ayant pour seuls bénéficiaires que les super-vilains…

Les héros Marvel étant nombreux, nous vous épargnerons toutes les publications diverses et variées tournant autour de cette Civil War (New Avengers, Luke Cage, Punisher etc…) même si certaines méritent une critique/dossier qui viendra certainement un jour (Thunderbolt, Frontline, Spider-Man…). Nous nous consacrerons donc ici au « Main Event », le comic principal. Ce dernier a été dessiné par Steve McNiven (qui a enchaîné les grandes publications après) et scénarisé par Mark Millar. Ce nom vous dit quelque chose ? Normal, vous venez de le lire dans la critique de Superman – Red Son (ou si vous ne l’avez pas encore fait, courez-y !) et vous avez vu son nom partout car il semble qu’il ait scénarisé un petit comic adapté récemment au cinéma qui s’appelait Kick-Ass (rien que ça). Bref, avec Brian Michael Bendis, Warren Ellis et Paul Jenkins, ce sont un peu les grandes étoiles actuelles du monde Marvel (après les Straczynski & McFarlane). J’exclus volontairement quelques grands comme Kevin Smith, Neil Gaiman, Joss Whedon car ils ne sont pas totalement des auteurs de comics, et aussi Joe Quesada car je lui en veux profondément ;) Donc Mark Millar au scénario et Steve McNiven au dessin, cela ne peux donner que de belles choses…et sur ce point, on peut dire que le but a été atteint.

Au-delà du talent de ses auteurs, Civil War est une œuvre riche par les nombreux axes de lectures qu’elle peut offrir (qui a dit qu’un comic avec un super-héros est un bouquin de gosse ?). Sans avoir la saveur acide d’un Watchmen ou la puissance lyrique d’un Sandman, elle reste par son actualité et sa mise en exergue des instincts humains profonds, une pierre angulaire de la BD actuelle.

Le premier point qui ressort de Civil War est la cause de la guerre : La divulgation ou non de l’identité secrète du super-héros.

L’identité secrète est presque un « have to » de la panoplie du super-héros. Le secret du visage sous le masque une absolue nécessité pour n’importe qui (ou presque…). Il suffit pour cela de prendre l’exemple de quelques stars comme Superman/Clark Kent, surhomme prenant des airs benêts pour cacher son identité au monde. Il en est de même pour Batman (comment le Chevalier Noir pourrait terrifier la vermine de Gotham si l’on savait que sous le masque était présent un homme on-ne-peux-plus banal ?) et autres Spider-Man (oui, il faut protéger Tante May et Mary-Jane voyons !!!). Avec le costume et les supers pouvoirs (ou technologies assimilées), l’identité secrète est donc une pierre angulaire du super-héros.

Et c’est justement cette identité que veut détruire l’équipe structurée autour d’Iron Man. Ce n’est pas pour rien que son supporter n°1 dans cette guerre n’est autre que Red Richards (leader des Quatre Fantastiques), ils sont deux super-héros sans identité secrète. En voulant révéler l’identité des héros, c’est à l’essence même du héros que l’on touche. Et visiblement, toucher à cette essence conduit à une dramatique guerre fratricide.

Derrière le masque se cache aussi surtout une certaine arrogance, une affirmation de son pouvoir. Ce n’est pas pour rien que nos deux super-héros sans identité secrète précédemment cités sont les seuls super-héros à avoir un building gigantesque en plein Manhattan (la Stark Tower pour Iron Man/Tony Stark et le Baxter Building pour les Quatre Fantastiques). Iron Man est le symbole même de ce besoin de pouvoir, cette envie d’être connu et reconnu comme un sauveur. Ils deviennent autant héros que stars (voir la scène de la Stark Expo d’Iron Man 2 ou les fan clubs de la Torche/Johny Storm des Quatre Fantastiques). Cependant, cette arrogance risque à tout moment de faire tomber ces héros du côté obscur…

Opposés à cette arrogance, nous avons des héros qui ne recherchent pas la gloire personnelle, mais qui agissent réellement pour le bien général, qui ont un idéal. C’est le cas de Captain America (il se bat pour le drapeau américain depuis 1945), de Batman (il veut rendre Gotham plus sûre) et de Superman. Ils sont les archétypes des super-héros « parfaits », biens sous tous rapports, animés par un seul but : faire le bien autour d’eux.

Il est intéressant cependant de constater que les héros Marvel les plus charismatiques sont des héros troubles sur ce niveau. En effet, naturellement, en pensant Marvel, on pense Wolverine et Spider-Man, deux personnages à mi-chemin des deux types de héros précédemment énoncés. Ainsi, bien que Wolverine lui-même ne connaisse pas sa véritable identité, il sait toujours être là, généreux mais sombre, d’une fierté et arrogance sans égale mais profondément mû par un désir de faire le bien au plus profond de lui. De son côté, Spider-Man est né d’une désillusion. Voulant être célèbre et négociant son contrat (il recherchait la célébrité en tant que catcheur), il laisse échapper le tueur de son oncle, ce qui lui fait prendre conscience qu’un « grand pouvoir implique de grandes responsabilités ». Par la suite, il cachera donc son identité afin de faire sans relâche le bien, en grande partie par sa culpabilité. Cependant, dans Civil War, c’est d’abord du côté d’Iron Man qu’il se tournera (tel le catcheur arrogant qu’il voulait être) avant de basculer du côté des New Avengers de Captain America (il découvre son erreur et souhaite redevenir secret…).

La lutte entre Iron Man & Captain America semble donc être une lutte entre deux personnalités, le super-héros cherchant la reconnaissance contre celui recherchant le bien commun…Et au milieu certains hésiteront longuement, d’autres moins…

Mais derrière cette « banale » bataille de super-héros, c’est à de brûlants sujets d’actualité que s’attaque Mark Millar.

Tout d’abord, il faut savoir que Civil War a été écrit durant la présidence de Georges W. Bush et symbolise de fait une action majeure de ce dernier, le Patriot Act. A titre de rappel, cette loi votée par le président Bush a accentuée les droits de l’Etat pour enquêter sur le terrorisme intérieur comme extérieur et a été perçue par beaucoup comme une possible atteinte à la vie privée des citoyens…

Tiens tiens tiens…une loi se revendiquant patriotique (Patriot Act), ne pensons nous pas alors à une loi allant dans le sens du héros le plus patriotique de l’univers Marvel : Captain America ? Et pourtant, cette loi est une atteinte à la vie privée…donc à l’identité secrète du super-héros ? La guerre civile des héros Marvel peux alors être interprétée comme une image, une métaphore de cette loi, cette période de la vie des USA qui a vu la notion sécuritaire attaquer la vie privée de tous au nom d’un sentiment patriotique fort…pourtant bien loin de cette atteinte à la vie privée pourtant reconnue dans la constitution des Etats-Unis, socle du patriotisme américain.

Au-delà de cela, nous pouvons aussi voir dans Civil War la disparition de cette Amérique des années 50-60 généreuse et paternaliste (du moins dans l’imagerie collective) symbolisée par Captain America. Cette Amérique maintenant remplacée par une nouvelle plus individualiste, mercenaire et n’agissant que dans son propre intérêt (doit on y voir une critique de l’invasion de l’Irak ?). Cet individualisme n’étant pas sans rappeler l’attitude de Tony Stark…

Enfin, et vous le découvrirez en lisant l’œuvre, c’est aussi l’absence de dieu (dans le sens d’une force supérieure) qui cause cette guerre. Cette absence est symbolisée par la cruelle disparition de Thor, seul personnage visiblement à même de calmer cette guerre, Thor inexistant, disparu durant le Ragnarok. L’absence réelle d’une croyance serait donc une nouvelle raison de cette guerre civile.

Mais on s’égare on s’égare, et l’on oublie que ce dossier touche à sa fin…il faut donc conclure comme il se doit…par les impacts de cette guerre civile sur l’univers Marvel.

Civil War, vous l’avez compris, entraîne une séparation, une division au sein des héros, division ayant pour pierre d’achoppement la question sécuritaire et par cela même, la question de l’identité secrète du super-héros.

Civil War est le début d’un cycle long et bien plus adulte que ce que Marvel nous a donné jusque là, début d’une déchéance, pente glissante vers un monde noir, fou, gouverné finalement par ceux qui ne devraient pas être là…mais ça, c’est une autre histoire…

Source


Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • King Al Batar King Al Batar 14 mai 2010 12:05

    Perso j’ai adoré Civil War et j pense que c’est le meilleur crossover et meme aventure marvel que j’ai lu depuis au moins 10 ans.

    En fait je me suis un peu détourné des comics au moment ou les colorisations se sont fates par informatique. Légèrement vieux jeu, mais surtout attaché au trvail de dessin manuel, je préfèrai l’ancienne texture, mais bon il faut s’habituer.

    ATTENTION SPOILER :

    je trouve cela très bien que Marval fasse mourrir le captain, comme je le disais lors d’un precedent sujet, c’est très intelligent car le cpt se serait engouffré sur une pente glissante. En effet, avec la politique actuelle, les états unis ne génèrent plus la même attirance que durant la guerre froise. Un heros respirant le patriotisme exarcérbé n’a donc plus sa place. Autrefois habitué à combattres les nazis, il y aurai eu un risuqe à ce qu’on le voit combattre trop de fois des terroriste musulmans extrémiste ce qui risque de mal passé.

    De toute facon j’ai toujours trouvé que Marvel a géré avec beaucoup d’intelligence la mort de ses super Heros, du cpt, au captain Marvel, qui je le rappelle est décédé en 1982 du cancer, et ce dnas le but d’informer la population que le cancer tue tout le monde, même les plus grands super heros.

    Pour ma part mes crossover préféré restent les Defi de Thanos et autre Croisade cosmique de Mr Starling. Thanos est quand même ce qui se fait de mieux en terme de mechants absolu. Personne ne peut le tester, même pas Cell je pense ! et encore moins Death Vador....


    • Kurt 14 mai 2010 17:19

      Je dis ça je dis rien...mais attention quand aux morts des super-héros Marvelliens... Après Civil War vient Secret Invasion, puis Dark Reign, puis Siege...

      Si tu ne veux pas être spoilé, ne regarde pas la couverture de Siege ;)


    • Bouzi Bouzouf Bouzi Bouzouf 14 mai 2010 14:39

      Bouzi Bouzouf ne connaissait pas cette série Marvel. Après avoir parcouru en diagonale cet article, il a tellement été alléché qu’il est allé illico sur un site de vente en ligne pour le commander (le premier volume, en fait, car une édition toute récente propose ce comic en trois parties).

      Merci à l’auteur de lui avoir fait découvrir cette BD qui, il espère, le comblera.


      • King Al Batar King Al Batar 14 mai 2010 14:54

        Ben crois moi tu vas pas le regretter, les bouquins sont un peu cher mais ca le vaut bien. Belle reliure, belle couverture, papier glacé, bien coloré.

        Histoire démencielle a vous couper le souffle et une fin tragique. Bref une perle, largement au dessus en terme de scenarion que tout ce que Marvel peut faire en film...


      • Bouzi Bouzouf Bouzi Bouzouf 14 mai 2010 15:08

        @ King Al Batar : « les bouquins sont un peu cher »

        Oui c’est vrai mais puisque tu dis que ce livre est démentiel, Bouzi ne regrettera sûrement pas d’avoir dépensé une somme quelque peu élévée pour son achat.

        Sinon, Bouzi est d’accord sur le fait qu’un comic papier ne sera jamais remplacé par les adaptions filmiques mais il faut noter que celles-ci ont tendance à être de bien meilleurs qualité depuis deux-trois ans. Ainsi, il y a tout un monde entre le mauvais dyptique sur les Quatre Fantastiques et le « The Dark Knight » de Nolan. De même entre l’horribe « Dardevil » avec Ben Affleck et les deux « Iron Man ».


      • King Al Batar King Al Batar 14 mai 2010 15:33

        C’est vrai je suis d’accord avec toi pour les adaptations cinématographiques, meme si j’’avais aussi bien aimé le premier Batman de Burton avec Nicholson en joker.

        Enfin il ne vaudra pas celui de Dark Knight quand même.

        Ce film m’a quand vraiment surpris pour un point. Pourquoi la meuf de Batman et de Bruce Wayne (un super gros milliardaire) elle est moche comme ca ???!!

        Putain le jour ou je devient Milliardaire et super heros, il y a interet que ma meuf soit super bonne, au minimum !!!!

        Sinon je suis assez d’accord sur ta remarque, mais je dois t’avouer que gamin je reveis tellement de voir des films de super heros, que je suis rester très bon public. Donc il y en a plein qui sont moyens mais que j’aime bien quand même. Après il y a aussi les grosse merde style Daredevil, Electra et Wolverine (qui était vraiment un gros gachis). Mais bon Daredevil c’est pas facile quand même, c’est un petit héros de quartier qui se bat contre des mafieux, c’est pas le type qui va sauver le monde. Je pense que c’est certainement l’un des super heros les plus dur a faire en film. Et normalement, dans ce genre de cas, on palie l’absence d’action et de scene epoustouflate (car DD n’a pas de pouvoir epoustouflant non plus) par un bon scénario.... Bon la c’etait vraiment pas le cas, et en plus Ben affleck était ridicule...


      • Kurt 14 mai 2010 17:24

        et encore, il faut voir qu’un film est en préparation sur Luke Cage... :S


      • Bouzi Bouzouf Bouzi Bouzouf 14 mai 2010 18:29

        @ King Al Batar : « Je pense que c’est certainement l’un des super heros les plus dur a faire en film. »

        Tout à fait. Pour les raisons que tu dis et parce que Dardevil est victime d’un bouleversement de ses cinq sens (cécité, super ouïe), ce qui est très difficile a représenter cinématographiquement. Et si le film avec Affleck était aussi mauvais, c’est également parce que cette donnée essentielle inhérente au héros était traitée absolument n’importe comment.


      • non666 non666 14 mai 2010 15:20

        Moi j’ai adorré les elections présidentielles françaises.
        C’est le meilleur cross-over français.

        Les super-vilains sont tous sortis de l’Ombre pour se mettre au service de Talonette, dont l’identité est restée secrete mais qu’on sait etre un personnage central de l’etat français.
        Les « fils de Sion » ont rejoint les « Ultra-Liberaux » et avancent desormais en plein jour, protegeant leur Maitre.
        Les « gauche-caviar » , hiers leurs ennemis , et les « gaulistes-sociaux » semblent etre eux aussi dans le meme camps.

        Au debut de la serie, on flippe, on a l’impression que tous les super-heros sont dans le meme camps.


        Mais d’un seul coup , le premier resistant apparait en sortant de la boulangerie : c’est super-dupont armé de sa baguette .
        Il porte un pin’s terrible, l’arme secrete du VRAI français .
        Sur le sien il est ecrit : « vérité sur le 11 septembre » et d’un seul, en face, cela rigole moins.


        • King Al Batar King Al Batar 15 mai 2010 09:27

          Tu vois pas qu’on en a rien a foutre de tes conneires d’elucubration de malade mentale persécuté par les sionistes.

          Va foutre ton bordel dans des forum qui parle de ce que tu as envie de parler, et pas nous faire chier avec tes conneries qui n’ont rien a voir avec le sujet !


        • stephanemot stephanemot 15 mai 2010 02:08

          ’Secret Wars’ ne valait pas un clou, symbolisant a mes yeux le pire des annees 80 chez Marvel : un scenario leger, une confrontation totalement artificielle, des personnages aussi gonfles et creux que Rambo, un Deus ex Machina grotesque, le cross-over pousse au dela des limites du ridicule... Penible et embarrassant.

          Je ne connais pas ’Civil War’, mais sur le papier cela me parait plus dans la grande tradition ’societale’ de la maison : on voit par exemple clairement les allusions aux debats autour du Patriot Act.

          J’y vois surtout une tentative de reproduire le chef d’oeuvre de Chris Claremont, le premier veritable graphic novel de Marvel : « X-Men : God Loves, Man Kills »*, un brulot contre le racisme et le fondamentalisme Chretien US et une brillante redistribution des cartes dans cet univers parallele. Sans conteste le meilleur des annees 80 pour la bande a Stan Lee, au moment ou Frank Miller revolutionnait Daredevil.

          * en Francais « Dieu cree, l’homme detruit »

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Kurt


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires