• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Démineurs : Une explosion d’indécence

Démineurs : Une explosion d’indécence

L’histoire… simple à résumer !

L’histoire… simple à résumer ! Une compagnie américaine en mission de déminage en Irak, face à diverses situations à risques.

Admettons… Mais lorsque le film est tourné de façon à poser en victime l’armée américaine face aux populations arabes, à les ériger au rang de héros lorsqu’ils parviennent à réparer les dégâts qu’ils ont eux-mêmes provoqués, on doute de l’originalité du scénario. 

Un film encensé par l’ensemble de la critique : « Explosif », « On aurait tort de faire la fine bouche (...) devant ce très bon Démineurs, qui envisage cette guerre du strict point de vue concret de trois hommes englués dans un quotidien aussi répétitif qu’extraordinaire. » Charlie Hebdo,

 « Chronique formidablement dense et détonante du quotidien d’une petite équipe de démineurs pendant la dernière guerre d’Irak. » Le monde,

 Mais qu’y a-t-il de si fascinant ? Est-ce la morale américaine vue et revue maintes fois ? 

Une bien belle morale : les gentils américains débarquant dans les pays arabes pour les sauver de leur misère, les sauver d’eux-mêmes puisqu’ils sont tous perçus comme des ennemis, femmes, enfants… Certes ! Mais c’est une vision bien manichéenne de la situation, l’armée américaine au centre, les « gentils », face aux « méchants » civils, quels qu’ils soient, tous assimilés à des terroristes potentiels. 

Mais que cherche le cinéma américain ?

Montrer son héroïsme ? Louable en soi, mais pas lorsque l’on connaît les motifs de cette guerres. Ou réaffirmer son désir impérialiste ?

Pour un public peu critique, l’armée américaine, avec toute sa bravoure, tente de répandre la paix sur terre. 

On en a assez de cette morale, simple prolongement d’une idéologie destructrice !

Staline y avait déjà pensé avec son contrôle de la culture et la production de films pour vanter les bienfaits du communisme.

On ne peut utiliser ce genre de sujet, sources de nombreuses divergences politiques au niveau international pour divertir des populations qui n’en connaissent pas la portée.

Certes, c’est un bon film d’action, de suspense, plein d’émotions mais quel est le besoin de montrer l’horreur qu’ils provoquent à travers leur héroïsme ? Même si ce qui est montré n’est qu’un euphémisme de la réalité.

Sur quoi se fonde donc la critique ? Si c’est sur la qualité de la superproduction américaine, c’est recevable, mais autant aller voir un bon film d’action surréaliste.

Il est évident que « Démineurs » ne présente pas grand intérêt. Ce qui est tout de même frappant c’est de faire un film reposant sur un sujet aussi discutable que la guerre en Irak. Et surtout d’avoir le talent qu’ont eu les réalisateurs, de nier les grandes vérités de la guerre en Irak que sont : la destruction des populations civiles, la torture de l’armée…

Le film aura au moins mis en lumière la volonté de mettre au grand jour cette « addiction » à la guerre de certains, avec pour introduction « la guerre est une drogue. » Oui une drogue qui fait des ravages.

C.Lagorce


Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (16 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • abdelkader17 29 septembre 2009 10:13

    un film encensé par l’ensemble de la critique : « Explosif », « On aurait tort de faire la fine bouche (...) devant ce très bon Démineurs, qui envisage cette guerre du strict point de vue concret de trois hommes englués dans un quotidien aussi répétitif qu’extraordinaire. » Charlie Hebdo

    Il n’est pas étonnant que l’avant garde de la réaction encense de telles saloperies,ce n’est pas nouveau le cinéma américain représente depuis des décennies les arabes comme des brutes sanguinaires,d’ailleurs comment peut on parler de cinéma.
    http://www.youtube.com/watch?v=uTui9qYQQ7A


    • joelim joelim 29 septembre 2009 22:16

      Ces films de propagande sont à gerber. Je n’ai pas vu celui-là mais je ne doute pas qu’il comporte la petite dose de violence inouïe qui est la marque de fabrique des films de suspens américains. 

      Ils sont addicts à la violence, tout simplement. Parce que les producteurs de ces films y trouvent leur compte, incapables qu’ils sont de réaliser de vrais films, qui eux ne seront jamais oubliés (Urga, Andreï Roublev...). Heureusement il y a aussi un bon cinéma américain (les frères Cohen...).

    • JL JL 29 septembre 2009 10:16

      On ne peut qu’approuver. Et je pense que vous êtes très, très modéré par rapport à ce qu’il y aurait dire, à la fois de ce film, de l’idéologie américaine, et de ceux que vous désignez par « l’ensemble de la critique ».


      • Lapa Lapa 29 septembre 2009 10:30

        je ne suis pas du tout d’accord avec vous. Vous avez un parti pris idéologique qui fait que vous ne concevez pas un film sur la guerre en Irak autre que selon vos propres critères.
        Et bien la réalisatrice n’en a rien à foutre de vos idées et de vos envies.

        Pourquoi ce film devrait obligatoirement parler de la torture ? il y a un quota à respecter ? Surtout que ce thème n’est pas vraiment adapté pour une équipe de déminage... c’est pas la vie d’un commando de recherche de terroristes, ou là, l’occultation de faits à l’encontre de la population civile aurait été grave.

        Quant au sentiment de gentil américain et méchants irakiens, vous devez bien être le seul à l’avoir vu. Parce que justement vous voyez le monde de manière binaire (méchants américains et gentils irakiens) tout film n’étant pas dans cette logique vous insupporte.

        Bref, au delà de ce filtre idéologique de base, il convient peut être d’aller plus loin dans la critique d’un film.

        J’ai apprécié ce film pour plusieurs raisons :

        la facture est de bonne qualité
        la tension est parfaitement présente tout au long, c’est nerveux.
        le sujet est intéressant : il est rare de faire un film sur une équipe de déminage
        l’impasse de la présence américaine en Irak est parfaitement montrée, les relations (ou justement l’absence de relation) avec la population est prenant, montrant que le pays n’est pas du tout pacifié (d’ailleurs il y aura plus de morts pendant la « paix » que pendant la courte « guerre ».) exposant ainsi l’échec de la politique américaine.
        bref les sentiments de se sentir complètement en armée d’occupation et le malaise qui en ressort
        le réalisme des situations, le fait de ne pas avoir pris d’acteur ultra connu.
        le fait de montrer ces soldats américains, non comme des monstres qui vont aller fusiller du civil avec le sourire au lèvres (ce qui aurait surement plu à l’auteur) , ni comme des héros patriotiques faisant leur devoir pour sauver l’humanité... mais juste comme des solitaires pris dans des situations qui les dépassent et faisant leur boulot et en espérant rentrer.
        le fil conducteur du film qui est que la guerre est une drogue.
        la scène d’anthologie de combat de snipers
        la bande son
        pas de rencherissement dans le spectaculaire ou le larmoyant.

        ah et il n’y a pas véritablement de suspens, sauf peut être à la fin. On se doute bien que le démineur va pas péter au milieu du film. Par contre la tension est bien présente.

        En résumé un bon film qui , s’il ne dénonce pas l’invasion de l’irak comme certains le voudraient (mais ce n’est pas son propos ), devrait vous ôter l’envie de vous engager dans l’armée et qui arrive non sans mal à montrer l’absurdité et la dureté de cette « guerre » 2h de tension quasi non stop.


        • LE CHAT LE CHAT 29 septembre 2009 10:55

          Ce qui est tout de même frappant c’est de faire un film reposant sur un sujet aussi discutable que la guerre en Irak

          pourquoi , il devrait pas y en avoir ? Il y a bien eu une excellent série over there  , et de nombreuses série font allusion à cette guerre car des personnages y sont passés .
          à 500 milliards dépensés par an là bas , ça vaut quand même le coup de s’interroger à quoi sert le pognon !!!


          • Bilok 29 septembre 2009 12:19

            Tout à fait d’accord avec Lapa.

            Avant d’essayer de donner un sens au film, vous auriez pu vous intéresser à sa réalisatrice, Kathryn Bigelow.

            D’ailleurs je vous conseille d’aller faire un tour sur ce très bon site de critique http://louvreuse.net/.

            D’abord, vous y trouverez un petit texte sur ce film et de plus un retour sur la carrière de cette femme.

            Mais pour être plus précis, comment peut-on croire que la seule idée de cette personne était de mettre en avant le preux soldat américain combattant les méchants arabes, si l’on a déjà vu Point Break ou Strange Days.


            • jltisserand 29 septembre 2009 14:02

              Bah ! Pourquoi vous étonner ? De toutes les guerres qu’ils ont entreprises (et à peu près toutes perdues d’ailleurs) ils ont en fait des films à succès. En réalité l’armée américaine est le meilleur pourvoyeur de scenariis du Hollywood.

              Et donc ils continuent à faire du fric avec.

              Personne ne me démentira : Les films sur la guerre du Vietnam, Le Faucon noir - sur la corne de l’Afrique, l’Amérique Latine aussi a fait l’objet de films d’action, L’Afganistan aussi, la Corée. En allant au ciné, Vous pouvez passer en revue toutes les merdes dans lesquelles ils se sont collés et donc les tripotées par eux récoltées aussi.


              • Zord Zord 29 septembre 2009 14:20

                "Pour un public peu critique, l’armée américaine, avec toute sa bravoure, tente de répandre la paix sur terre. 

                On en a assez de cette morale, simple prolongement d’une idéologie destructrice !"

                De la même, On a en assez d’entendre ce genre de chose des dénonciateurs de la propagande américaine.

                Non, ce n’est pas parce que ce film parle de démineurs américains qu’on ressort de la séance en se disant que les américains sont gentils et les irakiens sont méchants.

                Non, les spectateurs n’ont pas tous 3 de QI, et peuvent s’informer autre part qu’au cinéma.

                Oui, on peut aller au cinéma, juste pour passer un bon moment, et apprécier un film même si il ne dit pas tout ce avec quoi on est d’accord.

                Votre critique survole le film, mais à aucun moment n’a des arguments concrêts sur la mise en scène, le jeu des acteurs, la musique, etc...

                C’est comme le dit Lapa, une critique idéologique et non cinématographique.


                • nicco 29 septembre 2009 15:25

                  Il y a une chose aussi risible que les stéréotypes, ce sont les dénonciations stéréotypées.

                  Comme signalé plus haut, je vous conseille fortement de vous intéresser à la réalisatrice de Démineurs, ainsi qu’à son scénariste. Car, première révélation, il y a des auteurs derrière les « machines propagandistes du sale Hollywood ».

                  Donc mettre Bigelow dans le même panier qu’un Neal H. Moritz, c’est assez ridicule, et démontre une vision des évènement aussi « égocentrée » que celle que vous tenter de rabrouer.

                  De plus, quand je lis ça :
                  "Une bien belle morale : les gentils américains débarquant dans les pays arabes pour les sauver de leur misère, les sauver d’eux-mêmes puisqu’ils sont tous perçus comme des ennemis, femmes, enfants…« 

                  j’ai immédiatement envie de vous conseiller d’aller voir le film, vous constaterez qu’à aucun moment les GI ne sauvent qui que ce soit et ne sont montrés en héros.

                  En tarés accrocs à l’adrénaline, oui. En balourds perdus risquant leur vie sans savoir pourquoi, oui.
                  En héros, jamais.

                  Enfin, en quoi la guerre en Irak serait un sujet »discutable«  ?

                  Sous prétexte que la guerre soit elle-même discutable, on ne devrait pas en parler ? On ne devrait pas en faire des films ?
                  D’autant que si on accepte de voir ce qu’il y a sur l’écran sans y projeter ses fantasmes, on remarque que le film pourrait se dérouler n’importe où, CE SERAIT EXACTEMENT PAREIL !

                  Et oui, la guerre en Irak n’est pas le sujet du film, ce n’est qu’un décor.
                  Le film s’appelle Démineurs, je vous invite à réfléchir là-dessus.

                  La réalisatrice aurait choisi un autre lieu et une autre époque que d’autres auraient trouvé à redire : »C’est toujours les gentils ricains contre les méchants viets, gnagnagna, et pendant que je chiale je pense pas à regarder des films viets pour m’apercevoir que chez eux, ho étonnement, c’est pareil. Presque pareil, puisqu’eux non pas eu des Nés Un 4 Juillet et autres films anti-militaristes produits par ce sale système propagandiste hollywoodien. Ha la nature humaine alors, que c’est complexe...".

                  Démineurs ne représente pas pour vous un grand intérêt précisément parce que vous êtiez venus chercher un film sur la guerre en Irak, sur le peuple irakien, et non sur les démineurs. Et si possible de quoi alimenter votre verve envers ce sale Hollywood.

                  Je comprends votre frustration, car vous avez dû imaginer vous-même toutes ces scènes à la gloire de l’US Army. Mais de là à en faire un article...

                  Pour certains leur drogue c’est la guerre, pour d’autres ce sont les œillères idéologiques.


                  • charles-edouard charles-edouard 29 septembre 2009 22:14

                    un bon film pour les bobos qui partent en guerre mais dans une salle bien climatisée
                    il en est même qui en salive de plaisir,qui parle de chef-d’oeuvre
                    que c’est jouissif un film de guerre le phallus en erection tel un missile
                    puis on rentre chez sois sauter sa petite peggy ben oui quoi nous ont plein d’amour et de tendresse ,la guerre ont aime pas peace and love
                    le computeur neurophile qui vous sert de cerveau est out,

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès