• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Eux aussi furent des Stars ! Aujourd’hui Claude Rains

Eux aussi furent des Stars ! Aujourd’hui Claude Rains

Claude Rains fait ses débuts sur les planches à l’âge de onze ans.

Il servira ensuite dans un régiment écossais lors de la Première Guerre mondiale. Gazé il restera presque aveugle d’un œil.
 Après la guerre, dans les années 1920, il devient un acteur de premier plan sur la scène britannique, puis à Broadway.
C’est grâce à sa voix inquiétante qu’il se fera connaître à Hollywood . C’est suite à une audition que son compatriote James Whale l’engage pour incarner L’Homme invisible (1933), ou l’on ne le découvre en chair et en os qu’à la fin du film.
                     téléchargement (12)
Cette voix riche et profonde, devient un élément essentiel des rôles d’homme du monde blasé dont l’acteur se fait une spécialité. On découvre son sens de la nuance dans Crime sans passion (1934) de Ben Hecht et Charles MacArthur.
A partir de 1936, alors qu’il signe un contrat de longue durée avec la Warner , il se voit confier toute une série de personnages sombres . Il est un procureur machiavélique dans La Ville gronde (1937) de Mervyn LeRoy, il est un prince Jean parfait dans Les Aventures de Robin des Bois (1938) de Michael Curtiz.
  
 
Il incarne un sénateur corrompu dans Monsieur Smith au Sénat (Mr. Smith Goes to Washington) (1939) de Frank Capra.
 
On le retrouve sous la direction de Michael Curtiz en 1942 ou il interprète l’un de ses principaux rôles, un officier vichyste. On est bien sûr dans « Casablanca » .
 
Par la suite, les studios Universal lui confient le rôle titre dans le remake de 1943 du Fantôme de l’opéra .
En 1946, on le retrouve en nazi marié à Ingrid Bergman dans Les Enchaînés (1946) d’Alfred Hitchcock.
Dans ce rôle, Rains passe avec aisance de l’expression de l’homme amoureux à celle de l’homme trahi par la même femme (Ingrid Bergman). Il doit alors dissimuler ses émotions et jouer l’homme machiavélique, et enfin, il est l’homme traqué. Tout au long de ce film, ses comportements et son regard passent du rayonnement du début à la haine la plus féroce pour s’achever dans la peur.
 
On le verra encore par la suite dans des films tels que Jalousie ou Le Monde Perdu .
David Lean utilisera ses talents dans « Les Amants passionnés » et « Lawrence d’Arabie ».
            14261-10906
Il sera nommé 4 fois aux Oscar, notamment pour ses rôles dans Monsieur Smith au Sénat, Casablanca et « Les Enchainés » .
Claude Rains se marira à six reprises.
Il mena une carrière parallèle aussi brillante au théâtre.
 
Parmi sa filmographie….
1964- La plus grande histoire jamais contée de George Stevens
1963 – Le Motel Du Crime de Boris Sagal
1962 – Lawrence D’Arabie de David Lean
1960 – Le Monde Perdu de Irwin Allen
1959- Cette terre qui est mienne de Henry King
1951- L’equipage fantôme de Alfred L. Werker
1949 – Les Amants Passionnées de David Lean
1947 – The Unsuspected de Michael Curtiz
1946 – Jalousie de Irving Rapper
1946 – Les Enchaînés de Alfred Hitchcock
1945 – César Et Cléopatre de Gabriel Pascal
1943 – Le Fantôme De L’Opéra de Arthur Lubin
1942 - Une Femme Cherche Son Destin de Irving Rapper
1942 – Casablanca de Michael Curtiz
1941 – La Péniche De L’Amour de Archie Mayo et de Fritz Lang
1941 – Le Loup Garou de George Waggner
1940 – L’Aigle Des Mers de Michael Curtiz
1939 – Je Suis Un Criminel de Busby Berkeley
1939 – Juarez de William Dieterle
1939 – Mr. Smith Au Sénat de Frank Capra
1938 – Rêves De Jeunesse de Michael Curtiz
1938 – Les Aventures De Robin Des Bois de Michael Curtiz
1937 – La Ville Gronde de Mervyn Leroy
1937 – Le Prince Et Le Pauvre de William Keighley et de William Dieterle
1933 – L’Homme Invisible de James Whale

Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (4 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • rosemar rosemar 13 avril 2013 23:33

    Bonsoir fatizo 


    un acteur peu connu qui mérite ce hommage... Il a joué dans des films qui ont marqué les mémoires... J’aime bien l’extrait de Robin des Bois...

    Bon dimanche...

    • rosemar rosemar 13 avril 2013 23:35

      Je corrige : cet hommage ! Après avoir écrit un article sur l’importance de l’orthographe, il faut se relire....


    • fatizo fatizo 14 avril 2013 00:41

      Bonsoir Rosemar,

      Ce Robin des Bois de 1938 est mon préféré, peut-être aussi parce que c’est celui que j’ai vu en premier lorsque j’était môme .
      Même aujourd’hui, alors que j’ai passé l’age de l’enfance depuis bien longtemps, héla, je trouve ce film toujours aussi magnifique .
      Belle nuit Rosemar , et je te pardonne pour l’orthographe smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès