• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > De la réalité à la fiction... il n’y a qu’un pas

De la réalité à la fiction... il n’y a qu’un pas

JPEG

« Bérénice 34-44 »

roman écrit par Isabelle Stibbe

éditions Serge Safran

316 pages

décembre 2012

18 €

 

                        Tout pour le théâtre....

 

J'avais déjà acquis beaucoup de livres au salon littéraire de Vaux le Pénil , trop peut être avant de converser avec cette auteure... Je m'étais juré pourtant de ne pas acheter un ouvrage de plus....

Je n'ai pas résisté.

La conquête a été immédiate et totale, j'ai commencé à lire durant le salon un chapitre puis j'ai poursuivi et ma lecture prit fin deux jours plus tard.

Quelle écriture d'abord !des phrases longues, très longues parfois mais jamais trop : tout s'enchaîne comme pour une chanson.

Bravo l'artiste !

L'histoire est émouvante, dramatique et le projet d'écriture très original.

C'est une œuvre qui reste une fiction tout en relatant une page de notre histoire, de celle du théâtre et de la comédie française.

Plusieurs des personnages ont existé, qu'il s'agisse des artistes célèbres cités ou de ceux qui ont été frappés par la barbarie nazie.

Bénédicte est une adolescente juive qui veut, coûte que coûte, contre l'avis même de ses parents faire du théâtre... Elle rompt avec sa famille, change d'identité mais pas de prénom.

Elle réussit brillamment le concours d'entrée au Conservatoire...

L'auteure nous invite à découvrir l'univers du théâtre avec ces hommes et ces femmes qui ne vivent que pour leur art....

Bénédicte entre à la Comédie Française, aidée par son seul talent....

C'est le succès, la « félicité », la réalisation de soi et le début d'une carrière auprès des plus grands.

Tout le monde n'a pas eu la chance d'avoir Louis Jouvet comme professeur .

Hélas, nous en sommes aux heures les plus sombres de l'histoire de France, le gouvernement qui a succédé à celui du Front Populaire ouvre des camps de regroupement pour les opposants allemands et italiens au nazisme...On y retrouve des écrivains, des musiciens....Certains resteront là jusqu'à l'entrée des troupes allemandes :

Ils seront livrés, presque pieds et poings liés !?

L'honnêteté et le courage ne sont pas les choses du monde les mieux partagées et la Comédie française ne fait pas exception même si beaucoup ont résisté.

L'araignée noire sur fond rouge flotte sur Paris.

Les juifs sont exclus de la troupe ou « démissionnent »...

La maison de Molière ne résiste pas, elle plie. Certains sont partis sur la pointe des pieds avant ou on préféré rompre .

L'auteure ne cherche pas à nous tromper ou à semer des illusions : le destin bientôt brisé de cette jeune femme est scellé....

La bête immonde n'abandonne aucune de ses victimes.

« Après tant d'horreurs, l'art triomphera, l'art triomphera, l'humanité comprendra qu'il est le seul salut, que l'art est tout ce qui nous préserve de notre part d'ombre... » :

vœu pieux ou réalité à construire ?

 

Jean-François Chalot

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.32/5   (19 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • Jean J. MOUROT Jean J. MOUROT 16 octobre 2013 15:57

    Dommage que ce ne soit qu’une fiction ! N’ya-t-il pas de livres sur la réalité de la Comédie fçse sous l’Occupation ?


    Quoi qu’il en soit, je ne comprends pas les votes négatifs sur un texte qui ne fait qu’informer sur la parution d’un livre. On a le droit de ne pas aimer, encore faut-il l’avoir lu !
    Mais certains sont tellement contents de votre contre Chalot !

    • PATRICE T PATRICE T 16 octobre 2013 17:05

      Vous avez raison J. MOUROT, la simple « griffe » CHALOT suscite des votes négatifs ou la diatribe gratuite, peu importe ce qu’il écrit.

      Je suis persuadé que s’il écrivait sur un même sujet à quelques jours d’intervalle une version blanche et une version noire, les mêmes voteraient contre dans les deux cas et l’attaqueraient pareillement.


    • Danièle Dugelay Danièle Dugelay 16 octobre 2013 19:43

      Bonjour, Monsieur Mourot.

      Je vous invite à aller voir les critiques laissées à propos de ce livre ou même voir les avis des lecteurs sur un site commerçant comme « Amazon ». Vous constaterez que tous, même des spécialistes de la période ou du milieu du théâtre, reconnaissent que cette fiction se passe dans un environnement parfaitement identique à l’Histoire de la Comédie Française ? Je suis allée voir sur Amazon car ils proposent d’inscrire dans une liste d’objets préférés et je serai heureuse de le retrouver pour l’offrir à ma fille, professeur de théâtre.

      Cordialement.


    • La mouche du coche La mouche du coche 16 octobre 2013 20:55

      Article communautaire. il n’y avait que des juifs sous l’occupation ?


    • francesca2 francesca2 16 octobre 2013 20:57

      TIENS ! 

      LA’ il vous gêne le communautarisme ! 

    • ARMINIUS ARMINIUS 16 octobre 2013 16:30

      Je pense qu’il y a des comités de vigilance qui comme dans la période 1930/1941 aux US ( particulièrement à Hollywood) veillent à censurer ce qui de près ou de loin pourrait nuire à certains partisans du totalitarisme. Ainsi le terme « bête immonde » doit aussitôt déclencher l’activation de ces comités...l’information, surtout quand il s’agit d’une oeuvre de fiction doit donc mettre des gants et recourir à la bonne vieille formule : « toute ressemblance avec une personne existante ou ayant existé ne pourrait être que purement fortuite... »


      • Féraud 16 octobre 2013 16:56

        Il faut être courageux et dire ce qui est : le fascisme a été et est une bête immonde.


        • Danièle Dugelay Danièle Dugelay 16 octobre 2013 19:36

          Vous qui prenez plaisir à cliquer sur « non » sans même écrire un commentaire, car cela vous est impossible puisqu’en l’occurrence le « oui » ou la neutralité s’impose devant un texte qui ne fait que présenter un livre, eh bien je n’ai aucune hésitation à vous le dire : VOUS ETES RIDICULES. Il y a, parmi les lecteurs qui ont donné une appréciation sur cet article 47% de tristes imbéciles. Je vous assure que vous ne faites pas l’honneur de notre pays et de ses habitants, pourtant je suis persuadée que vous vous déclarez « des patriotes », le nouveau nom des membres de l’extrême droite qui ne veut plus s’avouer de droite et encore moins « d’extrême ». Vous vous présentez comme des personnes incultes, parfaitement ignorantes de ce que peut être un raisonnement logique. Tenez, vous me faites pitié ! Si c’est cela les soi-disant perturbateurs de l’extrême droite qui se renie, les républicains n’auront pas besoin de se donner du mal pour vous claquer le bec. Il s’agira de vous laisser exprimer votre sottise et le ridicule vous achèvera. Comme vous êtes lâchement anonymes, même pas besoin de tombe ou d’urne. N’oubliez pas de « moinsser », cela me fera plaisir et m’honorera, quant aux injures, si elles montrent autant de talent et de créativité que d’habitude, je pense que je vais prendre une bonne cure d’éclats de rire. Merci à l’avance.


          • vesjem vesjem 16 octobre 2013 20:22

            « Bénédicte entre à la Comédie Française, aidée par son seul talent.... »
            j’aurais acheté s’il c’était agit d’une pestiférée bretonne


            • ZenZoe ZenZoe 17 octobre 2013 11:31

              Merci à l’auteur de nous faire partager ses découvertes, toujours intéressantes.
              Il est vrai que cette triste époque nous a privés de grands talents. J’ai eu un sacré sentiment de tristesse après avoir lus les romans d’Irène Némirovski, grande romancière déportée en 42.
              Si ele avait vécu, que n’aurait-elle écrit sur les années qui ont suivi, le branle-bas général, les fuites en catastrophe à l’étranger, les reconversions tardives, l’épuration, les pardons arrangés...

              Sur le sujet de l’art - l’art triomphera toujours dites-vous - n’oubliez quand même pas qu’il y a aussi un « art officiel » qui a le triomphe regrettable. L’Allemagne nazie, l’URSS de Staline, la Chine d’hier et d’aujourdhui, la Corée du Nord... L’art n’est pas qu’une expression de la liberté individuelle, il est aussi un outil de propagande collective bien connu des dictateurs et de beaucoup d’artistes consentants (ou affamés), il ne faut pas se voiler la face.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires