• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Dramuscules de Bernhard sous quizz, Hiegel, Magre & Salviat

Dramuscules de Bernhard sous quizz, Hiegel, Magre & Salviat

JPEG - 69.2 ko
DRAMUSCULES
photo affiche © Priscilla Telmont

Retrouver Catherine Hiegel en directrice des comédiennes, Catherine Salviat & Judith Magre interprétant une pièce de Thomas Bernhard au Théâtre de Poche Montparnasse, c’est en soi tout un programme dont on se réjouit à l’avance.

En choisissant les trois premiers dramuscules (drames en minuscules) au nombre de neuf écrits en 1988 au crépuscule de sa vie d’auteur autrichien exécrant ses congénères contemporains, la metteuse en scène, ex-doyenne de La Comédie Française, construisait un spectacle d’environ une heure auquel, elle eut l’idée d’ajouter, entre les 2ème et 3ème saynètes, un quizz interactif d’une vingtaine de citations exprimant, objectivement ou à leur insu, des relents de racisme ordinaire, c’est-à-dire ne prenant pas conscience de la plus ou moins grande énormité humaine proférée selon les critères de bonne conscience en usage du XVIème siècle jusqu’à nos jours.

Cette diversion censée, de surcroît, faire gagner des places gratuites aux spectateurs découvrant et annonçant l’auteur de ces phrases successivement citées par Catherine Salviat qui, ainsi durant de très longues minutes, se transforme pour la cause en animatrice du jeu… de Poche, nous a semblé totalement incongru par rapport à la dramaturgie métaphorique de Thomas Bernhard utilisant l’artifice fictionnel pour se distancier idéologiquement de ces personnages, certes caricaturaux mais, bel et bien, mis en perspective scénographique.

Le risque encouru, en objectivant ainsi l’identité des personnalités prises à contre-pied d’une éthique citoyenne, universellement formatée, est tout simplement celui d’une situation de démagogie implicite, renvoyant dos à dos, des intentions douteuses, voire maladroites, extraites de leur contexte spatial, temporel et sémantique.

Cette séquence interactive ludique nous paraît donc relever de la fausse bonne idée de réalisation théâtrale.

En outre, à ce titre, elle nous semble manquer son objectif qui était d’illustrer, voire de souligner les propos relevés par Thomas Bernhard…. mais qui, de fait, se suffisaient largement à eux-mêmes pour inciter le spectateur à la réflexion morale.

Quant à la mise en scène des trois dramuscules sélectionnés, puisque c’est bien d’eux dont il s’agissait initialement, l’interprétation drôlement emphatique et outrancière qu’en font Catherine Salviat & Judith Magre en compagnie masculine d’Antony Cochin, constitue, effectivement et de manière convaincante, le régal dont on savourait d’avance la portée subliminale.

photo affiche © Priscilla Telmont

DRAMUSCULES - **.. Theothea.com - de Thomas Bernhard - mise en scène Catherine Hiegel - avec Judith Magre, Catherine Salviat & Antony Cochin - Théâtre de Poche Montparnasse

 


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (2 votes)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès