• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Et les bières, alors ?

Et les bières, alors ?

Les origines de la bière sont presque aussi lointaines que celles du vin. Tous les peuples en effet ont fait de la bière, à toutes les phases de leur civilisation. Les tribus africaines en fabriquent avec du millet, les Japonais avec du riz, les habitants des Amériques, les Européens, les Australiens et les autres font leur bière avec de l’orge. On en boit dans le monde entier, surtout en Belgique où la consommation annuelle s’élève à quelque 135 litres par tête et par an, ce qui, sur ce plan, constitue un record que nous laissons à nos amis frontaliers.

La bière, c’est le nom général de toutes les espèces de bières blondes ou brunes, légères ou fortes, vendues à la pression, en bouteille ou en boîte de métal, faites avec du malt, du sucre, du houblon, de l’eau et du levain qui fait fermenter ces ingrédients.

Le malt commence sa vie sous le nom d’orge. Des variétés spéciales de cette céréale sont cultivées soigneusement jusqu’à maturité. Ensuite on imbibe l’orge d’eau et on la laisse germer dans des conditions déterminées et surveillées afin que l’amidon se transforme en sucre soluble. Cela fait, on la sèche et on la fait griller ; légèrement, pour obtenir une bière blonde, et plus intensément pour une bière brune.

Les sucres utilisés pour le brassage sont des sucres de canne, traités de diverses manières pour donner des goûts différents et une bière plus ou moins douce.

On cultive des variétés spéciales de houblon pour la brasserie qui n’utilise que la fleur : un cône de pétales d’or contenant résine et huiles. C’est le houblon qui donne à la bière sa pointe d’amertume. L’eau de brasserie est en général traitée avec des sels minéraux convenant au type particulier de bière à fabriquer. Au temps où l’on n’analysait pas encore l’eau, les grands centres de brasserie apparurent, comme en Écosse (voir chapitre Whisky), là où une source ou un ruisseau convenaient particulièrement bien à certains types de bière. La bière de Pilsen, en Tchécoslovaquie, notamment, est brassée à l’eau naturelle et on la reconnaît comme l’une des meilleures du monde.

La levure, qui est composée d’organismes vivants, est l’agent qui fait fermenter la bière. Le brassage n’est pas une opération très compliquée : on écrase le malt dans un moulin et il est versé dans l’eau à une température surveillée attentivement. La solution de sucre est soutirée. Des tambours rotatifs agitent ensuite le mélange pour que chaque grain baigne dans l’eau et que tout le malt soit utilisé. Il ne reste plus que les pellicules qui sont d’ailleurs vendues, comprimées, pour l’alimentation du bétail (on ne sait pas si cela peut avoir une influence sur le lait...).

Le malt non encore fermenté qui s’appelle alors wort (confer chapitre Le whisky) est pompé dans des bouilloires de cuivre où on lui ajoute le houblon et du sucre. On fait bouillir le wort pendant une heure ou deux. C’est à ce moment que le parfum et l’amertume du houblon se combinent à la douceur et au goût du malt et du sucre.

Après ébullition, le houblon est retiré par filtrage, on rafraîchit le mélange, on le transfère dans un autre récipient et on y verse le levain qui agit sur le sucre, comme dans la fermentation du vin : transformation en alcool d’une part et gaz carbonique de l’autre. On conserve le gaz et l’on s’en sert pour rendre plus gazeuses les bières vendues en bouteille ou en boîte. La fermentation prend plusieurs jours au bout desquels la masse de levure tombe au fond de la cuve de fermentation et s’y stabilise s’il s’agit de bière dite lager. S’il s’agit de blonde claire, nommée ale, le levain, au contraire, s’accumule à la surface du liquide. Dans les deux cas, on le recueille. Il y en a alors beaucoup plus qu’à l’origine ; pendant la fermentation, en effet, les levures prolifèrent. La masse recueillie à la fin servira à provoquer d’autres fermentations et pourra être vendue aussi pour le traitement des hommes et des animaux, car c’est un dépuratif et, paraît-il, une source de vitamines.

Dans la plupart des pays où l’on consomme de la bière, le breuvage est conservé dans de grands réservoirs à une température proche de zéro degré, pour le stabiliser et lui assurer des qualités satisfaisantes et durables. Après filtrage, on le gazéifie au gaz carbonique et on l’expédie en barils, bouteilles ou boîtes. Désormais la plupart des bières sont pasteurisées (chauffées à 60°c) pour détruire les plus infimes vestiges de levure qui pourraient subsister après filtrage. Ils pourraient, en effet, fermenter, se multiplier et troubler la couleur de la bière.

Les principaux types de bières

Lager
Une bière fortement chargée de gaz carbonique. Son nom vient du verbe allemand lagern (emmagasiner). La Lager est une bière laissée au repos jusqu’à ce que tous les vestiges de fermentation soient éliminés. Ensuite on la gazéifie et on la met en bouteille.

Ale
Une bière qui, autrefois, était faite sans houblon et bue fraîche. Désormais il n’y a plus guère de différence, en Grande-Bretagne, entre l’Ale et les autres bières.

Stout
Une bière brune et lourde, souvent un peu sucrée, avec un goût prononcé de malt, en général issue d’un mélange à forte proportion de houblon. J’ai goûté des Stouts d’Irlande exceptionnelles, et l’on comprend qu’elles aient acquis leur célébrité par leur qualité, particulièrement les marques Guinness et Oyster Stout.

Porter
Semblable à la Stout, mais moins forte. Elle devrait son nom au fait que ce fut jadis le breuvage des porteurs londoniens.

Selon moi, les meilleures bières sont les suivantes :

Les bières trappistes

De rares bières sont brassées par les moines et ont par conséquent droit à l’appellation Trappiste. Si les ordres religieux de France ont acquis une grande réputation en produisant des liqueurs à base d’herbes sauvages comme la Bénédictine, en Belgique, c’est à la bière qu’ils se sont consacrés. D’abord pour leur usage personnel : on a beau être moine, on n’en est pas moins homme ; ensuite (et surtout) pour procurer des fonds à leur communauté, puis alimenter des œuvres de charité.

Toutes les bières trappistes sont à fermentation haute, c’est-à-dire qu’on y ajoute un peu de levure au moment de la mise en bouteille. Elles forment toujours un certain dépôt au fond de la bouteille. Il est donc nécessaire de les laisser reposer couchées avant de les déguster. Elles se conservent parfaitement et s’affinent même en vieillissant (pas plus de quatre ans, quand même). Dans la mesure où la production est limitée et l’origine garantie, on dispose d’une bonne assurance que la qualité des trappistes sera maintenue. Les couvents n’ambitionnent d’ailleurs pas d’augmenter leur production et il est fort possible, en raison de l’augmentation de la demande, qu’il y ait des ruptures de stocks.

La Chimay
Produite dans une région de forêts de la Belgique, proche de la frontière française, par des moines venus originellement des Flandres. La Chimay capsule Bleue fait environ 8°. Elle est de couleur cuivrée et mousse beaucoup. Son arôme, bien équilibré, est fort. La capsule Rouge est voisine par le bouquet comme par l’aspect, mais elle ne fait que 6°. La capsule Blanche est plus claire et son bouquet est plus amer. Elle fait environ 7°.

L’Orval
C’est aussi une excellente bière dont l’arôme est un peu plus amer que la Chimay. Elle est présentée dans sa célèbre bouteille en forme de quille et fabriquée à Villers-devant-Orval. Cette blonde amère est particulièrement renommée en Belgique.

La Saint-Sixtus
Une brune très corsée dont la teneur en alcool peut atteindre 12°. Elle est fabriquée au couvent de Westvleteren.

La Westmalle
Cette blonde très parfumée avec un goût relativement sec en fin de bouche pour la Triple Westmalle (densité d’environ 8°). La Double Westmalle est plus foncée et plus légère (6°).

La Rochefort
C’est ma préférée. Bien typée, ambrée et corsée, elle se vend en 6°, 8°, et 12°, et ressemble un peu aux capsules Bleue et Rouge de la Chimay.

Les bières d’abbaye

L’appellation Bière d’abbaye est beaucoup plus vague. Une douzaine d’abbayes (en dehors des cinq trappistes déjà citées) se consacrent effectivement à la production de bière. D’autres marques adoptent pourtant ce sigle sans être produites dans des institutions religieuses.

La Cuvée de l’Ermitage, par exemple, est fabriquée par la Brasserie de l’Union, dans le Hainaut. C’est une douce ambrée de 8° qui n’en est pas moins excellente.

La Cuvée de Saint-Amand est une très bonne brune forte, brassée par De Branbandre, en Flandre.

La Saint-Feuillen est une bière douce et dorée à l’arôme parfumé, produite par la brasserie Friard, au nord de Mons.

L’Abbaye de Leffe (une vraie ! ) mérite une réputation comparable à celle des trappistes. Elle produit plusieurs sortes de bières, dont des rouges et ambrées et des brunes. La Leffe Triple dorée, au bouquet puissant, corsée, est une des plus fameuses, onctueuse et persistante en bouche, très caractéristique en réalité.

L’Abbaye des Templiers (une autre abbaye authentique comparable à celle des trappistes et dont les procédés de fabrication sont très anciens). Elle se bonifie si on la conserve pendant plusieurs mois. C’est une blonde cuivrée douce et amère à la fois.

L’Abbaye de Floreffe est, par contre, une production de la Brasserie Het Anker. C’est une boisson pâle, amère et forte qui est également très réputée mais demande peut-être une certaine éducation du palais en raison de son amertume.

Les Gueuses

Ce sont des bières belges qui sont actuellement parmi les plus demandées sur le mini-marché des amateurs raffinés. La particularité des gueuses est qu’elles sont constituées par le mélange de plusieurs lambics de base. Le lambic est une bière dite spontanée à base de froment qui fermente seule sans ajout de levure. La gueuse doit fermenter en tonneaux pendant de longues années et elle continue à fermenter après sa mise en bouteille. La fabrication de la gueuse demande donc beaucoup de temps et de travail. Pour le Guide, il m’a semblé indispensable de retenir deux d’entre elles :

La Kriek, une étonnante et succulente bière rose qui a un parfum très particulier.

La Timmermans, qui est la plus grande brasserie de gueuse et dispose de tonneaux de bois dont certains auront bientôt un siècle !

Les Ale

L’Ale est une bière britannique qui, à l’origine, était faite sans houblon et bue fraîche. Aujourd’hui, elle a perdu cette particularité. Selon la couleur et la composition, on distingue la Pale Ale, la Brown Ale, la Light Ale, et la Bitter Ale.

L’une des plus célèbres est la Guinness, qui a su conserver à mon sens une réputation méritée. A ses côtés, la Thoma Hardy, qui a un goût très particulier et vieillit vingt-cinq ans en fût.

Dans un autre style, la Bass Pale Ale, fabriquée par Burton, est une bière qui a un goût de houblon prononcé (environ 5°), légère, agréable, de grande production pour étancher votre soif ou accompagner une choucroute.

Les spécialités belges et allemandes

Elles sont innombrables et bien souvent de fabrication artisanale : souvent une brasserie ne fournit qu’une région ou un village...

La De Konninck, très répandue dans les bistrots d’Anvers où elle concurrence les bières traditionnelles. Elle est blonde, légèrement cuivrée et douce (4°). C’est donc une excellente bière de soif produite par une des plus vieilles brasseries flamandes.

La Witkap Pater, blonde et claire, elle est également fabriquée dans la région d’Anvers, avec une saveur parfumée légèrement amère. Un autre bonne bière pour se désaltérer.

L’Eku Kulminator. C’est une bière allemande, la bière la plus forte du monde, ses 13,5°, et je ne vous conseille pas de faire un concours avec un habitué. Elle est ambrée et corsée, c’est une véritable liqueur de malt qui convient pour l’apéritif et la dégustation. Réellement exceptionnelle.

L’Adelscott. Une bière française d’Alsace corsée qui fait 8°. Elle se boit aussi en apéritif. Sans rivaliser avec les bières trappistes, c’est néanmoins un excellent produit.

La Gouden Carolus (ou Carolus d’Or). Produite par Het Anker, une brasserie belge de grande réputation dont nous avons déjà parlé. Une brune corsée de près de 8°, qui a un fort goût de malt. Se déguste aussi en apéritif ou, pourquoi pas, sur un fromage à la manière d’un Porto Vintage, comme on me l’a fait savourer à Bruxelles. Pour les amateurs.

La Dortmunder Classic. Blonde et désaltérante, produite par la brasserie Wenker Kronen, est une bière de densité légère particulièrement bienvenue pour étancher la soif.

La Stiftsherren. Une autre Dortmunder pleine de corps et tout aussi désaltérante. A servir à 9 ou 10° avec un bon collier. N’oubliez pas que Dortmund est la plus grande ville de brasserie d’Allemagne et qu’on y fabrique de la bière depuis que l’Empereur lui en accorda le droit en 1293, ce qui est déjà en soi une référence.

Le Danemark est surtout connu pour ses Pilsener plus douces que les tchèques de Pilzen. Le pays compte pourtant une variété de bières extraordinaires qui n’est comparable qu’à celle des bières belges et allemandes. Carlsberg et Tuborg : les marques les plus connues sur notre marché diffusent elles-mêmes une quinzaine d’autres marques sur le marché intérieur danois. Parmi les productions les plus originales, notons les “Bières Blanches” très légères.

La Let Piner de Carlsberg. Elle est presque d’aussi faible teneur alcoolique que les blanches, mais de couleur blonde cuivrée avec une saveur de malt grillé prononcée.

La Carlsberg 47. Légèrement colorée et un peu plus forte : 4°.

La Tuborg Lager. Une des meilleures danoises de grande diffusion et d’exportation. Relativement forte (4,5°), elle a, elle aussi, un goût de malt soutenu, qu’il faut savoir apprécier.

La Wilbroe Imperial Stout. Fabriquée par une des petites marques qui se partagent les 20% du marché que leur laissent les deux grandes (Tuborg et Carlsberg). C’est une bière faiblement colorée, de 6° environ. Très agréable pour la soif, elle n’est pratiquement pas exportée à ma connaissance...

La Faxe Fad. Une blonde désaltérante au goût de houblon, produite par un autre brasseur indépendant qui se refuse à pasteuriser ses produits pour leur conserver toute leur saveur.

Bien sûr, il y a les hollandaises dont Heineken est la marque la plus connue.

Pour référence, bien qu’elles méritent un plus long développement, les bières irlandaises et les écossaises dont la Campbell’s Scotch, assez forte mais moins alcoolisée, malgré son nom, que les allemandes et les belges les plus corsées.

Dans l’Hexagone, la plupart des petites brasseries ont été absorbées au cours des dix dernières années par les grands groupes (Kronenbourg, Artois...). Rien à redire.

Nous avons aussi quelques bières susceptibles d’égayer les palais les plus difficiles :

La Pastor Ale. Artisanale, produite à Anolin. Ambrée, de 6,5°, présentée en bouteilles champenoises. C’est une bière de garde.

L’Abbaye de Saint-Landelin. Une blonde forte, parfumée et fruitée, qui rivalise, sinon avec les grandes trappistes belges, avec certaines bières d’abbayes.

La Saint-Léonard. Une bière de garde produite à Boulogne-sur-Mer. Dorée et corsée, une autre bière de qualité indiscutable qui vous surprendra agréablement.

La bière du Ch’ti. Issue du nord, comme vous l’avez deviné. Une blonde fabriquée elle aussi élaborée de façon artisanale.


Moyenne des avis sur cet article :  4.6/5   (60 votes)




Réagissez à l'article

54 réactions à cet article    


  • ZEN zen 30 mars 2007 12:51

    Un connaisseur...

    Autrefois dans le Nord-Pas -de-Calais, il y avait une brasserie par bourg. Les bières locales renaissent : Goudale, « 75 »,« Grain d’orge », etc...Pour ma part, je préfère les bières ambrées( Leffe ou Jeanlin). On ne boit pas de la bière. On DEGUSTE UNE bière...Honte à Kronenbourg !


    • LE CHAT LE CHAT 30 mars 2007 13:36

      bien d’accord avec mon ami zen , les véritables connaisseurs dégustent une bonne bière . kronenbourg , c’est de la pisse d’âne à saoûler son skinhead ! un connaisseur chti dégustera une bière des trois monts , une bière de noel de chez GBM,une bière du chti ( j’ai visité la brasserie à Bénifontaine près de Lens ) ....

      Quand aux bières belges , j’aime la triple grimbergen , la leffe radieuse , la rodenbach qui tient son goût bien spécial de la fermentation en fût de chêne et tant d’autres excellents bière d’outre quièvrain

      à noter que la bière est l’une des bases de notre cuisine traditionelle flamande dont le sublissime coq à la bière est l’un des fleuron

      merci l’auteur pour cet article qui me donne à moi , gambrinophile averti , l’envie furieuse de me déguster un bon verre de ce divin breuvage . smiley


    • Fvr (---.---.104.187) 30 mars 2007 13:20

      Des correctifs aux quelques erreurs que j’ai pu relever ça ou là.

      Les trappistes sont toutes de fermentation haute, mais ça n’a rien à voir avec la présence de levure dans la bouteille. La levure dans la bouteille indique que la bière est « refermentée en bouteille » (ce qui est effectivement le cas des Trappistes). Cette technique consiste à remettre de la levure et un peu de sucre avant l’embouteillage afin que la bière continue à évoluer au cours de son vieillissement en bouteille, cela permet aussi d’augmenter la teneur en gaz de la bière sans y injecter de gaz carbonique. Quant à la fermentation haute, cela dépend du type de levure utilisée pendant la fermentation principale. En fermentation haute il s’agit de levure actives entre 15°C et 20°C qui remontent à la surface du liquide une fois la fermentation terminée (d’où leur nom). Par opposition les lager et pils sont des bières de fermentation basse, les levures sont actives entre 5°C et 10°C et se déposent au fond du liquide à la fin de la fermentation (d’où leur nom aussi). Les bières de fermentation haute (de par les levure utilisées) sont réputées comme ayant plus d’arôme et de fruité.

      Toujours concernant les trappistes. La saint-sixtus n’est pas une bière mais le nom de l’abbaye. La bière qu’ils produisent s’appelent la Westvleteren. De plus il ne faut pas parler d’une bière mais de trois bières puisqu’il existe une capsule verte (blonde), bleue (brune), jaune (brune plus forte). Par ailleurs ces bières sont introuvables dans le commerce, elles ne sont vendues qu’à l’abbaye et au café d’en face.

      Enfin, concernant l’abbaye de Floreffe, elle n’est pas brassée par la brasserie Het Hanker mais par la brasserie Lefèbvre basée à Quenast.

      Mes rectifications n’enlèvent rien à la qualité de l’article qui reste une bonne présentation générale


      • (---.---.53.204) 30 mars 2007 13:28

        Plus d’informations sur le fait qu’une bière soit dites simple, double, triple (voir même quadruplle) n’aurait pas été fortuites smiley mais cela n’enlève rien à la qualité de l’article


      • (---.---.53.204) 30 mars 2007 13:20

        Aprés deux ans d’études à Tourcoing dans la Nord je suis tombé complétement amoureux de la bière ! Beaucoup de variétés disponible avec des gouts (subtilllement parfois) différent et des bouteilles qui mérite de véritables collections !

        Quelque propositions pour ma part :

        La Gouden Carolus Triple ou Classic

        La saint Idesblade Triple

        La Kastell brune (sucrée) ou blonde (corsée) à déguster en pression au Café de Foy à Lille (attention à l’abus ça va vite pour la tête et le porte-monnaie avec ce genre de bières !)

        La Grimbergen Triple (trés goutu, fruité)

        La Gordon’s Triple

        La 3-Monts (Bière française)

        L’Abbaye des Rocs (Brune)

        et découverte récemment :

        La Trappe Quadruple (Un arôme incomparable, longue en bouche, assez amer, attention aussi à l’abus !)

        Ah le Nord vivement que je j’y retourne son herbe et sa bière que délicieux mélange smiley !


        • Marie Pierre 30 mars 2007 13:24

          @ l’auteur,

          Mais vous oubliez toutes les bières bretonnes ! Lancelot (également faite à partir de sarrazin ou blé noir > Telenn du ou d’orge) brassée dans le Morbihan, la Coreff (ambrée, stout, blanche, rousse, blonde) brassée à Morlaix, la Tri Martelod, blonde ou brune, brassée à Bénodet et en lien, le site des brasseries bretonnes


          • arno (---.---.26.162) 30 mars 2007 14:02

            pour la cervoiserie lancelot
            - la telenn du (harpe noire en francais et non pas blé noir ), mais vous l’avez citée
            - la duchesse anne
            - la bonnet rouge
            - j’en oublie veuillez m’excuser

            pour la coreff, elle n’est plus brassée a morlaix mais a carhaix plouguer

            sans oublier la britt brassé a tregunc etc etc etc bref presque 80 bierres différentes en bretagne

            bien a vous , merci encore un très bon article


          • Marie Pierre 30 mars 2007 14:37

            @ Arno,

            Justement, un petit tour sur le lien !


          • Patrick Dussert-Gerber Patrick Dussert-Gerber 30 mars 2007 21:13

            C’est vrai, oublié. Et vous avez raison. Chez Coreff, il y a une bière blonde particulièrement agréable, douce et puissante à la fois.


          • Bernard Dugué Bernard Dugué 30 mars 2007 13:35

            Pour ceux qui ont des moyens limités, la bière Van, fabriquée en Pologne, je l’achète 35 centimes environ à mon super (dont le siège est à Saint Etienne) la canette de 50cl, et elle passe fort bien.


            • LE CHAT LE CHAT 30 mars 2007 13:44

              Pour les bières anglaises il y a la john courage si vous aimez les ambrées , la john smith bitter et la worthington qui sont des blondes pas mal non plus smiley


              • LE CHAT LE CHAT 30 mars 2007 13:48

                un petit regret , tu n’as pas parlé de la pils véritable , originaire de plzen en république tchèque .

                Les amateurs de pils savourent une bonne pilsen urquell ou une budweiser . j’ai gouté récemment une bonne bière ambrée slovaque qui ressemblait étrangement à la Jenlain .

                prosit ! smiley


              • ZEN zen 30 mars 2007 13:57

                J’ai même goûté un bière corse, à la chataigne, la Piétra, ça change...Mais si vous voulez du costaud, essayez donc celle-là, à faire délirer un chat...

                http://brouette-de-bieres.com/bieres/refermentation/REF-Refermentee-en-bouteille/HUYDELCHR-Delirium-Christmas


              • LE CHAT LE CHAT 30 mars 2007 14:07

                excellente , cette piètra , avec quelques rondelles de figatellis ! ça me fait penser que je vais regarder istres -ajaccio ce soir smiley

                j’aime bien aussi la bouteille du fruit défendu


              • Oai Oai (---.---.35.182) 30 mars 2007 14:18

                Article intéressant qui donne soif !


                • (---.---.30.51) 30 mars 2007 14:48

                  Ça sent la bière

                  De Londres à Berlin

                  Ça sent la bière

                  Dieu qu’on est bien

                  Ça sent la bière

                  De Londres à Berlin

                  Ça sent la bière

                  Donne-moi la main

                  C’est plein d’Uilenspieghel

                  Et de ses cousins et d’arrière-cousins

                  De Breughel l’Ancien

                  C’est plein de gens du nord

                  Qui mord comme un chien

                  Le porc qui dort le ventre plein

                  Ça sent la bière

                  De Londres à Berlin

                  Ça sent la bière

                  Dieu qu’on est bien

                  Ça sent la bière

                  De Londres à Berlin

                  Ça sent la bière

                  Donne-moi la main

                  C’est plein de verres pleins

                  Qui vont à kermesse comme vont à messe

                  Vieilles au matin

                  C’est plein de jours morts

                  Et d’amours gelés

                  Chez nous y a qu’l’été

                  Que les filles aient un corps

                  Ça sent la bière

                  De Londres à Berlin

                  Ça sent la bière

                  Dieu qu’on est bien

                  Ça sent la bière

                  De Londres à Berlin

                  Ça sent la bière

                  Donne-moi la main

                  C’est plein de finissants

                  Qui soignent leurs souvenirs

                  En mouillant de rires

                  Leurs poiluchons blancs

                  C’est plein de débutants

                  Qui soignent leur vérole

                  En caracolant de Prosit en Skoll

                  Ça sent la bière

                  De Londres à Berlin

                  Ça sent la bière

                  Dieu qu’on est bien

                  Ça sent la bière

                  De Londres à Berlin

                  Ça sent la bière

                  Donne-moi la main

                  C’est plein de « Godferdom »

                  C’est plein d’Amsterdam

                  C’est plein de mains d’hommes

                  Aux croupes des femmes

                  C’est plein de mèmères

                  Qui ont depuis toujours

                  Un sein pour la bière

                  Un sein pour l’amour

                  Ça sent la bière

                  De Londres à Berlin

                  Ça sent la bière

                  Dieu qu’on est bien

                  Ça sent la bière

                  De Londres à Berlin

                  Ça sent la bière

                  Donne-moi la main

                  C’est plein d’horizons

                  À vous rendre fous

                  Mais l’alcool est blond

                  Et le diable est à nous

                  Les gens sans Espagne

                  Ont besoin des deux

                  On fait des montagnes

                  Avec ce qu’on peut

                  Ça sent la bière

                  De Londres à Berlin

                  Ça sent la bière

                  Donne-moi la main


                  • Leonard (---.---.36.15) 30 mars 2007 14:52

                    Aussi bien que pour les whiskeys, merci !

                    Resident dans le pays des leprechauns, la guinness est mon credo. Je la prefere a la pompe et a temperature ambiante. Par contre c’est lourd ... apres une dixaine de pints elle passe difficilement smiley

                    La oyster a un gout specialement sale puisque brassee avec un ingredient special : de l’huitre. Mais c’est pas desagreable surtout que dans les porter house ils ne servent que leurs propres bieres ou des etrangeres en bouteille, donc pas de guinness.

                    Sinon les stouts de Cork sont tres acides comme la beamish ou la Murphy.


                    • John (---.---.48.146) 30 mars 2007 15:04

                      Comme excellente bière artisanale, je citerai également La Choue http://www.la-choue.com/ médaillée du dernier salon de l’agriculture de Paris et du 10ème Concours National de Bière de Saint-Nicolas-de-Port 2007 pour sa blonde


                      • LE CHAT LE CHAT 30 mars 2007 15:14

                        que le dieu gaulois de la cervoise Sucellos veille sur vos pintes ! smiley


                        • maxim maxim 30 mars 2007 16:36

                          à part les bieres Belges qui sont mes preferées ...Chimay ...Mort subite ...Becasse ....Trappiste et les autres stars en bouteille .....

                          une biere Allemande à deguster avec sa saveur particuliere la Spatenbrau ,avec du poisson fumé ou des oeufs de cabillaud ..... @l’auteur vous avez evoqué la Porter ,je ne sais pas si elle existe encore ...elle s’appelait la Porter 39 ,une brune capiteuse ,et une autre marque dont je n’entends plus parler ..la Slavia qui commercialisait une brune remarquable avec un gout d’orge grillé inoubliable ....

                          Zen , je remarque que tu viens roder toi aussi dans les endroits que la dietetique reprouve ......


                          • LE CHAT LE CHAT 30 mars 2007 16:49

                            @maxim

                            tu as raison , la spaten est une très bonne bière allemande, tout comme la dortmunder union . C’est vrai , ça fait longtemps que j’ai pas bu une porter, je bois volontiers une pelforth brune , ma bière favorite pour préparer la carbonate flamande , voici une recette , c’est meilleur avec une bière brune

                            1 gousse(s) d’ Ail
                            - 75 cl de Bière(s) blonde(s)
                            - 1 kg de Boeuf à braiser
                            - 1 Bouquet garni
                            - 1 cuillère(s) à soupe de Cassonade
                            - 2 cuillère(s) à soupe d’ Huile de tournesol
                            - 4 cuillère(s) à soupe de Moutarde forte
                            - 350 g d’ Oignon(s)
                            - 4 tranche(s) de Pain rassis
                            - Sel, poivre
                            - 2 cuillère(s) à soupe de Vinaigre de vin

                            Détaillez la viande en gros cubes. Pelez et coupez les oignons en fines rondelles. Pelez et écrasez la gousse d’ail.

                            Dans une cocotte faites chauffer l’huile. Faites-y revenir 5 minutes la viande. Salez et poivrez. Réservez.

                            Dans la même cocotte, faites dorer les oignons pendant 15 minutes. Lorsqu’ils sont bien colorés, ajoutez le vinaigre et la cassonade. Laissez cuire environ 10 minutes.

                            Ajoutez la viande, l’ail écrasé et le bouquet garni et mouillez à la bière qui doit arriver au niveau de la viande.

                            Badigeonnez de moutarde les tranches de pain de chaque côté. Mettez le pain dans la cocotte.

                            Portez à ébullition, aux premiers bouillons, couvrez et baissez le feu. Laissez mijoter à feu doux pendant 3 heures.

                            Servez accompagné de frites ou de pommes de terre vapeur et dégustez avec une bonne bière.

                            sur ce bon appetit et bon week end à tous les gambrinophiles


                          • (---.---.30.51) 30 mars 2007 17:06

                            ah mon cher felin blue point, tu vas finir par me tuer !! non seulement je commence à avoir une franche envie d’une merveilleuse Leffe ambrée mais en plus tu me donnes faim....

                            @ l’auteur à quand un petit article sur le cognac ?


                          • CAMBRONNE CAMBRONNE 30 mars 2007 17:33

                            Min ptiot cat

                            A cht’heure m’fieu c’éto un’ grand’cose que c’recette ed carbonate !

                            In grin merci j’va tout dit l’faire faire am femme !


                          • maxim maxim 30 mars 2007 17:55

                            @Le Chat......

                            merci ,je vais la recopier ,donc le deglaçage se fait à la biere ???

                            en plus j’adore le boeuf quand il a caramelisé un peu avec les oignons ....

                            je t’en donnerai des nouvelles ......

                            en plus c’est moi qui fait la bouffe ...

                            j’ai epousé une femme pleine de qualités ,mais qui n’est meme pas foutue de faire cuire un oeuf .....

                            sans blague ....une anecdote ...un jour elle commence à ouvrir le gaz prete à l’allumer ...le telephone sonne à ce moment precis ,au lieu d’arreter ,elle va repondre ,le gaz continuait à fuser ,au bout de quelques instants ; elle revient appuyer sur le bouton machinalement ....boum !!!

                            heureusement qu’elle n’etait restée qu’un court instant au bout du fil ,ç’aurait pu etre pire ...

                            j’etais dans une autre piece à ce moment là ,mais j’ai entendu la deflagration ....quelques cheveux cramés mais tout de meme .....

                            maintenant ...interdiction de sejour à la cuisine ......


                          • maxim maxim 30 mars 2007 18:18

                            bonsoir Cambronne ...eh oui ici c’est la pause ,on y parle que de choses qui ne font pas de mal quand on est temperant ....

                            le monde peut bien s’etriper ,on se retrouve dans ce havre de paix où le palais et le plaisir prennent le pas sur nos feroces combats virtuels .....

                            tu as evoqué les Kronenbourg ...il y avait aussi je me souviens..,les Mutzig ,les bieres du Pecheur ,la biere du Nain Jaune ,Adelschoeffen ,qui ont rafraichies ( quand c’etait possible ) nos gorges cartonnées ,et que nous trouvions bonnes ,dans ces moments où il ne fallait pas etre trop difficile .....


                          • Patrick Dussert-Gerber Patrick Dussert-Gerber 30 mars 2007 21:08

                            ça vient, ça vient l’article sur le Cognac (et même l’Armagnac, pour pas un rond de plus). Un peu de patience, faut bien diférer les bières. Cordialement.


                          • Patrick Dussert-Gerber Patrick Dussert-Gerber 30 mars 2007 21:09

                            Franchement, la recette a l’air sympa et simple. On va essayer.


                          • Patrick Dussert-Gerber Patrick Dussert-Gerber 30 mars 2007 21:15

                            euh : pas « diférer » (ni différer, d’ailleurs) les bières, digérer.


                          • CAMBRONNE CAMBRONNE 30 mars 2007 17:27

                            AH ON CROIT REVER

                            Le monde est à feu et à sang , la dictature nous menace en France , la cannicule est en route pour cet été jointe à des mouvements sociaux ; Les US préparent l’invasion de l’Iran et les Serbes la reprise des hostilités au KOSOVO et tout ce que vous trouvez à faire c’est discuter de bibine .

                            HONTE A VOUS !

                            Ceci dit BRAVO à l’auteur pour , avec humour et culture nous avoir emmené visiter des sites et des brasseries qui font réver sinon pisser .

                            Natif de Valenciennes je confirme qu’à l’époque il y avait plusieurs brasseries locales dans chaque ville . Nous avions principalement BARRET et GOUVION .

                            La Bierre est une boisson universelle . En Egypte déja elle était fabriquée . Au Tchad vous avez la GALLA « le gout du bonheur » selon la pub avec accent .

                            La kronnenbourg est de la pisse d’âne ça c’est sur mais pour le légionnaire dans le désert c’est du BONHEUR LIQUIDE quand elle arrive fraiche transportée par un hélico de l’ALAT dans une glacière . Tout est relatif .

                            En consommation courante j’aime bien la Stella artois .

                            La Pils , la vraie est fameuse .

                            Il y aurait tant à dire que je préfère m’arréter , saluer ch CAT et aller m’humecter le gosier à la santé de Sarkozy .

                            Vive la république quand même .


                            • LE CHAT LE CHAT 2 avril 2007 08:49

                              @cambronne

                              mes respects mon général smiley , j’aime bien aussi une bonne stella fabriquée à Armentières ( l’usine appartient désormais à Heineken ).

                              Ceux qui ont été en Turquie connaissent l’efes pils , qui est pas mauvaise et on peut la boire à la sante de De Villiers smiley


                            • maxim maxim 2 avril 2007 09:08

                              salut le Chat......

                              dejà à la bibine à l’heure du cafè ?????


                            • LE CHAT LE CHAT 2 avril 2007 09:26

                              @MAXIM

                              salut mon ami ;la bière est un sujet si consensuel .et puis ça nous change de ce vinaigre de campagne electorale . j’espère qu’on m’en mettra de la bonne pour la mise en bière ! smiley smiley smiley


                            • Reflex (---.---.121.179) 30 mars 2007 17:53

                              Bravo pour ce panorama brassicole. Gare cependant à vouloir trop ingurgiter ! Les seules bières trappistes méritent d’entiers traités. L’Orval belge, brassée dans un patelin dépendant de Florenville, se distingue très nettement de ses homonymes trappistes. Non seulement par son étonnante sécheresse et son amertume, non seulement par sa faculté de maturation cinq années durant, non seulement par la totale maîtrise de la communauté monastique, non seulement par le statut de PME que s’impose la brasserie en limitant volontairement sa production même si les nouvelles installations doubleront la production mais surtout par la dévolution des généreux bénéfices de cette production. A chaque Orval - dans la région, il est de coutume de de commander « un » Orval, voire des « Orvaux » - que vous décapsulez, le bénéfice va aux oeuvres soutenues par les Cisterciens du cru. Nous voilà très loin des trappistes concédées aux industriels, des fausses abbayes, etc. Santé !


                              • Reflex (---.---.121.179) 30 mars 2007 18:12

                                Plus c’est sucré - genre alcoopop - moins c’est buvable. Ainsi de la Kriek, grande méconnue de notre auteur. Depuis des décennies, les fermiers proches de Bruxelles arrondissaient leurs revenus de la cueillette de cerises du Nord, acides, immangeables mais tellement parfumées. Les assembleurs de lambieken, alias les brasseurs de gueuzes, ont élargi leur gamme par l’adjonction du jus de ces fameuses « cerisettes »... Le résultat est fabuleux lorsque, aux meilleurs lambieken, s’adjoignent les arômes des krieken (eh oui, ainsi nomme-t-on les cerises en Flamand). Hélas, les Kriek sont devenues, marketing aidant chez les brasseurs industriels, des alcoopop’s, excluant les cerises au profit des arômes artificiels. Idem pour les framboises, les abricots, ou pourquoi pas, les pêches. Qu’ils mériteraient de recevoir fissa avant d’avoir tué notre patrimoine brassicole.


                              • Fvr (---.---.48.32) 30 mars 2007 18:19

                                Je suis d’accord avec vous sur le label de bière d’abbaye qui n’est plus grand chose d’autre qu’un label commercial.

                                Par contre pour ce qui est des Trappistes l’affectation du surplus des revenus à des oeuvres de charité fait partie des conditions d’agrément. Donc sur ce point, elles se valent toutes. Après pour les goûts et les couleurs...

                                PS : Pour se convaincre des critères d’attribution du logo « Authentic trappist product », cf http://www.trappistes-rochefort.com/brasserie_authentic.htm


                              • Enola Gay (---.---.45.205) 31 mars 2007 01:21

                                Ah oué ça les trappistes ils se valent bien tous desormais, ils ont tous dans leur cellule un kit de frelatage de leur breuvage intégré, totalement insinué dans les moindres replis du monastere.

                                Et y te viennent ergoter sur la valeur marchande ou non de la bière belge quand c’est le fait même de pouvoir déguster une biere qui est en péril.

                                Le plus marrant, c’est que les trappistes comme les belges pensent disposer chacun de leur côté d’une appréhension complétement avant gardiste des moyens d’assurer leur production comme leur communication sur le produit.

                                Et pendant ce temps ça se marre bien chez les frelateurs !

                                Reste un procédé encore inconnu et d’ors et deja banni des meilleures tables, et qui pourtant revele des saveurs euphorisantes tout en assurant une détection hors norme des mauvaises levures.

                                Mais que voulez vous, le cordonnier étant toujours le plus mal chaussé, chacun pense rayonner sur un territoire connu qui pourtant est en train de lui exploser à la gueule.


                              • (---.---.133.85) 30 mars 2007 21:09

                                ah ah ah le gosier du pecheur saintois ne connait que le « pelican » de pelforth en 1litre a boire sans moderation !!! depuis une dizaine d’année le saintois est le plus grand buveur de biere de la planete plus de 250 litres hips hips par an ! heineken et pelican jusqu’a plus soif en moyenne c’est 10 litres par week end c’est une tres bonne niche commerciale !!


                                • (---.---.30.51) 30 mars 2007 22:36

                                  pêcheur saintois, de quelle saintes ? la charentaise ? celle du bon Cognac (je salive en pensant à votre futur article, merci)


                                • toto1701 (---.---.133.85) 31 mars 2007 00:48

                                  les saintes archipel situé dans la mer ds caraibes avec sa baie classée 3eme mondiale


                                • toto1701 (---.---.133.85) 31 mars 2007 00:58

                                  carib(barbade) ,red stripe(jamaique) corsaires(’guadeloupe) corona’ ?? fischer(france) et la pire des bieres avec son arriere gout de merde la « meuse spalthaler !! » je pourrais en citer d’autres !!!

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires