• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > « En toute confiance » avec Barbara Schulz à La Comédie des (...)

« En toute confiance » avec Barbara Schulz à La Comédie des Champs-Elysées

En mettant en scène une quatrième pièce de Donald Marguilies après Dîner entre amis, Brooklyn Boy et Comme un écho, Michel Fagadau choisit, en toute confiance, l’auteur juif new-yorkais dont l’intimité des préoccupations lui est devenue si familière à l’instar du public de La Comédie des Champs-Elysées.

En tête d’affiche, Barbara Shulz contribuera à emplir la salle alors que ses partenaires et néanmoins soupirants, les deux Jean-Pierre Malo et Lorit assureront une dialectique amoureuse tourmentée sous l’éclairage contradictoire et critique de Grete, jeune journaliste spécialisée en art, interprétée par la non moins jeune révélation, Elodie Navarre.

Cette présentation de la distribution des rôles n’est bien entendu pas le sujet de la pièce, puisque la problématique de la notoriété artistique y sera symbolisée par un peintre plutôt que par un comédien.

Mais à y regarder de plus près, Michel Fagadau est proche de son propre questionnement éthique : "Comment monter des pièces à succès tout en restant proche de la haute idée qu’il se fait du théâtre ?"

D’abord les personnages doivent exister à part entière dans une situation relationnelle crédible sans que leurs interprètes cherchent à séduire le public.

Donc Jonathan, un peintre dont la cote est en plein essor se retrouve confronté à ses motivations humaines et artistiques originelles en rencontrant opportunément Patricia, son premier amour qui, depuis, s’est reconstruit un cadre de vie dans la compromission rationnelle avec le réel.

Ainsi, davantage qu’un gêneur Nick le mari, archéologue de profession va afficher un cynisme mesuré à l’aune de la valeur financière de la peinture en général et d’un tableau en particulier que précisément sa femme a installé près de la cheminée.

Il s’agit de la première oeuvre jamais réalisée par Jonathan ayant fait la rencontre amoureuse de sa vie en la personne de Patricia, par hasard son modèle.

Quelles valeurs respectives la persistance des sentiments d’une part, la cote du tableau d’autre part, ont-elles atteintes entre-temps pour que puisse se résoudre aujourd’hui une aventure amoureuse inaboutie à l’époque et puisque d’emblée préexistait une impasse psychosociale dans la perception subjective du jeune artiste ?

Le mari aura beau jeu d’épouver les résistances inconscientes décelées de part et d’autre de ce Grand Amour, en mystifiant désormais l’alternative fascinante, sonnante et trébuchante.

Thématique assurément très intéressante, mais qu’une direction d’acteurs plan-plan ne parvient pas à faire bondir des sièges dans lesquels controversent quasi constamment les quatre protagonistes.

En outre, l’arrogance sous-jacente du peintre devenu célèbre met mal à l’aise ses éventuels partisans et l’on en vient aisément à donner quitus au couple mal assorti, mais bel et bien lucide.

Plaidoyer pour la tolérance certes, mais constat d’un certain désenchantement, à apprécier plus ou moins En toute confiance.

Visuel affiche / photo © Pascalito

EN TOUTE CONFIANCE - ** Theothea.com - de Donald Marguiliès - mise en scène : Michel Fagadau - avec Barbara Schulz, Jean-Pierre Lorit, Jean-Pierre Malo & Elodie Navarre - Comédie des Champs-Elysées -


Moyenne des avis sur cet article :  2.78/5   (9 votes)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès