• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > « Darius » Clémentine Célarié & Pierre Cassignard aux Mathurins... avec (...)

« Darius » Clémentine Célarié & Pierre Cassignard aux Mathurins... avec tact !

En installant une correspondance épistolaire entre Claire et Paul, Jean-Benoît Patricot organise un système relationnel à double face où, derrière l’enjeu primordial de redonner goût à la vie de Darius, jeune handicapé au pronostic vital engagé à cause d’une maladie dégénérative, ne disposant désormais plus que des sens du toucher et de l’odorat pour communiquer avec le monde, se distille néanmoins en arrière-plan, de manière discrète, un échange psychologique, moral, émulatif et pour tout dire ambitieux entre un homme et une femme, blessés par la destinée, qui vont trouver dans un objectif commun à haute valeur ajoutée des raisons de croire à l’intérêt d’agir en complémentarité sur la fatalité.

 

JPEG - 68.2 ko
DARIUS
© Bernard Richebé

 

Il se pourrait, en effet, que la démarche initiée sur une idée clairvoyante d’une mère ingénieure seule face au désarroi puisse trouver son épanouissement grâce au savoir-faire, au talent, à la subtilité d’un mari créateur-parfumeur, tenté par le repli sur soi après le décès de son épouse.

Ne se connaissant initialement que par ouï-dire ainsi Claire et Paul, à deux par l’intermédiaire d’une écriture en recherche de solutions pragmatiques où chacun des membres du trio devra pouvoir, à terme, y trouver, pour lui-même et ses partenaires de défi, force intérieure, courage et volonté de dépasser les obstacles infranchissables, c’est la mémoire olfactive qui va être mise à contribution d’une thérapie reconstructive au service de Darius.

Il s’agira de retrouver, à la manière symbolique de la madeleine de Proust, le chemin des senteurs, des arômes, des fragrances liés aux souvenirs de lieux fréquentés lors des jours heureux, de personnes aimées ou d’objets subjectivement chargés d’exhalaison ainsi que d’ancienneté affectives, et par conséquent de les identifier, de les spécifier, de les modéliser pour être, enfin, en mesure de les ressusciter artificiellement grâce à la puissance de parfums recomposés spécifiquement pour la cause.

Disposant, par la suite, de ces flacons spécimens dédiés, ce sont par exemple des voyages lointains qui pourront être envisagés « à domicile » selon une reconstruction apparentée à la réalité virtuelle, mais surtout, en l’occurrence, « ressentie » de tout son saoul par Darius.

 

JPEG - 30.9 ko
DARIUS
© Bernard Richebé

 

Dans l’intimité de la scène des Mathurins, selon une scénographie sise sur plusieurs plans de rapprochements et de transparence, Clémentine Célarié et Pierre Cassignard composent autour d’un orgue à parfums tout en bois, la palette des sentiments que la bienveillance humaine se sent en motivation de déployer face à tous les types et tailles de handicaps que la vie est capable d’inventer.

Sobriété, tact et expression pudique sont au rendez-vous d’une intensité théâtrale sans limite… si ce n’est celle entrant en résonnance avec chacun des spectateurs.

 

photos © Bernard Richebé

 

DARIUS - **.. Theothea.com - de Jean-Benoît Patricot - mise en scène Anne Bouvier - avec Clémentine Célarié & Pierre Cassignard - Théâtre des Mathurins

   


Moyenne des avis sur cet article :  4.67/5   (3 votes)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès