• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Espéranto et langue des signes ? Des langues pour qui veut l’entendre

Espéranto et langue des signes ? Des langues pour qui veut l’entendre

Sont-ce des « vraies » langues ? Pour beaucoup, il s’agit encore de « machins »... à moins que...

Quel peut être le rapport entre l’espéranto et la langue des signes ? Elles ont l’internationalité comme évident premier point commun : Des sourds de pays différents et avec une langue des signes différente se comprennent très vite, y compris sur des sujets variés, car les langues de signes comportent une grammaire très proche. Les sourds, grâce à cette facilité de communication entre eux, voyagent beaucoup, en s’appuyant sur l’aide de la communauté et de ses membres. Tiens, tiens, ça ne ressemblerait pas au Pasporta Servo ? De plus, il existe une la langue des signes internationale. Mais si leur ressemblance se nichait aussi dans les chicanes qui forment leur parcours ?… La langue des signes française devance d’un temps d’avance l’espéranto, elle vient d’être admise au baccalauréat, ce que ne parviennent pas à obtenir les locuteurs de la langue internationale. Mais ne commençons pas par la fin, et essayons d’explorer au détour de l’histoire et de la psychologie ces deux "phénomènes" et tentons d’appréhender ce que l’avenir nous réserve.

Au commencement était l’aphasie… En lien étroit avec la pensée, parler, communiquer, demeure au tréfonds de notre être, que l’absence de mots –ou signes- bref le non-dit violente. Il faut être deux pour exercer ses fonctions de langage, que deux situations cependant bloquent : la différence de langue ou le dysfonctionnement des organes.

Pour pallier ce problème, les plus folles idées sont émises : les XVIe et XVIIe siècles ont vu apparaître une langue des signes et une langue "universelle".

« Nos muets disputent, argumentent et content des histoires par signes. J’en ai vus de si souples et formés à cela qu’à la vérité, il ne leur manque rien à la perfection de se savoir faire entendre. » (Montaigne Essais, Livre II, ch. 12). Mais les gestes, avant de former eux mêmes une expression, appuyaient nos mots, les accompagnaient… Quant à une langue universelle, Coménius et Descartes nous permettent de dater les fondements, plus sûrement que ne l’aurait permis le mythe babélien.

Une autre date commune importante : 1887, l’espéranto naît par son premier manuel d’apprentissage (alors que le premier livre écrit par un sourd date de 1779 : « Observations d’un sourd-muet » Pierre Desloges) tandis l’interdiction de la langue des signes bat son plein et que les derniers professeurs se retrouvent sans emploi. Les interdits qui pèseront sur l’espéranto se dans les mêmes conditions en France, datent eux de 1935.

Au début du XXe siècle, en France, se succèdent plusieurs congrès internationaux de sourds. Le parallèle avec l’espéranto est aisé, puisque le premier congrès international d’espéranto a lieu en 1905 à Boulogne sur Mer.

1971 : Sixième congrès de la Fédération Mondiale des sourds à Paris. Prise de conscience de la richesse e de l’efficacité des traductions simultanées en langue des signes par quelques entendants français. Une prise de conscience de même nature s’est elle déclenchée, à Londres, où se déroule alors le Congrès Universel d’espéranto ?

La grande secousse de mai 1968 : Le droit à la différence est invoqué et l’ensemble des évènements convergent vers une prise de conscience collective de la langue des signes comme source et instrument de la culture sourde. Du côté espéranto, 1968 marque un tournant et TEJO (association de jeunes espérantistes internationale) approuve lors de son 25ème congrès la « déclaration de Tyresö » « le sentiment que l’évolution libre de l’individu est de plus en plus mis en danger par le système coercitif établi : Si on applique par conséquent le concept de conservation de l’intégrité de l’individu, on en vient immanquablement à refuser les discriminations linguistique et culturelle de toute forme, à refuser toute soi-disant solution au problème linguistique qui se base la discrimination, et au constat qu’on ne fait pas suffisamment attention à la destruction du fond culturel et linguistique de nombreux peuples. Cette destruction n’est rien d’autre que l’instrument de l’impérialisme linguistique » Cette idée gagna peu à peu du terrain dans l’ensemble du mouvement espérantiste.

Dans les deux cas, pour l’espéranto dans les lieux de la SDN en 1922 et à Milan en 1880 pour la langue des signes, les outils de communication souffrent l’un de rejet, l’autre d’interdiction. Pour l’espéranto, c’est la possibilité d’être reconnu qui s’échappe, quant à la langue des signes, elle est considérée comme une pratique ancienne, insuffisante et régressive, empêchant d’apprendre la parole.

Ce débat est d’ailleurs toujours d’actualité  : Il faut attendre1977, pour que le Ministère de la Santé abroge l’interdit qui pèse sur la langue des signes et 1991 pour que l’Assemblée Nationale accepte par la loi Fabius sur l’utilisation de la LSF pour l’éducation des enfants sourds. De la reconnaissance envers l’espéranto s’établit sur la même période : en 1954 et en 1985, la Conférence générale de l’U.N.E.S.C.O. a voté des recommandations en faveur de l’espéranto.

Néanmoins, les lois ne font pas tout, restent leurs applications : Un article de La dépêche (2006) « A l’heure actuelle, il n’y a qu’à Ramonville que ce système existe. L’un des buts est bien sûr de l’étendre à tout le pays. Mais il y a au départ un problème de statut. En effet, les professeurs sourds qui donnent l’enseignement aux enfants, dépendent du ministère de la Santé et non de celui de l’Education avec tous les problèmes que cela implique, à commencer par le fait que les sourds n’ont pas le droit de passer les concours de l’Education nationale. Il faut absolument considérer ces problèmes comme des problèmes de langue et non comme des problèmes de handicap. Car la seule différence, c’est que les cours sont donnés en langue des signes et non en français ».

La Dépêche toujours :« Pour dire qu’une loi existe depuis près de dix ans leur assurant que l’intégration dans le cursus scolaire est possible. Mais que dans la réalité, elle demeure lettre morte. En fait, le problème de la scolarisation de ces enfants sourds n’est pas nouveau. Mais on le pensait en effet réglé avec la loi Fabius qui, en 1991, accordait aux parents « le libre choix d’une éducation bilingue », c’est à dire à la fois dans l’oralité et dans le langage des signes. Près d’une décennie plus tard, « seules trois ou quatre écoles en France, dont l’école Sajus, fonctionnent sur ce principe bilingue. Et les places sont de plus en plus rares ».

Les résistances psychologiques auxquelles se confrontent phénomènes se montrent tenaces, et se fondent souvent sur des certitudes aussi fortes que la méconnaissance est grande (du reste, c’est le sort de chaque avancée, de se retrouver décriée, le cas du téléphone n’a pas dû faire exception). Au XVIIe et au début du XVIIIe siècle, l’homme éduqué est celui qui parle bien. Pas de parole, pas de pensée : la parole est la condition préalable à tout langage On ne conçoit pas que les sourds aient le pouvoir de communiquer autrement qu’avec le langage parlé, car intérieur. Certaines nouvelles conceptions reviennent de loin…

Cependant les communauté de sourds ou d’espérantophones (ainsi que leur langue) n’a jamais cessé d’exister. La Langue des Signes Française vient de franchir un pas dans sa reconnaissance grâce à cette officialisation.

Espérons qu’il en soit bientôt de même avec l’espéranto pour sortir d’un siècle de refus et qu’enfin une estampille officielle lui assoie un statut de vraie langue, ce dont doutent encore ceux qui ne la pratiquent pas.

Pour l’espéranto, l’handicap ou le manque auquel il répond touchant tout le monde et n’étant pas physique, il est peu être plus difficile de s’en défaire, d’autant que la libération étant plus grande, les peurs s’enracinent plus profondément. Combien de jours a encore devant lui l’aveuglant analphabétisme international ?

Mais quand nous voyons le chemin parcouru par la langue des signes : « Jusqu’au XVIIIe siècle, les sourds, par la communauté entendante, n’ont pas été estimés capables de communiquer par eux-même. Dans le cas le plus courant ils faisaient partie de la vie communautaire, et étaient acceptés comme des paysans de plus ayant leur place dans la communauté ou tolérés au même titre que les ‘‘idiots du village’’, les débiles ». Source : Université Paris 8.

Sommes-nous en droit de prévoir, que même les fous d’espérantistes parviendront à se faire entendre, y compris par un gouvernement sourd à ces revendications, écartelé par un dilemme « budget » contre « diversité » ? Car ce même Gouvernement vient d’annoncer qu’il n’y aura pas de poste à l’agrégation interne d’arabe, de russe et de portugais... Un combat doit unir, celui de la liberté pour les langues.


Moyenne des avis sur cet article :  3.69/5   (49 votes)




Réagissez à l'article

340 réactions à cet article    


  • skirlet 14 juin 2008 16:49

    Bravo, bon article smiley


    • Vieux Sachem 14 juin 2008 19:13

      à l’auteur

      Pourquoi l’Esperanto plutôt que l’Anglais ou le Latin ?


      • nossamelueugat 14 juin 2008 20:27

        C’est vrai ça, pourquoi ? J’attend de vrais arguments avec impatience.

        Pour ce qui est du Latin, Allez donc voir ma position ici. L’anglais étant la lingua franca de facto ( smiley) , quel intérêt de le remplacer par une langue somme toute obscure et peu pratiquée ?

        Typhon


      • Nicolas Nicolas 14 juin 2008 21:45

        Bonsoir,

        une raison commune : l’espéranto a été créé pour satisfaire aux exigences d’une communication internationale, ce qui n’est ni le cas du latin ni le cas de l’anglais, il convient de prendre les outils qui sont "étudiés pour" comme dirait un comique...

        Comment traduire "télécharger des fichiers depuis la toile" en latin ? Sans compter toutes ces irrégularités...

        L’anglais aussi compte ses difficultés, c’est la langue d’une nation, sa nature n’est pas d’être internationale. Et penser qu’une langue peut être à la fois nationale et internationale, c’est à mon avis faire une confusion et ne pas respecter les échelles culturelles. Je fais partie d’une région, un village, c’est le niveau local, auquel peut correspondre une langue, comme peut correspondre une langue pour le niveau national. Et pour le niveau international, il faut trouver quelque chose qui vienne en regard, sans faire de mélange ou de glissement. Ces niveaux sont complémentaires et non pas ennemis.

        L’espéranto est neutre, international, c’est une langue complémentaire, auxiliaire, qui fonctionne comme tel.

        Un site qui pourra vous apporter des informations complémentaires mais il y en a d’autres... http://www.freinet.org/espericem/pourquoi.htm

         


      • nossamelueugat 14 juin 2008 23:23
        Bonsoir,

        Bonsoir.

        une raison commune : l’espéranto a été créé pour satisfaire aux exigences d’une communication internationale,

        C’est le cas de pas mal d’autres langues construites. On ne peut pas dire qu’aucune d’entre elle ait eu beaucoup de succès en tant que langue internationale.

        ce qui n’est ni le cas du latin ni le cas de l’anglais, il convient de prendre les outils qui sont "étudiés pour" comme dirait un comique...

        L’espéranto comporte d’innombrable défauts recensés ici. Il s’agit d’une langue indo-européenne, certainement moins irrégulière que les "vraies", mais tout de même.

        En outre, je n’ai jamais vu de définition des "performances" d’une langue en dehors de la facilité d’apprentissage, critère que l’on peut contester à l’espéranto. En effet, j’ai vu des gens prétendre que la facilité d’apprentissage de l’espéranto était "prouvée scientifiquement" alors que ce critère est largement subjectif puisqu’il dépend, entre autre, de la langue maternelle de l’apprenant.

        Comment traduire "télécharger des fichiers depuis la toile" en latin ? Sans compter toutes ces irrégularités...

        Et en espéranto, on dit comment ? Je vous rappelle que cette langue a été inventée avant la généralisation de la voiture. Ce genre d’argument ne tient pas : Il existe au Vatican (dont le latin est une des langues officielles) un comité de cardinaux (comparable à votre akademio) chargé d’inventer des mots pour désigner toutes les innovations depuis Caton.

        Le latin est une langue assez régulière, et qui a le mérite à vos yeux d’être "neutre" (selon votre expression), sans être dénué de culture, au contraire.

        L’anglais aussi compte ses difficultés, c’est la langue d’une nation, sa nature n’est pas d’être internationale.

        Non, effectivement. L’anglais n’a pas, n’a jamais eu pour ambition d’être la langue internationale. Néanmoins, dans les faits, c’est l’anglais la langue internationale. Toutes les langues ont leurs difficultés, l’espéranto n’échappe pas à cette règle. Toutefois, c’est un détail.

        Et penser qu’une langue peut être à la fois nationale et internationale,

        Il n’y a pas besoin de penser ci ou ça il suffit de constater : DANS LES FAITS, l’anglais est la langue internationale. Et je ne vois pas en quoi c’est un mal.

        c’est à mon avis faire une confusion et ne pas respecter les échelles culturelles.

        Définissez le concept d’échelle culturel SVP.

        Je fais partie d’une région, un village, c’est le niveau local, auquel peut correspondre une langue, comme peut correspondre une langue pour le niveau national. Et pour le niveau international, il faut trouver quelque chose qui vienne en regard, sans faire de mélange ou de glissement. Ces niveaux sont complémentaires et non pas ennemis.

        Je ne vois pas le rapport entre les deux parties de votre phrase. Pourquoi une langue locale ne pourrait être mondiale ? Quels "ennemis" ? 

        L’espéranto est neutre, international, c’est une langue complémentaire, auxiliaire, qui fonctionne comme tel.

        L’anglais est international. Et neutre, dans la mesure où c’est la langue de nombreuses et diverses nations.

        Le latin est neutre, et international dans la mesure où il est enseigné dans de nombreux pays et que de nombreux autres sont remplis de langues romanes. N’importe quelle langue

        Un site qui pourra vous apporter des informations complémentaires mais il y en a d’autres...http://www.freinet.org/esperic...

        Je vais y faire un tour...

        Typhon, au fait, si quelqu’un n’a pas le courage de faire un message après m’avoir moinssé, qu’il se dénonce...


      • Nicolas Nicolas 15 juin 2008 00:47

         

        Bonsoir,

        Bonsoir.

        Et bien re-bonsoir. Vous voici avec une nouvelle photo, peu engageante, mais comme votre message reste courtois, je vais y répondr. Bien qu’en réalité, vu le nombre de messages , d’interventions, d’articles que vous avez lus sur l’espéranto, cela n’est pas forcément nécessaire, mais bon, nouvel intervenant, nouvelle manière de présenter les choses. 

        une raison commune : l’espéranto a été créé pour satisfaire aux exigences d’une communication internationale,

        C’est le cas de pas mal d’autres langues construites. On ne peut pas dire qu’aucune d’entre elle ait eu beaucoup de succès en tant que langue internationale.

        ==> Pouvez-vous me citer une langue qui ne soit pas construite ? Les succès sont limités, dans les domaines internationaux, tant il est difficile de construire à plusieurs... Mais dans le cas de l’espéranto, je vois des succès, ou victoire partiels, qui sont des pas en avant : très récemment, le Parlement Polonais a rendu hommage à UEA (l’association universelle d’espéranto) pour son 100ème anniversaire et appuie sa candidature au prix nobel de la paix 2008.

        ce qui n’est ni le cas du latin ni le cas de l’anglais, il convient de prendre les outils qui sont "étudiés pour" comme dirait un comique...

        L’espéranto comporte d’innombrable défauts recensés ici. Il s’agit d’une langue indo-européenne, certainement moins irrégulière que les "vraies", mais tout de même.

        En outre, je n’ai jamais vu de définition des "performances" d’une langue en dehors de la facilité d’apprentissage, critère que l’on peut contester à l’espéranto. En effet, j’ai vu des gens prétendre que la facilité d’apprentissage de l’espéranto était "prouvée scientifiquement" alors que ce critère est largement subjectif puisqu’il dépend, entre autre, de la langue maternelle de l’apprenant.

        ==> Je n’ai jamais dit que l’espéranto est une langue parfaite, sans défaut ou quoi que ce soit. Je dis juste que ça marche. L’espéranto n’est pas parfait, c’est une création humaine, et les humains non plus ne sont pas parfaits, certains font perdurer des mythes, ce que je déplore... Quand on fait de la réclame pour quelque chose qui nous tient à coeur, on cache parfois, même inconsciemment des parties de réalités, mais ne vous braquez pas contre certains espérantistes, ou idéologies, l’espéranto est une langue qui vaut vraiment la peine d’être découverte. PS : je ne lis pas assez bien l’anglais pour comprendre ce site.

        Comment traduire "télécharger des fichiers depuis la toile" en latin ? Sans compter toutes ces irrégularités...

        Et en espéranto, on dit comment ? Je vous rappelle que cette langue a été inventée avant la généralisation de la voiture. Ce genre d’argument ne tient pas : Il existe au Vatican (dont le latin est une des langues officielles) un comité de cardinaux (comparable à votre akademio) chargé d’inventer des mots pour désigner toutes les innovations depuis Caton.

        Le latin est une langue assez régulière, et qui a le mérite à vos yeux d’être "neutre" (selon votre expression), sans être dénué de culture, au contraire.

        ==> en espéranto, on dit "elŝuti sliperojn el la reto". Cet argument tient, car la langue évolue. Les cardinaux, pour "suicider" "préservatif" "droits des femmes" trouvent-ils des mots ? Remarquez que je ne doute que partiellement des capacités du Vatican à porter l’idée de langue universelle, car Radio Vatican diffuse en espéranto : http://eucharistiemisericor.free.fr/index.php?page=0303062_vaticano. Une langue ne doit pas être "assez" régulière, ne minimiser pas la difficulté du latin, des déclinaisons. Le Latin était la langue d’un empire, elle est une langue morte, officialisée par l’église catholique, ce n’est pas neutre.

        L’anglais aussi compte ses difficultés, c’est la langue d’une nation, sa nature n’est pas d’être internationale.

        Non, effectivement. L’anglais n’a pas, n’a jamais eu pour ambition d’être la langue internationale. Néanmoins, dans les faits, c’est l’anglais la langue internationale. Toutes les langues ont leurs difficultés, l’espéranto n’échappe pas à cette règle. Toutefois, c’est un détail.

        ==> Disons, que c’est la langue internationale souhaitée du moment... calquée sur la loi du marché... aujourdh’ui l’anglais et demain ?

        Et penser qu’une langue peut être à la fois nationale et internationale,

        Il n’y a pas besoin de penser ci ou ça il suffit de constater : DANS LES FAITS, l’anglais est la langue internationale. Et je ne vois pas en quoi c’est un mal.

        ==> Mais je vais vous dire, si vous vous sentez bien, il n’y a aucun problème. Et ceux qui se contre-fiche du latin, comme de l’espéranto ou de l’anglais parce que leur passion c’est la pêche à la mouche dans la rivière de leur village, et bien pas de souci, la seule chose c’est qu’autant je les écouterai quand ils parleront truite, autant quand ils se mettront à affirmer "l’espéranto n’a pas de locuteurs" je serai gêné. Dans "mes faits" l’anglais n’est pas si international que ça, hormis dans les aéroports, car dans les voyages que j’ai fait (marché de Pékin, taxi à Sarajevo, Bar populaire Brésilien) je n’ai pas trouvé quelqu’un qui parle anglais.

        c’est à mon avis faire une confusion et ne pas respecter les échelles culturelles.

        Définissez le concept d’échelle culturel SVP.

        Je fais partie d’une région, un village, c’est le niveau local, auquel peut correspondre une langue, comme peut correspondre une langue pour le niveau national. Et pour le niveau international, il faut trouver quelque chose qui vienne en regard, sans faire de mélange ou de glissement. Ces niveaux sont complémentaires et non pas ennemis.

        Je ne vois pas le rapport entre les deux parties de votre phrase. Pourquoi une langue locale ne pourrait être mondiale ? Quels "ennemis" ?

        ==> Nous vivons dans des territoires, dans lesquels règnent des cultures, ces territoire peuvent se superposer, c’est pourquoi je parle d’échelle, car sans cesse nous gravissons des échelons (on s’ouvre à des cultures) ou nous en descendons (car il faut savoir intégrer sans se désintégrer). Je me suis donc mal fait comprendre : il faut respecter les niveaux dans lequels les langues vivent : la politique des langues en France a été menée à un point ou certains ressentaient une terrible honte de pratiquer leur patois. Donc ce que je dis, c’est que nous pouvons avoir plein de niveaux culturels mais qu’il ne faut pas confondre les genres... Appliquons à chaque niveau une langue, sans crainte (c’est pourquoi je parlai d’ennemi, car d’aucuns pensent que l’espéranto et l’ennemi de telle ou telle langue) mais respectons ces niveaux, sans imposer une langue pour remplir telle fonction. Comment une langue est-elle locale ? pourquoi n’a t-elle pas dépasser ce stade ? (j’entends d’elle même). Parce qu’elle est liée à ce niveau, à ce territoire, et que si les gens de cette région souhaitent et forcent la langue à s’élargir, ça ne marchera pas...

        L’espéranto est neutre, international, c’est une langue complémentaire, auxiliaire, qui fonctionne comme tel.

        L’anglais est international. Et neutre, dans la mesure où c’est la langue de nombreuses et diverses nations.

        Le latin est neutre, et international dans la mesure où il est enseigné dans de nombreux pays et que de nombreux autres sont remplis de langues romanes. N’importe quelle langue

        ==> Visiblement, votre phrase n’est pas finie. Il ne suffit pas qu’une langue soit parlée dans 2 pays différents pour qu’elle soit internationale, l’internationalité va un peu plus loin... Certains disent que l’espéranto est anational, c’st une bonne formulation... La langue d’un peuple n’est pas neutre, elle est chargée de manière de penser.

        Un site qui pourra vous apporter des informations complémentaires mais il y en a d’autres...http://www.freinet.org/esperic...

        Je vais y faire un tour...

        Typhon, au fait, si quelqu’un n’a pas le courage de faire un message après m’avoir moinssé, qu’il se dénonce...

         


        • nossamelueugat 15 juin 2008 11:15

          Bonjour.

          Pour ce qui est de mon avatar c’est une bien sombre et sordide histoire...

          ==> "Pouvez-vous me citer une langue qui ne soit pas construite ?"

          Le français ? Toutes les langues issues des hasards de l’histoire, de la "génération spontanée". L’espéranto est l’oeuvre d’un seul homme, au départ, ce qui explique le terme de "langue construite".

          //"Les succès sont limités, dans les domaines internationaux, tant il est difficile de construire à plusieurs... Mais dans le cas de l’espéranto, je vois des succès, ou victoire partiels, qui sont des pas en avant : très récemment, le Parlement Polonais a rendu hommage à UEA (l’association universelle d’espéranto) pour son 100ème anniversaire et appuie sa candidature au prix nobel de la paix 2008."//

          Pourquoi, je me le demande. Pourquoi ? En quoi ont ils oeuvré pour la paix ? smiley.

          ==> //"Je n’ai jamais dit que l’espéranto est une langue parfaite, sans défaut ou quoi que ce soit. Je dis juste que ça marche."//

          L’anglais aussi marche. Toutes les langues marchent.

          //" L’espéranto n’est pas parfait, c’est une création humaine, et les humains non plus ne sont pas parfaits, certains font perdurer des mythes, ce que je déplore..."//

          Certes, voila bien une fâcheuse tendance contre laquelle nous devons nous garder.

          //"Quand on fait de la réclame pour quelque chose qui nous tient à coeur, on cache parfois, même inconsciemment des parties de réalités, mais ne vous braquez pas contre certains espérantistes, ou idéologies, l’espéranto est une langue qui vaut vraiment la peine d’être découverte. PS : je ne lis pas assez bien l’anglais pour comprendre ce site."//

          La justesse de votre analyse me va droit au coeur, ainsi que sa mesure. Je pense toutefois que certaines bornes ne doivent pas être franchies au cours d’un débat, même pour des choses qui nous tiennent à coeur.Je suis désolé quant à votre niveau en anglais. J’ai tendance à me laisser entraîner dans le feu roulant de polémiques nourries et à balancer les liens comme des pierres. Je m’excuse platement d’avoir oublié de préciser la langue du dit lien.

          ==>//"en espéranto, on dit "elŝuti sliperojn el la reto". Cet argument tient, car la langue évolue. Les cardinaux, pour "suicider" "préservatif" "droits des femmes" trouvent-ils des mots ?"//

          Oui ! Etonnant, non ? D’ailleurs, le "suicide" est presque un mot latin (sui[soi]+occidere[tuer]=[se tuer])

          //"Remarquez que je ne doute que partiellement des capacités du Vatican à porter l’idée de langue universelle, car Radio Vatican diffuse enespéranto :http://eucharistiemisericor.fr.&quot ;////&quot ;..Une langue ne doit pas être "assez" régulière, ne minimiser pas la difficulté du latin, des déclinaisons."//

          Ha ! Ce qu’on perd en difficulté ici est gagné là en souplesse et en facilité (une des raisons qui me font douter de la facilité "scientifique" de l’espéranto) : les déclinaisons permettent de mettre les mots dans l’ordre qui vous convient (aux prépositions près), ce qui est pratique pour faire des hexamètres dactyliques et qui change de la rigidité française sujet-verbe-complément.

          //"Le Latin était la langue d’un empire, elle est une langue morte, officialisée par l’église catholique, ce n’est pas neutre."//

          Le latin a été : la langue d’une cité état monarchique, celle de la démocratie qui a duré le plus longtemps, d’un empire continental, puis de l’église, des arts, de la justice,des lettres et des sciences. Jusqu’au XIXeme siècle, l’europe des lettrés&beaux esprits parlait latin. Vous ne pouvez réduire les siècles et les domaines d’utilisation du latin à une ou deux dimensions.

          Quant au fait que ce soit une langue morte, elle est probablement plus pratiquée que l’espéranto : Pensez aux professeurs de latin partout dans le monde et à leur élèves qui peuvent, au moiins temporairement compter parmi les latinistes.

          ==> //"Disons, que c’est la langue internationale souhaitée du moment... calquée sur la loi du marché... aujourdh’ui l’anglais et demain ?"//

          Demain, le chinois ? l’arabe ? l’hindi ? Y aura-t-il demain un pays aussi puissant que les états-unis ont pu l’être ? La lingua franca de demain est un mystère. Je doute néanmoins que ce soit l’espéranto.

          ==> //"Mais je vais vous dire, si vous vous sentez bien, il n’y a aucun problème. Et ceux qui se contre-fiche du latin, comme de l’espéranto ou de l’anglais parce que leur passion c’est la pêche à la mouche dans la rivière de leur village, et bien pas de souci, la seule chose c’est qu’autant je les écouterai quand ils parleront truite, autant quand ils se mettront à affirmer "l’espéranto n’a pas de locuteurs" je serai gêné."//

          L’espéranto a 200 000 locuteurs. Au dela des aspects techniques, cela prouve bien que c’est une langue fonctionnelle, mais cela signe aussi son echec à devenir la languemondiale.

          //"Dans "mes faits" l’anglais n’est pas si international que ça, hormis dans les aéroports, car dans les voyages que j’ai fait (marché de Pékin, taxi à Sarajevo, Bar populaire Brésilien) je n’ai pas trouvé quelqu’un qui parle anglais."//

          Bon, je passe sur le fait que si vous dites ne pas bien connaitre l’anglais, cela peut ne pas vous frapper. C’est ce que signifie le terme "lingua franca" : Une langue peut être parlée par une minorité, mais parlée par ceux, natifs ou non natifs, par qui la plus grande partie de la communication internationale s’effectue.

          ==>//"Nous vivons dans des territoires, dans lesquels règnent des cultures, ces territoire peuvent se superposer, c’est pourquoi je parle d’échelle, car sans cesse nous gravissons des échelons (on s’ouvre à des cultures) ou nous en descendons (car il faut savoir intégrer sans se désintégrer). Je me suis donc mal fait comprendre : il faut respecter les niveaux dans lequels les langues vivent : la politique des langues en France a été menée à un point ou certains ressentaient une terrible honte de pratiquer leur patois.Donc ce que je dis, c’est que nous pouvons avoir plein de niveaux culturels mais qu’il ne faut pas confondre les genres... Appliquons à chaque niveau une langue, sans crainte (c’est pourquoi je parlai d’ennemi, car d’aucuns pensent que l’espéranto et l’ennemi de telle ou telle langue) mais respectons ces niveaux, sans imposer une langue pour remplir telle fonction. Comment une langue est-elle locale ? pourquoi n’a t-elle pas dépasser ce stade ? (j’entends d’elle même).Parce qu’elle est liée à ce niveau, à ce territoire, et que si les gens de cette région souhaitent et forcent la langue à s’élargir, ça ne marchera pas..."//

          Le statut d’une langue dépend de l’histoire de ses locuteurs. Si ceux-ci gagnent un pouvoir économique ou militaire, l’usage de leur langue aura plus tendance à se répandre car les gens qui l’apprendront croiront acquérir un avantage. C’est ainsi que de facteurs historiques expliquent l’utilisation de l’anglais comme lingua franca. Personne n’ "impose" l’anglais, il se trouve que la plupart des gens l’apprennent car ils croient y trouver un avantage que ne leur donnerait pas l’ourdou, le tamoul, le nahua, ou l’espéranto.
          Je ne vois pas pourquoi l’anglais ne pourrait pas être la lingua franca, surtout que dans les faits, c’est tout à fait le cas.

          //"==> Visiblement, votre phrase n’est pas finie. Il ne suffit pas qu’une langue soit parlée dans 2 pays différents pour qu’elle soit internationale, l’internationalité va un peu plus loin..."//

          Certes. L’anglais est la lingua franca, l’espagnol est international, l’arabe littéraire l’est un peu aussi, et le chinois beaucoup moins, malgré les communautés chinoises disséminées dans le monde. Et l’espéranto ? Il est assez dispersé mais peu parlé...

          //"Certains disent que l’espéranto est anational, c’st une bonne formulation... La langue d’un peuple n’est pas neutre, elle est chargée de manière de penser."//

          Savez vous que des puristes s’étrangleraient de voir ce mot "hybride" d’étymologies grecques et latines ? smiley
           

          Je me demande : D’où viens cette idée qui veut qu’une langue soit chargée des valeurs de ses locuteurs ? ça ne tient pas la route : l’allemand était la langue du "Manifeste du Parti Communiste" et de "Mein Kampf". Toutes les langues sont "neutres", et plus elles sont parlées par des personnes différentes, plus elles sont "neutres". En tant que langue artificielle, l’espéranto a, en fait, moins de chances d’être neutre si on considère l’idéologie qui a mené à sa création. Après cette langue peut-être utilisé comme n’importe quelle autre langue, à des fins diverses.

           Typhon

           


        • Wlad Wlad 16 juin 2008 14:05

          "dans les voyages que j’ai fait (marché de Pékin, taxi à Sarajevo, Bar populaire Brésilien) je n’ai pas trouvé quelqu’un qui parle anglais."

           

          Soit, mais as-tu trouvé quelqu’un qui parle espéranto ?

          Spontanément, s’entend. Pas en prévenant au préalable tes contacts parlojophones pour planifier ton séjour, ces derniers prenant alors à coeur de te mettre en relation avec des intervenants avec qui tu serais à l’aise pour communiquer.


        • Nicolas Nicolas 17 juin 2008 12:02

           

          Le français ? Toutes les langues issues des hasards de l’histoire, de la "génération spontanée". L’espéranto est l’oeuvre d’un seul homme, au départ, ce qui explique le terme de "langue construite".
          è Le hasard, bof, la nécessité, oui. L’espéranto n’est pas l’œuvre d‘un seul homme, contrairement au Volpuk, il est l’œuvre de ceux qui le pratiquent…
          Pourquoi, je me le demande. Pourquoi ? En quoi ont ils oeuvré pour la paix ?.
           
          =>Voilà un débat intéressant ; on pourrait recentrer le sujet

          L’anglais aussi marche. Toutes les langues marchent.
           
          => Même celles qu’on ne parle plus ?
           
           
          La justesse de votre analyse me va droit au coeur, ainsi que sa mesure. Je pense toutefois que certaines bornes ne doivent pas être franchies au cours d’un débat, même pour des choses qui nous tiennent à coeur.Je suis désolé quant à votre niveau en anglais. J’ai tendance à me laisser entraîner dans le feu roulant de polémiques nourries et à balancer les liens comme des pierres. Je m’excuse platement d’avoir oublié de préciser la langue du dit lien.
           
          => et bien, juste et mesuré, je vous invite à l’être aussi.
           
          Quant au fait que ce soit une langue morte, elle est probablement plus pratiquée que l’espéranto : Pensez aux professeurs de latin partout dans le monde et à leur élèves qui peuvent, au moiins temporairement compter parmi les latinistes.
           
          => Je vous laisse à vos probabilités et évaluations.
           
          Demain, le chinois ? l’arabe ? l’hindi ? Y aura-t-il demain un pays aussi puissant que les états-unis ont pu l’être ? La lingua franca de demain est un mystère. Je doute néanmoins que ce soit l’espéranto.
           
          => je vous laisse à votre doute…
           
          L’espéranto a 200 000 locuteurs. Au dela des aspects techniques, cela prouve bien que c’est une langue fonctionnelle, mais cela signe aussi son echec à devenir la languemondiale.
          Bon, je passe sur le fait que si vous dites ne pas bien connaitre l’anglais, cela peut ne pas vous frapper. C’est ce que signifie le terme "lingua franca" : Une langue peut être parlée par une minorité, mais parlée par ceux, natifs ou non natifs, par qui la plus grande partie de la communication internationale s’effectue.
          Le statut d’une langue dépend de l’histoire de ses locuteurs. Si ceux-ci gagnent un pouvoir économique ou militaire, l’usage de leur langue aura plus tendance à se répandre car les gens qui l’apprendront croiront acquérir un avantage. C’est ainsi que de facteurs historiques expliquent l’utilisation de l’anglais comme lingua franca. Personne n’ "impose" l’anglais, il se trouve que la plupart des gens l’apprennent car ils croient y trouver un avantage que ne leur donnerait pas l’ourdou, le tamoul, le nahua, ou l’espéranto.
          Je ne vois pas pourquoi l’anglais ne pourrait pas être la lingua franca, surtout que dans les faits, c’est tout à fait le cas.
          Certes. L’anglais est la lingua franca, l’espagnol est international, l’arabe littéraire l’est un peu aussi, et le chinois beaucoup moins, malgré les communautés chinoises disséminées dans le monde. Et l’espéranto ? Il est assez dispersé mais peu parlé...
          Je me demande : D’où viens cette idée qui veut qu’une langue soit chargée des valeurs de ses locuteurs ? ça ne tient pas la route : l’allemand était la langue du "Manifeste du Parti Communiste" et de "Mein Kampf". Toutes les langues sont "neutres", et plus elles sont parlées par des personnes différentes, plus elles sont "neutres". En tant que langue artificielle, l’espéranto a, en fait, moins de chances d’être neutre si on considère l’idéologie qui a mené à sa création. Après cette langue peut-être utilisé comme n’importe quelle autre langue, à des fins diverses
           
          Pour le reste, ce week end, hors quelques soucis qui m’ont empêché de me connecter plus tôt, j’ai reçu un espérantiste tanzanien et un brésilien, je fus donc fort occupé. J’ajoute que j’ai parcouru les anciens messages et le débat a dégénéré…. Personne n’est plus sourd que celui qui ne veut pas entendre… J’ai reçu des copies d’espéranto aujourd’hui, je vais les corriger, les élèves attendent, et leur contact est plus constructif. Et puis j’ai des articles à corriger pour la parution des revues...
          ð Nicolas
           
          Typhon
           

           


        • sophie 15 juin 2008 08:57

          Très bon article !

          Il y a en effet deux définitions de langues internationales. La première étant "commune à plusieurs nations", la deuxième langue du monde, langue de tout le monde. C’est très différent ! Pour la première, plusieurs langues sont concernées dont la nôtre, le français. Cela ne fait pas du français, de l’espagnol, de l’arabe, de l’anglais, de l’allemand (si, si, trois pays), du néerlandais (eh oui), etc... des langues neutres acceptables par tous les humains. Même si l’anglais est imposé de force aujourd’hui à tous les non-anglophones de la terre via l’école, via les médias, pour des intérêts connus et à peine cachés ("il y va de l’intérêt des Etats Unis que le monde adopte l’anglais comme langue commune et les valeurs dans lesquelles les Américains se reconnaissent" David Rotkopf, ministre de Clinton), les anglophones de naissance se retrouvent plus égaux que les autres, même dans les pays nordiques où il est si bien parlé (mais moins bien qu’un natif, quand même) et cela au prix du sacrifice de leur langue, donc de leur identité ! C’est grave ! Au fait, les valeurs des anglophones comprennent aussi les pieds, les pouces, les miles, etc.. Bien que les mètres aient fait leurs preuves et soient adoptés dans tous les pays sauf ... devinez lesquels ? ... on voit dangeureusement fleurir sur les télés, les cadres numériques, la haute technologie, en gros, ces valeurs incompréhensibles pour tout terrien non anglophone de naissance. Explication : voir plus haut le souhait de M. Rotkopf.

          Et ce serait tout aussi grave et tout aussi humiliant avec n’importe quelle autre langue nationale vivante !!!

          Bien sur que le latin pourrait remplir ce rôle. Il est mort , cad n’est plus langue d’une nation ! Attention, il est quand même la langue de la religion chrétienne ! Ca pourrait mettre mal à l’aise les non-chrétiens ! Et il n’est pas facile, pas du tout !!!

          C’est pour cela que je trouve que l’espéranto est une bonne idée ! S’il n’existait pas, il faudrait inventer une langue nouvelle et neutre anationale. Et ce serait long, alors pourquoi inventer ce qui existe déjà ? Pourquoi s’en priver ? Pourquoi nous imposer des langues étrangères contre notre gré, avec menace que si nous ne les parlons pas, nous serons chômeurs à vie ? Pendant que certains terriens en sont dispensés ? Pourquoi ne pas profiter d’un langage simple existant facile à apprendre pour tous, mettant tout le monde à égalité ? Et laisser le temps d’apprendre les langues étrangères qui nous plaisent en plus  ! Pourquoi laisser tant de langues mourir, donc tant de visions du monde ? La mort des langues est liée à l’hégémonie d’une langue puissante, c’est prouvé ! Pourquoi ce bloquage vis à vis d’une solution facile et non humiliante de communication entre les humains ? Que l’on nous permette de comparer à grande échelle, que l’on permette à l’école de comparer entre l’anglais (langue imposée aujourd’hui, demain ce sera une autre) et cette langue neutre et régulière ! Comme elle ne transporte pas avec elle la "culture" de pays (un ou plusieurs) et ne peut être appelée LV, qu’on la nomme comme on veut (langue neutre, langue de communication, etc...). La langue des signes non plus n’est pas appelée LV.

          Quand vous faites des courses, vous aimez choisir votre magasin ! Alors pour la communication internationale, qu’on nous donne aussi le choix, qu’on arrête de nous faire croire qu’une seule solution est possible et qu’hors d’elle point de salut.

          Ca m’étonne aussi qu’avec la technologie de pointe, on ait pas trouvé de "machine à traduire instantanée" ? Il me semble pourtant avoir lu un article sur cette invention il y a quelque temps (4 ou 5 ans), on en entend plus parler ! Comme si on bloquait encore une autre solution à celle imposée à coups de massue ! Bizarre, bizarre !!!!!!!!

          Sophie


          • krikri 15 juin 2008 09:58

            @Sophie

            Vous dites :

            "Quand vous faites des courses, vous aimez choisir votre magasin !....Ca m’étonne aussi qu’avec la technologie de pointe, on ait pas trouvé de "machine à traduire instantanée" ? Il me semble pourtant avoir lu un article sur cette invention il y a quelque temps (4 ou 5 *ans), on en entend plus parler !"

            Changez un peu de magasin un jour. Ces machines sont vendues depuis longtemps. Il y a aussi les babelfish sur internet. C’est la que vous comprenez que transposer les mots ne suffit pas a la communication internationale.

            Une amie en utilisait une, je l’ai accompagnee pour recuperer une malle a l’aeroport de Fukuoka. Je lui indique le bureau "recuperation des bagages non-accompagnes" parce la machine n’est pas si futee. Elle fait traduire, et le monsieur tres aimable accepte de taper les reponses sur la machine :

            "Bonjour monsieur.

            -Bonjour mademoiselle, vous desirez ?

            -Je voudrais ma malle. (litteralement, ca peut se comprendre aussi comme : "je voudrais avoir une malle", pour un locuteur d’une langue exprimant la possession sans les possessifs grammaticaux)

            -Il faut vous adresser a une entreprise de transports comme DHL. Nous ne faisons (louons) pas de containers. Et vous savez un container c’est tres gros."

            Et elle me fait : "-Il me dit que ma malle est deja livree chez DHL parce que c’est gros."

            Ben non. Il avait bien sa malle.

            En fait, plus personne ne dit "malle", les Japonais parlent de "boite", "container", "trunk",etc, pour designer l’objet et toujours de "bagage" pour en parler avec le personnel de l’aeroport. Le monsieur pensait avoir bien compris puisque la machine traduisait precisement. Mon amie aussi.

            Les deux auraient parle couramment esperanto, le meme quiproquo aurait eu lieu. Quand on apprend une vraie langue (associee a une culture=un groupe de personne), on apprend generalement par la meme occasion leur facon de penser, leurs gestes, leurs rapports sociaux et ce qu’ils expriment ou pas. 

            L’anglais est plus efficace parce que les us et coutumes americains sont presque universellement connu par le cinema holliwoodien, les series etc... En gros, tout le monde a vu a la tele deux businessmen d’operette americain se serrer la paluche, s’appeler Tim et Jack sans trop de fioriture ni termes de politesse, et aller boire un cafe. Alors le businessman afghan, il arrive a Tokyo pour la premiere fois de sa vie, il n’y connait rien, il fait 30 pays par an, pas le temps de se renseigner. Parlant anglais, il va aussi tendre la paluche et tout Japonais va la lui serrer, et ils vont boire un cafe. 

            Admettons qu’ils parlent esperanto, alors la c’est libre... ? Ils font quoi ? Les salutations a l’afghane ou a la japonaise ? Le the vert ou le the a la mode afghane ? Le code de politesse de quel pays ? Si c’est pour reproduire le schema stereotype holliwoodien en esperanto, autant le faire en anglais.


          • Hermes esperantulo 15 juin 2008 10:57

            Des quiproquos il y en a en esperanto mais pas plus que quand deux francais parlent entre eux, la preuve les congrès internationauxe esperanto ca marche très bien et le voyage chez l’habitant aussi au niveau communication


          • K K 15 juin 2008 11:06

            Je suis tout a fait d’accord avec votre point de vue :

            connaitre la langue sans connaitre la culture, les usages et les expressions n’aide pas beaucoup la communication reelle.

            On trouvera toujours des quiproquo.


          • Hermes esperantulo 15 juin 2008 11:18

            

            Je me souviens que dans certains pays, on parle anglais comme système international mais que l’on accueille les gens avec des coutumes locales, donc la langue n’est pas toujours lier à la culture selon dans quel pays on l’on est. Par exemple le français est commun à plusieurs pays mais chaque pays à sa propre culture il suffit de comparer le Québec, à la France, à La Belgique et à la Suisse française, une langue commune mais quatre grandes cultures différentes et sans coter les cultures différences internent à chaque pays au niveau local. Un autre exemple la langue anglais est répandue dans plusieurs pays mais chaque pays à sa propre culture il suffit de voir le mot vacances qui n’est pas le même mots aux USA et en GB, , sans contrer les différences culturelles parfois très importantes entre deux états américains à non dominance hispanique


          • skirlet 15 juin 2008 14:00

            Les deux auraient parle couramment esperanto, le meme quiproquo aurait eu lieu. Quand on apprend une vraie langue (associee a une culture=un groupe de personne), on apprend generalement par la meme occasion leur facon de penser, leurs gestes, leurs rapports sociaux et ce qu’ils expriment ou pas.

            Encore des suppositions... Premièrement, l’espéranto est une vraie langue. Deuxièmement, l’anglais est tombé dans tellement de variantes et dialectes, que le même mot ne signifie pas toujours la même chose (rien que "chips" n’a pas la même signification aux EUA et en GB, et la liste peut se prolonger à l’infini). Troisièmement, il faut que les deux interlocuteurs de l’anglais aient appris la même variante et à un très bon niveau, pour connaître la majorité des "on dit comme ça" et "on ne dit pas comme ça".

            Un immigré russe explique les élections à un Etatsunien, dans un anglais approximatif.

            Immigré :

            — You know what new Russian president’s name means ? (savez-vous ce que signifie le nom de famille du nouveau président russe ?)

            Etatsunien :

            — Medvedev ?

            I. :

            - Yes ! Means Beer ! (il s’agit de "bear" - "ours", mais la prononciation n’est pas celle d’un natif)

            E. :

            — Beer ?

            I. :

            — Yes ! You know, big animal, goes up trees and steals... (Oui ! Vous savez, c’est un gros animal, qui monte sur les arbres et vole...) Euh... (pause - le gars a oublié comment on dit "miel" en anglais) E. (en ouvrant de grands yeux) :

            — Beer ?..

            I. :

            — Yes ! And it... euh... consumes it there ! (Et puis il le bouffe là-bas !)

            E. :

            — That’s freaking gross, man ! (en se tournant vers un autre Etatsunien) : — Hey Fred, d’ya know their new president in Russia climbs trees to suck stolen beer there ?! (Hé Fred, tu sais que leur nouveau président grimpe sur les arbres pour y boire de la bière volée ?)

             

            Le français est, selon vous, une vrai langue ? Ben, une Française est restée sidérée par la question d’un Québécois : "Est-ce que tu sais chauffer ?" En fait, il demandait si elle savait conduire...

            Alors le businessman afghan, il arrive a Tokyo pour la premiere fois de sa vie, il n’y connait rien, il fait 30 pays par an, pas le temps de se renseigner. Parlant anglais, il va aussi tendre la paluche et tout Japonais va la lui serrer, et ils vont boire un cafe.

            Aussi bizarre que ça puisse vous paraître, les salutations sont assez bien compris dans d’autres pays, nul besoin de passer par le serrage de paluche hollywoodien... Et "businessman" se dit "homme d’affaires" en français.

            Admettons qu’ils parlent esperanto, alors la c’est libre... ? Ils font quoi ? Les salutations a l’afghane ou a la japonaise ? Le the vert ou le the a la mode afghane ? Le code de politesse de quel pays ? Si c’est pour reproduire le schema stereotype holliwoodien en esperanto, autant le faire en anglais.

            Là, c’est vraiment n’importe quoi... Il est plus enrichissant d’appliquer son code de politesse, commander chacun son thé et en faire profiter l’autre, partager ses propres cultures que passer par la machine à délaver culturelle qui impose la coca et les paluches. Maintenant je comprends les gens qui prônent l’anglais... ils n’ont rien à fiche de la diversité. L’espéranto permet d’y accéder, à la différence de l’anglais.


          • krikri 15 juin 2008 22:54

            ”Deuxièmement, l’anglais est tombé dans tellement de variantes et dialectes, que le même mot ne signifie pas toujours la même chose (rien que "chips" n’a pas la même signification aux EUA et en GB,”

            Et vous avez surement trouve le seul Anglophone des Iles Britanniques qui ne connaisse pas le sens US du mot. Bravo !

            Le francais est-il une langue ? Un groupe de langues, dont une version est tres largement connue. Meme si le Chti, le Quebecois et le Gabonais ont des idiomes differents, ils sont tous capable de comprendre et utiliser des termes plus standard pour parler avec des visiteurs. Chaque communaute vit dans un language, qui lui est reserve, ou partage et personnalise.

            Mais il y a des langages qui ne sont pas le vecu d’une communaute. C’est le statut actuel de l’esperanto.

            Tenez, le petit lard (Larousse) :

            Langage : Faculte propre a l’homme d’exprimer et communiquer sa pensee au moyen d’un systeme de signes vocaux ou graphique ; ce systeme. // Systeme structure de signes non-verbaux....

            Langue : Systeme de signes verbaux propres a une communaute d’individus qui l’utilisent pour s’exprimer et communiquer entre eux.

            Donc l’esperanto est un langage en attente de communaute, un projet de langue future. Ca peut changer.

            Au passage, "businessman" y est toujours, dans le dictionnaire francais. Et je pense qu’il risque d’y rester un certain temps.


          • Hermes esperantulo 15 juin 2008 23:10

            si elle existe c’est la communauté esperantiste, vous savez des gens qui parlent de part le monde et dont de nouveau mots se crées comme dans toute langue.


          • skirlet 16 juin 2008 13:36

            Et vous avez surement trouve le seul Anglophone des Iles Britanniques qui ne connaisse pas le sens US du mot. Bravo !

            Krikri, ne détournez pas le sens de mes propos. J’ai dit que la liste peut s’allonger beaucoup. J’ai eu des témoignages des natifs qui décrivaient leurs difficulés à converser avec les autres natifs... Par ailleurs, une personne ayant appris l’anglais britannique ne connaît pas forcément toutes les autres variantes, ce n’est déjà pas sa langue maternelle, et en plus il doit se farcir les différences dialectales d’anglais ?

            Meme si le Chti, le Quebecois et le Gabonais ont des idiomes differents, ils sont tous capable de comprendre et utiliser des termes plus standard pour parler avec des visiteurs.

            Vous affrmez qu’il n’y a jamais de malentedus ? J’ai fait un test parmi les Français sur leur connaissance du sens du mot "gosses" version québécoise. Aucun ne le connaissait. Pourtant c’est un mot courant en France... qui peut créer des problèmes.

            Mais il y a des langages qui ne sont pas le vecu d’une communaute. C’est le statut actuel de l’esperanto.

            Pas une communauté géographique, mais une communauté linguistique. D’où sa stabilité et l’absence de dialectes. Pour devenir une langue vivante, il faut avoir une communauté, ne croyez-vous pas ? C’est fou, cette obstination de nier l’évidence... Ca ne peut pas être, parce que ça ne peut être jamais, pourtant la chose existe - ces gens qui utilisent l’espéranto pour échanger, en famille etc.

            Quant aux anglicismes présents dans les dictionnaires... lesdits dicos sont très prompts à les introduire. Mais utiliser un anglicisme à la place d’un mot français qui possède exactement le même sens est soit du snobisme, soit la méconnaissance de sa propre langue.


          • Nicolas Nicolas 18 juin 2008 06:35

            Bonjour, vous dites :

             

            "L’anglais est plus efficace parce que les us et coutumes americains sont presque universellement connu par le cinema holliwoodien, les series etc... En gros, tout le monde a vu a la tele deux businessmen d’operette americain se serrer la paluche, s’appeler Tim et Jack sans trop de fioriture ni termes de politesse"

            Nous sommes en plein dans les clichés et les caricatures... Manger des hamburgers et vous entrez dans la communication internationale... Et puis, franchement, qui n’a pas la télé, outil de lobotomisation des masses ?

            Nicolas

             

             


          • krikri 15 juin 2008 09:05

            C’est un immense raccourci. Il y a une centaine de langues de signes, certaines proches comme le sont le francais et l’italien, et d’autres eloignees comme l’anglais et le japonais. Les sourds japonais ont besoin de sous-titres pour comprendre des videos en langue des signes europeennees et americaines. Bon, qu’il leur soit plus rapide d’apprendre a signer une langue etrangere des signes, qu’a apprendre a lire et ecrire une langue etrangere des mots, c’est vrai.

            Et bon, on voit tout de suite a quoi sert une langue des signes. Un esperanto ? On cherche encore...

            Kuri

             

             


            • Petro 15 juin 2008 11:15

               Je veux ajouter un commentaire pour appuyer un ami qui a été insulté par le biais de ce service consacré à la liberté d’expression, que je trouve utile par ailleurs. En effet le pseudo "nossamelueugat", qui est compréhensible quand on l’inverse, et qui est apparu dans un message où on parlait de ce service et que j’ai reçu. Mais je ne ferais pas l’ affront de le reproduire à mon ami Henriko..., qui ne possède pas cet attribut "bestial"

              Je ne veux pas non plus dire du mal d’AgoraVox.

              En espérant bientôt pouvoir m’exprimer plus librement (quand j’aurai écrit trois autres commentaires...)

               


              • Wlad Wlad 16 juin 2008 14:14

                "En effet le pseudo "nossamelueugat", qui est compréhensible quand on l’inverse, et qui est apparu dans un message où on parlait de ce service et que j’ai reçu."

                Non seulement ton message est incompréhensible (tu parles de la Tétyne, c’est ça ?), mais cette phrase n’a ni queue, ni tête, ni verbe auquel s’appliquerait le sujet "le pseudo nossamelueugat".


              • sophie 15 juin 2008 12:11

                Pour krikri, tout le monde doit imiter le gardien de vaches texan enrichi s’appelant Bob ou Jim ou Jack, avec le chapeau stetson vissé sur la tête, le gros cirage machonné, la cravate texane, etc... tout le cliché ! C’est déjà pas sympa pour un peuple de 300 millions de têtes qui ne sont pas tous aussi caricaturaux ! Merci pour eux !

                Si je bois un bon thé vert, je me tais, je bois et j’apprécie ! Vous parlez du Japon ? Le pays où les coutumes sont très importantes ? Où la cérémonie du thé est primordiale ? Où l’on ne vit pas à l’occidentale, on s’agenouille sur des coussins devant une table très basse, etc... Même si un homme d’affaires japonais ayant appris l’anglais pour commercer avec les Etats Unis et éventuellement avec vous s’il n’a pas souvent affaire à des Français (sinon il aura engagé un interprète ou appris le français car "la langue des affaires est la langue du client"), je ne crois pas qu’il appréciera votre déguisement en JR et votre tape sur l’épaule !!!

                Si vous allez dans un pays, les coutumes sont aussi importantes que la langue (dans certains on serre la main et pas ailleurs, on s’embrasse ici et pas là-bas, on dit oui avec la tête de haut en bas, ailleurs de gauche à droite, etc... si on ne sait pas, bonjour la gaffe). Le tout est un ensemble qui s’appelle culture !!!

                Vous voyez, vous-même, vous admettez que se servir de l’anglais comme passeport, c’est imposer les coutumes des Etats Unis (même pas des Anglais) au reste du monde au mépris de leurs traditions et coutumes.

                L’espéranto n’a pas de coutumes, de traditions. Ainsi, chacun transmet sa tradition à l’autre comme s’il s’exprimait dans sa propre langue. Et pour les bagages, cette langue utilise le principe de la composition des mots ainsi que chacun comprenne le sens. Par exemple, le Français parle de déjeuner quand son interlocuteur Belge francophone de dîner. Nous sommes voisins et nous le savons tous ! Mais pour celui qui ne sait pas, l’espéranto parlera de "repas du midi", tout le monde aura compris ! En français, on dit "il pleut des cordes", en anglais "it rains dogs and cats" (il pleut des chiens et des chats). Celui qui parle ces deux langues (notre homme d’affaires japonais) cherchera des yeux les grosses ficelles et ces pauvres bêtes tombant du ciel. Puis se dira qu’aussi bien le Français et l’Anglais sont deux idiots ou complètement ivres ou drogués !!! Puisqu’il tombe de l’eau, comme au Japon quand il pleut !!!

                Pas de problème avec une langue neutre qui ne possède pas d’idiomatismes !

                Salut, je vais boire un bon thé en silence

                Sophie


                • nossamelueugat 15 juin 2008 13:22

                  Je ne vois pas pourquoi le fait qu’une langue soit portée par de la culture est un problème. Comme je l’ai dit plus haut, une langue est neutre de toute manière et peut servir à porter toutes sorte d’idées, d’identités (comme les amérindiens qui ont oublié la langue de leurs ancêtres et se mettent à parler français pour affirmer leur identité culturelle face à la pression américaine).

                  L’allemand était la langue du Capital, de Mein Kampf, et des souffrances du Jeune Werther. Pour autant, les allemand ne sont en grande majorité ni communistes, ni nazis, ni suicidaires.

                  Le fait que, au contraire, l’espéranto soit dénué de culture et n’ai pas de locuteurs en grand nombre pose un problème : quel est l’intérêt d’apprendre cette langue ? à quoi aurai-je accès en l’apprenant ?

                  On en revient à ce même point. La facilité d’une langue est secondaire en regard de cette question : que m’apporte-t-elle ?

                  Typhon


                • Hermes esperantulo 15 juin 2008 13:40

                  Pour répondre, tout simplement si après ce que l’on vous dit de ce qu’elle procure, cela ne vous est pas utile, alors ne n’apprenez pas, c’est tout simple, il n’y a pas à tergiverser, s’il cela ne vous interresse pas de voir le monde d’une autre maniere, que cela ne vous interresse pas d’aller à des congrès , de voir des coutumes que l’on ne voit ni en baroudant, ni sur les grand sentiers touristiques, découvrir des livres non traduit en anglais ni français, que tout cela ne vous intéresse pas alors passez votre chemin, si pour vous l’anglais vous satisfait amplement alors passer votre chemin. Comme je l’ai dit tout le monde peut venir et tout le monde peut en sortir quand il veut et aussi on n’oblige personne à l’apprendre.


                • Hermes esperantulo 15 juin 2008 14:16

                  Une langue est neutre, désoler en elle même non car elle de nombreux idiotismes et les champs lexicaux sont différents d’une langue à l’autre et certaines langues sont analytiques et d’autres contextuelles, ect, ect, donc non une langue ne détruit pas une culture au sens literrrale du terme, mais elle détruit une façon de penser dont justement une partie de la culture est dépendante d’elle. Quand un journaliste se rend compte que first lady n’est pas compris par le public et que le dit journaliste n’arrive pas à trouver l’équivalent français, c’est le même cas chez les informaticiens, ou parfois je demande un truc et je ne comprend pas le terme technique anglais alors que s’il le dit en francais cela devient limpide, pas à cause du problème de traduction mais à causse d’un problème de sens sémantique entre le mots anglais et le mots francais là par exemple on a un problème


                • nossamelueugat 15 juin 2008 14:24
                  Une langue est neutre, désoler en elle même non car elle de nombreux idiotismes et les champs lexicaux sont différents d’une langue à l’autre et certaines langues sont analytiques et d’autres contextuelles, ect, ect,
                   
                  Nan. Aucun rapport. Les termes "analytique" et "contextuelle" se rapportent à la manière de transmettre le sens, pas au sens en lui-même. 
                   
                   
                   
                   
                  donc non une langue ne détruit pas une culture au sens literrrale du terme, mais elle détruit une façon de penser dont justement une partie de la culture est dépendante d’elle.
                   
                  C’est le contraire petit scarabée ! C’est la langue qui dépend de la ou des cultures.
                   
                  Quand un journaliste se rend compte que first lady n’est pas compris par le public et que le dit journaliste n’arrive pas à trouver l’équivalent français,
                   
                  Lemot de pheurste lèdi est un concept culturel anglosaxon à la noix. l’expression "première dame" est tout aussi ridicule et le fait de le dire en anglais permet de se la péter.
                   
                   
                   
                  c’est le même cas chez les informaticiens, ou parfois je demande un truc et je ne comprend pas le terme technique anglais alors que s’il le dit en francais cela devient limpide,
                   
                  Tout les métiers ont leur jargon, pour louvoirem lommuniquem sans être lompricem...
                   
                   
                   
                   
                  pas à cause du problème de traduction mais à causse d’un problème de sens sémantique entre le mots anglais et le mots francais là par exemple on a un problème

                  Hé bien on traduit par un autre mot ou par une locution ou une périphrase, suivant le contexte.

                  Où est le problème ?

                  Typhon


                • Hermes esperantulo 15 juin 2008 15:12
                  &Une langue est neutre, désoler en elle même non car elle de nombreux idiotismes et les champs lexicaux sont différents d’une langue à l’autre et certaines langues sont analytiques et d’autres contextuelles, ect, ect,

                  Nan. Aucun rapport. Les termes "analytique" et "contextuelle" se rapportent à la manière de transmettre le sens, pas au sens en lui-même. &

                   

                  Donc il y a des manieres differentes de transmettre le sens lier aux diverses facon de penser, donc une langue n’est pas neutre, elle exprime la facon de penser d’un peuple dans la facon de donner le sens de sa pensée




                  &donc non une langue ne détruit pas une culture au sens literrrale du terme, mais elle détruit une façon de penser dont justement une partie de la culture est dépendante d’elle.

                  C’est le contraire petit scarabée ! C’est la langue qui dépend de la ou des cultures. &

                  donc oui en fait

                  &Quand un journaliste se rend compte que first lady n’est pas compris par le public et que le dit journaliste n’arrive pas à trouver l’équivalent français,

                  Lemot de pheurste lèdi est un concept culturel anglosaxon à la noix. l’expression "première dame" est tout aussi ridicule et le fait de le dire en anglais permet de se la péter.&

                  aucun rapport sur se la peter le message ne passe pas c’est tout 



                  &c’est le même cas chez les informaticiens, ou parfois je demande un truc et je ne comprend pas le terme technique anglais alors que s’il le dit en francais cela devient limpide,

                  Tout les métiers ont leur jargon, pour louvoirem lommuniquem sans être lompricem... &

                  même reponse le message ne passe pas entre interlocuteurs




                  &pas à cause du problème de traduction mais à causse d’un problème de sens sémantique entre le mots anglais et le mots francais là par exemple on a un problème

                  Hé bien on traduit par un autre mot ou par une locution ou une périphrase, suivant le contexte. &

                  oui quand on fait l’effort de le faire, mais si on reste sur le sens anglais l’interlocuteur francais ne comprendra pas toutjours car il y aurait justment besion d’une periphrase, c’est comme si nous les francais on disait en anglais litéralement "il pleut des cordes" en agalis personne comprendra, il faut une autre phrase plus compréhensible ( mon exemple n’est pas le meilleur je sais d’avance)

                  &Où est le problème ? &

                  probleme de comprehension au final, il suffit de lire des exemples de HAGEGE qui justement explique le probleme du sens des mots d’une langue à l’autre, rien que dans le monde des affaires il en existe pleins, au niveau juridique et scientifique

                   


                • krikri 15 juin 2008 22:17

                  "Si je bois un bon thé vert, je me tais, je bois et j’apprécie ! Vous parlez du Japon ? Le pays où les coutumes sont très importantes ? Où la cérémonie du thé est primordiale ? Où l’on ne vit pas à l’occidentale, on s’agenouille sur des coussins devant une table très basse, etc..."

                  Non, le vrai Japon ou n’importe quel pays en vrai. La ceremonie du the c’est un loisir folklorique. Les Japonais se fichent autant de vous voir mettre un kimono que vous vous fichez de voir un Japonais s’habiller en d’Artagnan et faire la reverence.

                  Il n’y a pas "le" pays ou "les coutumes sont importantes". Dans tout endroit, si vous ne comprenez rien a l’organisation des choses, vous etes a cote de la plaque. Et etre dans le ton demande un effort pas seulement linguistique, et ca prend plus ou moins de temps. On ne l’attend pas du visiteur etranger, on lui facilite la tache. Par exemple, on lui permet de signer meme si la signature n’est pas utilisee normalement, on met a disposition un hotel international avec des lits, des douches, du cafe, du sucre...

                  C’est certainement reduit mais le "code culturel" americain permet des echanges entre des personnes tres differentes. Je ne dis pas que c’est bien ou mal, c’est un fait.

                  "et éventuellement avec vous s’il n’a pas souvent affaire à des Français (sinon il aura engagé un interprète ou appris le français car "la langue des affaires est la langue du client"), "

                  Les affaires ne se reduisent pas a vendre des gadgets sur un stand. Le monde entier a adopte les normes comptables et financieres anglo-saxonne, l’informatique anglo-saxonne...

                  "je ne crois pas qu’il appréciera votre déguisement en JR et votre tape sur l’épaule !!!"

                  C’est votre JR, votre extrapolation.

                  Dans un contexte professionnel, les gens me saluent systematiquement en anglais...sauf si je leur indique que je connais leur facon de communiquer et que toutes les personnes presentes peuvent suivre. J’ai du rencontrer 10 000 personnes qui ont absolument toutes reagi de la meme facon. Il est clair que je suis etrangere en Asie de l’Est, mais on m’a deja accueilli *a l’Americaine* en France aussi, dans des endroits (bureaux, hotels, boutiques...) habitues a recevoir plus d’etrangers que de gens du coin. C’est du pur pragmatisme. J’ai deja vu des personnages (toujours en France) faire un scandale parce qu’apres avoir vu 5000 visiteurs etrangers l’employe de l’aeroport leur a dit "Welcome..." . Mais les gens font simplement leur travail. Ils ne se tatent pas "l’anglais c’est bien ou mal ? ", et ne font pas passer des tests de langues et cultures aux gens. 


                • skirlet 16 juin 2008 13:23

                  Les Japonais se fichent autant de vous voir mettre un kimono que vous vous fichez de voir un Japonais s’habiller en d’Artagnan et faire la reverence.

                  Il ne s’agit pas de se déguiser. Un Français ne s’habille pas en d’Artagnan pour manger la baguette, le cassoulet et boire du vin. Pour boire son thé, un Japonais n’a nul besoin de se mettre en kimono.

                  C’est certainement reduit mais le "code culturel" americain permet des echanges entre des personnes tres differentes.

                  Oui, c’est plus que réduit. Et qui connaît toutes les subtilités de leur code culturel qui varie aux EUA mêmes selon les régions ?

                  Le monde entier a adopte les normes comptables et financieres anglo-saxonne, l’informatique anglo-saxonne...

                  C’est quoi "l’informatique anglo-saxonne" ? Des inventions se font toujours quelque part, ensuite, adoptés par le monde entier, on se fiche du point de départ. Microsoft annonce à chaque fois avec une grande fierté les sorties des nouvelles versions linguistiques de son système d’exploitation, et Linux est multilingue depuis des lustres.

                  Dans un contexte professionnel, les gens me saluent systematiquement en anglais...

                  Il s’agit de votre contexte. Il n’est pas universel. Et puis, si les "hommes d’affaires" ont les trucs propres à leur milieu, grand bien leur fasse, mais il ne faut point déborder de ce milieu et s’imaginer que tous les gens doivent se comporter pareil.

                  C’est du pur pragmatisme. J’ai deja vu des personnages (toujours en France) faire un scandale parce qu’apres avoir vu 5000 visiteurs etrangers l’employe de l’aeroport leur a dit "Welcome..." .

                  Parce que toutes ces personnes étaient des anglophones ?.. Vous pensez vraiment que ça fait plaisir de se faire saluer en anglais, quand il n’est pas ta langue maternelle ?.. Ce cliché "étranger = anglophone" est hautement agaçant, et autant saluer les arrivants en français, ça fait plus exotique et folklorique smiley


                • nossamelueugat 16 juin 2008 13:41

                  Skirlet --------> Hab SoSlI’ Quch !

                   

                   

                   

                   

                  ---------------------------------

                  Sourdant, l’eau bruisse.

                  Karatéka, incompétent et

                  Irascible, en effet et

                  Raleur, au possible

                  Laissant, dans le vague l’

                  Eblouissant, magnifique,

                  Traducteur automatique.

                  Et les rhizopodes fleurissent en mycorhizes

                  Situationnistes.

                  Terrifiant de bêtise.

                  Utile, notre combat l’est

                  Naturellement.

                  Et nous combattrons toujours

                  Tant que le monde

                  Rugira de votre clameur obsédée

                  Une rage saine nous habitera

                  Illuminant vos ténèbres

                  Et voici la fin de l’amphigourisme.

                  -------------------------------------------

                  Typhon


                • Hermes esperantulo 16 juin 2008 13:43

                   le fameux welcome, bien utile, mais c’est plus agréable je trouve quand on part dans un pays où le premier mot est dans la langue du pays d’acceuil et ensuite on parle en angalis, c’est plus convivial je trouve.


                • Wlad Wlad 16 juin 2008 14:19

                  Quel joli poème, Typhon ! La pureté du haïku en version longue, alliée au message profond et pertinent !


                • ombrageux ombrageux 15 juin 2008 15:46

                  Libetée et des langues diversité des langues sont autant de facteur d’incompréhension entre les hommes et entre les peuples.

                  Certitude que j’ai eu l’occasion de vérifier plus de cent fois.

                  Question pourquoi essayer d’imoser une langue internationale qui ne se fonde sur aucun pays et sur aucune culture alors qu’il y a une langue comme l’anglais qui se parle dans quasi le monde entier et qui est relativement simple d’utilisation ?

                  Je tiens à préciser que je suis français et que mon anglais et basique, mais il me suffit dans mon travail et dans mes déplacements pour communiquer avec des gens de divers pays.

                  Pourquoi diantre irai je apprendre une supplémentaire dont peu de monde maitrise le maniment ?

                  Un jour ou l’autre il faudra que les hommes aient la sagesse d’admettre qu’une langue mondiale est nécéssaire que cette langue sera probablement l’anglais, peut être l’espagnol mais que ce ne sera jamais le français car c’est une langue beaucoup trop compliqué pour les non francophone.

                  Tout combat d’arrière garde ne fait que desservir le rapprochement et la compréhetion entre les hommes.


                  • Hermes esperantulo 15 juin 2008 15:53

                    Si vous le ditent tant mieux pour vous,mais certains cherchent une autre forme de communication plus effcace dans certains domaines


                  • Asp Explorer Asp Explorer 15 juin 2008 16:27

                    Vous avez bien raison de poser la question. Mais des espérantistes, vous n’obtiendrez que des "mais t’as rien compris pauvre con". Et bien sûr, aucune réponse convaincante à vos interrogations.


                  • sophie 15 juin 2008 16:46

                    Ombrageux, vous trouvez l’anglais facile ? S’il l’était, vu que tous les enfants se le voient imposer dès 12 ans et même plus tôt depuis plusieurs années, à 15 ans, tout ado moyen devrait le parler couramment et pouvoir ainsi apprendre d’autres langues. Tout adulte ayant fait un bac + 2 ou 3 ou 4 ou plus devrait parler cette langue simplette (à votre avis) sans problème. Or, ce n’est pas le cas ! Alors on emm... les gens avec ça : cours d’anglais au boulot (pour des cadres ayant plus de dix ans d’anglais derrière eux) par exemple. Même les hommes politiques y ont le droit, après leurs années d’ENA ou autre école du même style où la langue des Ricains était au programme !!! Comment ? Les Suédois ? Oui, mais au prix de leur langue qui ne leur sert plus qu’à dire "passe-moi le sel" devant une télé qui beugle en anglais, après avoir travaillé en anglais toute la journée. Enfant, je croyais que la langue de la Suède était l’anglais vu qu’Abba chantait anglais !!!

                    Et encore, leur langue est proche de l’anglais. Comme l’allemand. Notre langue est proche de l’italien et de l’espagnol (langues latines). Si le lavage de cerveau était à l’italien ou à l’espagnol au lieu de l’anglais, oui, nous parlerions couramment cette langue à 15 ans ! Et idem pour les autres peuples latins s’ils subissaient le français à longueur de journée !

                    Mais, cher monsieur l’ombrageux, ni le français, ni l’espagnol, ni l’anglais ne doivent être utilisés ainsi !

                    Car, si la diversité culturelle est un jardin fleuri, l’anglais (enfin, son utilisation hégémonique) en est le désherbant puissant !!!

                    Et si vous vous en réjouissez, sachez que des anglophones de naissance se désolent de voir leur langue utilisée comme une arme destructrice. Peut-être pas le gardien de vaches totalement abruti par l’alcool et le tabac cher au coeur de certains smiley Car celui-ci veut se sentir partout chez lui sur Terre ! Il veut que les indigènes puissent répondre à ses ordres sans effort linguistique de sa part ! Génial, non ? Vous avez une âme d’esclave, de soumis ? Pas moi ! Je suis rebelle, je suis insoumise et on ne me fait pas taire comme ça ! Non mais !!!

                    Sophie


                    • nossamelueugat 15 juin 2008 16:56

                      Ombrageux, vous trouvez l’anglais facile ? S’il l’était, vu que tous les enfants se le voient imposer dès 12 ans

                      Personne n’impose l’anglais. C’est un mythe espérantiste.

                      et même plus tôt depuis plusieurs années, à 15 ans, tout ado moyen devrait le parler couramment et pouvoir ainsi apprendre d’autres langues.

                      C’est ce qu’ils font effectivement. 

                      Tout adulte ayant fait un bac + 2 ou 3 ou 4 ou plus devrait parler cette langue simplette (à votre avis) sans problème. Or, ce n’est pas le cas ! Alors on emm... les gens avec ça : cours d’anglais au boulot (pour des cadres ayant plus de dix ans d’anglais derrière eux) par exemple.

                      Il faut pratiquer avec sérieux. On ’apprend rien sans efforts, même pas l’espéranto.

                      Même les hommes politiques y ont le droit, après leurs années d’ENA ou autre école du même style où la langue des Ricains était au programme !!! Comment ? Les Suédois ? Oui, mais au prix de leur langue qui ne leur sert plus qu’à dire "passe-moi le sel" devant une télé qui beugle en anglais, après avoir travaillé en anglais toute la journée. Enfant, je croyais que la langue de la Suède était l’anglais vu qu’Abba chantait anglais !!!

                      ça prouve que vous ’étiez pas très curieuse. Let me tell you about sweden...

                      Et encore, leur langue est proche de l’anglais. Comme l’allemand. Notre langue est proche de l’italien et de l’espagnol (langues latines).

                      Le français est la plus germanique des langues latines.

                      Si le lavage de cerveau était à l’italien ou à l’espagnol au lieu de l’anglais, oui, nous parlerions couramment cette langue à 15 ans ! Et idem pour les autres peuples latins s’ils subissaient le français à longueur de journée !

                      Il n’y a pas de lavage de cerveau. Pour parler couramment l’anglais il faudrait qu’il soit enseigné plus tot et plus sérieusement ;

                      Car, si la diversité culturelle est un jardin fleuri, l’anglais (enfin, son utilisation hégémonique) en est le désherbant puissant !!!

                      Raisonnement ridicule : Où avons nous vu une langue détruire la culture ? Encore le mythe et la propagande...

                      Et si vous vous en réjouissez, sachez que des anglophones de naissance se désolent de voir leur langue utilisée comme une arme destructrice.

                       Tout de suite les hyperboles catastrophistes !

                      Peut-être pas le gardien de vaches totalement abruti par l’alcool et le tabac cher au coeur de certains Car celui-ci veut se sentir partout chez lui sur Terre ! Il veut que les indigènes puissent répondre à ses ordres sans effort linguistique de sa part ! Génial, non ? Vous avez une âme d’esclave, de soumis ? Pas moi ! Je suis rebelle, je suis insoumise et on ne me fait pas taire comme ça ! Non mais !!!

                      Nan, vous vous soumettez avec l’ardeur du mouton au dogme massonique anti-américain primaire et haineux.

                       On ne peut pas dire que vous lésinez sur les vocables émotionnels ! ça vous dirait de vous détacher et de constater que derrière vos exagérations il n’y a rien que des contre-vérités ?

                      Typhon

                       


                    • Hermes esperantulo 15 juin 2008 17:37

                      Oui c’est tout a fait possible qu’une langue détruise une culture voir C Hagege


                    • nossamelueugat 15 juin 2008 17:43

                      C’est pas la peine de répéter "Hagège Hagège Hagège" comme un mantra si c’est pour ne pas comprendre ce qu’il écrit : Dans "halte à la mort des langues" il écrit qu’une culture et donc une langue peut être abandonnée ou perdue par son peuple dans certaines circonstances (de colonisation entre autre). C’est quand même pas si simple !

                      Typhon

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires