• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Exposition : « Paris vu par Hollywood »

Exposition : « Paris vu par Hollywood »

L’Hôtel de Ville consacre une exposition au cinéma américain et à sa relation avec Paris .

Paris est sans conteste la ville étrangère qui a le plus inspiré le 7e art outre-Atlantique, avec près de 800 films réalisés sur la capitale française.

Paris dans le cinéma américain c’est bien souvent la Tour Eiffel, les petits restos avec la nappe Vichy avec en fond musical un air d’accordéon, mais pas seulement ….

Pensée de façon chronologique, l’exposition se découpe aussi à travers certaines thématiques.

Dès ses débuts, le cinéma américain est fasciné par Paris et ses décors de carte postale.

Le muet se sert de la littérature qui devient une merveilleuse source d’inspiration pour le cinéma, que ce soit par exemple avec Victor Hugo dans Notre-Dame de Paris , ou AlexandreDumas dans Les Trois Mousquetaires.

Puis des années 30 aux années 40, la France est considérée comme le pays du désir et de l’érotisme, la patrie du libertinage, et Paris est consacrée capitale de l’amour.

. On pense à Ernest Lubitsch qui y a situé l’intrigue d’une dizaine de ses films dont “Sérénade à trois” mettant en scène un trio sentimental, ou ici Ninotchka…

Les années 50 sont l’âge d’or éclatant, coloré, musical, du Paris Belle Époque dans la représentation hollywoodienne de la ville. Des productions comme

“Un Américain à Paris” de Vincente Minelli ou “Moulin Rouge” de John Huston célèbrent avec magnificence la ville qui a créé la culture moderne . 

 Un peu plus tard, dans “Drôle de Frimousse” ou encore “Charade” , le réalisateur Stanley Donen utilise à merveille la beauté et la grâce d’Audrey Hepburn pour faire de Paris une ville incontournable, que l’américain moyen s’approprie à travers l’objectif.

“À partir des années 1980, c’est un autre Paris qui apparaît dans les films, notamment d’action, plus inquiétant, plus angoissant.

” En 1987, “Frantic” de Roman Polanski a lancé le genre,

repris depuis par “Da Vinci Code”, “Rush Hour 3″ ou le récent “Inception”.

L’exposition nous offre quelque 70 extraits de films et près de 400 documents ( photographies, maquettes de décor, costumes, scénarios, affiches- provenant d’archives françaises et américaines.)

On peut notamment y découvrir les décors d’”Un Américain à Paris” de Vincente Minelli et de “Midnight in Paris” de Woody Allen, mais aussi des robes créées par Givenchy pour Audrey Hepburn.

On peut également y retrouver les statues créées par le décorateur Dante Ferreti pour “Hugo Cabret” de Martin Scorcese.

Le cinéma Le Champo accueille en parallèle une rétrospective d’une trentaine de films et organise des soirées-rencontres avec des acteurs, réalisateurs, scénaristes, journalistes.

“Paris vu par Hollywood”

Du 18 septembre au 15 décembre 2012

Tous les jours sauf dimanches et jours fériés

De 10h à 19h

Entrée gratuite


Moyenne des avis sur cet article :  3.4/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • Fergus Fergus 21 septembre 2012 10:34

    Bonjour, Fatizo.

    Merci pour l’information. Cette exposition est une excellente initiative. J’essaierai de la voir lors de mon prochain séjour dans la capitale.


    • La mouche du coche La mouche du coche 21 septembre 2012 15:35

      Jusque dans ses expositions, la ville de Paris fait preuve de sa plus grande soumission à l’Empire américain. A part sur les américains et les juifs, la ville de paris n’a rien à dire. smiley


    • médy... médy... 21 septembre 2012 18:40

      O.K.

      Donc Paris c’est :
      - la Tour Eiffel.
      - des gros, voir hyper-bourgeois et des femmes soit canailles pour faire progressiste, soit objets sexuels.
      - la Tour Eiffel.
      - l’anus de la Tour Eiffel.
      - des chats et des rats sur fond de Tour Eiffel (attendez ça c’est une bonne description de Paris).

      La Tout Eiffel est en effet à la fois un symbole phallique, tout pouvant être vue comme la raie d’un postérieur féminin rebondi qui laisse apercevoir la vulve en dessous. Si le cinéma se résume à ça, autant aller au Crazy Horse.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires