• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Dracula, l’amour plus fort que la mort

Dracula, l’amour plus fort que la mort

Depuis le 30 septembre et jusqu’au 1er janvier 2012, le Palais des Sports de Paris accueille Dracula, le nouveau spectacle de Kamel Ouali (Les X commandements, Le Roi Soleil, Cléopâtre).

Dracula, l'amour plus fort que la mortLa tendance aux comédies musicales de ces dix dernières années persévère. Tous les ans, une figure mythique y passe et c’est au tour du célèbre vampire d’être mis en scène par l’ancien professeur de la Star Academy. Voulant renouveler le genre, ne vous étonnez pas de voir le comte muet tout du long. En effet, les deux protagonistes Golan Yosef et Nathalie Fauquette (Mina) sont deux danseurs offrant un corps à corps sensuel plutôt qu’une plainte sur leur amour impossible.

Pourtant, quelque chose manque pour se laisser toucher par cette histoire tragique. Malgré la présence d’un narrateur, la trame est assez difficile à suivre si on ne connaît pas l’œuvre de Bram Stoker : Dracula part à Londres, rencontre (par hasard ?) Mina qui lui résiste une bonne minute, mord son amie Lucy (pour la rendre jalouse ?) avant que tout ce beau monde ne se retrouve en Transylvanie. De plus, les dialogues sont épars, mais tant mieux : le premier échange entre Jonathan et Mina est digne d’une parodie de soap américain. Heureusement, l’humour du Dr Seward qui s’exprime en vers pour séduire Lucy relève un peu le niveau.

L’intention initiale étant de proposer un spectacle visuel, on peut dire que l’on s’en prend plein les yeux, à tel point qu’on ne sait plus où donner de la tête. Cinquante artistes dont notamment un danseur unijambiste exceptionnel Brahem Aïache, prennent possession de l’espace sur scène, dans les airs et dans le public. Certes, c’est très beau, les décors sont magnifiques, les efforts techniques et technologiques sont considérables : effets spéciaux, magie et 3D font tout pour nous éblouir. Cependant, tellement de choses à voir que s’en est impossible de tout observer. Dommage.

C’est surtout la musique qui en pâti. Pas franchement emballée par le premier single « 1, 2, 3 » dont on sent nettement la patte de Jennifer Ayache (Superbus), il m’a fallu réécouter plusieurs fois l’album pour en retenir les chansons malgré des interprétations non dépourvus de talent. Dommage encore de n’entendre par exemple, que deux solos de la belle Ginie Line (Les X commandements).

Quant aux costumes, hormis certaines robes très aériennes, les 400 pièces ne m’ont pas vraiment emballée. L’inspiration glam’ rock/gothique rappelant à certains Mozart l’opéra rock, s’éloigne du style du XIXème siècle. Par ailleurs, ne soyez pas choqués si vous croyez apercevoir des seins nus, c’est fait exprès. Autre étrangeté, l’espèce de « crête » affublée à Dracula qui le rapproche plus du caméléon que du vampire. Soit, l’étymologie du nom vient de dragon mais de là à lui donner des airs de reptile…

Enfin, quel est ce besoin de sous-titrer les spectacles ? « L’amour plus fort que la mort » semblable à celui de la comédie musicale canadienne de 2005 : « Dracula, entre l’amour et la mort ». Pas très original et assez inutile.

L’adaptation est très libre, ne vous attendez pas à une comédie musicale comme les autres, mais plutôt à un spectacle grandiose pour certains, démesuré pour d’autres. Un bon et beau moment à passer tout de même.


Moyenne des avis sur cet article :  4.2/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

1 réactions à cet article    


  • Taverne Taverne 25 octobre 2011 09:44

    Halloween approche... On peut ajouter sa touche personnelle ? smiley Voici :

    Au bal des Carpates

    I

    Tout retombe en étincelles
    Et quand le jour chancelle
    Sous son manteau de neige,
    Il pleut sur les manèges
    Des anges en silence
    En parfaite innocence
    S’asseoient comme autrefois.
    Sur les chevaux de bois.

    Tout retombe en étincelles
    Et quand le jour chancelle
    Sous son manteau de neige
    Il pleut sur les manèges.
    Les anges dans la nuit
    Qui n’ont pas froid aux ailes
    Exécutent avec zèle
    Quelques acrobaties.

    Si tu n’es pas là.
    T’as préféré t’en aller.
    Je suis trop las
    Pour chercher à te remplacer.

    Que feras-tu
    Avec Nosferatu,
    Avec le comte Dracula ?
    Je me fais du mauvais sang
    Tu sais que je n’aime pas ces deux-là.

    Au bal des vampires,
    Y’a tous les princes et le saigneur et maître des Carpates,
    J’irai te chercher, même à quatre pattes.
    J’ai connu des vents pires.

    Moi je n’ai pas peur
    Je ne vais pas les laisser
    Boire le sang de mon amour
    Je les attaquerai au petit jour.

    II

    Tout retombe en étincelles
    Et quand le jour chancelle
    Sous son manteau de neige,
    Il pleut sur les manèges
    Et nous sommes assis là
    Sur les chevaux de bois,
    Serrés comme autrefois.

    Tout retombe en étincelles
    Et quand le jour chancelle
    Sous son manteau de neige
    Il pleut sur les manèges.
    Près d’elle je suis assis
    Je veux rentrer chez elle
    Faire des acrobaties.

    A écouter ici

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Melodie Nelson

Melodie Nelson
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires