• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Dans l’Antichambre de Brisville

Dans l’Antichambre de Brisville

Après Le Souper qui confrontait Fouché et Talleyrand, et L’entretien de M. Descartes avec M. Pascal le jeune, Brisville se projette cette fois-ci au temps des Lumières. Dans l’antichambre du salon de Me du Deffand, trois personnages se réunissent régulièrement, faisant part des évolutions des idées et des personnes.

Sur scène, Me du Deffand, dont le salon est très prisé par les plus grands penseurs de son temps ; le Président Hénault, ami et confident de longue date ; et Julie de Lespinasse, nièce de la première, sauvée de justesse du couvent. En coulisses, d’Alembert, Turgot, Voltaire et Diderot, nous sont présentés en toute intimité.

Dans cette langue reconstituée avec habileté, Brisville partage avec ses spectateurs le délice des pointes et des conversations bien menées. Le texte est savoureux et nous montre que ce siècle n’est pas si étranger au nôtre. On en apprend les principes de bases de l’époque : « un salon n’est pas une tribune. On peut y raisonner mais on n’argumente jamais ».

Malgré la complexité de la pensée à cette époque, ce n’est pas à un exposé philosophique auquel on assiste. Entre la dame de l’époque du roi Soleil, et la jeune de celle des Lumières, les conceptions se confrontent en toute clarté. Les sentiments ne sont pas absents sur scène, et l’intrigue amoureuse trouve sa place dans ce monde de raison. C’est toute une ambiance que le dramaturge s’attache à retranscrire, et ce, avec brio !

La tendre nièce a l’innocence d’une Cécile de Volanges quand sa tante est aussi ingénieuse que la Marquise de Merteuil. Le libertinage n’est pas loin, quoique sous-jacent. Pourtant l’élève en vient à dépasser le maître, et petit à petit le salon de Marie du Deffand se réduit jusqu’à la laisser seule.

La très belles mise en scène de Christophe Lidon matérialise cette métaphore et encadre la pièce de tableaux magnifiques, aussi bien par le décor que par les costumes. D’emblée, le spectateur est plongé dans cet univers à l’écoute d’un air baroque, le voyage dans le temps est immédiat.

Le trio correspond parfaitement aux personnages, surtout le Président Hénault, touchant et amusant. Puisqu’il est de coutume de trouver un bémol, il sera faiblement adressé à Sarah Biasani dans le rôle de Julie, qui ne marque pas assez la progression de son personnage au long de la pièce.

Documents joints à cet article

Dans l'Antichambre de Brisville

Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (1 vote)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires