• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > De la culture vue comme un écosystème

De la culture vue comme un écosystème

Comment une métaphore peut expliquer l'importance de la culture, ou comment unscientifque amène de l'eau au moulin des intermittents du spectacle.

Oublions un instant notre rationalité et représentons la culture comme un grand écosystème. Qu'avons-nous en bas de la pyramide ? Les "micro-organismes", planctons et autres, la base : les fêtes d'école, les animations de rues, les cours de musique en classe. Toutes les petites activités quasi invisibles, mais qui sont la base d'entrée dans la culture.

A un niveau au-dessus, nous trouvons des phénomènes à impact plus important, qui attirent un public passé par l'étape précédente : festivals, concerts, théatres, BD, cinémas...

A l'étage supérieur, nous avons les oeuvres qui traversent les époques : livres immortels, sculptures, tableaux, grands films..

Tout en haut, en caricaturant un peu, nous avons les "super-prédateurs" : blockbusters américains, certains sites Internet, les médias de masse... qui à leur "mort" produisent des "déchets" qui reviennent tout en bas de la pyramide : culture populaire, cosplay, musiques...

Nous avons ainsi, très grossièrement, notre écosystème.

Maintenant imaginons de supprimer le dernier étage, ces "prédateurs" tant critiqués. Quel serait le résultat ? Une stagnation. un non-renouvellement. Une culture figée, morte, dont le plus grand nombre ne profite pas. Un risque bien supérieur au bénéfice.

A l'inverse, supprimons la base : les petits concerts, les écoles de musique, les petits festivals. C'est encore pire : la pyramide s'effondre par le bas, le peuple n'est rien d'autre alors qu'une proie pour les "super prédateurs" précédemment mentionnés.

Mais imaginons encore quelque chose de plus pervers : un écosystème simplifié. Herbe-gazelle-lion. Cela fonctionne, non ? L'un mange l'autre, qui mange le premier. Culturellement, cela voudrait un seul style pour chaque niveau. Uniquement du classique. Uniquement de la BD américaine. Uniquement des films français.

Dans l'absolu, cela fonctionne.

Mais, dans un tel écosysème, que se passe-t-il en cas de maladie ? D'accident environnemental ?

Un des étages est entièrement décimé. Et tout s'écroule.

Tout comme la biodiversité est une protection de la vie elle-même, la diversité culturelle est une protection de la culture elle-même. Sans cette ouverture, sans ce mélange des genres, sans cette coexistence de Superman et de Hugo, des blockbusters et des films d'auteurs, du rap et de Mozart, la culture devient monolithique, pyramide reposant sur son sommet, monstrueusement fragile.

Voilà pourquoi il faut perpétuellement ensemencer, renouveler, encourager, toute forme de culture. Comme dans un écosystème, certaines formes disparaissent, d'autres dominent. Mais c'est le prix à payer pour la survie de l'ensemble. De notre ensemble.


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (1 vote)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • Robert Lavigue Robert Lavigue 5 juillet 2014 11:31

    tout écosystème a ses parasites...
    nos intermittents sont ceux de la culture !



      • claude-michel claude-michel 6 juillet 2014 08:32

        La culture doit être une approche personnelle...Chaque individu ayant une vision particulière en fonction de ce qu’il lui plait ou pas..La culture c’est comme la bouffe...y a des plats que l’on aime pas..mais certains petits cuisiniers veulent imposer leur plats réchauffés au plus grand nombre...indigestion assurée.. !


        • Crab2 11 juillet 2014 15:21

          Pour affirmer l’homme supérieur à la femme, nous savons depuis toujours que dans un monde structuré phallocrate et c’est toujours le cas dans certaines grandes parties du ’’ monde musulman ’’ ( où le sens de la démocratie, de l’égalité est délétère ou carrément inexistant ) que le principe de la dot reste bien un faux prétexte pour donner aux filles le sentiment d’être un fardeau

          ’’ on ’’ te donne à un un homme plus riche que nous, ainsi tu ne coûteras rien à la communauté

          À cette lecture n’y-a-t-il pas plus belle « confirmation » de l’utilité du féminisme et de son combat contre le patriarcat ?


        • Crab2 7 août 2014 16:27

          MuCEM

          VOLUBILIS

          Témoignage de ce bassin de civilisation qu’est la Méditerranée à l’époque antique : un vaste espace ouvert où les hommes circulent depuis le premier millénaire avant J.-C. de Tyr à Carthage, de l’Asie Mineure aux confins atlantiques en passant ...

          Suites : MuCEM

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès