• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Envie de lire ?

Envie de lire ?

Ces romans-là n’ont pas d’« actu », ils sont sortis il y a un moment, tant pis, je vous en parle quand même, ils sont à lire...

Passé romancé

Figsecret


Un secret,
de Philippe Grimbert

Pas évident de « rentrer » dans ce roman. Une impression de fouillis, de pistes multiples. Où l’auteur veut-il en venir ? On piaffe un peu. Puis, tout à coup, aux alentours de la page 70, tout s’éclaire. Le secret se profile, se dessine. On est happé. Impossible de lâcher le livre. On avait beaucoup aimé La Petite Robe de Paul (Grasset, 2001), l’avant-dernier livre de Philippe Grimbert, psychanalyste. Mais ce nouveau roman, parce qu’il dévoile une part intime de la vie de l’auteur, de son histoire, parce qu’il est écrit avec une telle sensibilité, est d’autant plus bouleversant. Ce serait vraiment dommage de vous dévoiler son secret, ici, maintenant, à la va-vite. Lisez ce livre, vous aussi, vous serez ému, troublé. Philippe Grimbert montre comment on peut faire la paix avec son passé. Même si c’est un passé qu’on découvre adolescent, et dont on n’a jamais rien su. Un passé peuplé de fantômes, de convois, de barbelés.
Grasset, 198 pages, 15,50 €

Comédienne née

Figprevost

Trompe L’amour, de Cedric Prevost

Cédric Prévost est un jeune homme culotté. Pour ce premier roman, il se glisse dans la peau d’une comédienne au chômage qui nous charme dès les premières lignes. Spécialiste du ratage des castings, l’héroïne répond à une petite annonce particulière : une agence cherche des acteurs pour interpréter des rôles de personnages réels auprès de particuliers esseulés. Débute alors un voyage au pays de l’improvisation, doublée d’une fine analyse de la nature schizophrène des acteurs.

Actes Sud
16 €50
154 pages

Deuxième chance

Figlasco

Premier rendez-vous, Jeanne Lasco

Comment refaire sa vie après cinquante ans ? Avec lucidité et humour, Jeanne Lasco décrit sans complexes une « crise du milieu de vie », à travers le personnage attachant de Brigitte, gérante d’un magasin de déco. Son mari l’a quittée pour une jeunette, ses filles sont adultes, sauf la dernière, une « ado » rebelle. Brigitte rencontre Albert, veuf, à l’aube d’une nouvelle vie, lui aussi. Naît une improbable idylle. Mais Pierre, son ex-mari, qui dit l’aimer encore, revient à la maison. Entièrement composé de dialogues percutants, avec les pensées intimes des personnages en italiques, ce roman moderne explore avec allégresse le thème contemporain des familles recomposées et les surprises de l’amour à tout âge.
Pocket.

Auteurs Academy

Figono

Génération spontanée, de Christophe Ono-dit-Biot

Axel est maître-nageur dans une piscine à Pigalle, Lorant serveur dans un restaurant branché de Saint-Germain-des-Près. La trentaine venant, nourris d’icônes télé à qui tout réussit vite, ils ont le sentiment atroce d’avoir raté leur vie. Lorant a une idée ingénieuse : retravailler un ancien manuscrit du XIXe qui dort dans les entrailles de la BN pour en faire un best-seller dont tout le monde parlera. Pari réussi. Mais à quel prix ? Un roman à clefs culotté, satirique, sur les pièges de l’ambition moderne et l’envers du décor de l’édition et de la télé-réalité. Pocket

Mrs Dalloway sous influence

Figunivers

Univers, univers, de Régis Jauffret

Vous avez envie de vous esclaffer : « Cet auteur est complètement dingue ! », de vous pincer, de relire une phrase pour vérifier si vous avez bien lu ? Alors n’hésitez pas, plongez-vous dans la schizophrénie de Régis Jauffret. Imaginez Mrs Dalloway non pas affairée à son bouquet de fleurs avec Big Ben en fond sonore, mais devant un gigot qu’elle observe à travers le hublot du four. Toute comparaison avec la délicate Virgina Woolf s’arrête là. L’héroïne de Régis Jauffret a mille vies. Et pas des moindres. Pendant que son gigot rôtit, qu’elle attend son mari, ses invités, et qu’elle s’emmerde à mourir, elle les imagine. Et nous, on suit, médusés, étourdis par la multiplicité de ces destins possibles, par le pouvoir vertigineux du conditionnel, par l’exquise médiocrité du quotidien. Impossible de lire ce roman d’une traite, on peut interrompre sa lecture, la reprendre, presque à n’importe quelle page. Aussi génial que fou. Folio.

Journal post-rupture :

La femme quittée, de Raphaële Vidaling

Figvidaling

Une jeune femme d’une trentaine d’années, mère d’un petit garçon de deux ans, se fait plaquer du jour au lendemain par son mari. Pour tenir le coup, elle écrit. Résultat, un drôle de journal intime, 145 textes très courts, titrés et numérotés. « Ma vie nulle est pleine de petits riens qui me font rire. » On ne peut s’empêcher d’être touchés par la lucidité qui émane de cet exutoire mâtiné d’un optimisme farouche. .Grasset, 10 euros, 160 pages

quatre raisons de lire Nadine Trintignant

Figmarie

Ma fille, Marie, Nadine Trintignant

Jugé mercantile par certains, inapproprié par d’autres, le livre de Nadine T. sur sa fille a fait couler beaucoup d’encre. Mais pourquoi ne pas le lire pour vous faire votre propre opinion ? Voici quatre raisons de vous y plonger.

1° Le fond : Dès les premières phrases de cette longue lettre à Marie, commencée juste après l’enterrement, c’est l’émotion à l’état brut qui prend à la gorge et qui ne lâche plus. La douleur d’une mère anéantie par la mort de sa fille.

2° La forme : Des mots simples et justes. Une plume pudique, sans pathos. Nadine T. fait revivre l’enfance de Marie, son adolescence, ses amours, ses enfants, ses mots drôles, ses fautes d’orthographe.

3° Le message : Pourquoi ce livre ? Les méchantes langues vont bon train : fric, coup littéraire, influence sur le procès Cantat, hyper médiatisation. Mais quand on lit : « Peut-être parviendrai-je un jour à ne plus être obsédée par les horribles images de la fin de ta vie », on a plutôt envie d’en pleurer que d’en gloser.

4° La fin : Nadine T. nous livre le drame, le coma, la mort, le cimetière. Elle n’appelle jamais Cantat par son nom. Il est : « ton assassin. » Au fil des pages, la lecture devient presque insoutenable. On en oublie complètement le « clan » Trintignant. On ne voit plus qu’une mère, un père, un frère, quatre fils, au bord d’un gouffre. « Marie, comment ça va être, la vie sans toi ? » Poche.

Amour sur scène

Et mon mal est délicieux, Michel Quint

Figquint

On flaire l’estampille « Quint » dès les premières lignes. A la fin des années 1930, à Villeneuve-lès-Avignon, Max, fils de juge, tombe amoureux de Luz, fille de réfugiés espagnols. Elle joue Chimène à sa façon, ne jure que par Le Cid. La guerre venue, la ville est traversée de gens en fuite. Un beau ténébreux de passage, Gérard, donne la réplique à Luz. Coup de foudre. Il lui promet de revenir jouer Rodrigue pour elle après la guerre. Les années passent. Luz est persuadée de le reconnaître dans une revue. Il est devenu un immense acteur : Gérard Philipe. Luz, atteinte d’une grave maladie, passera sa vie entière à l’attendre. Et Max, par amour pour elle, fera l’impossible pour que le souhait de Luz se réalise. Un petit livre tout mince, qui a la puissance d’un pavé. Folio.

Secrets d’hommes

Figmemmi

Térésa et autres femmes, de Albert Memmi

Un groupe d’anciens camarades du lycée Carnot se retrouvent dans un grand restaurant, des années après le bac. Il y a là, entre autres, un éditeur, un abbé, un médecin, un haut fonctionnaire. De quoi vont discuter tous ces messieurs ? De femmes, tout simplement.
A tour de rôle, chacun va évoquer à sa façon « la » femme qui l’a le plus marqué. Albert Memmi nous offre un voyage intimiste au féminin, raconté au masculin. Confidences tristes, gaies, tendres, ou bouleversantes : un hommage aux femmes par un éternel amoureux.
Editions du Félin, 272 pages, 19 €

Condamné amour

Figdiable

Le Diable est dans les détails, de Marc Durin-Valois

Un centre de soins palliatifs. Une jeune femme rongée par la maladie. Un homme bénévole qui « l’accompagne » vers sa fin. Huis clos, trouble, ambiguïté. Le décor est planté. Le dialogue s’instaure. Particulier. Elle est belle, révoltée, passionnée. Elle ne sait pas qu’elle est condamnée. Lui prend des notes, écoute, encourage. La famille, les amis, les médecins défilent. Les hypocrisies, la gêne, la trouille devant l’horreur du cancer, aussi. L’amitié se tisse, fusionnelle. L’accompagnateur est fasciné par cette femme qui refuse de voir la mort en face. Lui sait. Elle pas. La chute est surprenante. Marc Durin-Valois signe un troisième roman étrange sur l’apprivoisement de la mort et la puissance du non-dit. Poche

Cent bougies

Figgrainville

La joie d’Aurélie, de Patrick Grainville

2040. Aurélie a cent ans et pète le feu. Dans une grande maison blanche en pleine montagne, au bord d’une rivière écumante où des loups viennent rôder la nuit, elle réunit sa tribu pour son anniversaire : sa sœur, sa belle-sœur, son fils, son petit-fils adoré, ses nièces, sa gouvernante, la troublante Fatou. Mais une invitée surprise qui débarque en pleine fête fera ressurgir un drame caché depuis quarante ans. Dernier défi d’Aurélie ? Dernière folie ?
Ecrit d’une plume baroque, parfois trop riche, on se régale pourtant de ce récit à plusieurs voix qui ose mettre en scène une centenaire indigne au charme fougueux. Points Seuil

Vestiges du passé
Fighoussin

16 rue d’Avelghem, de Xavier Houssin

Ce qu’on aime chez Xavier Houssin, c’est sa musique à lui, ses phrases minimes, dépouillées, sa façon d’installer une atmosphère singulière par touches infimes.
Dans ce deuxième roman, après la bouleversante Ballade de Lola, (Buchet-Chastel, 2003), le narrateur retourne sur les lieux de son enfance, à Roubaix, sur les vestiges d’une maison démolie, rue d’Avelghem. C’était là que vivaient son grand-père Joseph et toute sa marmaille.
Un roman nostalgique et beau sur la fuite du temps, les fantômes du passé, et le pouvoir magique des souvenirs d’enfance. On a l’impression intime de feuilleter un album de photographies anciennes jaunies par les années. Buchet-Chastel, 160 pages, 12 €


Moyenne des avis sur cet article :  1/5   (1 vote)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès