• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Don Quichotte et Sancho, alter ego et vocation

Don Quichotte et Sancho, alter ego et vocation


En ce temps-là ils s’avançaient, dévalant le pays des montagnes. Deux cavaliers singuliers et pittoresques, l’un chevauchait vertical, le chef dans le soleil, celui dont la tête à l’azur était voisine, l’autre s’arrondissait sur son âne, palpant du regard l’immédiat horizon terrestre.
Compagnons indissociables pour un destin partagé, jeu d’ombre et de lumière, indispensable complétude pour une longue et ardente destinée singulière,fantastique et rocambolesque.

Que pourrions nous attendre de ces deux physionomies aux perspectives dissemblables et complémentaires ? Deux visions humaines, un concert d’idéalisme généreux et de bon sens réaliste.
Le premier, armé de pied en cap, chevalier médiéval, sec et infini, sur son cheval efflanqué, l’autre de bonne santé populaire, rebondi et bref sur son ânon enveloppant.
Ainsi le couple illustre démasqué, compagnons disparates et inséparables  : don Quichotte et Sancho Pança. Ils vont ensemble depuis si longtemps, au trot, au galop, au pas, à travers les contrées et à travers le temps et les temps.
En quoi ce personnage, surgi d’un moyen âge enchanteur, ce bon diable à la triste mine, peut il nous éclairer sur la manière d’aborder les problèmes de notre temps ?
Il me parait d’une exquise courtoisie, et sait en user à bon escient dans les meilleurs moments. C’est un homme de vocation, un chevalier errant qui a l’ardente conviction de représenter la plus haute fleur de noblesse dans l’univers connu de son temps.
Malheureusement, j’observe tout à coup qu’il est pris d’une logorrhée inextinguible , il s’enivre de sa propre parole. C’est un état d’exaltation qui s’empare de lui soudainement, fréquemment, d’une manière cyclique.
Son regard s’illumine étrangement et balaye un lointain horizon céleste.
La frimousse rassurante et l’allure bonhomme de Sancho Pança m’apparait, comme pour répondre à mon désarroi devant l’état de décompensation de son maitre. Il hausse les épaules en clignant des yeux pour me rassurer. Nous assistons ensemble à une scène, pour lui coutumière. Son maitre agité, en dialogue intérieur, allant et venant, entrainé dans une gesticulation éblouissante et théâtrale.
Il m’explique que son maitre n’est pas fou. C’est un illustre et vaillant chevalier mais la fulgurance de son imaginaire l’emporte parfois hors des sentiers fréquentés du bon sens.
Dans une savante complicité, il acquiesce d’un geste rond et apaisant une secrète communication. Par la vertu d’une saine parole il reçoit les propos étranges du cavalier.
Celui-ci maintenant égraine ses faits d’arme, dévoile ses exploits, projette ses délires utopiques.
Il brule d’accomplir un acte suprême. Il délivra jadis mainte dame retenue indument captive au sommet du donjon par un mauvais seigneur, à moins que ce ne fut par un diabolique ensorceleur.
La terre ne suffit plus à sa soif de mythiques dépassements. En franchissant le Styx il offrirait son aide romanesque à la princesse Perséphone, retenue captive au royaume des enfers par l’épouvantable Hadès...
Sancho le met en garde, tentant de le dissuader de braver la légende, qui affirme que l’on ne franchit pas deux fois le fleuve sombre et ténébreux. Don Quichotte s’obstine et proclame son ultime mission, pour un dernier exploit, il enfourche résolument Rossinante et la pousse de l’éperon droit devant lui.
Sancho, éternel témoin de ces fallacieux élans d’héroïsme, médite placidement sur les folies communes et les folies singulières... ces dernières sont discréditées aux regards du commun, lui ne fait pas la différence dans le secret de son bon sens naturel et de sa grande expérience de la vie.
Quelque fois cependant le doute l’assaille, quant au détour d’un chemin, son maitre, tel Bellerophon enlève et chevauche Pégase pour disparaitre, allégorique, dans un tourbillon de poussière avec sa Rossinante efflanquée.
Son maitre évoque souvent son étourdissante vocation de chevalier errant et de redresseur de torts, c’est merveilleux et séduisant, mais à d’autres moments, dans son discernement rustique, Sancho s’interroge... où finit la vocation et où commence la folie.
Jadis, une certaine Jeanne " qui vint au monde à cheval, sous un chou qui était un chêne." Celle qui un jour, innocente bergère entendit des voix célestes. On parle à son sujet d’admirable et singulière vocation ; on évoque aussi la schizophrénie pour désigner le même état d’inspiration.
Si c’est folie que d’entendre des voix, alors toute vocation est folie. La société humaine demeure par l’entrainement que lui impriment les hommes de grande vocation.
Est-ce folie de croire en soi-même, mais de sentir aussi que l’autre nous prolonge ?
Ainsi il m’apparait que les deux compères de l’histoire, faisaient cause commune, dans les bons et les mauvais jours, ils pataugeaient, rivalisant d’empathie, dans les creux et les bosses, dans les joies et les peines avec ce lien d’amitié qui ne dit pas son nom, par pudeur et délicatesse.
Mais alors en quoi ces personnages hallucinants et fantasmagoriques me parlent-ils dans un temps ou les effets spéciaux prétendent occulter le miracle de la vie au quotidien ?
Par la symbolique de leur morphologie et de leur développement. Le maitre dans son extension verticale, dressé vers le soleil, boulimique de lumière et de feu. Le serviteur, pétri de matière et de sensation dans son expansion horizontale, prudent et besogneux.

A l’intersection de ces deux mondes se construit l’homme dans l’harmonie et l’incomplétude.
L
e maitre et le serviteur ne sont pas l’unique propriété du romanesque et créatif Cervantès. C’est l’expression symbiotique et dynamique de l’énergie psychique qui anime l’être humain dans son unicité, et l’humanité tout entière dans sa complexité.

Miguel de Cervantes (trad. Louis Viardot, préface de Louis Urrutia), L’ingénieux hidalgo Don Quichotte de la Manche, vol. tome 1, Garnier-Flammarion, coll.



Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • sissy972 24 décembre 2009 13:05

    Bonjour M. Mandon,
    Aujourd’hui, les chevaliers errants se nomment plus souvent Sancho que don Quichotte et c’est heureux.
    Pour Jeanne, je venais de lire un article sur le dernier marianne, et j’avais l’intention une fois de plus, d’aller sur le net glaner de nouveaux renseignements sur cette étrange damoiselle ;
     


    • jack mandon jack mandon 24 décembre 2009 14:06

      @ sissy

      Bonjour et joyeuses fêtes

      Ce qui rend sympathique, à mon sens, les prestations et la personnalité de l’homme sensoriel, oral, pratique de Sancho, c’est le jeu psychologique qui s’instaure entre les deux personnages dissemblables, représentant les extrêmes du comportement humain. C’est l’ombre et la lumière. L’un ne peut exister sans l’autre et vice versa.
      D’autre part, Sancho est sédentaire, il traduit par son aspect morphologique un besoin de s’enraciner...sa vocation n’est pas le nomadisme du cavalier...sur un âne...
      L’esprit de service et la sympathie qu’il témoigne pour son maitre peuvent expliquer ce contre emploi.
      Au fond, c’est la vision horizontale de l’anti-héros.
      En revanche, votre intérêt pour Jeanne, construit l’image d’une valkyrie, d’une Diane dans la verticalité...au fond, d’un Don Quichotte« féminisé » ...quoi que.
      Dans les années 20, un écrivain de génie, Joseph Delteil, reçut le prix fémina pour son ouvrage sur Jeanne d’Arc. Défini comme un météore baroque, au style truculent et fougueux, marqué par les surréalistes d’André Breton, il propulse une héroïne qui peut choquer les mentalités classiques. Curieuse alliance de mysticisme et de parfum de terre...paysanne en lévitation.
      Si vous recherchez l’histoire authentique de Jeanne ne lisez pas Delteil.
      A part cela je vous remercie pour ce petit coucou.
      jack


      • sissy972 24 décembre 2009 14:22

        M. Mandon,
        Ce que je n’aime pas c’est la notion de maître pour définir un personnage qui a eu le bonheur de naître dans une famille aristocratique de l’époque d’avant 1789. (Bien que les don Quichotte ont encore droit de cité à notre époque en Espagne)
        Ces maîtres quels qu’ils aient été, bons et intelligents ou stupides et mauvais avaient le pouvoir de pourrir la vie d’un homme humble. Le pauvre sancho pança a dû rêver bien souvent de cette injustice qui l’a fait naître serviteur alors qu’il aurait pu être un homme digne de ce nom. (et par là se coltiner ce doux rêveur de don Quichotte mais je blasphème
        n’est-il pas ?)
        Je change de registre et je deviens don quichotte féminisé ?
        Je n’ai pas le ressenti et surtout pas l’émotion d’un sancho pança pour son don Quichotte ;
        L’histoire authentique de Jeanne d’ Arc ? mais j’ignorais qu’elle était connue,
        La gentille Jeanne d’Arc entendant des voix ne m’a jamais convaincue.
        Je vous souhaite d’excellentes fêtes de Noël à vous aussi
        Sissy


        • jack mandon jack mandon 24 décembre 2009 16:25

          @ sissy

          « Maitre », dans l’esprit légendaire, le conte, le mythe.
          Il faut avoir l’esprit de l’enfant...qui perçoit des petites choses avec des grands yeux.
          Nous sommes dans le contexte de Noël.

          Le maitre, sans le serviteur n’est rien...il n’est même pas maitre de lui même,
          laissons lui ses illusions.

          Laissez vous aller à rêver.

          Bien à vous


        • jack mandon jack mandon 25 décembre 2009 10:54

          @ Waldgänger,

          Merci du compliment.
          Je viens de jeter un oeil à votre site, j’ai l’intention d’y camper quelques temps.
          L’intérêt des sujets traités, l’élégance de la forme,
          la qualité du fond présenté.
          Convergence harmonieuse dans un souci de dire et d’informer.
          L’auteur est remercié unanimement par tous.

          Il est des jours symboliques où l’on se met à espérer sur des lendemains meilleurs
          pour la presse et pour la communication en général.

          Merci à vous.


        • rocla (haddock) rocla (haddock) 25 décembre 2009 09:33

          Le discernement rustique  : one point .


          Faut surtout pas croire que les paroles des moulins sont du vent .

          Du zéphir à l’ aquilon leur souffle peint un ciel nouveau pour un quotidien à inventer .

          Soudain un nuage envoyé par  Michel l’ ange .

          Ca  Pégase , le monde est beau .


          Joyeux Noël Jack.


          • jack mandon jack mandon 25 décembre 2009 10:43

            Cher capitaine,

            « La tendresse bordel »

            Pour converser avec « un vieux loup de mer », capitaine au long cours,

            qui plus est avec la poésie à l’âme et le coeur en goguette,

            on se prend à rêver à l’éternité des mythes

            Merci et joyeuses fêtes.


            • Suldhrun Coyotin 25 décembre 2009 21:54

              Bonsoir Jack .

              Votre texte ..... des mots , des couleurs , des notes musicales ...

              L alchimie , de la perception , dans l existentiel de l artiste.

              Tiens , la , une erreur .... l harmonie et l incompletude ...

              Certes , Sancho , de par ses origines , ne connaissait point Orphee , sinon...

              Le Styx , a le franchir par deux fois , il saurait ... de plus un joli nom Orfait , pour l argonaute , de réussite .


              • jack mandon jack mandon 26 décembre 2009 09:43

                @ Coyotin

                Bonsoir alchimiste ludique

                Votre texte ..... des mots , des couleurs , des notes musicales ...

                L alchimie , de la perception , dans l existentiel de l artiste.

                Tiens , la , une erreur .... l harmonie et l incompletude ...

                Pas vraiment, un jeu plutôt, une pirouette pour dénoncer le décalage entre l’amitié,
                ancrage profond, et la manière rocambolesque de l’exprimer dans la forme..

                Certes , Sancho , de par ses origines , ne connaissait point Orphee , sinon...

                Toujours dans la subtilité mon ami.

                Le Styx , a le franchir par deux fois , il saurait ... de plus un joli nom Orfait , pour l argonaute , de réussite .

                ...la devinette pour clore.

                Merci et bonne année

                Jack

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès