• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > De Vivien Leigh à Caroline Silhol, Hollywood revival

De Vivien Leigh à Caroline Silhol, Hollywood revival

Avec l’affiche d’« Autant en emporte le vent » en toile de fond, Caroline Silhol, tenue mordorée, s’approche d’un des deux fauteuils club rouge, reconstituant, auprès d’un bouquet de roses blanches en panache d’un simple guéridon, la dernière conférence de presse donnée, dans les sixties, par l’une des actrices symbolisant au mieux l’âge d’or du cinéma Hollywoodien.

D’une première question journalistique s’amorce alors, en réponse unique, le parcours d’une carrière vouée au Star system qui aura réuni autant à la ville qu’à l’écran ainsi que sur scène, ce couple mythique du Théâtre anglais au XXème siècle, à savoir celui de Vivien Leigh & Laurence Olivier.

En héros Shakespeariens sur les planches de Londres, leur union de vingt-quatre années, à la fois conjugales et professionnelles, irait, cependant, se fracasser sur la psychose maniaco-dépressive à la fois moteur et fossoyeur de la nature déterminée de Vivien.

Sans doute l’implication excessive de la comédienne dans des rôles existentiels résolument dramatiques contribuerait à briser son aura, pourtant à l’origine des deux Oscars la menant de la sublime Scarlett O’Hara face à Clark Gabble jusqu’à la poignante Blanche d’« Un tramway nommé désir », en danse du diable avec Marlon Brando.

Certes, à la Comédie des Champs-Elysées, Caroline Silhol arborant les atours évanescents d’un culte emblématique à la blondeur absolue, symboliserait plus spontanément une esthétique charismatique proche de Marylin Monroe, mais c’est, sans doute précisément, dans le contraste violent voire l’électrochoc entre ses tonalités de langueur faussement désinvolte, en prise avec la vivacité extrême des répliques fusant comme des grenades dégoupillées, que la justesse de son incarnation va transcender cette opposition des apparences.

En outre, en adaptatrice du texte original de Marcy Lafferty, Caroline Silhol cumule, de fait, les compétences à se projeter dans l’imaginaire des monstres sacrés, lié à une époque à jamais révolue.

Ainsi, le rayonnement solaire de l’interprète vient se substituer à la légende de la Star des Grands Studios, accompagnée autant dans son accomplissement que dans son désarroi lucide, alors même que celle-ci résume, avec ironie et pertinence, les cinq étapes de la vie d’un acteur :

1) Qui est Vivien Leigh ? - 2) Je veux Vivien Leigh ! - 3) Je veux une Vivien Leigh ! - 4) Je veux une Vivien Leigh jeune - 5) Qui est Vivien Leigh ?...

photo affiche © Pascal Ito / Visuel film AFPH

LA DERNIERE CONFERENCE DE PRESSE DE VIVIEN LEIGH - ** Theothea.com - de Marcy Lafferty - mise en scène : Michel Fagadau - avec Caroline Silhol - Comédie des Champs Elysées -

 


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (1 vote)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès