• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Cro-Magnon l’écolo

Cro-Magnon l’écolo

Quand l’homme sage n’était qu’une espèce rare…

« Nul ne sait si l'homme préhistorique était sensible aux senteurs des fleurs. » Alain Gullino

C’est par là que commencent les 100.000 ans d’histoire des 4.000 générations de notre drôle d’espèce.

Les hommes gravaient et peignaient déjà le monde animal il y a 350 siècles… C’était bien avant le numérique, l’argentique, le papier, le parchemin, le rouleau de papyrus, la plaque d’argile…

Bien qu’en mal de supports, l’homme cherchait déjà à communiquer, à témoigner de la beauté, mais aussi de la peur que pouvaient lui inspirer les espèces compagnes et les fondamentaux naturels de son bien court transit terrestre. C’est la préhistoire de l’écoconscience.

Les graffitis originels de l’art pariétal constituent le grand événement du Paléolithique supérieur. De la plus fruste de son expression de l’Aurignacien (-35.000 ans) jusqu’à son apogée au Magdalénien (-13.000 ans), nos lointains ancêtres s’affirment comme épris de la représentation artistique du monde animalier et du concept écologique de leur époque.

Le bestiaire légué s’affiche pour nous comme la mémoire vive de l’homme de la préhistoire : mammouth, rhinocéros, aurochs, renne, bison, cheval, ours, lion, panthère, bouquetin, hibou… La reproduction de l’inventaire zoologique s’avère être d’excellente facture, avec des effets de perspective, d’estompe, des superpositions, des dégradés, des sensations de relief et de bichromie. Ces gravures et ces peintures rupestres des abris sous roche de France et de Navarre, se retrouvent aussi loin que chez les Bushmen d’Afrique du Sud.

Ces témoignages du quotidien environnemental des premiers âges de l’humanité illustrent la naissance du documentaire. Arthus-Bertrand de son époque, Cro-Magnon plaçait sans le savoir l’écologie au cœur de ses thématiques. Il n’avait d’ailleurs pas d’autre choix d’inspiration !

Interdépendant de son milieu et des éléments, pétri par la naturalité première, n’ayant pas encore commis l’intelligent outrage d’humaniser la Nature, à la fois proie et prédateur, chasseur et chassé, ses rapports houleux avec l’environnement ne l’ont pas empêché de lui rendre hommage.

En dépit des moyens frustres à disposition, Cro-Magnon s’accomplit il y a bien longtemps de son devoir de mémoire, en réussissant l’un des rêves de l’homme moderne : transmettre aux générations futures les images du monde dans lequel nous vivons.

Avant l’homme à la massue, avant l’animisme, avant la magie, avant l'Homo religiosus bricoleur de faux dieux, avant la raison et le progrès, c’était l’homme au biface et au gravoir, premiers outils de la banque des savoirs.

Documents joints à cet article

Cro-Magnon l'écolo

Moyenne des avis sur cet article :  3.4/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • Marc Viot Marc Viot 2 novembre 2011 09:25

    Cromagnon, le premier être harmonieux.

    Que ne savons nous recréer cette luxueuse harmonie aujourd’hui ?

    Une idée pour se projeter - La voie elfique :
    https://www.facebook.com/groups/lavoieelfique/doc/259621667417760/


    • astus astus 2 novembre 2011 11:06
      Bonjour Michel Tarrier,
      Vous écrivez :
      « De la plus fruste de son expression de l’Aurignacien (-35.000 ans) jusqu’à son apogée au Magdalénien (-13.000 ans), nos lointains ancêtres s’affirment comme épris de la représentation artistique du monde animalier et du concept écologique de leur époque ».
      Pourtant la grotte Chauvet, qui date de l’Aurignacien (-31000 ans) n’est pas vraiment d’une expression moins accomplie que les sites postérieurs (Cosquer, Lascaux ...etc.). Quant à la référence avec l’écologie, c’est une perspective contemporaine qui leur était certainement assez éloignée : les hommes de cette époque, que nous ne distinguerions probablement de nous s’ils étaient élevés dans notre monde actuel et de la même façon que nous, étaient des prédateurs comme nous le sommes nous-mêmes. Mais ils étaient plus dépendants de leur environnement et probablement davantage en phase avec celui-ci pour des raisons de survie immédiate. Toutefois les représentations rupestres nous interrogent plutôt du côté de leur spiritualité et de leur représentation sociale du monde, par delà toutes les inventions « technologiques » de cette époque : représentation du mouvement, de la profondeur de champ, du relief, de la perspective...qui ne seront redécouverts que beaucoup plus tard ! Ceux qui ont peints dans ces grottes participaient certainement à des cultes initiatiques réservés à une caste privilégiée, et à des apprentissages ...au dessin. En tout cas, à la lueur des torches, et avec un plafond très bas, ils risquaient à chaque fois leur vie en pénétrant dans ces grottes ...par épuisement d’oxygène, et devaient probablement travailler très vite pour cette raison.
      Bien cordialement.

      • foufouille foufouille 2 novembre 2011 11:12

        il chiait et pissait a cote de la grotte
        balancait les restes dehors et mourrait jeune
        il avait meme pas d’ordi en feuille morte


        • zadig 2 novembre 2011 14:15

          Bonjour,

          Je « m’autorise à penser » (Coluche)  :

          1) Que la nourriture de ces hommes était exclusivement bio
          2) Qu ’ils n’utilisaient aucun pesticide
          3) Pas d’OGM non plus
          3) L’eau était pure ( sauf remarque de Foufouille )

          Bref ,ils étaient écolos 100%

          En plus ; pas d’impôt, de MLF, de LICRA, etc

          Bref, ils étaient heureux

          Salutations


          • LE CHAT LE CHAT 2 novembre 2011 16:25

            il n’avaient pas l’euro, pas de blackberry , pas de PS3 , pas d’amis sur facebook , ils étaient peinards ......


            • Nautile 2 novembre 2011 16:38

              Il leur fallait une palanquée d’enfants pour espérer avoir quelques successeurs lorsqu’ils devenaient bien vieux à l’aube de la quarantaine.
              Toute leur vie ils étaient à la merci d’une bactérie un peu agressive, d’un fauve qui passait sur leur chemin, d’un autre clan qui empiétait sur leur territoire.
              Ils mangeaient bio des légumes pas lavés, pas cuits quand ils en trouvaient.
              A par cela quelle belle vie !


              • Nautile 2 novembre 2011 16:38

                A part cela


                • zadig 2 novembre 2011 18:29

                  A l’auteur,

                  Un petit complément à votre article.

                  Vous avez oublié le pingouin de la grotte Cosquer.
                  Très important ce pingouin, cela indique une température plus basse de l’eau
                  de mer..
                  Il faut noter ces mains positives et négatives (avec parfois des doigts manquants)
                  La signification de ces mains nous échappe.
                  Autre remarque de très rares représentations humaines.
                  (un homme mort ! le sexe en érection )
                  (pas de vénus ! )
                  Petite remarque le hibou est plutôt une chouette hulotte.
                  Une remarque de fond des études récentes montrent que la progression
                  de la qualité des représentations n’étaient pas linéaire dans le temps.

                  .

                  Salutations

                   

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès



Partenaires