• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Evénement : « Titien : Le pouvoir en face »

Evénement : « Titien : Le pouvoir en face »

 

Dans la flopée d’événements propres à toute rentrée parisienne, nul ne pourra contourner la magnifique exposition autour du maître incontesté de la Renaissance à Venise, Titien. Non content de prolonger ici une série d’expositions inaugurée par Raphaël, puis Botticelli et Véronèse, le musée du Luxemburg a opté pour un angle d’approche inédit : Titien face au pouvoir.

 

C’est à un regard scrutateur et jubilatoire que nous invitent les commissaires de cette exposition. La série de portraits d’hommes plus illustres les uns que les autres (Charles Quint, François Ier, Philippe II, Isabelle d’Este...) ne doit pas faire peur.

Avec le fil conducteur du pouvoir, les poses, les accessoires, les visages, les costumes deviennent des messages codés à travers lesquels chaque modèle marque sa propre conception du pouvoir. Le pinceau magique du peintre donne à voir une étonnante diversité du plus puissant levier d’ambition de l’humanité !

On n’a guère l’habitude de sortir de la contemplation visuelle et sensorielle des œuvres de Titien. Ici comme dans l’ensemble de son oeuvre, le miroitement de la lumière, la liberté de la touche et l’enchantement chromatique sont irrésistibles. Mais c’est en stratège et diplomate qu’on redécouvre la personnalité du peintre.

Le pouvoir en face : c’est tout dire. Titien ne se limite pas à servir les commandes de ses mécènes, fussent-ils pape ou empereur. C’est en clients qu’il s’attache à les satisfaire. Et c’est au nom de « la force de l’art », qu’il leur impose une distanciation des représentations du pouvoir temporel, de ses mesquineries à ses mégalomanies. Philippe II est d’un physique ingrat (dégénérescence consanguine des Habsbourg oblige !) ? Qu’à cela ne tienne, Titien opte pour un cadrage en pied, plus adapté à le mettre en valeur. Charles Quint veut s’inscrire dans la lignée des empereurs romains ? Titien s’en donne à cœur joie dans une mise en scène équestre, cheval dressé, sur fond de paysage flamboyant ! Il n’a jamais vu de visu François Ier ? Peu importe, une simple médaille lui donne matière à un majestueux portrait de profil !

« Son génie n’est pas de l’art, c’est un miracle ! », s’exclame son ami Sperone Speroni. Mais ne vous y trompez pas : derrière ces splendides défis relevés, une armada de stratégies habiles est en place. Comme l’explique Stéphane Guégan, Titien « usa de diplomatie et de ruse comme d’autres pinceaux ». Du pape Paul III Farnèse aux Habsbourg d’Espagne et d’Autriche, en passant par le roi de France et le marquis de Mantoue, il semble jubiler à se jouer des intérêts et rivalités réciproques de ses modèles. Un talent d’exception lui permet cette audace sans précédent. Dépassant les codes traditionnels (et souvent très ennuyeux et répétitifs), Titien fait de chacun de ces portraits une œuvre unique. Bien entendu, il respecte les conventions incontournables des attributs : luxueux costumes, ampleur du cadrage, colonne monumentale, sceptre, page soumis, emblèmes dynastiques...

Mais c’est dans sa capacité à capter aussi la psychologie de ses modèles que se distingue le portraitiste. Une prodigieuse profondeur se creuse devant ces tableaux, d’abords faits pour imposer et inscrire dans l’Histoire un pouvoir sans bornes. Les traits des visages comme la touche visible et vivante donnent presque la parole aux modèles. Une familiarité intime, un dialogue intérieur, entre le peintre et son modèle donc entre le spectateur et le modèle se fait jour. La preuve irréfutable de sa volonté de conjuguer la fascination du pouvoir avec une relation individualisée. Fasciné par le pouvoir à n’en pas douter, Titien inaugure une nouvelle posture de l’artiste : « Il devient, par ses portraits, un élément du pouvoir lui-même », commente le commissaire de l’exposition Nicola Spinosa.

A telle enseigne que nous lui devons une des plus belles anecdotes (légende ?) de l’histoire de l’art. Lors d’une séance de pose, dans l’atelier du peintre, Charles Quint lui-même se serait abaissé à ramasser son pinceau ! Non content de l’anoblir (ce qui déjà inscrivait Titien dans l’histoire des grands hommes), voici comment l’empereur s’adressa à son peintre dans un acte de commande : « Tels nos prédécesseurs Alexandre le Grand et Auguste, dont l’un voulait être peint uniquement par Apelle et l’autre par les plus excellents peintre, nous nous sommes fait peindre par vous ». Rien moins !

On comprend que Titien se soit pris au jeu du pouvoir et ait été littéralement dopé par le challenge ! Mais l’artiste a surtout compris que le pouvoir de l’art transcendait celui des hommes, piégés par le temporel. Lui entend bien entrer dans l’éternité. Quatre siècles plus tard, force est de s’incliner...


Moyenne des avis sur cet article :  4.33/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

2 réactions à cet article    


  • (---.---.47.54) 18 septembre 2006 18:47

    Tiziano Vecellio, Rape of Europa 1559-62 Sur l’île « Kreta » à Matala, le père des récents dieux a rencontré une dame d’un nom continental après le modèle des géants Titans et une déesse, Aphrodite, glisse sur les couronnes des vagues.


    • ohlala (---.---.124.230) 12 décembre 2006 12:32

      @ l’auteur, je ne peux que vous répéter les compliments que je viens de laisser sur le fil de Rembrandt.

      Vous arrivez à faire sentir la différence qu’il y a entre Le Titien et les portraitistes de Cour innombrables de l’histoire de l’art, dans cet exercice obligé du portrait d’un commanditaire. Comme vous mêlez observation, histoire, analyse et anecdote vivante -comme-si-on-y-était, vos articles limpides se lisent comme dans l’intimité : l’oeuvre, Vous, nous, et c’est tout.

      Je réitère : Vous êtes une remarquable pédagogue. Merci.

      PS. En regard du Titien, faites-nous quelque chose sur Velasquez pour compléter le bonheur !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires