• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Daniel Prevost lit et chante Garcia Lorca

Daniel Prevost lit et chante Garcia Lorca

Qui aurait dit à l’époque du petit Rapporteur de Jacques Martin que Daniel Prevost allait fait des récitals de Garcia Lorca serait passé pour un fou. On se souvient en particulier de son interview fracassante des habitants de Montcuq. Et pourtant, c’est vrai ! Daniel Prevost termine un tournée dédiée au poète espagnol assassiné par les franquistes. Il sera dimanche 6 décembre près de Lorient. 

 
 
 
Daniel Prevost est toujours ce comique impertinent, vif et alerte. Mais depuis ces dernières années, son répertoire s’élargit au registre dramatique. On l’a vu notamment interpréter le rôle de René Bousquet en 2007 dans un téléfilm.
 
Aujourd’hui, il porte sur les planches un projet qui lui tient à coeur depuis l’adolescence : mettre en scène l’oeuvre du poète Garcia Lorca. Né 3 ans après l’assassinat du poète, le jeune Daniel se plonge dans son oeuvre vers l’âge de 15 ans et ne l’oubliera jamais. C’est aussi pour le comédien l’occasion de rendre hommage à son épouse décédée en 2007 et qui l’encouragea à mener à bien ce projet.
 
Daniel Prevost n’est cependant pas seul sur scène, ce n’est pas un one-man-show. Il est accompagné de deux musiciens, d’un flûtiste et d’un guitariste flamenco. Mais curieusement pas de chanteur. C’est Daniel Prevost qui chante lui-même les chansons dont une est de Lorca, les autres n’étant pas du poète mais de son époque. Et en espagnol s’il-vous-plaît. En revanche, il dit les poèmes en français. La mise en scène est signée de son fils, Erling Prevost.
 
Le spectacle "Fédérico, l’Espagne et moi" (émoi !) est émaillé de récits, de poèmes, des chansons d’exil de Garcia Lorca, ainsi que de textes du comédien. Tout cela concourt à faire naître l’émotion autour d’évocations de souvenirs d’enfance et révèle le comédien sous un jour inattendu et surprenant.
 
Ce n’est donc pas un caprice ou une lubie du comédien, c’est bien un projet de longue date qui prend forme. Car, Daniel Prevost fut, avant d’être frappé du génie du comique, foudroyé dès sa jeunesse par les mots du poète. Le comédien avait projeté d’aller en Espagne avec son épouse mais cela ne se fit pas et ce récital est donc à la fois un hommage et un voyage par l’imaginaire.
 
Le spectacle a été créé en Avignon en 2008, puis il a été joué au Théâtre du chien qui fume, puis au studio des Champs-Élysées à Paris en février-mars 2009. Et maintenant, c’est la tournée.

 On peut entendre des oeuvres classiques comme la très célèbre musique de "Jeux interdits", (une oeuvre anonyme du XVIème siècle qui fut adaptée à la guitare au XXème siècle par Narcisso Yepes), l’Hymne à la joie (9e de Beethoven, 4e mouvement), Stéphane Blet "Variations Carmen" (Bizet/Horowitz), Edvard Grieg "Concerto pour piano" (1er mvt) (Argerich) , "Danse du Meunier" (du compositeur espagnol Falla), "Sonate Clair de Lune" (Gilels), "Flûte enchantée", Air de Papageno. 

Mais aussi de la chanson française comme "La chanson de Prévert" de Gainsbourg, Brel "La Fanette" ou "Les poètes" de Léo Ferré.

On peut trouver sur ce site les canciones de Garcia Lorca en version originale.
 
Daniel Prevost présentera son spectacle dimanche 6 décembre à l’Océanis de Ploemeur (près de Lorient, Morbihan).
 
 
 
 

Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (2 votes)




Réagissez à l'article

13 réactions à cet article    


  • L'enfoiré L’enfoiré 3 décembre 2009 16:11

    Salut Paul,
     J’aime beaucoup Daniel Prevost. Qu’il aie plusieurs vies à son actif, ne m’étonne pas du tout.
     J’ai adoré ceci
     Longue vie à Daniel.


    • Voris 3 décembre 2009 16:16

      Et dans ces différentes vies, laquelle prévaut ?
      Montcuq, j’en ai parlé au début de mon article - que tu n’as pas lu ? -, mais je n’ai pas mis le lien pour ne pas dénaturer le thème ici traité.


    • Fergus Fergus 3 décembre 2009 16:38

      Pour ce qui est des vies de Daniel Prévost, j’ai connu la sienne alors qu’il fréquentait encore le Petit Conservatoire de Mireille. Avec un copain, nous étions sorti quelques avec lui et son épouse, une superbe danseuse danoise. Un jour, il nous a invités à la première (et la dernière) de son premier spectacle donné à un public limité à une vingtaine de personnes dans une salle annexe du théâtre de l’Ouest parisien à Boulogne-Billancourt. Il y avait là notamment Jean Yanne et Bobby Lapointe. Prévost, seul en scène, jouait une succession de courts sketchs inspirés d’une vie quotidienne à laquelle était confronté, Barju, le héros qu’il interprétait. Disons-le tout d esuite, ce n’était pas le top du genre et le comique Prévost n’était encore qu’à l’état de lymphe. Cela n’avait pas empêché Yanne de se marrer quelques fois franchement, son rire gras entraînant celui des autres plus sûrement que la qualité du texte. Souvenirs, souvenirs...


    • L'enfoiré L’enfoiré 3 décembre 2009 16:50

      Fergus,
       Merci pour ces souvenirs.
       Avec feu Jean Yanne, Sim, et l’inénarrable pince sans rire De Kersauson, on aurait passer de très bons réveillons.
       Les Grosses Têtes, des souvenirs....


    • L'enfoiré L’enfoiré 3 décembre 2009 16:54

      En parlant de De Kersauson, je conseille son livre « Ocean’s Song ». C’est top.
      Déjà la préface, fait réfléchir.
      Mais, fermons la parenthèse. Paul pourrait être mécontent.
      Va pour Garcia Lorca. Les poèmes, c’est pas trop ma tasse de thé. Pour un café, peut-être.


    • Voris 3 décembre 2009 17:13

      Hé ho ! Kersauson n’est pas mort. Quant à Sim, je lui ai consacré une chanson dans un album tout spécialement dédié « Géniali-Sim ! » Pour ceux qui ne le sauraient pas encore, voir ici (c’est l’album bleu avec une libellule ! Forcément...).


    • L'enfoiré L’enfoiré 3 décembre 2009 19:26

      Paul,
       Non, absolument pas De Kersauson est plein de vie.
       Je me rappelle de l’équipe de l’époque mais je ne les associais pas dans le « jeu » de la vie ou de la mort. La chaise spéciale à ressort de Bouvart a dû probablement être remplacée plusieurs fois.


    • L'enfoiré L’enfoiré 3 décembre 2009 16:20

      Mais si j’ai lu. En plus j’ai recherché les autres « le concierge » par exemple.
      C’est fou ce que cela me fait penser à certains.
      Dénaturer, aurait été de ne pas parler des antécédents.
      Une vie, c’est tellement de péripéties qui ne font en fait qu’un tout quand on prend la bonne ficelle pour faire le paquet.


      • Voris 3 décembre 2009 16:23

        Je l’ai évoqué pour souligner le contraste entre les facettes du comédien mais je ne me suis pas apesanti. J’ai laissé la poilade pour les commentaires. Lâchons-nous donc dans les commentaires ! smiley


      • Voris 3 décembre 2009 16:21

        Hommage de Voris à Garcia Lorca :

        Poème :

        Il a quitté son bel état d’oiseau, en son envol, en son silence. Pour n’être qu’un enfant et mourir en poète. Il a dit « Mes mots seront morts dès l’aube à vos fusils. Il mourut, transporté d’amitié, sa mort ouverte aux choses pures du matin.


        • Fergus Fergus 3 décembre 2009 17:57

          Salut, Voris.

          Je ne sais pas ce que vaut Daniel Prévost dans ce spectacle, mais sans doute est-il bon car il aime en effet la poésie et l’Espagne, conditions sine qua non à la réussite de ce projet.

          Concernant ses qualités d’acteur, je suis plus mitigé : autant je le trouve bon dans le gros comique (films de Jean Yanne) ou dans la veulerie (Uranus), autant il peut être déçevant dans un registre plus sérieux (exemple : Monsieur Joseph où il est très mauvais).

          Bonne soirée.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires