• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Deauville et l’Amérique : histoire d’un Festival

Deauville et l’Amérique : histoire d’un Festival

Le 36e Festival du Film Américain aura lieu à Deauville du 3 au 12 septembre. Mais pour quelles raisons cette station normande a-t-elle eu l’idée de créer ce Festival ? En voici les raisons...

Deauville, comme Vénus, est née de la mer. Avant les années 1850, les lieux n’étaient qu’une étendue de sable et de marais où paissaient des moutons. C’est grâce à l’invitation du docteur Oliffe, en l’été 1858, que Charles Auguste Louis Joseph, duc de Morny, frère adultérin de l’empereur Napoléon III, fît la connaissance du port de Trouville et de ses environs. Découvrant lors de ses promenades, à la sortie du petit port, 160 hectares de terrains vierges et de plage de sable fin, ce visionnaire épris de luxe et de beauté, à une époque où les bains de mer commençaient à être à la mode, eut l’idée de faire sortir des marais, au bord du flot et des sables, à à peine 200 km de la capitale, cette station balnéaire qu’il voulait élégante et prestigieuse.

L’ensemble des plans fut établi par Berney, architecte parisien, amoureux de ce littoral. Il n’y manquait ni la gare, ni le casino, ni l’hippodrome, ni même le pont sur la Touques, trait d’union avec Trouville, cette aînée qui voyait grandir jour après jour une cadette déjà prête à rivaliser avec elle. L’affaire fut donc rondement menée et, dès 1866, le boulevard Cornuché voyait s’élever de luxueuses villas, alors que le Grand Hôtel s’apprêtait à recevoir une clientèle avide de distractions et de plaisirs. Malheureusement le duc de Morny n’eut guère le temps de profiter de la ville née à la fois de l’eau, des sables et de son imagination. Il mourut brutalement en 1865, laissant à ses successeurs le soin de poursuivre son oeuvre et de parer de séduction l’enfant chérie qui se préparait à devenir l’une des stars les plus convoitées de la côte. D’autant que Deauville ne se contentait pas d’offrir les loisirs habituels des stations balnéaires, son ambition était autre : elle désirait être le site des innovations que cette fin de XIXe ne cessait de promouvoir, préfigurant la modernité du siècle suivant, si bien que la ville devint, dès 1910, le lieu privilégié des courses automobiles, équestres et même d’aviation et d’hydravion. En août 1913, la course Paris-Deauville en hydro-aéroplane suivie, deux semaines plus tard, du concours des avions marins marqueront les mémoires. Ce dernier avait pour objectif la sélection d’appareils susceptibles de répondre aux besoins de la marine française. Quinze pilotes seront présents sur des monoplaces et des biplans et la meilleure vitesse sur base sera atteinte par Molla qui couvrait la distance de 555 km en 5h24m. Les nombreux spectateurs et les badauds présents sur les lieux s’enthousiasmèrent autant des performances que du passage, sur les planches, de personnalités comme Mistinguet, Maurice Chevalier et Roland Garros. Régates nautiques, courses diverses, hôtels et boutiques de luxe, casino, golf, Deauville avait tout pour séduire. Il ne lui manquait qu’un festival ... elle l’aura, après que deux guerres, et surtout celle de 39/45, aient affligé la Normandie de dommages dont elle sera longue à se relever et donné à l’Amérique le redoutable privilège de jouer dans son histoire un rôle déterminant. En 1945, la province est exsangue, les villes ravagées, les populations meurtries, mais le débarquement a eu lieu et la France est libérée ou sur le point de l’être. Le littoral a vu mourir sur ses plages des milliers de jeunes soldats américains, canadiens, anglais et français bien entendu, au point que les cimetières ont remplacé les champs d’épeautre où fleurissaient les coquelicots.

Il est indispensable que le trait d’union entre la France et l’Amérique subsiste, mais de la façon la plus réconfortante, la plus artistique et innovante qui soit. Ce sera un festival du cinéma que vont patiemment envisager le groupe Barrière, le maire Michel d’Ornano et sa femme, Lionel Chouchan et André Halimi, pour rester fidèle à l’esprit novateur de la station. Ils le porteront sur les fonds baptismaux en septembre 1975, au cours d’une fête modeste, mais qui ne cessera plus, au fil des années, de recueillir les suffrages, d’attirer le public et d’apparaître comme l’un des événements incontournable du 7e Art. D’autant que Deauville met en avant la diversité cinématographique des Etats-Unis et n’a de cesse de faire découvrir au public français les nouveaux talents.

On se rend à Deauville comme à Cannes ou à Venise ; ce Festival est l’un des rendez-vous les plus courus par les professionnels et les amateurs. Ils savent qu’ils seront bien reçus, que la ville dispose d’un ensemble hôtelier et de salles de spectacle dignes d’une telle manifestation. Pas moins de 50.000 spectateurs et 200.000 visiteurs en 2007 ; il est vrai que les organisateurs s’en sont donnés les moyens. Chaque année, en septembre, la ville resplendit de fleurs, les drapeaux claquent au vent, les restaurants ont affiné leurs menus, le ciel voit revenir les lumières aquarellées d’un début d’arrière-saison généralement agréable en cette région. Après les hommages institués en 1977 pour honorer des personnalités remarquables du 7e Art , la compétition des avant-premières sera inaugurée en 1995. Avant cela, le Festival se contentait d’être une rampe de lancement pour les grosses productions d’Outre-Atlantique ; désormais, à travers ses divers Grands Prix, Deauville se plaît à récompenser des oeuvres indépendantes et de qualité. Et, récemment, une toute nouvelle innovation a donné satisfaction à la plupart des cinéphiles : Les nuits américaines qui projettent dans les salles des cinémas de la station les classiques, mémoire d’un cinéma qui a largement contribué à l’aura dont bénéficie l’art cinématographique. Ne devons-nous pas à l’Amérique des films inoubliables que ce Festival nous propose de revoir avec plaisir ? Ainsi, dans un décor de rêve, le long d’un littoral que les plus grands peintres se sont plus à évoquer, en cette fin d’été si propice aux lumières douces et à peine voilées, le Festival de Deauville attire les amoureux, non seulement du cinéma, mais peut-être aussi de la lumière particulière que l’art pose sur les choses. Les célèbres planches ne cessent plus de voir défiler, se promener, s’attarder ces gens dont on parle. Après l’Aga Khan, Churchill, le roi d’Espagne, André Citroën, Coco Chanel, ce sont George Clooney, Harrison Ford, Tom Cruise, Matt Damon, Sharon Stone, Julia Roberts, Angela Joly ou Meryl Streep. Les badauds se bousculent, rêvent un moment, sommes-nous en France, en Normandie, à Deauville ou simplement ailleurs...

 

Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE

Documents joints à cet article

Deauville et l'Amérique : histoire d'un Festival Deauville et l'Amérique : histoire d'un Festival

Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (4 votes)




Réagissez à l'article

1 réactions à cet article    


  • Surya Surya 2 septembre 2010 20:41

    Un bien intéressant article. A suivre, donc, puisque ça commence demain.
    Je me permets d’ajouter que le cinéma américain n’est pas le seul qui soit mis à l’honneur à Deauville. Chaque année, la ville, qui est décidément attachée au cinéma comme Cannes, honore en mars le cinéma asiatique. Prochaine édition en 2011, du 9 au 13.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès