• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Et Ed Wood rencontra la concurrence, ou « On y rit, on ira »

Et Ed Wood rencontra la concurrence, ou « On y rit, on ira »

Depuis longtemps déjà, me taraudait l’envie de dévoiler à la face du monde l’injustice subie par un des piliers de la culture populaire nationale. Un article de presse et la chaleur aurorale me décidèrent enfin à lever les derniers soupçons qui planaient encore sur celui qu’on peut qualifier d’Empereur du Nanar.

Non je ne vous parlerai pas d’un ex-ministre entaulé, braillard olympien provençal, non plus d’un doc sac à riz, non plus d’un béat bronzant aux caméras monégasques, encore que ce dernier aurait quelques locaux points communs avec mon sujet. Mon propos veut réhabiliter un ogre, un monstre, une icône gargantuesque que le cinéma français s’épuise à cacher. J’ai nommé le régional de l’étape : Emile Couzinet.

Certains mal disant, méconnaissant le personnage, pourraient être troublés par la confluence de nos prénoms et argueraient un nombrilisme pernicieux, il n’en est rien et je le prouverai.

Emile Couzinet est né en bord d’estuaire à Bourg-sur-Gironde en l’an de brasse crawlée 1896, après quelques années à traquer la pibale, à croquer le virjus et à courir gueuses et pavés, il devint projectionniste itinérant, sorte de colporteur d’antan converti en manivelle. Après la Der des Der, ses pérégrinations cinématographiques l’escortèrent jusqu’à Royan, azuréenne perle des Charente, où, époque oblige, il s’imposa à la direction du casino municipal. C’est ici qu’il fonda ce que deviendra Emile Couzinet, l’homme, le cinéaste, le créateur et en 1920 la Burgus Films, société de distribution. En suivant l’engouement du cinéma des années folles, il ouvrit le "Gallia" à Agen, puis étendit son empire sur la capitale girondine avec cinq autres salles dont il était, pour certaines, architecte et décorateur allant jusqu’à copier les fastes du Rex parisien.

Cependant, pour notre héros, le cinéma ne se cantonnait pas en écrans et projecteurs, il passa derrière la caméra, sortit sa plume et produisit ses pellicules, en résultèrent vingt-deux longs métrages, une quinzaine de publicités et quelques documentaires. Le nabab possédait et maîtrisait personnellement le cycle complet, du scénario (sous le pseudonyme Robert Eyquem) à la projection, de la réalisation à la distribution. En 1937, les dépendances du casino furent transformées en plateaux, les "Studios Royan Côte de Beauté", jusqu’à la Seconde Guerre mondiale, après moult jaloux bombardements U.S. hollywoodiens, en 1944 il décida de construire de vraies et ultramodernes studios, les "Studios de la Côte d’Argent", dans l’agglomération bordelaise.

La Burgus Films muta en société de production et il créa un consortium de distribution avec ses concurrents en place : la Gallia-Cinéi ; ainsi il détenait le quasi-monopole du 7e art sur la région.

Mais quels étaient ces films enchapés de plomb, d’aucuns, critiques émérites de tabloïds ampoulés, diront que naquirent des studios de la rue de Tauzin les pires navets de production nationale, d’autres appréciaient le concept végétalien Couzinet, le public bordelais ne se trompa pas et ces toiles firent un tabac jusqu’à la fin des quinquises. L’homme aimait à dire qu’il ne briguait aucune palme d’or préférant distraire travailleurs et ménagères, cinéma populaire, truculent, graveleux parfois, mais précurseur des bidasseries sous-douées, florilèges d’humour carabin. Il alliait le burlesque (régionalité partagée avec Max Linder) aux costumes, naviguait d’un Pagnol dérisoire au pastiche de Giono, il flairait la bonne humeur, troquant le puritanisme d’outre-Atlantique contre un grivois sein dénudé attirant foudres calotines et gogos en goguettes. Son travail, pourtant, ne manquait pas de sérieux, il était en constante recherche de l’acteur, du réalisateur, du professionnel qui donnerait à sa production cette envergure absente, essayant d’engager le réalisateur René Pujol, débauchant à de multiples reprises Gaby Morlay, utilisant Jean Tissier ou Louis Seigner, découvrant Robert Lamoureux, il lança la carrière de Jean Carmet et pied de nez à la vantardise eut pour assistant un certain Sergio Leone.

Ce dilettante du 7e rêve avait édifié une logique industrielle n’ayant nulle part son pareil, maîtrisant la création de l’œuf à l’écran, dominant avec ses fidèles compagnons, le décorateur affichiste René Renneteau, le monteur André Sarthou et le célèbre musicien Vincent Scotto, tous les aspects d’une filmographie achevée bien que délirante. Victime de la critique assassine et aux prémices d’une nouvelle décennie, un dernier film boudé dans les bégaiements de Pierre Repp, la naissance de la nouvelle vague et le public versatile vinrent à bout de l’empire Couzinet. En 1964, le Génie du Nanar s’éteint, enfoui sous l’édredon des conventions verticauricularisées.

Emile Couzinet : La filmographie

Si vos détours vacanciers vous mènent en la cité de Royan (17) ne manquez pas l’exposition "Couzinet un cinéaste à Royan" au Musée municipal jusqu’au 14 décembre.

Viens de paraître : "Citizen Couzinet, Hollywood sur Gironde" de Françoise Mamolar aux éditions Bonne Anse.

Si vous avez aimé "Ed Wood" de Tim Burton vous aimerez "Hollywood-sur-Gironde, ou la fabuleuse aventure d’Emile Couzinet" d’Eric Michaud.


Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (16 votes)




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • rocla (haddock) rocla (haddock) 11 juillet 2008 13:17

    Excusez-moi Monsieur Red ,



    Very cool votre billet , 

    Les quinquises c ’était king-size  !

    It’ s more fun to be décontracted ....


    one again ...


    • Emile Red Emile Red 11 juillet 2008 13:41

      Mère si bocou Mystère Rock Là


      Les quinquises c’est avec du quinquina...
      Paske mare à canard des anglisixtes...


    • Gasty Gasty 11 juillet 2008 14:12

      Je ne connaissais pas ce personnage.

      Un qui m’a toujours intrigué , c’est Jean Pierre Mocky dont j’ai toujours trouvé ses films  mal fait et curieusement étrange. Au point de rester à chaque fois jusqu’à la fin pour  en comprendre le dénouement.


      • Emile Red Emile Red 11 juillet 2008 14:20

        J’adore Mocky, ses films ne sont pas mal faits, ils manquent simplement du nerf de la guerre.
        Et c’est vrai qu’il a le don pour maintenir les gens sous tension, un régal.


      • Emile Red Emile Red 11 juillet 2008 15:02

        Ayant déjà traité l’UNESCO en bord de Garonne, je me suis retenu de faire un article sur Blaye, et Vauban me rappelle trop mes jeunes années à l’EN.

        J’avais tant envie de faire un article sur cet Homme que j’adore dans sa simplicité simpliste et sa folie grandiose, un article de S-O m’a décidé.


      • snoopy86 11 juillet 2008 23:29

        @ Emile

        J’ai lu ton article avec beaucoup d’émotion....

        Tout gamin j’ai "connu" Couzinet qui était un des associés de mon grand-père maternel dans l’activité de distribution. J’étais trop jeune pour pouvoir aujourd’hui évoquer le personnage avec plus de précisions. Mais lorsque tu écris "il créa un consortium de distribution avec ses concurrents en place " je peux confirmer. L’affaire prospéra et fut revendue dans les années 60 à Gaumont et CGR.

        Mes souvenirs sont un peu obscurs mais il me semble que parmi les amis de mon grand-père il y avait un autre producteur de films bordelais, complétement mégalo, qui avait parallélement des ambitions aéronautiques ( construction d’hydravions me semble t’il). A moins que ce ne soit Couzinet...

        Je vais interroger ma vieille maman qui a connu tout ce monde là tout en en réprouvant le mode de vie ( le papy savait vivre et appréciait bonne chère, bons vins et bonne compagnie)


        • snoopy86 11 juillet 2008 23:34

          et merci à Rocla qui m’a signalé ton article...


        • Emile Red Emile Red 12 juillet 2008 13:29

          Merci pour ce message Snoop, il est vrai que la nostalgie fait du bien parfois et servirait à beaucoup pour éviter de prendre la grosse tête.
          Bien que Couzinet n’était pas de ceux-là, je crois qu’il a été dépassé par son succés, la chute a été dure et décevante pour lui.

          Ce genre d’expérience est un cas qui devrait être enseigné au même titre que la gestion ou la comptabilité dans les écoles de commerce prouvant que la monnaie ne fait pas tout dans la réussite.


        • zamzam 12 juillet 2008 17:45

          @ Emile Red  :

          Merci pour ce superbe article , pour la découverte d’ Emile Couzinet et pour le plaisir de votre

          style . J’ ai beaucoup d’ affection pour le personnage qui vous symbolise . Celui de Gasty me 

          fascine et j’ aime " contempler " celui du furtif . Je suis photographe - factotum .


          Messieurs , je savoure vos commentaires sur Agoravox .


          Votre serviteur . . . . Tamtam Du Tarmac . . . - / -


          • zamzam 12 juillet 2008 18:17

            Petit détail  :

            J’ apprécie beaucoup l’ homme Jean Pierre Mocky et il a réalisé d ’ assez bons films avec des

            moyens dérisoires pour " cette industrie qui peut produire de l’ art " selon la formulation de Malraux .

            L’ Albatros , A mort l’ arbitre , Il gèle en enfer etc . . pour ce qui me revient en mémoire à l’ instant .

             " La nostalgie n’ est plus ce qu’ elle était " . 


          • rocla (haddock) rocla (haddock) 13 juillet 2008 12:20

            Pépé le Mocky , un drôle de paroissien.... qui mangeait du pain bénitier ...


            • del Toro Kabyle d’Espagne 13 juillet 2008 12:27

              Merci Emile ! Ça fait plaisr smiley

              Et comme Gasty, j’ai aussi pensé à Mocky ; j’ai d’ailleurs fait visionner ses films à des ami(e)s espagnol(e)s "volontaires" smiley Et malgré tout, ça change vraiment du moralisme étouffant des españoladas (films "comiques" réalisés sous le franquisme).

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès