• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Discrimination et homophobie

Discrimination et homophobie

En direct de ma Segpa

Groupe action Gay et Lesbien du Loiret

Deux animateurs bénévoles viennent dans la classe de troisième pour évoquer ces deux sujets délicats. Les premières questions restent sans réponse, les élèves qui étaient si bruyants l'heure précédente, sont totalement muets. Bien vite, deux de nos derniers lascars se font remarquer. Les élèves ont à remplir une feuille anonyme, ils doivent s'exprimer en quelques lignes, évoquer pour eux ce que représente l'homosexualité.

Un tableau à remplir permet de s'exprimer par quelques croix. C'est une manière distanciée de poser la réflexion. Le silence demeure lourd et pesant durant le passage à l'écrit. Un petit film est alors projeté aux élèves. Quelques rires discrets, une attention soutenue pour ces scènes du jeu de la séduction chez les adolescents. Deux garçons s'embrassent à l'écran, une petite réaction se fait entendre.

L'animateur interroge les jeunes sur les scènes aperçues. La parole se libère, quelques garçons interviennent, une seule fille ose une réponse pour l'instant. Il s'agit de définir des comportements, la fiction permet sans doute d'accepter ou bien de réfléchir à ce qui ne saurait être admis vraisemblablement dans le groupe.

Un second film, dans un quartier cette fois. Des acteurs de la diversité, une langue de la zone et pourtant la même problématique qu'il faut taire. Deux garçons : Arthur et Omar le caïd se retrouvent dans une cave, échangent des poèmes. L'un d'eux dit la douleur des insultes, sa rage de ne pouvoir être lui-même. Ils s'embrassent et sont vus. Le masque tombe, le poids de la cité contraint Omar au départ.

Aucune intervention durant la projection. Cette fois, c'est vraiment pesant. L'inacceptable est clair ; l'homosexualité ce n'est pas pour les quartiers. Les valeurs sont claires, on ne peut être chef quand on est homosexuel. C'est in-envisageable pour nos lascars. « La Honte pour la France ! » ajoute même un garçon quand l'autre dit « Mon père m'aurait tué ! ».

Les deux bouffons ont pris la parole, ils font glisser le débat, il faut que tout tourne autour de leur si importante personne. L'animateur tombe dans le piège. « Z » répond encore tout en provoquant discrètement sa voisine. Les apartés surviennent, un autre joue avec sa trousse. Cela fait une heure, c'est sans doute trop pour rester attentif.

Curieusement, toutes les idées reçues sont gentiment déclarées par l'un des deux. Ce n'est pas de la provocation, il est sincère, franchement naïf. L'intervention est devenue un échange triangulaire. Tous les autres sont silencieux ou occupés à autre chose dans un vrai calme d'indifférence ou de gêne. Je ne parviens pas à savoir si le sujet les préoccupe.

Enfin un autre élève intervient. « Z » immédiatement lâche une blague pour reprendre la main, rester le maître du jeu. Mes collègues doivent intervenir pour calmer quelques jeunes. Une jeune fille plus à l'aise dans le langage excrémentiel se donne enfin la peine d'intervenir. C'est l'occasion de rires et de remarques.

Subrepticement « Z » insulte ses camarades filles. Il continue à occuper la parole pour perturber, il s'agite, se tient mal quand son acolyte est vraiment attentif au sujet. L'animateur cherche à centrer son intervention sur la gravité des insultes homophobes pour ceux qui en sont victimes. Il y a quelques acquiescements discrets, des signes de tête. Pourtant, rien ne se débride vraiment. Cette séance est pesante car elle se focalise sur quelques élèves qui phagocytent l'intervention de manière discrète.

L'animateur ne cesse de parler, il meuble leur silence. Il est sans cesse dans le commentaire. Heureusement, son collègue permet à une jeune fille d'intervenir. C'est trop bref, le monologue reprend. Huit élèves n'ont jamais rien dit. Que peuvent-ils retenir ? Qu'entendent-ils vraiment ? Je m'interroge également : comment aborder de tels sujets dans le contexte de la classe ?

L'animateur cherche à tenir son programme. Quand l'horloge est la maîtresse du temps, il n'y a pas de place à la spontanéité. Enfin, il ouvre la porte à l'expression en donnant un papier pour que chacun puisse poser une question. Un garçon chiffonne son papier, d'autres se regroupent. Des élèves n'écrivent rien, non pas par incapacité mais par totale indifférence. Par bêtise ou par pudeur ? J'aimerais que ce soit la seconde hypothèse … D'autres jouent le jeu, heureusement.

Les questions ? Les rires fusent, les interventions parasites également. C'est un signe !

 

    • Êtes-vous homo ?

    • Comment on sait qu'on est homo ?

    • Comment peut-on tomber amoureux d'une personne du même sexe ?

    • Pourquoi insulte-t-on les personnes différentes ?

    • Pourquoi se suicider si on accepte son orientation sexuelle ?

    • Si je réponds à l'insulte par la violence, est-ce que je peux être puni ?

    • Comment feront-ils plus tard des enfants ?

    • Que va-t-il se passer si tout le monde devient homo ?

 

Sur un des papiers, de manière anonyme un pauvre garçon intolérant et stupide pour lequel je n'ai aucun doute, a écrit : « Les PD méritent de mourir ! » Il se trahit clairement à la lecture de ce maudit jugement. Un autre a déclaré : « Les homos c'est une honte ! ». Il reste discret. La lecture des questions et leurs réponses n'ont donné lieu à aucune réaction. La classe est restée atone.

Nous terminons par l'inévitable fiche d'auto-évaluation. Mes deux lascars reprennent la parole, ils occupent l'espace, ils ont parfois des remarques pertinentes, d'autres fois, ils jouent. L'animateur est encore dans le lien avec eux deux. Il oublie ceux qui ne disent rien, tous les autres. Heureusement, une jeune fille pose une question pour casser ce dialogue que je trouve inutile car faux pour ces deux garçons qui jouent à faire semblant.

L'animateur entre alors dans l'anecdote personnelle. Il donne un peu plus d'âme à son intervention. Il touche quelques cœurs. Il est resté trop technique à mon goût jusqu'alors. Mais une fois encore, l'échange se réalise avec les mêmes. Ils ont réussi leur coup. Les autres furent exclus ou se sont exclus de cette séance. En ont-ils retenu quelque chose ?

J'étais réticent à cette intervention car je ne l'avais nullement sollicitée. Au bout du compte, elle fut nécessaire mais a-t-elle été utile ? C'est toujours la question dans une classe où se jouent aussi des rapports de force, des représentations et des comportements à tenir. C'est bien compliqué tout ça et le groupe ne permet sans doute pas de libérer une parole intime.

Observateurement vôtre


Moyenne des avis sur cet article :  2.89/5   (36 votes)




Réagissez à l'article

93 réactions à cet article    


  • L'enfoiré L’enfoiré 7 juin 2013 09:30

    Bonjour Nabum,


     Bien observé. smiley
     « Au bout du compte, elle fut nécessaire mais a-t-elle été utile ? »
     Une question sans réponse ou plutôt si on se demande ce que veut dire « utile ».
     Utile pour qui ? Pour quoi ?
     L’homme est grégaire. S’il réagit d’une manière en étant solitaire avec intelligence, le fera-t-il dès qu’il est en groupe ?


    • C'est Nabum C’est Nabum 7 juin 2013 12:40

      L’Enfoiré


      Nous n’avons pas fait reculer l’obscurentisme ; ce mal sournois qui gagne de plus en plus de terrain dans nos classes et c’est ennuyeux !

    • King Al Batar King Al Batar 7 juin 2013 09:45

      Putain mais y a pas autre chose a foutre à l’école que de venif faire chier des gosses de troisième avec toutes ses conneries.
      Avant, je me demandais si effectivement il ne fallait pas éduquer certaines personnes à ne pas hair l’autre.
      Maintenant, je me demande si on devrait pas éduquer certaines personnes à ne pas se montrer detestable.

      A la base, de mon point de vue, les gens font ce qu’ils veulent de leur coeur et de leur cul, je n’ai pas de jugement à porter. Maintenant, ce serait gentil qu’il fasse ce qu’ils veulent sans faire chier le monde. Arreter de se poser en victime permanent, et arreter de vouloir normaliser les différences, alors que la tolérance me parait bien plus conforme.

      Avant je m’en foutais des homos, aujourd’hui ils schouinent tellement et font tellement ce qu’ils veulent qu’ils vont finir par m’agacer sérieusement. Pas pour leur pratiques, mais parce qu’on entends qu’eux, et qu’il schiale trop fort pour finalement assez peu...


      • C'est Nabum C’est Nabum 7 juin 2013 12:42

        King Al Batar


        Si je partage quelques-uns de vos idées, je ne peut accepter la forme que prend votre ras le bol. C’est ainsi qu’on provoque des failles tout autant qu’en en faisant trop comme ces deux messieurs.
        Je vous rappelle que je n’avais rien demandé.

      • C'est Nabum C’est Nabum 7 juin 2013 12:44

        julius32 


        Lobby Gay et théorie du Genre, voilà les mensonges d’une réaction qui ne sait plus comment diffuser la haine.

        S’il est vrai qu’un débat mérite d’avoir lieu, il ne peut se satisfaire de telles formules ! 

        Merci 

      • C'est Nabum C’est Nabum 7 juin 2013 13:00

        Julius


        À quoi bon argumenter puisque vous avez une certitude fondée sur des convictions religieuses.
        Je ne peux rien pour vous !

      • philouie 7 juin 2013 13:13

        C’est Nabum :

        et il ne vous vient pas à l’idée que les parents des enfants que l’on vous confie ont pour certains des convictions religieuses et que ces convictions doivent être respectées.

        Si l’école publique utilise le pouvoir qui lui est donné afin de faire de la propagande qui va à l’encontre des convictions religieuses des parents, elle trahit sa mission : elle devien le bras armé d’un procéssus totalitaire qui nie l’individualité au service d’un projet qui n’est pas le fruit de la volonté des citoyens mais de la volonté des élites dominantes.

        Dire que le rôle de l’école c’est d’instruire et celui des parents d’éduquer puis, en douce, d’inverser les rôles sans la moindre concertation, relève de l’abus de pouvoir.


      • King Al Batar King Al Batar 7 juin 2013 14:09

        Nabum vous avez raison, j’ai certainement été un peu brutal et dur dans ma reflection, je vous le concede largement.

        Pour mettre de l’eau dans mon Saint Emilion, je vous dirais qu’en ce moment il y a des homos, et des politiciens qui font énormément de torts à d’autres homos...

        Cordialement


      • C'est Nabum C’est Nabum 7 juin 2013 14:54

        Julius

        Les mots me manquent !

        Bienheureux les simples d’esprits, le royaume des cieux leur sera grand ouvert


      • L'enfoiré L’enfoiré 7 juin 2013 21:58

        Et au sujet du lobby des hétéros, des bi-sexuels, des trans-sexuels, des paranos, des gigolos, ... on ne parle pas encore en France ?

        Il y a du grain à moudre...
        Au sujet de l’homophobie, j’ai ressorti des vidéos...
        Et oui, on fêtait le dixième anniversaire du mariage homo.
        Tout va très bien malgré cela. Pas eu de rassemblements. Rien n’a sauté....
         smiley 

      • Constant danslayreur 7 juin 2013 10:06

        "Un petit film est alors projeté aux élèves. Quelques rires discrets, une attention soutenue pour ces scènes du jeu de la séduction chez les adolescents. Deux garçons s’embrassent à l’écran"

        A l’école ? Mais de quel droit pu...

        Et je suppose que les parents sont supposés être d’accord et applaudir des deux mains même à l’insu de leur plein gré ou alors qu’ils n’ont pas du tout leur mot à dire depuis 68 ou encore que l’école républicaine c’est ça ou rien, à prendre ou à laisser.

        Et sinon il y a d’autres défilés-exhibitions de prévus ?

        Le 18, l’association des lesbien raisonnable snobées par les grenouilles de bénitier de leurs quartiers respectifs qui viendra sensibiliser sur le martyr de ses filles et accessoirement projeter un film, recruter du sang neuf et mettre les garçons en ébullition

        Le 22, l’amicale des intermittentes du x qui viendra par film interposé établir le bien fondé de leur droit à la couverture sociale et au financement par l’État de leur fondement et de leurs gambettes à la loyd’s

        Et puis je ne sais pas, après les écoliers il faudra envisager d’autres publics, les adultes de la fonction publique par exemple avant de clôturer cette action éminemment citoyenne en organisant des projections dans l’église/synaguogue/mosquée municipale

        Pu... cette fois tout est vraiment en place pour la fin...  


        • Constant danslayreur 7 juin 2013 10:17

          A quand, un exposé sur le potentiel sexuel chez les pré-pubères et les vertus apaisantes de la pédophilie smiley

          Mais réveillez-vous m...de, ouvrez les yeux, ce n’est pas loin s’en faut, le bien de l’Humain qu’ils veulent


        • C'est Nabum C’est Nabum 7 juin 2013 12:45

          Dans l’erreur


          Qu’imaginez-vous ?

          Vous vous moquez j’espère ! Sinon ce serait faire insulte à mon professionnalisme ! 

        • Constant danslayreur 7 juin 2013 10:18

          Deux animateurs bénévoles...
          Sans blague ... « bénévoles », de saints-hommes, des anges tout en générosité et en don de soi...


          • povmillet 7 juin 2013 13:20

            les prédicateurs vont effectivement toujours par deux.


          • Constant danslayreur 7 juin 2013 10:31

            "Sur un des papiers, de manière anonyme un pauvre garçon intolérant et stupide pour lequel je n’ai aucun doute, a écrit : « Les PD méritent de mourir ! » Il se trahit clairement à la lecture de ce maudit jugement. Un autre a déclaré : « Les homos c’est une honte ! ». Il reste discret.« 

            ça y est, C’est Nabum a réussi à localiser les deux monstrueux fachos graine d’assassins d’homo dans sa classe, il faut dire aussi qu’en profiler c’est Nabum est un maître...

            Mais ce qui m’interpelle dans ce paragraphe à la con, de ce billet à la con, relatant cette idée de génie à la con, c’est le langage ... religieux que vous utilisez. »Maudit jugement« sans déc ?

            Savez-vous au moins ce que signifie la malédiction chez les croyants ? Et bien je vais le dire.

            Être maudit chez ces vilains là, signifie tout simplement être chassé de la miséricorde divine, le seul souci étant que personne je dis bien personne grands prophètes inclus n’est assez valeureux ou pie pour »mériter« le paradis du seul fait de ses actions ou de sa piété tant »rembourser« ce qu’il a reçu est impossible. Bref seule la miséricorde divine peut lui faire espérer le paradis.

            La prochaine fois que vous écrirez »maudit", essayez de vous souvenir que les mots ont un sens et just try to care of what you say, if you can obviously...


            • Constant danslayreur 7 juin 2013 10:38

              et « Maudit jugement » en plus
              « Maudit, LE JOUR DU jugement » tout un programme, à la rigueur...

              Sinon, il n’est pas encore là Traroth pour me parler de ma fachoitude et de mon ami imaginaire... l’a du veiller je ne vois que ça.


            • foufouille foufouille 7 juin 2013 10:51

              fallait pas attendre autre chose
              surtout avec un caïd homo .............. avec des poemes


              • C'est Nabum C’est Nabum 7 juin 2013 12:46

                Foufouille


                J’ose croire que ce n’est pas moi que vous insultez ainsi !

                Sinon, ne revenez plus je vous prie..

              • foufouille foufouille 7 juin 2013 13:52

                "Deux garçons : Arthur et Omar le caïd se retrouvent dans une cave, échangent des poèmes. L’un d’eux dit la douleur des insultes, sa rage de ne pouvoir être lui-même. Ils s’embrassent et sont vus."

                c’est ton texte
                tu veut leur faire croire que le caïd est homo ?
                fais des poemes ?


              • C'est Nabum C’est Nabum 7 juin 2013 14:55

                Foufouille

                Je ne suis nullement responsable du contenu du film ni de cette intervention qui me fut imposée


              • foufouille foufouille 7 juin 2013 18:12

                c’est la que ca dérape
                si le film avait été moins « proche » d’eux, leurs réactions auraient pu être différentes


              • panio 7 juin 2013 11:06

                Dieu sait que je ne suis pas d’accord avec plein d’idées et d’actions des groupes LGBT, et que je pense qu’à certain moment on parle beaucoup trop d’homosexualité en en faisant un sujet à la mode (alors que la proportion d’homos est relativement stable à travers les époques et dans tous les pays, c’est la visibilité qui a changé). Je suis moi-meme bisexuel. Mais pourquoi cette idée grotesque que par définition les homos « chialent »,c’est-à dire qu’ils sont un peu faiblards et souffreteux,voire laches ! Au moins 3 maréchaux de France étaient homos,le frère de Louis XIV l’était alors qu’il passait pour un des meilleurs combattants du royaume, de nombreux sportifs de haut niveau le sont mais ne le disent pas à cause de l’omerta régnante, mon propre prof de karaté l’est et je peux assurer que ce n’est pas une « femelette » suivant les termes en vigueur.Vous tombez là dans les clichés qui sont justement ceux des cités.Dommage,car je suis ok avec votre idée de tolérance réciproque.


                • King Al Batar King Al Batar 7 juin 2013 11:35

                  Bonjour,
                  Je ne suis pas de ce bord non plus, mais je suis d’accord avec vous. Alexandre Legrand me paraissait pas être un faiblard. Je crois meme qu’un combattant de l’Ultimate Fighting a fait son coming out.
                  Et puis il n’est pas necessaire d’être fort physiquement, Oscar Wilde est pour moi un exemple de courage (donc de frce intellectuel) en plus d’être un immense auteur...

                  Le problème c’est qu’en France « pédé » est une insulte (qui touche à la virilité), et effectivement il y a un lien facile de fait entre l’absence de virilité et l’homosexualité... Qui est bien sur complétement faux.


                • C'est Nabum C’est Nabum 7 juin 2013 12:47

                   panio


                  Merci d’élever un peu le débat.

                • C'est Nabum C’est Nabum 7 juin 2013 12:48

                  LG


                  La théorie du genre n’existe pas, il existe des études sur les représentations genrées et rien de plus. Mais peut-on montrer le chemin à un aveugle ?

                • C'est Nabum C’est Nabum 7 juin 2013 14:52

                  LG

                  Ni puissant ni commissaire du peuple !

                  Je ne suis que quelqu’un qui doute quand vous, vous êtes gonflé de vos certitudes. La vie doit être facile ainsi ...


                • povmillet 7 juin 2013 13:22

                  j’aurai proposé ça comme film : http://www.youtube.com/watch?v=iGJhaq_H7NM

                  plus intéressant que de faire des maths ou de l’histoire géo !


                  • C'est Nabum C’est Nabum 7 juin 2013 14:45

                    povmillet

                    Je demanderai à mes collègues des écoles confessionnelles de suivre votre conseil ! merci


                  • Cocasse Cocasse 7 juin 2013 13:38

                    Je comprend pas ce que des lobbyistes et des propagandistes viennent foutre dans une salle de classe. Pour laver le cerveau des élèves ?


                    • C'est Nabum C’est Nabum 7 juin 2013 14:46

                      Cocasse

                      Ils sont agrémentés.

                      Maintenant les tenants du créationnistes n’ont qu’à demander pareil Sésame et ils viendront à leur tour donner leur bonne parole


                    • C'est Nabum C’est Nabum 7 juin 2013 14:50

                      Julius

                      Si je suis commissaire de la ^pensée, quel est votre grade mon capitaine ?

                      Nous avons des directives, nous recevons qui on nous demande de recevoir et si vous aviez pris la peine de lire, j’ai émis des réserves sur ce qui m’a été imposé.

                      Essayez vous aussi l’honnêteté intellectuelle. Vous verrez, ce n’est pas très bien vu mais c’est encore le meilleur moyen de ne pas sombrer dans obscurantisme !

                      Merci à vous


                    • C'est Nabum C’est Nabum 7 juin 2013 15:55

                      LG


                      Qui donc vous a parlé de ça dans ce sujet ?

                      Vous faites une idée fixe. Vous pensez sans doute que tous les gens favorables aux mariages pour tous estiment que la procréation se passe aisément de la femme ?

                      Vous devriez vous inscrire à mes cours

                    • C'est Nabum C’est Nabum 7 juin 2013 19:14

                      Lg


                      Vous êtes de ceux qui dénigrent systématiquement les enseignants et pensent ensuite qu’ils ne font pas leur travail.

                      Le respect est la base de cette noble tache ! 

                    • Vipère Vipère 7 juin 2013 16:41

                      Bonjour à tous

                      S’il est un sujet délicat, c’est bien le débat sur l’homosexualité !

                      Tabou pour la plupart des croyants quelle que soit leur religion, et pour d’autres, l’homosexualité est tolérée, à la condition qu’elle soit entourée de discrétion, ce qui se pratiquait jusque là, sans difficultés majeures. 

                      Or, justement, l’homosexualité est sortie de l’ombre, brutalement et en fanfare, par l’adoption rapide de la Loi sur le mariage pour tous, rendant possible l’union officielle de personnes du même sexe, ce qui était interdit auparavant.

                      Une Loi très controversée, imposée par la classe dirigeante aux citoyens sans la moindre concertation, dans l’impréparation et la précipitation.

                      Dès lors, il n’est pas étonnant que cela ait donné lieu sur ce forum, dans les médias télévisés et la presse, dans les manifestations massives de rue, à des débats virulents, entre les tenants du mariage et les contre.

                      Les citoyens anti -mariage gay mis au pied du mur, par le Gouvernement, sans concertation préalable ont certes réagi violemment, mais pouvait-il en être autrement ?

                      Or, tout porte à croire que les associations de Gay et Lesbiennes tentent par le biais de l’Ecole et des collégiens, après qu’ils aient eu gain de cause, de sensibiliser une population jeune, à l’homosexualité et aux mariage de personnes de sexe, une différence qu’ils veulent rendre visible et acceptable aux yeux de l’ensemble de la population, afin de sortir de la clandestinité où ils étaient assignés. 


                      • Vipère Vipère 7 juin 2013 17:12

                        Et que dire du questionnaire de LGBT remis aux collégiens afin d’être complété qui a tout d’un questionnaire de police ?

                        Quid du film projeté qui met en scène, un baiser de deux personnes de même sexe ?

                        Si le film « Brodbacke Montains » a mis mal à l’aise des adultes, on peut aisément imaginer l’impact du film sur des adolescents ! Consternant.


                      • C'est Nabum C’est Nabum 7 juin 2013 19:17

                        Vipère


                        J’aime vos interrogations car elles sont aussi les miennes

                        Je ne supporte pas les insultes des contres qui ne cherchent qu’à salir.

                        Oui, c’est compliqué et bien des élements ne sont pas éclaircis. Non, nous ne sommes pas soumis à une entreprise de propagande de l’homosexualité. Ceux qui prétendent ça sont des imbéciles ou des pousse au crime ! 

                      • philouie 7 juin 2013 23:03

                        Non, nous ne sommes pas soumis à une entreprise de propagande de l’homosexualité.

                        Sans blague ?

                        mais le problème n’est pas que l’homosexualité, qui n’est ici qu’une étape.


                      • Iren-Nao 8 juin 2013 04:55

                        Nabum

                        Je souhaiterais me joindre aux imbéciles si j’en ai la compétence.

                        Bien sur que si, on est matraque quotidiennement de propagande pro homo, au point que ça en devient insupportable, et que comme Al Batar on tourne insensiblement homophobe.
                        On peut regretter le temps ou les bougreries restaient discretes et privées comme d’ailleurs les histoires de cul en général. La pornographie devient excessive dans tous les domaines.
                        Quant a la théorie du genre c’est une insanité de plus qui ne devrait jamais entrer a l’ecole.
                        Nabum un jour il vous faudra peut être aller pisser accroupi du bord de votre barge de Loire.

                        A votre sante

                        Iren-Nao


                      • Claire29 Claire29 7 juin 2013 16:47
                        Les parents sont-ils d’accord pour que des associations LGBT sèment le trouble dans des classes d’ados et fassent l’apologie de l’homosexualité sous prétexte de lutter contre l’homophobie ?
                        C’est de la manipulation mentale !
                        A vouloir s’imposer partout ,ils vont obtenir le contraire de ce qu’ils veulent c’est à dire une augmentation de l’homophobie ! 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès


Derniers commentaires