• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Curtis Mayfield, ombre musicale portée de Martin Luther King

Curtis Mayfield, ombre musicale portée de Martin Luther King

« Interdit aux Noirs et aux chiens », cette pancarte honteuse accrochée à la vitrine d’un bar de la Nouvelle-Orléans m’avait profondément choqué.

Durant l’été 72, au sortir du lycée, avec mes meilleurs potes, nous nous étions envolés pour New York dans une totale improvisation. Une échappée belle dans un grand pays que, naïvement, nous imaginions libéré de ses démons ségrégationnistes.

Empruntant des chemins assez inédits pour l’époque, au cœur de l’Amérique profonde, nous avions été saisis par les poches de misère frappant les populations noires, le long des rives du Mississippi. Une musique avait alors bercé et marqué à jamais ce périple : celle de Curtis Mayfield.

S’il est une tonalité soul aisément reconnaissable entre toutes, c’est bien la sienne. Avec sa voix haut perchée, sensuelle, Curtis Mayfield délivre dans les années 60-70 un phrasé de guitare délicat (flowing) rehaussé de textes aussi ciselés qu’engagés, tranchant avec la mièvrerie caractérisant bon nombre d’artistes de chez Motown.

Né en 1942, dans un ghetto de Chicago, de parents pauvres, l’enfant est très tôt nourri et bercé au gospel par sa grand-mère. A l’âge de 7 ans, il se familiarise avec la guitare, pour ne jamais la lâcher, au point de dormir avec... parfois.

Dans le bouillonnement qui accompagne les années 60-70, sur fond de revendications sociales des ghettos noirs, le grand mérite de Curtis Mayfield aura été de réussir à faire passer pour politiquement correct auprès du grand public ses protests songs grâce à sa science du verbe et du rythme.

Des titres comme Ghetto Child ou Power to the People suffisent à décrire son inclinaison politique, des textes engagés qu’il discipline sous une voix suave, sa marque de fabrique pour appeler à plus de justice sociale.

En alternant textes aux inclinaisons poétiques sur l’amour, le respect, et paroles empruntant à la "liturgie" de Martin Luther King, invitant à la lutte pour les droits civiques autant que contre la drogue et les dealers, Curtis Mayfield ne fait là que se montrer fidèle aux préceptes du pasteur et aux prêches de sa grand-mère.

Producteur et compositeur, guitariste adepte de la pédale WhaWha (il aurait inspiré Jimmy Hendricks), Curtis Mayfield se signale par des chorus sophistiqués et des arrangements innovants, parfaitement accordés à son falseto.

Bien qu’il ait marqué les années 60-70 de son empreinte grâce à des hits surpuissants qui ont fait le tour de la planète comme Soul Music, Move on up, Ghetto Child, Freddie’s Dead, Pusherman, People get Ready, Keep on Pushing, sa carrière en France fut relativement discrète.

A l’instar d’Isaac Hayes et son fameux Shaft, on retiendra surtout le succès de composition de la bande originale de Superfly, qui marquera son apogée. Superfly est ce film qui a permis de révéler au grand public l’univers sordide des ghettos noirs d’Harlem, sur fond de drogue, de misère sociale et de crime.

La mode du disco a probablement précipité sa chute de popularité, tout autant que les idéaux blacks considérablement affaiblis après l’assassinat de Martin Luther King en avril 68.

L’homme restera cependant très actif dans les années 70-80, en continuant de se produire sur scène, suivi par d’indéfectibles fans, malgré une baisse de régime.

En 1990, alors qu’il se produit sur scène, il est sévèrement touché par l’effondrement d’une rampe d’éclairage. Paralysé de la tête au pied, il survit péniblement, aidé en cela par une poignée de fidèles du show-biz, dernière source de réconfort pour un homme qui tentera un ultime sursaut éprouvant, en enregistrant un dernier album, allongé sur le dos.

Sa santé décline brutalement après une amputation causée par un diabète tenace. Il s’éteint très discrètement le 26 décembre 1999 à l’âge de 57 ans, entouré des siens et sans avoir vu le nouveau siècle.

Considéré par certains comme le père de la soul moderne, il laisse un héritage essentiel. Des chanteurs comme Prince n’ont sûrement pas été insensibles à son influence. Nul doute qu’il revivra bientôt dans le cœur des prochaines générations.

Curtis Mayfield est un grand monsieur, talentueux et modeste, qui a fait rayonner la musique populaire afro-américaine pendant une bonne décennie et qui de ce fait et de par son engagement personnel mérite une place à part dans nos cœurs.

MLK & CM Best memories


Moyenne des avis sur cet article :  4.1/5   (31 votes)




Réagissez à l'article

78 réactions à cet article    


  • morice morice 14 avril 2008 10:25

     Pas un mot sur son séjour à Ostende, en Belgique ? on reste coi.

    L’Ami ostendais de Marvin Gaye :
    En 1981, Marvin Gaye, le géant de la soul music, jeta l’ancre à Ostende, ville de bord de mer en Belgique, à l’invitation de Freddy, " l’ami ostendais ", curieux colosse qui tenait avec sa femme Frida une pension de famille vétuste non loin de la digue . De la rencontre et amitié avec Richard Olivier seront issu un documentaire et un libre.

    Plus d’infos sur http://users.skynet.be/fa064676/francais/genfilmsmarvin.htm


    • snoopy86 14 avril 2008 10:44

      Salut Johan

      Quant on voit le premier troll sur ton article on regrette Lerma...

      Et grâce à lui tu as pu démarrer ta publication avec 100% ce votes négatifs...

      Sandro, réveille Tony !!!

       


    • SANDRO FERRETTI SANDRO 14 avril 2008 12:33

      OK, envoie l’adresse.

      Je fais chauffer la moto.


    • SANDRO FERRETTI SANDRO 14 avril 2008 12:35

      Bonjour, excavateur des gisements oubliés.

       

      Je ne connaissais pas Mayfield. J’ai donc appris ce matin, ce qui n’est tout de méme pas le cas tous les jours, avouons le...)


    • Yohan Yohan 14 avril 2008 12:45

      Ils ont en commun le même musique et les destins tragiques. Pourquoi faut-il que les grands musiciens meurent tragiquement ??


    • snoopy86 14 avril 2008 13:29

      @ Sandro

      Pour Tony

      Description de l’individu par Maxim, chef physionomiste de notre tripot de Zozoville :

      "des yeux globuleux ,une coiffure certainement fabriquée par une grande frayeur soit par une explosion de cocotte minute ....

      la moustache qui orne une bouche béante édentée ,ces doigts monstrueux faits pour s’acharner sur un clavier ....

      un pull tout droit sorti des surplus de la Redoute de Roubaix ......."

      L’adresse :

      Centre Culturel et Mosquée des Musulmans de Tourcoing, 32 rue Bus, 59200 Tourcoing

      @ Johan

      J’ai moi aussi appris quelque chose

      Il est toutefois extrêmement regrettable que tu n’aies pas consulté momo, rédacteur en chef, avant d’écrire cet article. Nazillon, va !!!



    • nostromo 14 avril 2008 22:36

      Faut ajuster vos lunettes cher Morice, l’auteur parle de Curtis mayfield et non pas de Marvin Gaye, c’est donc normal  qu’il ne mentionne ni Ostende , ni Lille. et si c’est du second degre , je vois vraiment pas ou vous voulez en venir , a part un gros troll velu sorti des bois ???

      @l’auteur : merci pour cet hommage , mais il n’est pas complement mort, de nombreux producteurs de la scene house entretiennent la legende regulierement comme Louie Vega, Blaze, King Britt, Maurice Joshua, il sera copié, samplé , remixé pour l’eternité et pour notre plus grand plaisir.

      Personellement si je dois n’en prendre qu’une c’est "Move on up", et comme curiosité la reprise de Freddie’s Dead par Fishbone

      soul powa


    • Yohan Yohan 14 avril 2008 22:46

      J’aime bcp freddy’s dead, mais j’ai un faible pour Pusherman qui me fait toujours penser à Starsky et Hutch


    • morice morice 14 avril 2008 10:55

       j’ai même pas donné de points au vote : ni négatif, ni positif... en 81 on pouvait même croiser Mayflield à Lille, avec son pote Freddy !! dommage de ne pas en parler, c’’est tout... ou même l’écouter à la radio locale !! 


      • Yohan Yohan 14 avril 2008 11:04

        S’il était passé à Tourcoing, j’en aurai parlé. Mais à Lille pfuuiiiiit


      • sven 14 avril 2008 11:20

        Hello,

        Merci pour l’article.

        Comme autre poête afro américain, il y a aussi l’inoubliable Gil Scott Heron qui décrit très bien la condition des noirs américains dans ses oeuvres musicales et ses romans (le vautour est un vrai chef d’oeuvre)

        --- Sven


        • Gazi BORAT 14 avril 2008 11:20

          @ l’auteur

          Merci pour cette évocation de Curtis Mayfield que j’ai découvert avec le film Superfly... Excellente b.o, excellente photographie et anecdote sulfureuse : un gang du Lower East Side aurait participé à la production du film.. Dans le genre "blaxploitation", il reste mon film préféré..

          J’ai vu il y a peu des photographies de l’état actuel de la cadillac customisée "pimpmobile" (une épave) et en vente sur un site américain spécialisé "sneedco.com" mais un problème technique m’empêche de mettre les photographies en lien..

          Après cette découverte de la musique de Curtis Mayfield par le biais de ce film, je suis remonté dans sa carrière et aujourd’hui, j’apprécie encore plus ce qu’il produisit avec les "Impressions". Sa voix est inégalable et je recommande :

          "I’ve been trying"

          gAZi bORAt

           

           


          • Pierre de Vienne Pierre Gangloff 14 avril 2008 11:25

            Merci pour cette évocation, aux racines, de la musique qui continue à nous accompagner. A quand un article sur Eric Burdon et son groupe War ?



              • Gazi BORAT 14 avril 2008 11:40

                Une évocation d’un film contemporain du "Superfly" ci-dessus évoqué, à la bande son toute aussi excellente (Bobby Womack et JJ Johnson) dont je ne peux résister à montrer cet extrait :

                http://fr.youtube.com/watch?v=4g_JbXQqlLI&feature=related

                gAZi bORAt


                • Gazi BORAT 14 avril 2008 12:58

                  et enfin, pour les amateurs :

                  la bande annonce de "SUPERFLY"

                  http://fr.youtube.com/watch?v=AmZjD2UWoso

                  et celle d’un autre chef d’oeuvre de Mr Gordon Parks Jr, : "Hell up in Harlem"

                  http://fr.youtube.com/watch?v=qH2PIu6TAzw

                  Et enfin, last but not least, "Shaft"

                  http://video.google.com/videoplay?docid=3900260051328790803&q=shaft%2Btrailer&total=115&start=0&num=10&so=0&type=search&plindex=0

                  gAZi bORAt

                   


                • Yohan Yohan 14 avril 2008 13:06

                  @ Gazi Borat

                  Merci pour les liens. Toujours pointus


                • Gazi BORAT 14 avril 2008 13:25

                  @YOHAN

                  On a dit du cinéma de "Blaxploitation" qu’il combinait deux morales : celle du "pimp" (maquereau), prêt à tout pour s’en sortir et celle (à rapprocher de Curtis Mayfield et de Martin Luther King), du gospel..

                  Même s’il s’agit d’un cinéma de divertissement et d’exploitation à visée communautaire, un discours politique apparait dans nombre de films.. Un témoignage d’une époque révolue..

                  Aujourd’hui, même si une certaine Condoleeza est montée sur le podium, la situation des afro-américains, en dehors d’une certaine bourgeoisie-vitrine, est loin de s’être améliorée au "Pays de toutes les opportunités"..

                  gAZi bORAt


                • Yohan Yohan 14 avril 2008 14:27

                  @Gazi Borat

                  Il suffit de regarder ce qui s’est passé après le passage de l’ouragan Katrina qui a permis d’entrevoir la précarité des populations noires qui était déjà la leur avant le désastre


                • Gazi BORAT 14 avril 2008 16:42

                  Allez... une petite gâterie, la bande annonce de :

                  "Blacula", le vampire noir..

                  A noter la dimension politique évidente : Blacula est un prince africain vampirisé au début du film par des esclavagistes européens.... et il ne craint pas les balles des "cops" et autres "pigs" !

                  http://video.google.fr/videoplay?docid=1077621029788488561&q=blacula&total=112&start=0&num=10&so=0&type=search&plindex=0&hl=fr

                  gAZi bORAt

                   


                • Yohan Yohan 14 avril 2008 19:55

                  @ Gazi Borat

                  Génial ce Blackula. Franchement, on se demande ce que font les programmateurs de télé. Il y aurait de quoi proposer un programme alléchant avec tous ces nanars chouettes


                • armand armand 14 avril 2008 21:11

                  Merci Gazi !

                  Blackula est d’autant plus intéressant qu’une lecture fructueuse de Dracula de Bram Stoker fait apparaître la peur de la ’colonisation à rebours’. La grande terreur des chasseurs de vampire est que le comte transylvanien ne vienne essaimer en Grande Bretagne et s’emparer de leurs femmes (je me souviens d’une citation du roman, où Dracula lance à ceux qui veulent le détruire : ’Toutes les femmes que vous aimez m’appartiennent déjà !)


                • morice morice 14 avril 2008 15:19

                   Yohan s’amuse au descriptif lourdingue et salopard de Maxim, ex-militaire facho ? Très bien, on retient. Et on lui rappellera au moment opportun : quand on s’en prend ainsi aux individus ,c’est qu"on a rien à dire. Ça tombe bien, c’est comme pour cet article sur Mayfield, qui n’est qu’une vague nostalgie sans analyse aucune. Mais il y a pire encore : celle de ne pas être fichu de citer Gill Scott Heron, à côté duquel Gaye fait bien petit... Minuscule, même serait -on tenté de dire... Rien sur Butler non plus. Mais c’est bien ça la culture : on s’entiche d’un seul truc en croyant tout savoir. Finalement, Yohan a aussi peu de culture que Maxim ou Snoopy 86 : ce qui n’est pas peu dire il est vrai... Finalement, je vais mettre un moins, à tout peser... 


                  • snoopy86 14 avril 2008 15:38

                    "Yohan s’amuse au descriptif lourdingue et salopard de Maxim, ex-militaire facho ? Très bien, on retient. Et on lui rappellera au moment opportun "

                    Tout Morice est contenu dans ce magnifique commentaire. Tremble Johan, tremble...

                     


                  • Yohan Yohan 14 avril 2008 16:33

                    La menace. Momo ne connait que ça. Soit on est avec lui soit on est étiqueté Nazi.

                    Momo t’es un grand malade qui s’ignore


                  • snoopy86 14 avril 2008 16:45

                    méfie-toi quand même...

                    maxim m’a fait passer une photo pour Tony

                    http://craighodgkins.files.wordpress.com/2007/08/max86.jpg

                     


                  • Yohan Yohan 14 avril 2008 22:55

                    De toute façon, Momo ne se donne même pas la peine de lire les articles. ça se voit au tissu d’incohérences qu’il débite ici


                  • armand armand 14 avril 2008 15:34

                    Yohan :

                    Merci pour cette belle évocation d’un grand musicien ! Merci Gazi pour les liens et commentaires supplémentaires.

                    Quant à la pancarte que vous citez, je me rappelle que la première fois que j’ai traversé la "Mason-Dixon Line" avec mes parents au milieu des années soixante ma mère m’a expliqué le sens véritable du panneau d’apparence anodine qui trônait sur le comptoir d’une cafet’ : "Le patron se réserve le droit de servir qui il veut". Euphémisme glaçant, bien entendu.

                    Les cinéphiles se souviendront que ce même panneau provoque la bagarre homérique entre Rock Hudson et le patron de la cafet’ à la fin de "Giant". 

                     


                    • snoopy86 14 avril 2008 15:49

                      Armand et Johan

                      Je connais bien le Sud où j’ai d’excellents amis, la Louisiane en particulier. Les choses ont évolué mais n’ont pas changé sur le fond. La ségrégation n’est plus aggressive mais s’est muée en apartheid consensuel à la satisfaction des deux communautés.

                      On envoie quelques blacks au city-hall, on en admet deux, trois au Lions ou au club de golf (choisis de préférence parmi ceux qui ne jouent jamais) pour donner des gages aux yankees, on partage seulement la musique...

                       


                    • Gazi BORAT 14 avril 2008 16:04

                      @ armand

                      Special dédicace - La bande annonce de "Coffy" :

                      http://video.google.fr/videoplay?docid=9175041913957288567&q=coffy+pam+grier&total=26&start=0&num=10&so=0&type=search&plindex=0&hl=fr

                      et celle de "Black Caesar"

                      http://video.google.fr/videoplay?docid=8759804129987670335&q=black+caesar+trailer&total=12&start=0&num=10&so=0&type=search&plindex=0&hl=fr

                      Une question culturelle pour armand (je n’ai pas la réponse) :

                      pourquoi dans ces films "blaxploitation" les malfrats utilisent-ils systématiquement des armes allemandes, moins courantes que des Colt ou SW ?

                      Black Caesar utilise un encombrant Mauser 96 et on voit parfois des raretés comme un Sauer & Sohn 1930(in "Superfly") ou un Bergmann 1897 (Black Caesar).

                      Esthétique 70’s, sous-culture de ghetto ? Volonté de marquer la différence avec les WASP ?

                      gAZi bORAt


                    • Gazi BORAT 14 avril 2008 16:19

                      @MORICE

                      Je ne serais pas aussi catégorique à opposer ainsi Gil Scot Heron et Marvin Gaye. Les textes de Gil Scot Heron, ses arraangements plus "jazzy" sont excellents c’est vrai.. Mais la musique est avant tout affaire de sensualité..

                      Le texte pour moi est secondaire... et la voix de Marvin Gaye reste bouleversante.. pourquoi bouder son plaisir ?

                      Il peut arriver que l’émotion sensuelle rencontre la force d’un texte et cela a été le cas pour (à mon sens ) la plus belle interprétation de Billie Holiday : "Strange Fruit", chanson sur le lynchage, extrèmement courageuse à son époque..

                      http://www.lady-day.org/aboutsrangefruit.html

                      Un enregistrement, malheureusement pas parmi les meilleurs..

                      http://video.google.fr/videoplay?docid=-8681125091692316869&q=billie+holiday+strange+fruits&total=134&start=0&num=10&so=0&type=search&plindex=0&hl=fr

                      gAZi bORAt

                       



                    • Yohan Yohan 14 avril 2008 20:06

                      Oups erreur : voici le lien : http://fr.youtube.com/watch?v=9bE5sfDNZKM

                      Dr Black Mr Hyde


                    • armand armand 14 avril 2008 21:19

                      Oh my Gosh, Gazi, Pam Grier... !!!!

                      Vous voulez que je n’arrive pas à m’endormir ! Une des actrices les plus bandantes que la Terre ait jamais portées. Et qui s’est bonifié avec le temps - dans Jackie Brown je la trouve encore plus irrésistible !

                      Pour la question des armes, je crois que la réponse c’est plutôt le désir de s’affranchir des références typiquement américaines. Comme le cognac à la place du bourbon. Quoique... quand j’étais môme aux USA à la fin des années ’60 le pistolet (en réplique, quand même) que tous les petits garçons préféraient c’était le Luger...


                    • armand armand 14 avril 2008 21:29

                      Salut Snoopy,

                      Le Sud est plein de contradictions. Je lève un voile sur mes antécédents, mon père était originaire du coin où se rejoignent Virgine de l’Ouest et Kentucky, là où on passe son temps à fabriquer du ’moonshine’ ... Puis il a émigré à New York dans les années ’50 après des ennuis qu’il a eus lors des gros conflits syndicaux dans les mines de charbon. Il était absolument dépourvu de préjugés, et la plupart de ses amis étaient noirs. Mais il faut reconnaître qu’il n’était pas un ’redneck’ typique (même s’il a fait le ’Marlboro Man ’dans la pub de l’époque... non je ne plaisante pas) !


                    • Yohan Yohan 14 avril 2008 22:57

                      @Armand

                      Raconte nous ça un jour. ça m’a l’air passionnant


                    • snoopy86 14 avril 2008 23:36

                      @ Armand

                      Je ne puis qu’approuver Johan ...

                      La plupart du temps les articles sur les USA qu’ont lit ici, écrits par des gens qui n’y sont jamais allés où les ont visité avec le tour-opérator du comité d’entreprise font plutôt s’esclaffer les gens qui y ont un peu vécu...

                      C’est dire tout ce que tu pourrais apporter.

                      Pour en revenir au Sud, il est lui-même trés varié. Curieusement, les cajuns, que je connais bien, sont trés souvent parmi les plus fiers gardiens de ses traditions, y compris les pires.Le drapeau sudiste Dixie y est souvent plus révéré que la Spangled Banner, Beauregard oblige...


                    • Gazi BORAT 15 avril 2008 06:47

                      @YOHAN

                      Excellente, cette bande annonce.. Je ne connaissais pas le film...

                      Il existe aussi un Blackenstein (consternant !), un "House of the Skull Mountain (bonne histoire de zombies..) et d’autres que je n’ai pas vu... Tous les mythes du cinéma de genre ont été revisité par la vague "blaxploitation", on y trouve des James Bond Girls (Cleopatra Jones), des versions "black" du Parrain de Coppola, des western, etc...

                      Plusieurs facteurs ont concourru à l’apparition du cinéma noir, qui a duré de 1970 à 1977 : le mouvement "Black Power", bien sûr mais aussi d’autres faits mineurs tels que le grand exode des classes moyennes vers les banlieues et l’afflux des Noirs dans certains centre-villes où se trouvaient les plus grandes salles de cinéma... vides... en attendant un nouveau public !

                      A ma connaissance, le site le plus sérieux sur ce type de cinéma..

                      http://www.blaxploitation.com/

                      A noter, sur la bande annonce de Black Caesar ne figure pas la bande son du film (l’une des meilleures !), composée spécialement par James Brown... sans doute pour une querstion de droits.. et, pour en revenir à Curtis Mayfield, "The Pusher" est diffusée dans le film dans son intégralité et bénéficie d’un véritable clip avec effets de split-screen typiquement 70’s...

                      @ ARMAND

                      Concernant Pam Grier, elle est effectivement une des actrices la plus sexy de la décennie.. Pas étonnant quand on sait qu’elle débuta dans le métier avec Roger Corman et... Russ Meyer (elle tient un second rôle dans "Valley of the Dolls")

                      http://fr.youtube.com/watch?v=LKMa9x6OH9w

                      A mon sens, son film le plus hot est :

                      "Black Mama, white mama"

                      http://fr.youtube.com/watch?v=Z-xaqIoh2FU

                      Un film du genre "WIP" (Women in Prison), avec tous les ingrédients incontournables : douches collectives, crêpages de chignons, gardienne-chef libidineuse, etc...

                      A noter que le phénomène de production communautariste toucha toute l’Amérique à cette époque.. On trouve ainsi dans les séries policières TV un detective polonais "Banacek", un grec "Kojak", pour ne citer que ceux là..

                      gAZi bORAt

                       

                       


                    • Gazi BORAT 15 avril 2008 07:09

                      @SNOOPY86

                      Concernant la divesité des cultures que l’on peut rencontrer dans le sud, il existe un excellent ouvrage-reportage ed l’atypique VS NAIPAUL, écrivain annobli par la reine Elizabeth :

                      "Une virée dans le sud "

                      http://fr.wikipedia.org/wiki/Naipaul

                      Et un autre (quasi introuvable, sauf chez les bouquinistes) de Daniel Guerin, écrivain qui risque de vous hérisser le poil :

                      "De l’Oncle Tom aux Black Panthers"

                      http://fr.wikipedia.org/wiki/Daniel_Gu%C3%A9rin

                      gAZi bORAt

                       

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès