• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Emma la Clown et son orchestre au Rond Point

Emma la Clown et son orchestre au Rond Point

Emma la clown, c’est comme Tintin, on la retrouve sur tous les terrains avec son air cabochard et sa façon de ne reculer que pour persévérer.

Alors, on la découvre en « Afghanistan », comme « Sous le divan », en « Solo » comme en « Heureux tour », en conférence avec « Françoise Dolto » ou s’interrogeant pour savoir « Si Dieu est une particule ».

Sa spécialité est, donc, de pratiquer l’alternance en croisant les tournées concomitantes sur ces différents thèmes.

La voici, actuellement, au Théâtre du Rond-Point pour trente jours, accompagnée, pour la circonstance, de son orchestre, avec clarinettes, batterie, piano et même guitare, prise à son propre jeu.

Cependant, pour ce spectacle mis en scène, en 2006, par Kristin Hestad, Emma est, avant tout, chanteuse et surtout auteur de chansons.

En effet « Une fois que j’étais perdue dans le dedans du dedans de moi et que pas une chanson m’est venue, j’ai décidé de m’en écrire ».

Son personnage de clown au féminin naît en 1990 mais ce n’est que cinq ans plus tard, qu’il deviendra autonome.

Meriem Menant est une jeune femme, plutôt bien de sa personne qui apparaîtra, telle quelle au public de la salle Jean Tardieu, au bout d’une heure de show où elle aura mené, tambour battant, avec nez rouge et accoutrement déstructuré, ses trois musiciens (Mauro Coceano, Michel Aumont, et Nicolas Courret ou Gaël Desbois), si non à la baguette au moins à l’autorité naturelle.

Passant aisément d’une ritournelle moyenâgeuse en derviche tourneuse à une performance picturale des seventies, l’écriture de son happening semble sortir d’un esprit à la fois fantasque et métaphysique.

Elle suit une logique, en apparence désordonnée, qui lui permet de surfer sur l’écume de la mélancolie, en semblant renverser, sans cesse, par son sourire grimaçant, le cours des illusions sur le point de défaillir.

Comme un pied de nez à tout ce qui donnerait le vague à l’âme, la voici qui prend dans ses filets les failles du dérisoire pour les tourner en dérision.

Une dame à suivre, comme "Tintin", dans son déterminisme à bouter le ridicule hors des préjugés.

photo affiche © Wahib

EMMA LA CLOWN ET SON ORCHESTRE - ** Theothea.com - de Meriem Menant - mise en scène : Kristin Hestad - avec Emma la clown & Mauro Coceano, Michel Aumont & Nicolas Courret ou Gaël Desbois - Théâtre du Rond-Point

 

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.86/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • Bardamu 11 février 2010 11:47

    Plus c’est nul !... plus vous aimez, vous !
    Pauvre culture !
    Céline, reviens !


    • Theothea.com Theothea.com 11 février 2010 12:19

      « Plus c’est nul !... plus vous aimez, vous ! »
      J’aime bien votre slogan, Bardamu....
      mais est-il vraiment nul, pour autant ?
      Question de point de vue !...
      cordialement
      JM / Theothea.com


    • norbert gabriel norbert gabriel 11 février 2010 21:33

      «  »Plus c’est nul !... plus vous aimez, vous !«  »

      ah bon ? et en quoi c’est nul ? vous l’avez vu ce spectacle ? j’étais à la première, et ce spectacle est épatant, tout public, dans un genre qui est unique à Emma la clown.
      mon point de vue ici, enthousiaste !

      http://www.ledoigtdansloeil.com/chroniques.html


      • norbert gabriel norbert gabriel 11 février 2010 21:37

        ce spectacle a été retenu pour un festival en Touraine, qui a le label Devos, c’est le seul, on peut considérer ça comme une référence qualitative, si on aime Devos, bien sûr ..


        • Cosmic Dancer Cosmic Dancer 12 février 2010 03:40

          Je ne connais d’Emma la Clown que son spectacle « Sous le divan », une claque, un chef-d’œuvre d’humour et de talent scénique. Elle écrit (des merveilles de drôlerie subtile), elle chante (quelle jolie voix), elle joue (remarquable comédienne, clown parfaite), compose... Je n’avais pas autant ri, pas été aussi émue, ni n’avais autant admiré un(e) artiste de « spectacle vivant » depuis des lustres.

          Meriem Menant est une artiste, au sens où elle pratique et maîtrise plusieurs arts (donc, écriture, clown, scène, chant, musique, théâtre). Avec une classe aux airs de métronome fantasque.

          Une artiste, oui. Grande, sûrement.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires