• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Enter the Void, le nouveau chef-d’oeuvre de Noé

Enter the Void, le nouveau chef-d’oeuvre de Noé

Oscar et Linda, un frère et une sœur, originellement orphelins séparés. Ils se retrouvent à Tokyo, lui est devenu dealer, elle strip-teaseuse. Ils font le pacte de ne plus se perdre. Oscar meurt. Influencée par Le Livre des Morts Tibétains, l’âme d’Oscar quitte son corps et entame une errance qui devra la conduire au vide pur.

Avec Enter the Void, le travail de Gaspar Noé se confirme être une sorte de Théâtre de la Cruauté comme le voulait Artaud, où l’on y trouve la volonté de condensation virulente, de convulsion aride, où l’extase frôle le supplice dans la transgression des limites subjectives qu’impose habituellement le cinéma de divertissement. La doublure quantique du cinéaste qui hante Enter the Void plane en un lent déploiement sacrificiel sans retour, comme une ombre portée lysergique. La teinte est plus onirique que dans ses précédents opus, tels Carne, Seul Contre Tous et autres Irréversible (même si ce dernier présentait déjà cette poétique éthérique escamotée par certaines scènes violentes), l’incarnation des situations et personnages se déréalise au profit d’une perception spectrale et tournoyante de l’instant, accouchant d’une transe cathartique qui ouvre des failles plutôt que des réponses, au nom d’une tentation chamanique de rendre compte, de rendre l’âme, sur l’autel d’une église vouée au culte de la synesthésie. Le sens s’effrite en faveur des sens, il demeure des signes, des traces, un dérangement sensoriel, une déconstruction permanente du réel. Gaspar Noé traque finalement la linéarité des normes esthétiques qui régissent le cinéma narcissique français pour la faire imploser en un monstrueux et remarquable rituel où les corps dansent, les sons hallucinent et les désirs s’extériorisent, l’être s’improvisant en présences démultipliées. La non-linéarité de l’art cinématographique tel que le pratique Gaspar Noé évoque le fonctionnement chaotique de la circulation atmosphérique.

Toujours éviter la répétition qui fige, qui stigmatise, rend inerte, mort. C’est bien la "voie magique" dont parlait Artaud, recourir aux rêves, à l’imaginaire et anéantir les pesanteurs du petit réel, afin que se dissolve la finitude des situations, des choses, du monde, que tout redevienne possible. Restituer l’invisible, cette entreprise, Gaspar Noé la mène de façon jusqu’au-boutiste, intégrale pour ne pas dire intégriste. Un destin s’impose tout naturellement aux protagonistes d’un pareil Théâtre, et sa détermination est rarement doucereuse.

Son dernier bijou est comme les précédents, traumatisant, ludique et beau. Le cinéaste né en Argentine a été bercé par des films plutôt violents tels Délivrance de Boorman, Taxi Driver de Scorcese, Salo de Pasolini, Les Chiens de Paille de Peckinpah, mais aussi une filmographie plus strictement expérimentale, avec Eraserhead de Lynch, Le Miroir de Tarkovski ou encore Inauguration of the Pleasure Dome d’Anger. Sexualité explicite, drogue et désespoir baignent les images lancinantes de son dernier-né, mais filtrés par une caméra et un travail de postproduction aux ambitions prométhéennes.

Fort peu de réalisateurs français peuvent se targuer d’aller tenter de renouveler le 7ème art comme le fait Noé (il faudrait citer toutefois Gondry ou Grandrieux). 

On est à l’opposé d’un cinéma bourgeois qui n’aspire qu’à scruter ses petites misères, la mise en abîme d’Enter the Void ne s’auto-évalue pas, affichant un occultisme esthétique sainement adolescent. L’indocilité de son entreprise de dérèglement de tous les sens fait franchement plaisir à voir, même si elle en laissera certains plus abasourdis ou ahuris que fascinés. Impossible de qualifier la structure narrative de cet ovni autrement que par le qualificatif expérimental.

Les circonvolutions sauvages et poétiques de ce projet dérangé creusent un peu plus la singularité artistique de l’autodidacte génial qu’est Gaspar Noé, sorte d’échappé nomade des recettes commerciales asphyxiantes, avec, cerise sur le gâteau, cette faculté de ne pas s’aplatir devant les moralistes à la petite semaine qui le malmènent à chaque nouvelle production de son cru. Enter the void est une liturgie sans Dieu, mais proférée avec une soif de dépassement métaphysique, ponctuée de signes qui se perdent dans les travées de salles enivrées de mauvaises bières.


Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

2 réactions à cet article    


  • sycander sycander 10 mai 2010 10:23

    Ouais... On est en effet carrément dans le théâtre de la cruauté, bien vu.

    Mais Noé est argentin, pas français. Après d’accord, il est autant français que Brel, donc.

    Lorsque vous dîtes que le film ne s’auto évalue pas, je ne suis pas vraiment d’accord, trouvant pour ma part ce film très pompeux ( http://sycander.free.fr/wordpress/?p=1068) et imbu de lui même, dans sa démesure et son anti conformisme.

    Cela dit, ce film est loin de laisser indifférent !


    • Tiberius Tiberius 10 mai 2010 10:46

      C’est peut-être un bon film mais il faut quand même que je vous dise que la façon dont vous en parlez ne donne vraiment pas envie d’aller le voir.

      Votre critique ressemble à celle que l’on fait des films de David Lynch, c’est-à-dire un film auquel on a trouvé aucun intérêt (sinon celui d’offenser notre intelligence), mais dont on se sent obligé de dire du bien parce que... c’est un film de David Lynch !


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès