• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Du nouveau au cinéma ?

Du nouveau au cinéma ?

Revue du mois de juin. Richesse et diversité en ce mois de juin au cinéma. Le cinéma francophone reprend du poil de la bête en occupant un peu le terrain de prédilection du cinéma anglo-saxon. Quelques films permettent de découvrir des aspects culturels et interroge l’homme et la planète, tandis que la businessisation du cinéma gagne aussi le monde du documentaire par un processus de récupération événementielle.


Les grosses productions américaines


Indétrônables sur le terrain du grand spectacle, les studios américains nous présentent ce mois-ci quatre grosses productions de divertissement, dont une en coproduction. Phénomènes (Etats-Unis) est le nouvel opus fantastique de Night Shyamalan, dans lequel les acteurs tombent comme des mouches. Il est doté d’un budget de 57 millions de dollars. Le Monde de Narnia - Le Prince de Caspian (Etats-Unis, Royaume-Uni), de Andrew Adamson, est le deuxième épisode d’une trilogie fantastique dans la veine de celle du Seigneur des Anneaux, adaptée de ,l’oeuvre de l’écrivain irlandais C.S. Lewis, et doté d’un budget de 100 millions de dollars. Speed Racer (Etats-Unis) de Andy et Larry Wachowski, est une sorte d’adaptation cinématographique de jeu vidéo de courses de voitures, tout entier basé sur une débauche d’effets spéciaux, mais sans l’intéraction véritable d’un jeu vidéo. Ce film est doté d’un budget de 120 millions de dollars. Enfin, Capitaine Alatriste (France, Espagne, Etats-Unis) de Agustín Díaz Yanes, dont l’histoire est adaptée d’un roman de Arturo Pérez-Reverte, héroise un personnage espagnol dans un film de guerre, de capes et d’épées et de mousquets sous fond d’inquisition religieuse. Ce film est doté d’un budget de 24 millions d’euros.



Les films d’action


Le cinéma francophone fait son entrée le 11 juin sur le terrain du polar et du film d’action musclé avec Skate or die de Miguel Courtois et Pascal Guegan, et Les Insoumis de Claude-Michel Rome, avec Richard Berry et Zabou Breitman. En provenance d’outre-atlantique ou d’outre-manche, on peut citer Las Vegas 21 (Etats-Unis) de Robert Luketic, sortie le 4 juin, Au bout de la nuit (Etats-Unis) de David Ayer, avec Keanu Reeves et Forest Whitaker, sortie le 25 juin, tout comme Bons Baisers de Bruges (Irlande, Royaume-Uni) de Martin McDonagh.



Les découvertes


Parmi les sorties cinématographiques invitant au voyage, à la découverte ou à la réflexion, il est à remarquer le film Les hommes (France) de Ariane Michel, invitation à observer la nature, sortie le 11 juin, Sonic Mirror (à voir et écouter) de Mika Kaurismäki sur le monde de la musique brésilienne et de l’autisme, et enfin L’appel des arènes (Sénégal, Burkina Faso, Maroc, France) de Cheikh A. N’diaye, sur la lutte traditionnelle (sport) au Sénégal.



Les people


Trois films people sortent également ce mois-ci, à la mémoire d’Eric Taberly, Taberly (France) de Pierre Marcel, sortie le 11 juin (vois par exemple ici), de Jean-Claude Van Damme, JCVD (France, Belgique, Luxembourg) de Mabrouk el Mechri, sortie le 4 juin, et de Françoise Sagan, Sagan (France) de Diane Kurys, sortie le 11 juin.


Les films d’horreur

Deux films d’horreur pour les amateur de gore, Diary of the Dead - Chronique des morts vivants de George Andrew Romero, et Les Ruines de Carter Smith pour les amateurs de plantes tueuses d’hommes.


Les films francophones


Concernant les films francophones, on trouve Eldorado de Bouli Lanners et La Troisième partie du monde de Eric Forestier, sorties le 18 juin, et Affaire de famille (France) de Claus Drexel, sorite le 4 juin



Les films comiques


Pour les comiques (le rédacteur renvoie à la subjectivité du lecteur), on peut signaler une parodie des films de super héros avec Super-heros Movie (Etats-Unis) de Craig Mazin, une comédie française assez schizophrénique avec La Personne aux deux personnes (France) de Nicolas & Bruno, et enfin le dernier film de et avec Eric Judor et Ramzy Bedia, Seuls Two (France) sortie le 25 juin.


Les films dramatiques

Quelques films dramatiques : Children (Islande) de Ragnar Bragason, sortie le 4 juin, La capture (France, Canada) de Carole Laure, sortie le 18 juin, A Casa de Alice (Brésil) de Chico Teixeira, sortie le 18 juin, et Des poupées et des anges (France) de Nora Hamdi avec Sami Nacéry dans un rôle assez inhabituel, sorite le 25 juin.

 


Les comédies sentimentales


On retrouve enfin les comédies sentimentales, principalement anglo-saxone : Un jour, peut-être (Etats-Unis) de Adam Brooks, Le Témoin amoureux (Etats-Unis) de Paul Weiland, Sans Sarah rien ne va ! (Etats-Unis) de Nicholas Stoller et 48 heures par jour (France) de Catherine Castel sortie le 4 juin.


Les ovnis du mois


Trois OVNI sont à signaler, Sparrow (Hong-Kong) de Johnnie To, sortie le 4 juin, La Soledad (Espagne) de Jaime Rosales, sortie le 11 juin, et La Nouvelle vie de Monsieur Horten (Norvège, Allemagne) de Bent Hamer, sortie le 18 juin.


Les films politiques du mois


Les films politiques du mois sont : Ezra (France, Autriche, Niger) de Newton I. Aduaka sortie le 4 juin, Les Orphelins de Huang Shui (Etats-Unis) de Roger Spottiswoode, sortie le 11 juin, (attention à ne pas confondre un film américain sur l’asie d’un vrai film asiatique), et enfin Valse avec Bachir (Israël, France, Allemagne) dessin-animé de Ari Folman, sortie le 25 juin.


Le match et l’imposture du mois

Pour terminer cette revue du mois de juin, le match du mois est en fait une finale, et aussi l’imposture cinématographique du mois : La Finale en or, sortie le 7 juin. Il s’agit d’un documentaire sur la finale de la coupe du monde de football 1998, recommentée par Thierry Roland et Jean-Marc Ferreri. Ce documentaire est réalisé par "Flagrant Délit Productions", en partenariat avec la chaîne W9, Universal Studios, et Cielecran. Surfant sur l’effet médiatique de l’Euro 2008 à venir, nul doute que ce non documentaire fera quelques entrées en salle de la part des afficionados de football. Mais on peut se questionner sur la pertinence de la sortie d’objets de ce type en salle de cinéma, symptômatique d’une déviance de la culture devenue marchandise et moyen de business.


Le carton rouge est donc bien mérité pour La Finale en Or et Flagrant Délit Productions, à qui l’auteur de l’article ne dira pas bravo pour cette nullité cinématographique :


Moyenne des avis sur cet article :  4.2/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • caramico 7 juin 2008 11:55

    Marrant que les "qualités" des super-productions US soit jugées seulement à l’aune de leur prix en dollars...


    • Abolab 8 juin 2008 13:56

      Il n’y a dans cet article aucun jugement de valeur sur le cinéma américain, et une des grosses (co)productions américaines a son budget présenté en euros : 24 millions d’euros pour « Alatriste ».


    • Weinstein 8 juin 2008 14:02

      businessisation !!!!

      Il fallait oser


      • Wlad Wlad 11 juin 2008 17:47

        Speed Racer n’est pas l’adaptation d’un jeu vidéo, mais d’un dessin animé.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès