• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > De Funès, de ringard à génie !

De Funès, de ringard à génie !

Le 27 janvier 1983, disparaissait Louis de Funès.

Lui qui a été critiqué tout au long de sa carrière par une certaine intelligentsia qui détestait le divertissement populaire, que penserait-il de l’unanimité quasi générale qui est faite autour de lui 30 ans après ?

 

Toutes les médias, y compris les plus élitistes y vont de leur petit couplet sur l’immense talent de Louis De Funès, un artiste que certains d’entre eux détestaient du temps de son vivant .

Il n’est jamais trop tard pour reconnaitre ses erreurs. Et puis lorsqu’on voit les humoristes de 2013, De Funès soutiend largement la comparaison, voilà surement l’une des principales raisons de ce revirement .

 

Louis De Funès fait partie des ces grands acteurs comiques qui plutôt que de jouer des rôles ont inventé un personnage, tout comme Charlie Chaplin.

Quel que soit le film on savait que Louis de Funès allait nous faire son numéro par sa manière de jouer, de s’agiter, tel un clown

Et ce qui est assez fascinant et émouvant, c’est de voir comment il a fabriqué ce personnage, par un apprentissage long et difficile tout au long de sa carrière.

 

Sa force, c’est qu’il avait le don de rendre sympathique un sale type.

Le patron ou le bourgeois qu’il pouvait incarner, avec ses faiblesses, sa mauvaise foi et sa cruauté parfois, nous nous y retrouvons.

Sa façon d’être arrogant voir cruel avec les faibles, ou lâche et servile avec les puissants, nous renvoyait en permanence à nos faiblesses, ou à celles de ceux qui nous entourent .

 

On peut reprocher à de Funès de ne pas avoir tourner de chefs-d’oeuvres du cinéma, mais c’est peut-être parce qu’on faisait avant tout des films faits sur mesure pour lui. Mais il faut avouer qu’on y trouve des scènes absolument formidables. La première partie du « Grand restaurant » est magistrale, « Oscar » ou « Hibernatus » possèdent des scènes hilarantes également. Mais bien évidemment ce sont les films de Gérard Oury, « La grande vadrouille », « Le corniaud », « Rabby jacob », « La folie des grandeurs » qui restent le plus dans nos mémoires.

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.05/5   (21 votes)




Réagissez à l'article

25 réactions à cet article    


  • C'est Nabum C’est Nabum 29 janvier 2013 10:12

    Cher voisin


    Nous voilà donc avec le don d’ubiquité 



    • fatizo fatizo 29 janvier 2013 19:23

      Il y a déjà un petit bout de temps que je suis là ;. De puis la fin du Post .


    • Fergus Fergus 29 janvier 2013 10:18

      Bonjour, Fatizo.

      Très franchement, De Funès n’a jamais été l’un de mes acteurs préférés, loin de là. Il m’insupportait même au cinéma. Mais j’avoue avoir ri de bon cœur au théâtre du Palais-Royal où je l’ai vu il y a bien longtemps dans Oscar.

      De Funès en faisait beaucoup, en faisait trop dans son jeu. Mais ce qui était, à mes yeux, excessif au cinéma devenait un formidable atout au théâtre. De Funès se prenait d’ailleurs parfois au jeu, au point d’en rajouter plus encore et de rire lui-même de ses pitreries.

      Cordialement.


      • fatizo fatizo 29 janvier 2013 19:21

        Bonsoir Fergus,

        Il en faisait beaucoup dans certains films, mais peut^-être moins dans les fils d’Oury par exemple, ou les scénarios étaient plus étoffés .
        Bonne soirée 

      • ZenZoe ZenZoe 29 janvier 2013 10:49

        Bonjour,
        Bon, oui, un rigolo de théâtre, mais génie, vous trouvez vraiment ? Un peu lassant même à vrai dire, avec la même grimace de petit homme irascible encore et toujours. Dans le même registre on avait Bourvil qui jouait lui le petit homme niais - mais au moins avec Bourvil on a eu les chansons et l’inoubliable Eau Ferrugineuse. Je préfère de loin Fernandel, au registre bien plus varié et aux compositions plus fines.
        Enfin, chacun ses goûts, et au fond, franchement je préfère un De Funès qui squatte mon écran de télé plutôt que les autres comiques du gouvernement, qui nous feraient plutôt rire jaune eux.


        • morice morice 29 janvier 2013 10:53

          Le sommet c’est la couvre de Télérama, le magazine qui l’a le plus éreinté de toute sa carrière. Si l’hypocrisie avait un Prix, Télérama le remporte haut la main cette année. Ils l’ont traîné dans la boue pendant des années !


          • Shawford Shawford42 29 janvier 2013 10:57

            Tiens, Morice qui commente un article sans éreinter l’auteur : champagne smiley


          • Yvance77 29 janvier 2013 11:37

            Vu sous cet angle morice me redeviens sympathique... que lui est-il arrivé ?

            Bon, moi aussi De Funes ne fut pas ma tasse de thé, sauf dans un film que j’adore (même s’il est crétin) c’est « La folie des grandeurs » ou en Don Saluste il est ignoble. Montant, Sapritch tout aussi bon.

            Après on peut pas mettre au feu « La grande vadrouile », « Le corniaud », « L’aile ou la cuisse ». Ce que j’ai toujours trouvé minable c’est la série des gendarmes et « La soupe aux choux ».

            Sinon il est incontestable qu’il appartient au patrimoine tout comme Fernandel, Bourvil et autres...

            Mais dans 3 ans ce qui va me faire vomir c’est quand nos politiques vont rendre hommage à Daniel Balavoine et surtout Coluche pour les trente ans de leur disparition.


          • Shawford Shawford42 29 janvier 2013 11:41

            Yvance, et la Traversée de Paris alors ?


            De façon générale pour moi, il était génial dans ses rôles d’irascible compulsif !

          • Yvance77 29 janvier 2013 11:55

            C’est juste swaford


          • Fergus Fergus 29 janvier 2013 12:01

            Bonjour, Shawford.

            Ah ! La Traversée de Paris. Un grand film qui, grâce au talent conjugué du réalisateur (Autant-Lara) et des acteurs (Gabin, Bourvil, De Funès) rend un hommage mérité au génie que fut Marcel Aymé. De Funès y est remarquable dans le rôle de Monsieur Jambier, 45 rue Poliveau...


          • Shawford Shawford42 29 janvier 2013 12:07

            Bonjour Fergus,


            mrci pour ces précisions et surtout pour ce 

            « Jambier...

            Jaaaaaaaaaaaaaaaambiiiiiiiiiiiiiiiiiiiier, 45 rue Poliveau

            Jammmbier, c’est 10 000 maintenant... »

            Tellement cultissime, avec le geste qui se mêle aux paroles, avec en quelques dialogues tellement ciselées, une critique si juste de la veulerie humaine !
            Je pourrais me repasser ces répliques à l’infini smiley

          • fatizo fatizo 29 janvier 2013 19:25

            C’est après avoir lu l’article de télérama sur son site, que j’ai trouvé le titre de mon article .


          • fatizo fatizo 29 janvier 2013 19:27

            Vous mettez tout l monde devant le fait accompli avec votre définition du génie.

            Cette fois-ci le doute n’est plus permis .

          • cogno4 29 janvier 2013 12:35

            Un type taillé pour un rôle, qu’il jouait à la perfection.
            C’est quand il était odieux qu’il était le meilleur.

            Qui oserait de nos jour refaire la scène du Grand Restaurant avec le jeu d’ombre et Herr Müller ?


            • rocla (haddock) rocla (haddock) 29 janvier 2013 12:54

              Conclusion : un bon artiste  est un artiste mort . 




              • easy easy 29 janvier 2013 17:25

                Je trouve :

                Que les comiques de son genre ont surgi de la démocratie (et aussi de l’absurde né au XIXème siècle lorsque les gens se sont sentis coincés entre Eglise et Science) 
                Que ces comiques allaient donc à se déguiser en absurdes ou idiots

                Et que vers 1980, ces clowns Blancs ont disparu pour laisser la place à des clowns nés de l’immigration méditerranéenne 

                Que nos comiques Blancs actuels vont davantage à se moquer directement des politiques que de la nature humaine. Ils sont devenus plus pamphlétaires

                Si ça se trouve, nos actuels clowns Beurs vont passer à leur tour pamphlétaires et il n’y aura plus de clown jouant les idiots.


                • rosemar rosemar 29 janvier 2013 20:34

                  Bonsoir fatizo 


                  j’avoue que Louis de Funès n’est pas un de mes acteurs préférés....un jeu de mimiques auquel je ne suis pas très sensible ....Mais peut-être est ce un génie ??

                  Belle soirée...

                  • fatizo fatizo 29 janvier 2013 21:16

                    Bonsoir Rosemar,

                    Génie, c’est un bien grand mot , mais si j’ai choisi ce titre c’est après avoir lu un article sur le site de télérama ( qui le détestait du temps de on vivant) ou on louait son immense talent .

                    Belle soirée à toi .

                    • franc tireur 29 janvier 2013 21:31

                      Clavier a sa grande époque (années 90) était sur ce registre du sale type sympathique car caricatural et tutoyait parfois le maitre .
                      Galabru était admiratif de la capacité de De Funès a sentir et jouer les défauts de l homme , quel régal se devait etre de lui donner la réplique !
                      Moi je me lasserais jamais de revoir pour la centième fois un gendarme .Certes ca vaut pas un clou pour les codes cinematographiques mais la mayonnaise prendra toujours


                      • Hervé Hum Hervé Hum 29 janvier 2013 23:44

                        Bel hommage bien mérité cher auteur.

                        S’il n’a pas joué dans des chef d’oeuvres, il a par contre joué dans beaucoup de grands films, de grands classiques de films comiques. En fait, je ne lui connais pas de films médiocre. Toujours en dessus la moyenne. Et c’est pas par hasard !

                        A tous ceux que vous avez citez, manque encore les Fantomas. Et puis surtout, surtout « ni vu, ni connu ».

                        Louis De Funès savait tout autant porter un film que le servir. La traversée de Paris avec Bourvil et Gabin ne serait peut être pas tout a fait pareil sans la fameuse scène avec De Funès en « Janvier ».

                        Alors en fin de compte, même si on n’aimait pas forcément le personnage, on aimait toujours les films dans lesquels il jouait.


                        • Hijack Hijack 30 janvier 2013 00:21

                          Merci pour la piqure de rappel !
                          .
                          De génie non reconnu ... à génie reconnu !
                          .
                          Normal qu’il n’avait pas été reconnu dès le début ... par ceux qui ne savent reconnaître que ce qu’on leur recommande de reconnaître ! ...



                            • Hijack Hijack 30 janvier 2013 11:52
                              Concentré de Louis de Funès

                              .

                              Le comique nécessite bcp plus de discipline que le dramatique !

                              nous nous sommes tant aimés louis de funès

                              • Pr gunther-schroebel 30 janvier 2013 20:45

                                cantonné à la comédie avec quelques nanars dans le tas, je peux comprendre sa ringardisation.
                                j’adorai louis de funès quand j’étais gamin, je n’ai d’ailleurs pas revu ses films depuis. il demeure une des icônes de mon enfance. jouant souvent des rôles d’homme « sérieux » avec des responsabilité (gendarme, ministre, homme d’affaire...) mais dont le jeux dégénère rapidement en délire complet.
                                du grand guignol quoi, du cirque à l’écran, un des plus grand clown de france.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires